Les Rias
Participations citoyennes

- Contact
- Publications numériques
- Collecte ethnologique
- Ecriture
- Arts plastiques
- Arts visuels
- 5.0. Accueil Rias
- 5.1. Présentation
- Son, jeu, théâtre
- Manifestations diverses
- Communication
- Adhésion
- Annonces passées archivées
- Appels à projets
- Archives Parlarem
- Archives presentation
- Archives Publications
- Archives Rias
- Arles
- Art & numérique ?
- Collecte historique
- Design
- Ecritures visuelles et sonores
- Faune, flore, sentier de découverte
- L’association
- Médiation
- Musique
- Parlarem
- Partenariats
- Projets
- Projets citoyens
- Publications papier
- Réseau Arts Plastiques
- Sciences
- Sentier d’art
- Services culturels numériques ?
- Vie quotidienne

 

 

Plan du Site

« Démocratie et Territoires », journée au Conseil Régional du 15 juin 2015

Une très riche journée de travail animée par la vice-présidente déléguée à la démocratie participative, la vie associative et l’éducation populaire. Richesse du travail en atelier. Un public nombreux et impliqué...


(JPG)
Lela Bencharif & Majo Hansotte


L’article de Nicole Bertholon

La matinée était commencée à notre entrée dans la salle et il n’est pas facile dans ce cas de prendre le train en marche mais le débat entre l’intervenante et l’organisatrice de la journée s’appuyait sur un tableau où LIBERTE, EGALITE et SOLIDARITE devaient prendre en compte les notions de juste/injuste et naviguer grâce à un « GOUVERNAIL » permettant un meilleur accès à l’autonomie des personnes soutenues par l’association d’éducation populaire que représentait la conférencière. Le point de départ proposé était d’agir contre l’injustice dans des actes de citoyenneté par l’aide à la conquête de la parole humaine, ceci au travers d’exemples variés recadrés historiquement, géographiquement et socialement. Quelques formules prises au vol, évoquant les difficultés rencontrées : « complexités administratives => déshumanisation, peur des élus, défiance envers les paroles ascendantes, manque de méthodes de concertation, absence de rythmes temporels structurants »... Quelques précisions pratiques sur le fonctionnement : accompagnement du groupe de 12 personnes pendant 15 mois puis fonctionnement autonome 5 mois sur un projet en essayant de mettre en pratique 5 compétences permettant un renforcement mutuel d’actions concrètes :
-   Convaincre sans manipuler
-   Trouver l’info, chasser l’’intox
-   Entretenir et enrichir l’environnement humain
-   Confiance en soi, conscience de soi
-   Comprendre le monde contemporain


(JPG)
Nicole Bertholon


Quelques types d’intelligences sollicitées : narrative (savoir raconter ce qui se vit d’injuste), délibérative (on ne reste pas entre soi - projection dans l’espace public), prescriptive (nécessité de langages adaptés), inventive Remarques de la conférencière : « la grande ennemie est la rhétorique qui ne produit ni juste ni vrai, lutte entre 2 paroles les + convaincantes ; argumenter n’est pas débattre ; qu’est-ce qui se vit qui doit être changé ? les débats « pour ou contre » sont sans intérêt. Les démocraties ont 3 dimensions, état de droit, espace public (local et mondial) et vie privée ». « Le GOUVERNAIL nous donne notre légitimité ; retrouver le pouvoir de et le pouvoir avec ; passer du « je » au « nous » par le symbolique » 1) Se remémorer le tort subi 2) Le tort subi doit faire un travail de compréhension da groupe 3) Comment réinterpréter ce récit (l’émotion retravaillée est un moteur immense) « La force de l’espace public est de transformer les mentalités avant de passer à l’attaque verticale » Le passage à l’action est projeté au travers d’exemples concrets de différents groupes, puis la parole est donnée à la salle pour les questions, et les ateliers de l’après midi sont énoncés avec invitation à s’inscrire avant le repas pris sous forme de buffet dans une salle voisine avec des possibilités d’échanges prolongés. Les ateliers de l’après midi L’animateur de notre atelier, Guillaume Darain, commença par nous proposer quelques consignes gestuelles empruntées au langage des signes pour permettre une communication rapide et non génératrice de confusions sonores. Puis il nous invita à nous répartir sous forme de deux rondes permettant un face à face et tournant lentement en sens contraire pour qu’à chaque arrêt le dialogue s’établisse entre les membres des différentes associations mises ainsi en présence et facilitant la présentation de chacun et l’amorçage d’échanges entre elles. D’autres formules d’échanges furent ensuite proposées, faisant varier la composition et la dimension des groupes qui devaient s’organiser afin que chacun puisse prendre la parole et qu’une synthèse orale puisse être communiquée, ceci à partir de 2 questions posées à chacun : Qu’est-ce que l’engagement ? Qu’est-ce que la mobilisation citoyenne ? Les différentes phases des concertations et des interventions ont été très dynamiques et ont permis à chaque association de dégager des informations transmissibles sur leurs objectifs (valeurs), leurs actions (méthodes) et leur engagement (durée et plaisir).


(JPG)
La vice-présidente, Lela Bencharif, tire les conclusions...


Le retour en salle plénière a été l’occasion de présenter rapidement les résultats des échanges dans chaque groupe, mais ce n’était pas, à mon sens, le moment le plus intéressant car chacun se sentait encore bien plus concerné par le travail récent dans son propre groupe que par le vécu difficilement assimilable en fin de journée des autres groupes. Pour ma part, même s’il est difficile de rendre compte de la richesse des échanges et de l’ouverture occasionnée par cette journée de recherche sur l’éducation populaire aujourd’hui, j’ai rencontré des gens et des idées oeuvrant souvent dans le même état d’esprit que notre association des Rias, instaurant une participation active de chacun avec ses apports et ses interrogations dans les domaines social et culturel qu’ils soient du passé ou de l’avenir

Le 10/08/2015,
Nicole Bertholon
Photos, Jacqueline Cimaz





_

L’opportunité d’apprentissages citoyens...


"Parce que c’est avec la participation des citoyens que la démocratie se construit au quotidien, Rhône-Alpes organise une journée autour des actions collectives et des dynamiques citoyennes : rendez-vous à l’Hôtel de Région le 15 juin de 9h30 à 17h."

La Région Rhône-Alpes propose une journée entière d’échanges et de réflexion autour de la démocratie participative.

Le matin, les participants assistent à une conférence de Majo Hansotte, Docteure en philosophie et en lettres à l’Université de Liège (Belgique), autour du concept des "Intelligences citoyennes, comment se prend et s’invente la parole collective ?". L’après-midi différents ateliers sont organisés, pour discuter de solutions concrètes et partager les outils et expériences qui ont fait leurs preuves.

Nous avons participé par le passé à des projets et initiatives "Démocratie participative."

Et c’est un domaine qui, pour nous, est toujours d’actualité, notamment au travers de l’écriture et de la construction de savoirs par la population, savoirs offerts à tous...

Une démarche qui culmine avec le parcours d’art et son "réel entichi par tous"...

Un parcours d’art, déjà ouvert à tous, qui sera inauguré le samedi 20 juin...


(JPG)


Par delà l’inauguration, quelle vie ? Quels services ? Quels échanges ?

Et une initiative de la Région qui par ce travail sur les "intelligences citoyennes", sur le "comment se prend et s’invente la parole collective" devrait nous aider à concevoir au mieux, parallèlement aux libres exploitations du public, les modalités d’organisation de temps forts et planifications de temps divers d’exploitation collective à partir de projections, d’ateliers d’écriture, d’approches photos ou autres...

Nous sommes dejà deux inscrits.

S’inscrire directement et nous en faire éventuellement part pour organisation d’un co-voiturage...

J.Cimaz



_

A voir, revoir & re-revoir, Timbuktu

Densité, symboles & simplicité posés par des images à couper le souffle, une profonde humanité, des récursivités & récurrences à faire parler.

S’il peut évoquer par sa plasticité le Bertolucci du "Conformiste" ou de "La stratégie de l’araignée", ou certains Kurosawa, c’est sans doute le plus beau film jamais vu.


(JPG)

Voir la bande-annonce


Et une réponse du réalisateur disant à sa façon "Je suis charlie" avec "Les tueurs ont un visage" & ce beau titre... "C’est la liberté qu’on essaie d’assassiner sans savoir que c’est impossible"


A voir et revoir... La seconde fois on perçoit des éléments essentiels non retenus la première fois où domine essentiellement la beauté des images... Des questions qui demeurent cependant - comme celles concernant l’identité du motocycliste qui va chercher la femme (le chauffeur ?) ou l’étrange personnage de cette femme au coq qui évoque le vaudou (comme reflux de la traite ?) ... A revoir une 3ème fois tant est riche et dense l’écriture cinématographique... Sans que cette 3ème fois puisse permettre de répondre aux questions soulevées ni n’en pose de nouvelles...

Une immense tendresse pour les gens qui laissent aussi penser que les bourreaux sont également quelque part des victimes et que la recherche des responsabilités est loin d’être close...

Un film immense et qui fait date...

Jacqueline Cimaz

_

Rencontre in situ à Chomérac

Rencontre in situ entre Lynes Avezard d’une part, Pablo Garcia et Didier Tallagrand, artistes, de l’autre, Jacqueline Cimaz et Robert Combe, dans le cadre du projet "Mémoires de clandestinités"... Journée chaleureuse et productive qui s’est terminée par un échange téléphonique avec Delphine Forestier, doctorante. Un beau projet, solide et dense.Lynes Avezard d’une part, Pablo Garcia et Didier Tallagrand, artistes, de l’autre, Jacqueline Cimaz et Robert Combe, dans le cadre du projet "Mémoires de clandestinités"... Journée chaleureuse et productive qui s’est terminée par un échange téléphonique avec Delphine Forestier, doctorante. Un beau projet, solide et dense.

Jacqueline Cimaz

Au moulin de notre projet 2014

Voir le site d’une circonscription de Haute-Savoie

Bilan 2012-2013 et temps conviviaux en perspective... Un lieu où se tricotent les réseaux...


Des évènements :

-  l’achèvement progressif des travaux et l’occupation progressive des nouveaux locaux qui s’en est suivie...

-  l’aménagement de ceux-ci avec :

* le déménagement des livres,

* l’enrichissement progressif de la Bibliothèque et de l’EPN - côté fonds propres, des livres pour ados aux revues et livres scientifiques dont la quantité s’augmente peu à peu, à l’encyclopédie Universalis donnée par Michel et Claire Schlenker- côté BPD, les livres prêtés, et un espace jeunes, clair et gai, mis en valeur par la Bibliothécaire [1],

Pour l’EPN les apports ultérieurs du SIVU : 2 écrans légers et deux grands écrans, l’un pour projection, et notamment projection en continu de la vidéo "Ardèche" de Sébastien Camboulive (succession des portraits génériques de l’Ardéchois du plateau), et très récente nouveauté, accès à la télé, l’autre pour jeux demandant des déplacements, comme la kinnect et autres à acquérir. En projet l’achat d’un nouvel ordinateur portable, l’ancien devenant vétuste pour toutes les applications vidéos.

A noter aussi, en prêt longue durée (collection particulière) le "portrait" de l’Ardéchois générique et bientôt d’une oeuvre de la série "La Ronde" et d’une de la série "Spirale", toujours de Sébastien Camboulive.

Du même artistes, dans la grande salle, le tryptique "Les papillons verts", prototype co-produit par Vidéoformes (Clermont-Ferrand) et Les Rias. Un plastique anti-reflet et des spots ont été mis en place par la mairie pour protection et valorisation d’une oeuvre qui fait l’unanimité du public.

Dans la grande salle, sur présentoirs réalisés pour l’occasion, les masques des uns et des autres, conçus et fabriqués dans le cadre d’activités de médiation lors de la résidence récente de Didier Tallagrand.

L’exposition de l’oeuvre créée lors de cette résidence ?


(JPG)


Un peu particulière puisqu’il s’agit d’un jeu de cartes, un étrange "jeu des 9 familles", où des gens du plateau, masqués, sont incrustés dans neuf panoramas d’ici choisis par l’artiste ; un jeu qui peut être consulté sur place, [2] mais aussi projeté en grand ( ce qui sera fait l’après-midi du 11 novembre )

Après projection des cartes, projection expliquée du jeu et de ses règles, puis organisation de tables de jeu. Recueil des remarques et propositions.

Ensuite, goûter pour tous... Et surprise...

Où là aussi on bénéficie de l’apport des nouveaux locaux et de l’équipement progressif, au service de tous, d’une cuisine fonctionnelle en voie d’aménagement.

Tous les participants au groupe patois/occitan sont invités et les amis résidant à la maison de retraite de Vernoux... Et bien sûr tous les autres et plus, de la naissance à 107 ans...

Un après-midi intergénérationnel, riche en transmission de mémoire - et d’interrogations...

Bientôt l’invitation...

J.C.

NB. le travail de Sébastien Camboulive et celui de Didier Tallagrand, au-delà de leurs différences, questionnent tous les deux la notion d’identité, notamment telle que se pose aujourd’hui avec l’urbanisation planétaire et le développement concomitant du numérique. Une identité marquée ici d’histoire, de résistances, enrichie de métissages, notamment avec les apports de ces si nombreux "enfants de l’assistance" ou ces rescapés de la seconde guerre mondiale et de ses camps - espagnols, juifs ou autres...

Et tous ces résistants - de camisards à maquisards - que le langage populaire amalgame si souvent...

Clandestinité et identité ? Un vécu et des incidences à interroger ? Au travers des GTE (Groupement de travailleurs étrangers) et notamment des républicains espagnols "regroupés" en GTE ardéchois ?

Nouveau projet à creuser par l’art et l’ethnologie ?

Où une nouvelle fois il ne s’agit pas de réifier le numérique mais de l’utiliser comme outil pour créer des connaissances, et ce, bien sûr, en prenant le temps d’une réflexion sur ces utilisations et les usages faits du numérique et, notamment, des réseaux...

_

[1] Eliane Baud - bénévole, aidée par Geneviève Greco, également bénévole et Jacqueline Cimaz, responsable de l’EPN et du site, et, elle aussi, bénévole. Des bénévolats sur services municipaux, reconnus par délégation municipale de services publics entérinée par la préfecture, le Conseil Général et/ou le Ministère de la Recherche et de l’Industrie, auxquels s’ajoute bien sûr le travail bénévole directement effectué pour l’association Les Rias elle-même

[2] éventuellement acquis, il reste quelques exemplaires signés ou non signes outre ceux mis en réserve pour ceux qui se sont fait photographier et ne les auraient pas encore pris.





_

Télethon : participation généreuse des jeunes...


(JPG)
photos Cynthia et Mendy Deloche





_

Deux articles sur le site de la FOL

récemment publiés...


1. De nécessaires bilans d’étapes dans la durée

écrit donc à partir du dernier bilan...


A propos d’identité, nous signalons le très solide dossier de Net Public. Et un nouveau post de Jean-Luc Raymond ce 10 décembre citant également un dossier de la Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie.... Là aussi l’accès à des conférences et vidéos s’ajoutant à une autre vidéo signalée par Net Public et déjà mise en ligne...

Une dimension citoyenne incontournable...

Un passage obligé pour toutes incursions artistiques ou réflexions ultérieures. Une base à partager en équipe pour constitution de référents communs, et à faire partager que ce soit en EPN ou en milieu scolaire ou d’Education Populaire...


Nous signalons également l’excellent dossier de formation en 7 points de Net Public. A utiliser sans modération... Ne serait-ce que pour être plus libre sur Internet !  [1]

(JPG)


2. Arts visuels utilisant et questionnant le numérique

Arts visuels moyens d’investigations artistiques, de connaissnce et de prospective...

Et les deux appels à projet de l’Association Les Rias...

_

[1] Tout autre clé de liberté : la maîtrise de quelques rudiments de connaissance du langage html... (Nombreux "manuels" numériques disponibles gratuitement sur le web...)



_

Temps d’A.G. et de mémoire...


-  Assemblées Générales de l’Office de Tourisme du Pays de Venoux où on entend développer services informatiques et site Internet,

-  d’Ecran Village où la grande question est celle du passage au numérique, obligatoire pour avoir de nouveaux films (problèmes de format) mais difficile à généraliser à toutes les zones d’itinérance pourtant importantes. Heureusement un regroupement associatif donne plus de poids...


Et puis d’Ecran Village, l’invitation à « Ma guerre d’Algérie » .





_

Bureau de janvier du CLD

Une réunion conviviale, studieuse et constructive.


(JPG)


Nouvelle distribution de CD d’André Aziosmanoff pour choix des passages dont faire des outils. Réponses requises d’urgence...




_

Territoires, mémoires, identités en réseaux au CLD.


Richesse d’un débat, des apports de Grigny, de l’expérience et des questions de tous. Public averti et impliqué, richesse des interventions.


(JPG)
Christian Combier et Guy Pastre de la Maison de Grigny


L’idée de faire, comme pour la rencontre de Vernoux, un compte-rendu à plusieurs voix, de mettre en réseau références, expériences et apports.

André Aziosmanoff nous a communiqué en double exemplaire deux CD d’une heure et demie et de 66mn. A découvrir - projection collective possible ou copie...

L’objectif : y retenir les points intéressants à mettre en forme de petits clips outils, éventuellement avec commentaire, mais brefs.


(JPG)
Des échanges durs à interrompre...


Un travail intéressant, riche, s’apparentant à la production de ces nouveaux services culturels numériques dont il se parle tant aujord’hui...

Envoyer idées, documents, liens, propositions par courriel à jacqueline.cimaz@orange.fr avec copie à Séverine, cld.valdac@orange.fr. Faire savoir si vous pourriez participer à une séance collectice de travail sur CD début janvier (ou avant)...

J.Cimaz

NB. Premier texte reçu. Un blog spécifique ?



_

Territoires numériques, territoires de mémoire et réseaux sociaux


Une rencontre-débat du CLD-ValDAC en phase avec nos préoccupations à laquelle nous vous invitons à participer...


"A l’heure où de nouveaux logiciels et services en ligne transforment la représentation et la gestion des territoires, où l’appréhension du temps se modifie,

-  quel équilibre trouver entre protection de la vie privée et construction de son opinion pour participer au débat citoyen ?

-  comment structurer les approches patrimoniales et identitaires au regard de l’explosion des réseaux sociaux ?"


RENCONTRE-DEBAT LE MERCREDI 7 DECEMBRE A 18H

SALON D’HONNEUR MAIRIE DE GUILHERAND-GRANGES

AVEC

(JPG) Christian Combier et Guy Pastre

de la m@ison de Grigny (69)






à l’initiative du

CLD-ValDAC (JPG)

COMMISSION CULTURE, DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

ET TIC





Téléchargez l’invitation

PDF - 193.4 ko

_

_


Voyage à Clermond-Ferrand


Un voyage du CAT Culture du CDRA et CLD-VALDAC susceptible d’apporter des références communes et éléments de réflexion en matière de politiques culturelles à divers niveaux d’intercommunauté.

Un choix dicté par une relative similitude quant au poids du rural dans ces regroupements.


(JPG)


Si les modalités de représentation retenues suscitent quelques remarques dans le groupe, c’est d’emblée le poids, la densité et la qualité du domaine culturel qui sont retenus.


(JPG)


A cela, semble-t-il, des raisons historiques et structurelles spécifiques avec :

-  l’importance du domaine universitaire, en nombre, et qualité des secteurs de recherche...

-  l’existence de grosses associations et/ou équipes gérant depuis des décennies de puissants secteurs culturels, associant travail de fond dans la durée et la permanence, et évènementiel de qualité mondialement reconnue,

-  une direction culturelle composée de professionnels très qualifiés susceptible d’écouter, de coordonner si nécessaire, d’impulser, en liaison avec les élus, les associations, les universités et l’innovation en tous domaines.


(JPG)


D’où l’importance et la qualité des recherches engagées, comme en ce qui concerne plus particulièrement la composition et création musicale contemporaines, le court-métrage, et plus récemment, vidéoformes... D’où un soutien de qualité à la création contemporaine...

Des lectures et recherches seront évidemment nécessaires pour confirmer, valider et étayer cette première impression.


(JPG)


Un article, donc, suceptible d’évolution...

Jacqueline Cimaz





_

Forum des associations 2011


sous l’égide de l’OT du Pays de Vernoux.

Un temps convivial, riche et fructueux où se mêlent les apports de chacun, y compris des enfants, n’est-ce pas Siméon qui rentre en CP, et s’intéresse déjà beaucoup à l’écrit, et son petit frère Felice qui, lui, entre juste dans la vie... Tout un symbole au stand du CIAS où nous avons eu droit aussi, sur écran, au sourire de Fanny sur la neige...


(JPG)


Et que sera le monde quand ils auront vingt ans de plus ? Quelles transformations, y compris dans le monde de l’écriture et des arts ?


(JPG)


(JPG)


Au stand des Rias, ça turbine, au milieu des publications.

Fatima Mana explique son écriture et dédicace. Jacqueline Cimaz évoque la jointure recueil de mémoire/création dans l’écriture, le rôle de l’Internet dans la "patrimonialisation" et les niveaux nouveaux d’écriture qu’appelle l’ère du numérique.

Une chance : le réseau Bouyghes est bon au lac et l’accès à l’Internet avec la clé 3G+, acceptable. Les réalisations d’Eliane Baud et Marie des Ponts - bien connues des visiteurs- permettent de montrer et différencier versant "livre numérique" et versant "vidéo", même si "Mon territoire, c’que j’aime/ c’que j’aime pas", la réalisation de cinq collégiennes de Vernoux ne passe, faute de débit suffisant, que de manière syncopée. Mais plusieurs iront la voir de chez eux, comme ils écouteront la chanson de Pierre et l’interview de Jean-Claude Mermet ou se délecteront avec le défilé du Fin Gras du Mézenc...


(JPG)


Une chance que tout cela fonctionne : Jean Nicolas est venu, avec Renée, pour parler de la réédition numérique de sa conférence prononcée au temple des Baraques dans le cadre des Rias en 2007.

"Rébellion et révolte en Vivarais" est téléchargeable sur le site au format PDF, imprimé. Il parait souhaitable d’améliorer la présentation et de la publier sous Calaméo, un projet évoqué depuis plus d’un an. Là, Jean Nicolas est venu explorer les ressources de Calaméo vues au travers de "Quand à l’instigation des Inforoutes de l’Ardèche une petite Bibiothèque publique accroche ses initiatives au ciel arobasé des Villes Internet" et de Roman et cinéma.

Il souhaite en profiter pour revoir un peu le texte et y adjoindre un certain nombre de documents (format image). Ce projet, confirmé, pourrait donc être finalisé assez rapidement [1]

Au passage Raymond Jarjat et son épouse sont passés au stand - Raymond Jarjat qui s’excuse de ne pas aller plus vite dans les identifications mais fait souvent de nouvelles découvertes. Une histoire infinie, mais d’une telle richesse et si émouvante ! Là aussi on est dans la patrimonialisation avec cette figure d’un enseignant sorti du passé et riche de sa réputation, des souvenirs qu’il a laissés, de la personnalité forgée par l’histoire et qui, là, s’enrichit chaque jour de nouveaux détails...

C’est par Internet que Nanette Fert a trouvé Les Rias. L’Internet outil de patrimonialisation, création et diffusion de connaissances... Préludes aux richesses de l’Ere à venir du numérique ?

Jacqueline Cimaz

_

[1] Il devrait demander beaucoup moins de temps que l’édition du livre d’Alain Delarbre et Maurice Reyne, qui n’était pas prêt pour la publication et souffre d’un certain nombre d’incompatibilités logicielles qui alourdissent considérablement le travail de mise en page... L’attente devrait être oubliée après découverte du nombre d’images et de leur richesse documentaire. Moins de temps aussi que le livre de Sabatier dont le travail est bien avancé mais qui attend le temps de la finalisation...



_

Retour sur circuits courts, DP et TIC


avec le reportage prévu de longue date sur "l’Arbre à pain".

Une initiative retenue par le CLD-ValDAC et sa commission "Culture, démocratie participative et Tic" pour son exemplarité...

Une heure de vie dans la boutique, des interviews filmés.

Le film -un simple recueil - serait des plus modestes sans la justesse et l’intérêt des dits. 7mn39 sans générique ni transition.

Il sera présenté en avant-première, mercredi entre 17h30 et 18h15 à la réunion de la commission "Culture, DP et TIC", à Saint-Laurent, au château du Bousquet.


(JPG)


Son contenu en trois clips :

1. Manou Deschamps, éleveuse de chèvres dont elle transforme le lait en fromages et autres produits, explique comment six producteurs se sont regroupés pour ouvrir un magasin. Ils vendent leurs produits, ceux de leurs associés et d’autres producteurs du plateau. produits dont Manou fait un inventaire précis - produits présents, produits sur commande (pour la viande), produits "prévus" pour l’année prochaine [1] L’obligation pour les producteurs : assurer la vente, par deux, chacune des trois matinées d’ouverture...

2. Agnès Chatelard, maraîchère, qui avant faisait les marchés, explique les changements entraînés par la vente en magasin. Plus d’exigences des clients en matière de présentation des produits notamment. Une relation différente, d’où la nécessité de s’adapter... Mais bien sûr qu’il faut et faudra continuer ! Question d’apprentissage, de rodage...

L’importance de la qualité - une question de choix qu’elle qualifie de "personnels" plutôt que de "citoyens". Les deux ne sont-ils pas les deux faces d’une même exigence ?

3. Manou Deschamps se félicite de cette réalisation, du "faire ensemble" et du "aller jusqu’au bout". Elle se situe en militante du C.I.V.A.M.  - ce Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu Rural. Des traditions, un attachement à l’Education Populaire...

Du grain à moudre pour la commission : quelle culture ? Quelle patrimonialisation ? Création de connaissances ? Quelle valorisation ? Quel réinvestissement dans des territoires de projet à définir ? [2]


(JPG)


Ils vont, nous dit-elle, créer un site Internet dans un an ; pour le moment juste le courriel, et pas pour les commandes. On préfère les relations directes. La machine, qui en cas d’orages ne fonctionne plus...

Un Internet machinique opposé à la relation directe. Mais où sera la machine dans cinq ans ? Avec les objets intelligents ?

Un autre débat à aborder. Et qu’il faut aborder parce que là aussi les enjeux culturels, citoyens et personnels sont considérables...

Bref, un document très riche et qui concentre l’essentiel des problématiques actuelles.

Venez en débattre ce mercredi 7 septembre à Saint-Laurent, dès 17h30. D’autres vidéos seront présentées sur le même sujet, émanant d’un autre CLD. Des témoignages aussi. De quoi enrichir encore le débat et contribuer à l’impulsion de tels projets...

Jacqueline Cimaz


NB. Le fim pourra être diffusé plus largement ensuite, après résolution de petits problèmes techniques et finalisation...

_

[1] comme les glaces...

[2] ce qui renvoie au travail des Rias avec les "Amis du Mézenc", de la Fête de la Science 2010 à la participation début juin à la Fête du Fin Gras...



_

Culture, DP et TIC, un couac

dans les invitations.

Les membres les plus anciens de la commission et les plus récents n’ont pas été informés de la réunion.

La commission "Culture, démocratie participative et TIC" est une commission qui a toujours été ouverte et pour laquelle informations et invitations ont été envoyés à tous les inscrits au CLD, par courriel et annonce.

Là il y a eu malentendu et nous demandons à chacun de nous en excuser.

Une réunion restreinte donc, où l’on a évoqué les circuits courts. Pour parler des démarche, avis, témoignages, il eut fallu que les acteurs soient là, aient été invités - ce qui sera fait pour la rentrée après enquête et reportage...

Nouveaux domaines et rôles des TIC à l’ère du numérique : une question à peine abordée alors que s’ouvrent à grande vitesse des continents insoupçonnés. Obligation impérieuse d’une veille citoyenne car les enjeux sont proportionnels à la puissance des nouveaux outils... Là aussi une information sera faite avant la réunion de rentrée...

Apports possibles du CLD et de ses commissions ou faire vivre la démocratie participative - écouter, informer, écouter, repérer et interroger l’émergent et l’inédit... Réunion de rentrée prévue le 5 septembre à 18h30, et ouverte à tous...

Jacqueline Cimaz

NB. Nous envoyer déjà vos suggestions...



_

Les chemins de la mémoire


Une manifestation traditionnellement organisée par la FOL de l’Ardèche, soucieuse de la transmission de la mémoire et de l’education citoyenne.

D’où, cette année, le choix du secteur de Saint-Agrève où tant de personnes, tant d’enfants furent cachés pendant la seconde guerre mondiale.

Enracinement dans les lieux évoqués et dans la marche elle-même, grâce au parcours de mémoire du matin, de Devesset à Saint-Agrève.

(JPG) Lecture par les bénévoles du livre de Didier Daneinckx, avec illustrations de PEF, édité par "Rue du Monde". Le devoir de désobéir aux ordres scélérats, la dimension civile des résistances.

Un thème cher aux initiateurs du projet de création d’un "Centre International pour la paix, l’accueil, la tolérance" sur le Plateau Vivarais-Lignon, une initiative du SIVOM Vivarais-lignon.

Jacqueline Cimaz a représenté l’Education Nationale au Comité scientifique de ce centre entre 2000 et 2003 et participé à ce titre à maints colloques, à des initaitives comme celles accompagnant la divulgation de "Matin Brun" de Franck Pavloff, édité par Cheyne Editeur.


C’est pour cela que les enseignants de Saint-Agrève ont suggéré de l’inviter à venir témoigner sur "Les enfants cachés". Ils ignoraient qu’elle avait poursuivi le travail sur ces questions dans un cadre associatif, avec le point d’orgue que fut le spectacle "Résistances", torsadant documentaire et fictionnel et court-circuitant les périodes par la force de ces valeurs d’ici qui ont souvent articulé résistances civiles et armées...

Ils ignoraient aussi que par un autre concours de circonstances, l’histoire de Saint-Apollinaire-de-Rias s’était enrichie de celle de la famille Combe, de celle de la famille Schlenker, cachée chez les Chapus [1], avant de l’être à la Clu par André Chave...


(JPG)
Disponibilité de la FOL, bénévolat de qualité et discours apprécié du Président Auzias ;


Des apports qui ont nourri la volonté d’approfondir en initiant, avec l’aide de la DRAC ethnologie, un travail ethnologique avec une professionnelle - Sylvette Béraud-Williams - par ailleurs connue de tous et appréciée.

Plus de cinq années de travail articulant l’associatif et le professionnel, une exposition intermédiaire puis finale, auxquelles se sont ajoutés l’exposition et le DVD des lycéens du Cheylard sur Auschwitz.

Puis une décision associative de publication, orchestrée, à partir des cinquante six entretiens et rédigée par Sylvette Béraud-Williams avec l’appui logistique de la Commission Collecte de Rias. C’est "Entre silence et oubli, mémoire d’un quotidien rural bouleversé". Un grand et beau livre.

Enfin il y a le site Internet, mémoire, organisation, mise en relation, structuration, et communication...


Une préparation délicate donc : qu’éliminer pour apporter aux élèves références essentielles et matière à réflexion ?


Un parcours s’est finalement imposé :

-  1. lecture d’une image - une des 18 affiches illustrant, à partir d’exemples choisis en Rhône-Alpes, les trente articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme, une série coordonnée par Alain Baraquie de Plan-Fixe et Michel Kneubühler de la DRAC Rhône-Alpes,

Une affiche projetée sur écran à partir du site de la DRAC et dont la lecture par les élèves s’est avérée beacoup plus difficile qu’on ne le pensait [2]


(JPG)
Des enseignants impliqués et des élèves attentifs... Une belle réussite...


-  2. Lecture sur le site du récit du sauvetage des enfants Wertheimer à Lamastre, pour montrer que ces pratiques résistantes s’étaient étendues bien au delà du plateau Vivarais-Lignon, pour montrer aux élèves une désobéissance civile scolaire, où se conjugent les actions des enseignants et celles des élèves, et enfin parce que ce récit est écrit par des élèves de collège aidés par M.Aguettaz, un documentaliste historien de formation. De plus ce texte qui a obtenu le 1er prix ex-aequo du concours Départemental de la Résistance, est publié sur notre site...

Cette lecture a aussi établi un lien utile avec "La colline aux mille enfants" vue par plusieurs des classes reçues.


-  3. Ensuite, l’apport de l’histoire, patiemment reconstitué ces dernières années, du séjour de la famille Schlenker en Ardèche.

Quelques rectifications quant aux lieux, aux trois "Justes" de Saint-Apollinaire : Lydie Brunel qui a caché le jeune Cohen lors de la rafle de Vernoux, Lydie Chapus et André Péatier...

André Chave, par contre, est de Saint-Maurice-en-chalencon...

Par ailleurs MM. Saluste et Montet ont caché à Saint-Basile, Henri Mourier à la Clu, sans voir été cités : le temps des investigations, recherches, vérifications indispensables à l’histoire...


On a caché, sauvé à Désaignes [3], Lamastre, Saint-Apollinaire-de-Rias, Saintt-Basile, Vernoux (Mme et M.Etienne !], St Maurice-en-Chalencon, [4] Saint-Michel-de-Chabrillanoux...


(JPG)
Les résistants de Vanosc et l’interrogation du passé...


-  Quelques évocations ou citations ont été perçues comme fortes par les élèves :

-  le dépôt par Michel Schlenker, comme "objet de résistance", d’une photo de ses trois enfants, pour montrer "qu’avoir sauvé des vies avait permis à d’autres vies d’apparaître" ... De plus ces trois enfants ont fait de brillantes études et contribuent par leurs recherches et leur travail, eux issus d’une famille juive allemande, au développement de la France, ce pays où on a sauvé leur grand-mère et leur père...

-  les mots d’Alfred Juston après le spectacle : "Quand on voit des gens qui nient l’existence des chambres à gaz, d’Auschwitz, tout ça ! Pourtant c’est bien vrai ! Et oui, il y avait deux juifs qui sont venus ce jour là. Ils avaient été cachés par des gens je ne sais où..."

-  l’intermède de Michel Schlenker lors de la projection du diaporama sur le magnétisme, dans le cadre de la fête de la science 2007, pour dédier cette manifestation

« aux Ardéchois qui, au péril de leur vie, m’ont permis d’échapper à l’issue prévue pour moi, le four crématoire. »

-  les propos d’Eva Schlenker soulignant le vivre toujours avec la peur, même 60 ans après, et la culpabilité d’avoir survécu alors que tant sont morts [5]...


Des questions ont été posées sur les camps d’extermination, le gaz et le crématoire alors que certains avaient vu des images avec des tas de cadavres...

Devoir de mémoire ? Droit de savoir aussi...

Jacqueline Cimaz


NB. Aux marges des contacts avec d’autres intervenants et témoins dont ceux de Vanosc évoquant le parachutage de Devesset. Un projet possible en concertation avec une élue d’Annonay pour recueil des témoignages. Sylvette Béraud-Williams, contactée, serait disponible et intéressée. Ne restent que les financements à trouver et le projet à monter...



_

[1] dont la fille Lydie a reçu la Médaille des Justes

[2] non identification du landau et des fonctionnaliés de l’ensemble landau/valise/traversin... Une affiche dont le texte d’accompagnement renvoyait justement au Centre non advenu, " Centre International pour l’accueil, la paix et la tolérance..." et insistait sur "l’identité historique et spirituelle du plateau et sur la tradition d’accueil des réfugiés (avant le XXème siècle, le Vivarais-Lignon avait déjà servi de refuge aux protestants pourchassés après la Révocation de l’Edit de Nantes, en 1685)"

Affiche consultable sur le site de la DRAC , série que nous avait signalée Alexis Chazard, de l’ERBA de Valence, dans le cadre de notre projet "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia". Une affiche que chaque classe a finalement lue, avec une forte tendance à cacher un bébé dans le landau... [[une affiche qui parlait d’autant plus à Jacqueline Cimaz qu’elle a, elle-même, connu l’exode dans une remorque tirée par le tandem de ses parents, ce qui a été dit à l’une des classes...

[3] cf le travail de M.Bernard !

[4] Mme Keller

[5] 18 personnes dans la famille de Fränzie Schlenker.



_

L’arbre à pain offre ses fruits....


Depuis quelques jours, un point de vente particulier a vu le jour à Vernoux : "l’arbre à pain".

Il s’agit d’un lieu de vente où des producteurs locaux viennent vendre leurs produits directement.

Une très belle initiative, encouragée par le CDRA Valdac, pour promouvoir ce que l’on appelle « les circuits courts. »

"L’arbre à pain" est ouvert les mardi, jeudi et samedi matins.

Michel Cimaz


(JPG)





_

Rencontre CLD/CDRA du 4 mai

Une réunion fructueuse qui a permis divers approfondissements portés par les réunions récentes du pays de Vernoux et de Chabeuil .





_

Un Bureau réflexif

où l’on s’interroge sur les finalités et surtout sur les modalités de mise en oeuvre des recompositions territoriales en cours.


(JPG)


Prescriptions pour mises en oeuvre démocratiques ?





_

Une plénière fructueuse

Chacun avait envie d’avancer et puis l’entrée par des informations précises sur les recompositions territoriales, d’un bon niveau, et enrichies par l’analyse de l’expérience, a permis d’aborder avec recul et sérénité les évènements en cours, auxquels tous sont confrontés et pour lesquels personne ne détient de solution magique.


(JPG)


Donc un premier consensus sur cette analyse et la nécessité qui en découle pour le ou les CLD d’informer et associer les citoyens dans un cadre régional articulant toujours mieux réflexions distanciées et de proximité pour plus de lisibilité.

Le sentiment partagé, aussi, que, quelles que soient les évolutions, la collégialité est le mode de fonctionnement appelé aujourd’hui par le développement des nouvelles modalités de communication et travail collaboratif.


(JPG)


Consensuel né d’analyses approfondies, de références posées et partagées, du constat de la proximité des objectifs et de la complémentarité des actions...

Des perspectives prometteuses et le souhait partagé de refaire régulièrement de nouvelles plénières et travailler ensemble.

Jacqueline Cimaz et Fatima Mana

NB. Il faudra un peu de temps pour collecter, rassembler, traiter et choisir des extraits vidéos des interventions d’Hervé Saulignac et Dominique Allain. Un ou deux brefs extraits seront mis sur ce site. L’essentiel devrait pouvoir être publié sur le site du CLD ValDAC





_

Un espace libre pour la parole citoyenne


Cet espace libre sous forme de réunion de proximité, aménagée par le CLDValDAC, entité citoyenne énigmatique pour de nombreux habitants du territoire, aura permis à chacun de s’exprimer.

Venus ou passés en coup de vent, écouter, intervenir, situer, confronter le concret, les citoyens présents ont fait le tour de la ruralité, l’ont installé sur ses réalités, passé en revue ses potentialités, décliné au point de vue, à l’expérience ses atouts.

Au temps qu’il faut pour qu’une idée prenne racine dans le terreau fertile citoyen...

Recenser le réel à la parole, paroles en prise sur le réel entrecoupées d’interrogations, de constats, de propositions, l’expression citoyenne s’est abondamment déversée, réduisant la distance comme quelque chose que l’on avait du mal à situer et qui soudain devient nécessité simplement à portée de connaissance.

Fatima Mana


(JPG)
Des débats très riches, des propositions renforcées, des idées pour le développement du rural, l’union ruraux/néo-ruraux, mais le poids énorme de l’annonce de l’éclatement programmé d’Eyrieux-aux-Serres vécu comme l’anéantissement brutal d’années de travail pour construire.


NB. Un compte-rendu détaillé va être fait et mais circulera avant publication entre les participants qui ont laissé leur adresse e-mail, comme convenu, pour mise au point collaborative.





_

"Small is beautiful"



d’Agnès Fouilleux, le film présenté le 28 mars à Saint-Apollinaire-de-Rias, aux Baraques, dans le cadre de la semaine posant le problème d’alternatives aux pesticides.

Un très beau documentaire, intéressant par un contenu de grande qualité et par la qualité de l’écriture cinématographique.

Un travail de l’image utilisant les flous, les superpositions... mais toujours pour faire sens [1].

Une "musique" ou paysage sonore avec un extraordinaire travail de la voix comme mélopée d’un ailleurs lancinant, récurrent, rappelant les problèmes et posant l’humain. Quelque chose qui conforte et prolonge pour nous le travail fait sur Glissant pour ce Printemps des poètes 2011- à partir d’"Archipels infinis", son beau texte sur Barcelo publié par Yvon Lambert...


Le son d’Agnès Fouilleux

Un film à voir et revoir...


(JPG)

































Remarquable.

Un public conséquent, des rideaux qui ont fait leur preuve et un temple bénéficiant d’un nouveau moyen de chauffage...

De plus, de nouvelles références artistiques pour la poursuite de notre travail du numérique en bibliothèque...

Jacqueline Cimaz

_

[1] "Small is beautiful" d’Agnès Fouilleux 2010 - Association Bonnette et Minette - Les Abisseaux - 26420 St Martin en Vercors.






_

De nouvelles réalités pour un territoire commun


Rencontre et acteurs du territoire, deux nécessités réunies pour une mise en débat, proposée par la commission Culture, Démocratie Participative et TIC du CLD/ValDAC.

Cerner puis écrire d’autres réalités pour un territoire commun, de la réhabilitation des savoir-faire aux regroupements de producteurs ou groupements d’achats, sont des exemples où la parole s’est appuyée et a circulé à l’air libre des idées.

Des aspects économiques, éthiques et autres sujets ont servi de support à une mise en débat ayant comme toile de fond, la préparation de la rencontre citoyenne du 9 avril, programmée en simultanée sur le territoire de la Drôme (Chabeuil) et celui de l’Ardèche (Vernoux).

De par l’échange et la mutualisation d’idées ressources portées par des citoyens impliqués, s’est frayée dans cette réunion, de la prospective lisible à l’oeil nu.

Un réel dont la teneur dépend et se construira avec tous.

Fatima Mana (membre du Bureau Collégial du CLD ValDAC, responsable de la Commission Communication)


(JPG)


Préparatoire à la rencontre du 9, une réunion pour avancer sur du concret...

Ou, le CLD, outil pour les citoyens, instance de démocratie participative permettant de recueillir l’expression des besoins, les propositions des acteurs et habitants du territoire et de les faire connaitre. Un outil pour porter ces dits à la connaissance de tous, alimenter le débat citoyen, un moyen de mieux répondre aux demandes du CDRA et, éventuellement de porter de nouvelles propositions émanant du terrain. A côté de la démocratie représentative, en complément et interaction, faire vivre une démocratie participative.

C’était la position des personnes qui animent au sein du CLD la commission "Culture, démocratie participative et TIC", étayée par des sondages informels, des recueils de propos et observations. Un contexte, semble-t-il, de recompositions territoriales peu lisibles, d’entrée très rapide dans l’ère du numérique, sans que toutes les précautions soient forcément prises ni que le public soit assez formé et informé, encore moins associé, un contexte d’abstentionnisme électoral massif et de difficultés quotidiennes qu’accroit le dysfonctionnement de services publics et d’administrations perçus comme exsangues... Le rôle des différentes institutions, du CDRA et du CLD là dedans ? Paradoxalement, des initiatives sur le territoire...

Il paraissait donc important de dépasser les impressions et de recueillir directement les avis et propositions d’acteurs concernés du territoire, avant même de présenter des propositions d’aides, aussi intéressantes soient-elles. Une démarche que souhaitait mettre en oeuvre le Bureau Collégial du CLD ValDac.


(JPG)




































Une première réunion intéressante et fructueuse sur le plateau, à Saint-Apollinaire-de-Rias, et qui a duré plus que prévu ! Non qu’elle ait permis d’aborder tous les domaines mais déjà d’écouter chacun, de préciser certains besoins et certaines interrogations.

La question posée maintenant c’est, à partir de ces données, d’élargir cette quête sur des bases concrètes lors de la réunion du CLD du 9 à Vernoux avec les associations et les citoyens pour élargir et approfondir les propositions et se donner ensuite un plan de travail pour rechercher les aides nécessaires à la concrétisation de projets et de réalisations.

Des interlocuteurs sont disponibles ; des offres sont faites, à ajuster aux besoins avec les intéressés eux-mêmes. Un processus enclenché, pragmatique, encore fragile, à faire vivre...

Premiers besoins recensés le 30 mars :

-  création de groupements d’achats, instauration de négociations avec les Proxy... pour l’écoulement et la valorisation des produits régionaux... (initiative(s) en cours...)
-  atelier de découpe, transformation, conditionnement sur place (pour les amorces de circuits courts émergeant sur le territoire, qui peuvent se développer et évoluer vers une contribution importante à la recherche d’une autosuffisance alimentaire de qualité...)
-  Ressourcerie...
-  création de pépinières - et problème d’eau...
-  création d’un centre équestre axé sur le relationnel et la découverte et non la compétition...
-  aide à l’installation de jeunes agriculteurs ménageant autonomie et fonctionnements solidaires... Diverses associations citées dont "Terre de liens" , "Centre de ressource des circuits courts au niveau Rhône-Alpes"...
-  développement des fermes pédagogiques ...
-  installation de bistrots de pays multiservices dans les villages...
-  développement de structures médicales et hospitalières de proximité, à penser...
-  création d’une entreprise d’édition numérique (et imprimée) axée sur la création locale de connaissances et leur valorisation...

Des propositions qui devraient nourrir le débat du 9, s’y enrichir et s’y préciser...

Compte-rendu Jacqueline Cimaz (membre du Bureau Collégial du CLD ValDAC, responsable de la Commission "Culture, Démocratie Participative et TIC")


NB1. Un document de la Région trouvé sur le Net A lire...

NB2. Le fictionnel fait souvent avancer. A noter que l’Association Les Rias vient de lancer un appel à l’écriture (ou au récit oral à enregistrer, ou en images...) sur les rapports ville/campagne en 2050.








_

Un temps festif

Ce jour là, des grappes de lumières ouvraient une large brèche sur le printemps, effritant irrémédiablement l’hiver même si l’on sait qu’en avril...

Saint-Sylvestre et son gymnase aux lignes épurées de contemporanéité accueillaient cette manifestation portée par le CDRA/ValDAC sous l’impulsion de sa commission culture et patrimoine [1].

Intégré à la rencontre, un temps festif invitant les acteurs culturels du territoire à venir présenter leurs actions et échanger. L’association Les Rias y était.

De la belle occasion pour expliquer, démontrer par écran interposé le travail réalisé ou en cours, zoomer sur telle animation représentative de la démarche associative.

L’autre temps fort de cette manifestation était la présentation officielle de l’extranet, outil collaboratif lancé par le CDRA, favorisant les échanges au sein du réseau culturel, le but étant de mutualiser les informations, participer et dynamiser l’offre culturelle.

Spectacle et collation clôturaient cette journée, alimentée par de riches échanges.

Fatima Mana


(JPG)







































(JPG)



































Objectifs atteints. Une première qui fera date


-  par le nombre et la qualité du travail présenté par les participants,

-  par la nature du public - des visiteurs avertis, connaisseurs, avec des exigences de bon aloi quant à la qualité du travail présenté,

-  par une organisation dynamique, conjuguant travail et festif, l’ascendant - avec les exposants et échanges - et le descendant - avec les documents offerts, les échanges aussi et le spectacle final [2]





-  par le choix d’une présentation en milieu rural, un milieu rural ainsi structuré par un réseau vivant, divers, et de proximité, maillant le territoire ou maillé par lui...

-  les structures les plus innovantes en matière de qualité, de recherche, création, et de médiation, étaient présentes...

Un caractère innovant à l’heure de l’ère numérique, ce que soulignait la remise du disque de bronze "Terre à clic" à Pierre-Antoine Landel, chef de projet ValDAC, pour le territoire, par Véronique Roussel, rapporteur régionale.

Une belle réussite, une expérience à renouveler, et en milieu rural... par contre en choisissant un lieu couvert par le haut débit... [3]

Jacqueline Cimaz


_

[1] animée par Jacques Dubay, vice-président du CDRA chargé de la Culture

[2] Remarquable ! "Welcome to my head" par Jordi Querol ("Subliminati Corporation") "Un mélange étrange de jonglage, breakbeats bronchitics et bruitages"... Quelque chose qui tombe à pic pour ouvrir de nouvelles perspectives à notre travail en cours sur les paysages sonores ?

[3] Il aurait été intéressant, alors qu’on présentait un extranet culturel et que s’est posée la question de l’indispensable interaction de cet extranet avec les sites, blogs ou murs des diverses structures, de pouvoir découvrir ceux-ci dans chaque stand... Quand on parle de la création locale de connaissances et du rôle des sites en la matière, pour la communication et la valorisation (donc, aussi, la patrimonialisation), on aurait aimé pouvoir montrer, d’une part, et, de l’autre, recueillir, par enregistrements audio, remarques et avis comme contributions à cette création collective... L’an que ven ?




_

La biodiversité ? Le 29 à Saint-Apollinaire

Entre Fête de la science 2010, "De biodiversité en bioétique", avec les interventions de Pierre Froment, Christian Giroux et Pierre Mermet et avant notre voyage de prairies en Fin Gras du 5 juin, un fim d’Agnès Fouilleux "Small is beautifull", fort bien choisi... dans le cadre de la "Semaine pour les Alternatives aux pesticides

(JPG)












































La bande annonce du film sur Allo-cine :

NB. Cliquer dans le noir pour faire apparaître l’écran et sur le triangle pour lancer la vidéo.

Lundi 29 mars, 20h, au Temple des Baraques. Film et débat...

Jacqueline Cimaz





_

Pour une rencontre fructueuse


Le samedi 9 avril de 9h30 à 12h le CLD ValDAC rencontre les citoyens et associations du territoire à Vernoux (salle sous la poste) et Chabeuil.


(JPG)

















Le film du CLD tourné fin 2009 sera présenté et nombre de personnes ayant participé à des micro-trottoirs pourront s’y voir et entendre. Le film sera remis à chaque association et aux personnes filmées.

Afin que ce type de rencontres soit le plus fructueux possible nous avons décidé

d’en élargir la préparation aux acteurs du territoire

dans le cadre d’une réunion exceptionnelle de la commission « Culture, démocratie participative et TIC »

Cette réunion préparatoire aura lieu le mercredi 30 mars à 18h à la salle municipale aux Baraques, à Saint-Apollinaire-de-Rias (route Vernoux/les Nonières)


(JPG)































Nous proposons trois entrées possibles :

1. les aspects économiques avec l’apparition, par exemple, pour l’agriculture, de circuits courts souvent conçus comme moyens d’avancer vers une autosuffisance alimentaire de qualité, la diversification des sources d’énergie, les services...

Quels besoins ? Quels outils ? Quelles propositions ?

2. Quelles perspectives à l’ère de la numérisation ? Quel rôle de la culture ? Quelles évolutions des rapports villes-campagnes ?

3. Quels apports possibles du CLD et de ses commissions ?


Pour la Commission « Culture, Démocratie Participative et TIC »,Jacqueline Cimaz, référente, Eliane André et Fatima Mana, trois membres du Bureau collégial du CLD-ValDAC





_

Semaine sans pesticides, une inauguration intéressante.

Déjà le cadre : une exposition disques-planètes en 9 petites toiles carrées dans un grand carré. Neuf fois. "neuf polyptiques" dit l’auteur. Cadre strict évoquant Mondrian ou Théo Von Doesburg, comme pour contenir l’émotion, l’inquiétude et la passion par la géomètrie.

"Déambulation planétaire", le titre de l’exposition de Valérie Bonnassieux.


(JPG)

































(JPG)


































Et ensuite, ça va déambuler. La danse s’empare des planètes, ajoute son regard, son écriture. Une gestuelle sobre, condensée, convaincue, de Véronique Léon.

Un travail de médiation préparé avec Anne-Marie Rivalland, danseuse et chorégraphe privadoise.

Mieux qu’un discours, des ressentis personnels, dits avec un langage choisi, simplement, avec cette sobriété qui découle d’un gros travail en amont.

Un spectacle qui parle plus que maints discours.

Un travail de médiation, pensé et réussi pour l’entrée dans une semaine qui devrait développer information et réflexion.

Jacqueline Cimaz

NB. Tout le programme des manifestations locales, au jour le jour, sur le site de la semaine.





_

Incontournable d’une structure : son AG


Nous avons participé à l’AG de l’OT du Pays de Vernoux. L’article de Fatima Mana :

Une AG est le point d’orgue des structures oeuvrant tout au long de l’année sur le territoire, comme l’office du tourisme du pays de Vernoux.

Rayonnant sur l’ensemble des communes de la communauté de communes, l’Assemblée Générale de l’OT s’est installée le temps d’une rétrospective sur la commune de Saint-Jean-Chambre.

Même bien rodé, le principe façonne les derniers jours précédents la présentation officielle, d’une incontournable pression nouée à la volonté d’exposer une rétrospective conforme à l’obligation de restitution.

Temps de proximité partagé avec les communes, les structures associatives et les habitants, concernés par le travail de l’OT, intervenant au niveau du tourisme mais aussi avec les habitants de tout le territoire.

Respectant les diverses chronologies des rapports et autres bilans, inséparés des actions jalonnant l’année écoulée, l’Assemblée Générale de l’office de tourisme du plateau de Vernoux s’est achevée autour du pot de l’amitié.


(JPG)



































Professionnalisation, sérieux, lisibilité. Approbation unanime de l’évolution de l’OT. la qualité du travail soulignée.

De notre part un encouragement pour le projet de mise en place et tenue d’un blog ; et la proposition de participer à une réflexion sur Blog ou site - outil et support de patrimonialisation.

Jacqueline Cimaz





_

CLD, " Culture, démocratie participative et TIC"


Un travail s’est engagé sur le territoire, à l’initiative du Bureau, pour ré-informer les citoyens de l’existence du CLD et de ses apports et utilisations possibles...


(JPG) Une consultation est aussi en cours sur les aspects plus spécifiquement économiques car de nouvelles pratiques émergent - notamment au niveau de circuits courts souvent conçus par leurs initiateurs comme des moyens d’avancer vers une autosuffisance alimentaire de qualité.

Des propositions devraient émerger dont certaines peuvent éventuellement conduire à terme à des créations de SCOP. [1]


La commission a élaboré en 2010 un outil dont le contenu est utilisé par le Bureau et qui devrait permettre d’avancer notamment avec les divers groupes et commissions - un outil qui pointe les articulations administratives et fonctionnelles et illustre le règlement intérieur, notamment pour ce qui concerne la liaison CLD/acteurs du territoire (dans laquelle s’inscrivent les prochaines rencontres de Chabeuil et Vernoux)


Ce travail s’inscrit dans un contexte marqué par deux nouvelles données de poids :

-  l’Observatoire des politiques culturelles fait découler l’économique et le social de la culture et non l’inverse.

A un moment où il devient évident pour tous que la numérisation est quelque chose de plus important dans l’histoire de l’humanité que ne l’a été la découverte de l’écriture, c’est un secteur qui appelle information, recherche et formation, notamment par le repérage et l’impulsion de nouvelles pratiques participatives.

Le choix du fonctionnement collégial du Bureau s’enracine évidemment [2] dans les formes émergentes de communication et travail collaboratif en ligne.

-  nous suivons de près, en ce domaine, une réflexion riche et approfondie de la Région qui a choisi l’entrée culturelle pour poser le problème.

Le travail par l’Internet est aussi un moyen de réduire les déplacements et devrait induire des modifications inédites des relations villes/campagne. Il parait intéressant qu’une journée d’étude soit organisée en ce domaine par le CLD. Une manière d’approfondir la prospective et de pouvoir appréhender de manière sereine et constructive les questions relatives aux recompositions territoriales en cours.


Vos avis et propositions nous intéressent.


Jacqueline Cimaz, animatrice de la commission "Culture, démocratie participative et TIC" du CLD ValDAC

NB. Une réunion de la commission "Culture, démocratie participative et TIC" devrait avoir lieu prochainement.



_

[1] Dans un second temps, une information sur les ressources de l’ESS en ce domaine s’avèrera vraisemblablement nécessaire. Le PNR aidant ce type d’action et ayant développé une réflexion approfondie sur ces thèmes, nous sollicitons sa participation en amont, déjà, pour aide à la phase de conception.

[2] peut-être avec une ou deux ou trois années d’avance...



_

Bureau du CLD

Une situation compliquée et l’expression de beaucoup d’inquiétudes, y compris en matière de démocratie.


(JPG)
























_

Des structures sur un terrain commun


Cette rencontre, mise en place par le CLD ValDAC avait pour toile de fond l’ESS.

(JPG) D’arriver à localiser les attentes de chacun, les installer sur un territoire commun, les formuler, les cerner, les développer à partir des réalités des structures représentées : sites de proximité des Boutières, CEDRE et CLD avec pour socle de discussion, diagnostic déjà effectué et fiches actions, a permis de dégager des objectifs et d’envisager une dynamique commune.

Travailler autour des attentes des uns et des autres tout en respectant la démarche de chacune des structures présentes a facilité un premier défrichage et profilisé le futur terrain d’action.

Le CLD se conjuguant au participatif avec tous les citoyens de son territoire.

Fatima Mana


Suite à cette réunion, les membres ardéchois du Bureau de du CLD présents ont décidé de poursuivre la consultation des acteurs du territoire pour mieux cerner les besoins économiques de celui-ci...

_

Diagnostic jeunes du CIAS


Une nouvelle réunion en direction des associations à laquelle nous avons participé.

Retour utile sur les données et échanges pour une recherche concertée de solutions et propositions.

(JPG)


Nous avions depuis longtemps l’idée de faire un travail sur les petits films vidéos tournés avec le téléphone portable.

Une idée qui remonte à plusieurs années, à un CAT culture du CDRA-ValDAc au Lux, où nous avions découvert la richesse et la diversité de ce que faisaient les jeunes avec cet outil.

L’an passé lors des journées sur l’image au Lux, nous avons assisté à une nouvelle présentation orchestrée par Labourdette.

Une évolution fabuleuse en trois, quatre ans ; diversité accrue et des avancées des plus signatives en matière de qualité.

L’idée donc, depuis pas mal de temps, de faire quelque chose en direction de ces jeunes ados qui sont la tranche d’âge la moins représentée en bibliothèque. Et puis nous avons l’habitude de filmer avec les appareils photos numériques - de petits films, vite mis sous Daily Motion et incorporés sur le site...

Mais il manquait quelque chose pour lancer un projet qu’on sente bien, qui colle aux besoins...


Et là, en redécouvrant ces statistiques et études, ces difficultés de rencontres entre jeunes et acteurs culturels, d’un coup l’évidence a jailli. Bien sûr, il fallait partir du territoire puisqu’il avait été pris en compte dans l’enquête ; et puis, ce territoire c’est le lien, le lieu commun aux jeunes et aux acteurs.


(JPG)


A la sortie de la réunion le projet avait pris comme prend la mayonnaise - d’un seul coup. C’est le projet qui est sur le site, enrichi en références sitographiques par quelques échanges ultérieurs avec le coordonateur Enfance-Jeunesse du CIAS. Reste à contacter les personnes dont nous souhaiterions qu’elles participent à un jury pour lequel nous avons été très ambitieux...

Nous sommes à la disposition du public en bibliothèque les mardi et jeudi en fin d’après-midi. Nous pouvons aider au montage avec Movie Maker...


Les trois volets retenus dans le cadre de la préparation de notre Fête de l’Internet devraient s’étayer mutuellement.

-  volet création numérique entre vidéo/"forme livre", pour le groupe des habitués - aux confins de la Fête de l’Internet du Printemps des poètes,

-  volet pour grands débutants afin d’amorcer d’un même mouvement, reflux de l’illectronisme et montée de la culture numérique , ou l’accès au numérique comme moyen de patrimonialisation - la source d’arobases... L’inscription à Créatif...

-  volet Concours ados, un domaine bien particulier de la création vidéos qui peut conduire loin, même vers les Qcodes et l’interactivité (à voir pour l’an prochain ? en surfant sur l’arrivée des systèmes d’objets intelligents ?)

Bref un bel appel d’air, et la fécondité de partenariats innovants...

Jacqueline Cimaz





_

Le sentiment d’avancer


Bien avant de s’achever, se plante bien en évidence, dans cette réunion du bureau CLD l’impression d’avancer.

Notamment concernant la mise en place d’actions citoyennes articulées autour d’un calendrier avec des dates bien arrêtées maçonnant perspectives et concret.

Par exemple, la mise en place de deux rencontres simultanées, une côté vallée (Chabeuil), l’autre sur le plateau ardèchois (Vernoux), le 9 avril.

Deux paysages pour un regard commun sur notre territoire, et la volonté du CLD de tisser des liens citoyens pour agir.

S’introduisent dans les conclusions de cette réunion, des consonances positives, prenant appui sur le promontoire du faire ensemble.

De là, une vue imprenable sur la démocratie participative en train de s’écrire.

Fatima Mana


(JPG)
Photos et planche, Jacqueline Cimaz





_

Une présentation des plus réussies


(JPG)


Introduit par Michel Cimaz, Vice-Président du CIAS, ce diagnostic sur la jeunesse du canton de Vernoux, présenté par Colin Charvet, correspond à l’intention de créer un lieu spécifiquement adapté aux besoins des adolescents du secteur.

L’animateur jeunesse du CIAS, maîtrisant son sujet sur le bout des doigts de la réalité les a rencontrés, les questionnant sur le regard qu’ils portent à leur territoire.

Interlocuteur privilégié, travaillant régulièrement avec eux, Colin expose dans une synthèse claire, la parole et la place qu’occupent les jeunes sur notre canton.

S’appuyant sur une réflexion « les ados : on ne les voit pas », Colin à sondé plus de 200 jeunes ; en filigrane, créer une structure où ils pourront s’exprimer, être entendus, accompagnés dans des projets qui sont les leurs. Bref, un endroit bien à eux sans pour cela les dessaisir du monde autour.

Le technicien de la CAF, autre intervenant, expose le concret financier, lié à toute action menée avec rigueur et souligne à la fois le bien fondé de ce projet faisant émerger le besoin réel d’un tel lieu sur notre territoire et note au passage le professionnalisme de cette enquête.

Colin Charvet termine sa présentation en invitant les personnes intéressées par ce projet, à s’inscrire dans les différents groupes de travail qui avec l’aide des premiers concernés, les jeunes, permettront de mener à bien ce nouveau lieu de vie de notre territoire.

Fatima Mana

NB. les Rias qui avaient participé à la consultation préalable, seront partie prenante du travail participatif qui s’instaure.





_

Taillé à même l’ordre du jour

Taillée à même l’ordre du jour, les membres du bureau du CLD dégagent la ligne de front des différents points à aborder, cités dans la convocation.

Nourris aux avis de chacun rapportés diligemment par Severine sur la page blanche, ils sont discutés dans l’espace étroit du temps à parti qui défile à la vitesse de la lumière.

Si l’utopie à ses propres mesures intemporelles, la mise en oeuvre d’une volonté commune d’impliquer et d’associer le citoyen à la vie de son territoire, donne à la réalité le sentiment de construire quelque chose qui ressemble à s’y méprendre à du concret, dès que l’on rétrospective et met en place de futurs actions.

Et tout cela dans un fonctionnement collégial tant décrié, de quoi finalement se rassurer !

Fatima Mana


(JPG)
Photo Fatima Mana




_

Première participation à un "COPIL"


(JPG)






























_

Le CLD et les projets d’un territoire commun

Tous les citoyens du CLD/ ValDAC (instance civile), étaient invités à venir donner leur avis sur les dossiers de demande de subvention au titre du CDRA (instance d’élus).

Quatre projets à l’étude, présentés par des porteurs de projets qui prennent désormais en compte le regard citoyen ont installé une mise en débat et l’opportunité de faire vivre la Démocratie Participative dans un espace aménagé prenant en compte le « mot à dire de chacun ». Une autre façon de s’impliquer au plus près de la vie d’un territoire commun.

A l’aide d’une grille simplifiée et spécifique au développement durable, grille qui sera obligatoire dès 2012 à tout porteur de projet, tous ceux venus les présenter, se sont prêtés spontanément aux questions sur l’environnement, la solidarité sociale, la gouvernance etc...

Fatima Mana





_

Un café littéraire à Vernoux

Cette réunion d’information, dans l’espace même qui sera utilisé pour ce café littéraire, a permis de mettre à plat, le questionnement inhérent à toute nouveauté et plus spécifiquement en travaillant le sens et la démarche de ce futur lieu de vie.

Portée par un collectif spontané, l’idée est mise en débat et installe l’échange autour d’un fonctionnement à trouver et d’un aménagement suscitant l’envie de faire vivre ce café littéraire.

D’autres rencontres jalonneront le calendrier afin d’être prêt pour l’ouverture programmée en avril ou mai. Une mise en réalité impliquant de travailler ensemble pour que ce projet trouve sa place et s’intègre dans le paysage vernousain.

Fatima Mana





_

CLD ValDAC : la journée des associations du 11 décembre


(JPG)


L’énoncé de cette rencontre correspond à une action portée par le CLD, invitant les associations, forces vives du territoire, à venir découvrir, pour certaines, cette instance civile qui accompagne depuis quelques années déjà, l’expression, la réflexion et l’écoute citoyennes, participant ainsi à la construction du devenir de notre territoire.

Partant du principe qu’une association est un lieu constitué d’acteurs s’impliquant dans la vie locale, le CLD les a invitées à débattre autour de questions-phares : qu’est-ce-que le CLD, quelle utilité de celui-ci, comment s’en servir ?

Présentant en avant-première son film-outil, dont le but est de susciter le débat autour du rôle, du fonctionnement et de l’impact du CLD-ValDAC, notamment sur la citoyenneté participative, la discussion a permis d’éclaircir de nombreux points.

D’autres réunions de ce type jalonneront l’année 2011, contribuant à la construction d’un territoire citoyen.

Fatima Mana


(JPG)
L’aboutissement d’un long et tenace travail de la Commission Communication.





_

Une première rencontre


avec le film comme vecteur, et le Bureau collégial ; une rencontre avec les associations, une composante essentielle des forces vives du territoire...

Celles-ci sont invités à mettre à profit l’espace citoyen offert par le CLD pour exprimer, porter la parole, les questions, les propositions, prendre les informations, et plus si affinités, comme co-construire des projets...

C’est ce samedi matin à La Voulte.


(JPG)


(JPG)


(JPG)


Trois flashs photos sur une belle invitation dont Séverine Léon, animatrice du CLD, a conçu le graphisme. un travail intéressant de l’mage composite et des transparences qui concourt au sens du texte.(Invitation téléchargeable en fin d’article)




Deux réunions ce mercredi 8


-  une réunion de travail fructueuse pour débroussaillage en cours d’un éventuel projet émergent à construire avec les intéressés, dans la durée, et avec les partenariats nécessaires...

La fécondité du croisement d’approches pragmatiques, normatives, universitaires... enrichissantes pour tous... Un terreau approprié à un développement efficace du travail de proximité du CLD...

Et pour le souffle d’Utopie nécessaire, la force sur ce territoire d’une image emblématique d’Ardelaine... Ou bien celle du Fin Gras du Mézenc...


-  une réunion de Bureau où la vivacité des échanges a traduit la forte volonté d’avancer en marchant pour donner un nouveau souffle au travail du CLD au service du territoire et d’une population dont l’implication est indispensable aux avancées.

L’ultime préparation de la réunion du 11 décembre...

Des projets esquissés, aussi, en matière de communication, démocratie participative - notamment au noeud de ce réseau que constituent les relations Culture/Démocratie participative et TIC à l’ère du numérique...

La prise en compte des piliers d’un indispensable Développement Durable, des éventuels apports d’expériences en matière "de création d’initiatives et d’activités sur les champs simultanés de l’économique, du social et de la solidarité" [1]

Jacqueline Cimaz



_

[1] extrait d’une fiche opération du Parc des Monts d’Ardèche.



_

Invitation CLD-ValDAC

De l’intensité dans l’air


pour cette réunion de bureau CLD.


(JPG)
Photo Fatima Mana


D’abord rencontre de la nouvelle secrétaire qui fait connaissance avec un fonctionnement certes atypique (bureau collégial) mais qui au fil du temps, dans son application, s’est révélé être l’un des moyens prometteur pour accompagner et faire vivre la DP.

Un ordre du jour chargé enveloppe la réunion, les échanges s’articulent autour de sujets support et construisent l’espace citoyen de demain.

Pour exemple, en préparation, la rencontre du 11 décembre avec les associations du ValDAC ( 105 communes), invitées à participer la vie du territoire.

Fatima Mana





_

Deux regards pour un même territoire


Une rencontre commune un peu particulière entre le CDRA, instance d’élus et le CLD ValDAC, instance civile. Où il s’agissait de de situer le fonctionnement, le rôle, la légitimité de chacun et de redéfinir le travail et les objectifs de part et d’autre, dans un contexte compliqué par la mise en place de l’"agglo".

Le CLD au fonctionnement collégial, atypique pour certain, considéré comme laboratoire par la Région a développé dans un espace proposé et aménagé par les élus, sa démarche et ses priorités, les premières étant la participation citoyenne et le travail de proximité...


(JPG)


Elus et citoyens. Deux mondes différents ont la possibilité d’oeuvrer pour des projets communs même si notre territoire paraît immense d’un bout à l’autre de son périmètre (+ de 2H de route de St Clément à la vallée) et hétérogène. D’où la nécessité de règles de fonctionnement, de moyens, et de temps d’échanges.

Fatima Mana

NB. Une modalité inédite de gestion de la séance. Des techniques psychosociales de conduite de réunion qui ont fait leurs preuves, en complément avantageux, notamment lors de litiges, d’enquêtes administratives précises, et, éventuellement, d’évaluations critériées - interne et externe...





_

Plénière du 29 septembre ou une certaine transparence


L’avenant pour lequel les citoyens étaient conviés à discuter, dans le cadre du CLD avant qu’il ne soit présenté par les élus du CDRA à la Région, a permis de procéder à un bilan quantitatif des actions et des subventions engagées à plus de 50%.

-  Qu’est-ce qu’un avenant ? Un avenant est une procédure permettant de modifier le contenu - acte traduit par une clause additionnelle ou une partie complétant un contrat.


(JPG)


Un recensement des actions avec abondement ou réduction des crédits, décliné par les deux chargées de missions du CDRA a permis aux citoyens présents, de prendre la mesure des projets réalisés ou a réaliser sur le territoire. C’était aussi l’occasion de faire remonter aux instances supérieures(CDRA-Région) les réflexions suscitées par cette présentation.

Fatima Mana





_

Une consultation à bâtir dans un espace commun


C’était la première fois que l’association Les Rias, l’une des plus importantes sinon la plus importante du canton, était invitée à participer au projet de la salle Louis Nodon, apportant son point de vue en tant que future utilisatrice d’un espace, conçu prioritairement pour le cinéma et les spectacles.

La consultation portait sur les détails techniques et leurs descriptifs.

Cerner ce qui devrait et ce qui sera, reformuler la réalité et les besoins de chaque structure de la Communauté de Commune a permis de cibler au plus près le matériel et l’aménagement de l’espace nécessaire ultérieurement aux futurs utilisateurs [1]


(JPG)


Démarche indispensable mais qui aurait été impactée différemment si cette consultation avait réuni dès le début du projet toutes les structures concernées. Apporter sa pierre à l’édifice eut certainement pris tout son sens pour un projet qui répond incontestablement à des besoins locaux.

L’attention portée à cette démarche consultative a permis de repérer les manques, les modifications à intégrer au projet, de développer la dimension de prospective avec un listing évolutif, inhérent au financier bien sûr, [2] mais aussi d’intégrer la belle idée du faire ensemble dans une communauté de commune toute nouvelle.

Fatima Mana

_

[1] Nous sommes intervenues sur les équipements numériques et Internet indispensables aux évolutions du spectacle vivant et à d’autres types de projections et medias. Un débat enrichi sur le tard par la réflexion de petits groupes impliqués, notamment dans le cinéma, la danse, ou le numérique et le transmedia... Eviter des impairs qui se révèleraient onéreux à terme

[2] tout en sachant que certaines économies peuvent au fil du temps s’avérer fort chères, et en regrettant le manque d’audace qui a fait renoncer à un premier projet, fonctionnel, innovant et beau, dont il n’est pas certain qu’à terme il se serait avéré plus coûteux.



_

Rencontres


avec les porteurs de projets, un temps toujours très riche et fécond.

Ensuite, la discussion et la rédaction - le sens du travail d’équipe...


(JPG)
Discussion et rédaction...


Après, ce sera la collégialité du bureau.

Jacqueline Cimaz





_

L’impression d’un été brièvement traversé


La seconde réunion de rentrée était celle du bureau du CLD.

Plongés aussitôt dans la densité, ses membres ont débattu de divers sujets, certains innovants ou se prolongeant, mais tous dans le but commun de construire et d’aménager des espaces où le citoyen puisse se retrouver, participer, devenir acteur de son territoire et s’impliquer dans la mise en oeuvre d’une Démocratie Participative à la hauteur de son sens premier.


(JPG)


Une belle idée du faire ensemble en rejoignant l’une des seules structures civiles permettant de construire le territoire où l’on vit.

D’ores et déjà, plusieurs réunions viennent étoffer un calendrier déjà bien chargé. Certaines commissions du CLD comme l’ESS, la DP ou la COM, entrecroisent et tissent leur travail autour de fils supports étayant mutuellement leurs actions.

Fatima Mana





_

Réception des porteurs de projets


ou l’implication du CLD sur le territoire.

C’est l’une des actions mise en place par le CDRA via le CLD qui est peut-être la plus représentative de la place, de la prise en compte du citoyen et de son action sur le territoire.

Cette démarche, un certain temps représentant une strate de plus et un passage obligé pour les porteurs de projets, est devenue au fil du temps un incontournable dans l’itinéraire d’un projet et de sa réalisation.

L’avis citoyen du CLD à ce jour, toujours pris en compte dans la décision finale émise par le CDRA, permet de vivre la démocratie participative dans un espace aménagé pour la faire vivre.

Fatima Mana





_

Rencontre avec le CIAS


autour du rendu d’enquête sur les ados de Colin Charvet, coordonateur Enfance-Jeunesse.

Un compte-rendu à la fois dense et succint à force d’études maîtrisées et de communication.

Des données quantitatives précises qui confirment la relative jeunesse du canton. La synthèse d’approches montrant que les jeunes privilégient l’essentiel et une analyse pertinente des données.

Ce constat aussi que c’est dans la mesure où on a été intégré avec d’autres - dont des adultes - à des activités sur le territoire tout au long de l’enfance et de la jeunesse, où on s’est impliqué, qu’on a l’envie d’y vivre et/ou d’y retourner.

Sous-jacente, une notion essentielle et familière aux pédagogues, éducateurs, spécialistes de la petite enfance, celle de "zone proximale de développement" [1]

(JPG)


Sans détours théoriques, Colin Charvet a su dire l’essentiel avec justesse et poser ainsi l’importance de l’activité à tous âges pour que le territoire conserve ses forces vives, pour que celles-ci développent leurs racines... Un développement mutuellement avantageux, et la clé d’un développement durable...

Des échanges intéressants avec les participants, des apports divers, complémentaires et concordants et un remarquable travail de structuration d’Anne Julien, de CEDRE.

Les représentantes des Rias ont insisté sur la question du numérique, un domaine qui intéresse les jeunes, facilite les nécessaires liens inter-générationnels et inter-culturels, mais demandent à tous d’importants apprentissages et des compétences inédites, notamment en matière de lecture et d’écriture transmedia...

Le rôle culturel et social du collège est également apparu avec force... comme lieu privilégié de cette médiation adulte, indispensable catalyseur et vecteur des apprentissages [2]

(JPG)


Colin Charvet appuyait son exposé sur un diaporama bien fait... La première image, par ses couleurs, évoquait les paysages africains du Kirikou d’Ocelot.

"Kirikou est petit mais il est vaillant". Kirikou et une mère qui à la fois rassure et fait confiance, incite à l’action...

Une image peut-être aléatoire ici, mais qui résume bien la problématique : le parcours des jeunes de la toute petite enfance à l’adolescence, cette volonté de proposer à tous niveaux des activités ancrées dans le local, l’acquisiton de conduites sociales, où perspectives, incitations, soutien, valorisation s’enchainent et se torsadent.

Le constat aussi de la raréfaction de médiations adultes encore indispensables (bien que sous des formes à inventer) pour les 15-18ans.

Place des jeunes, place faite aux jeunes, conditions créées pour qu’ils puissent agir... Avis des jeunes...

Une soirée très riche...

Jacqueline Cimaz



_

[1] Un concept travaillé par Vygotski et qui depuis près d’un siècle reste d’une brûlante actualité en matière d’apprentissage et développement.

La "ZPD" une zone familière au jeune enfant, structurée par les actions effectuées en relation avec les pairs et, surtout, balisée par les interventions adaptées de l’adulte - une zone familière et rassurante où on peut faire des expériences, et ces apprentissages qui en reculent progressivement les limites  ; une zone où la médiation de l’adulte est essentielle à l’appropriation de conduites sociales. La clé de l’accès au langage et à l’hominisation pour les tout-petits, l’apport majeur des institutions comme les crèches ou, plus tard, l’école maternelle, puis les diverses institutions scolaires...

[2] ce qui renvoie de nouveau à la "ZPD"...

CLD - Bureau de juin


Dans la continuité d’un participatif.




Le bureau du CLD n’est pas encore en vacances même si certains s’en approchent et draguent sa vacance, halant délicieusement ses perspectives de farniente

Séance de travail en apnée pour une efficacité collégiale qui n’a plus a être prouvée, tant elle est imprimée au construire ensemble pratiqué depuis des mois par le bureau du CLD.

Ainsi sujets et échanges installent et valident perspectives et réalités, consolident et font évoluer un lieu citoyen et sa nécessité d’exister.

Une réunion de bureau qui conforte son fonctionnement spécifique, à savoir la collégialité, en la faisant vivre au plus près des idées de tous, soutenue par la démarche de chacun.

Fatima Mana





_

Rencontres et Bureau

notre participation toujours orientée par des exigences de qualité et la volonté de construire.

Pour le film c’est gagné ! Un très beau travail de Mickael Soleilhac qui a permis d’aboutir. Une fois de plus, le travail coopératif s’avère payant.

Rencontre fructueuse avec Didier Metra du CDRA et son professionnalisme. Là aussi, des avancées dans la mise en perspective, les exigences d’évaluation et régulation précisées...

(JPG)


Le Bureau a ensuite traité de manière très pragmatique les nombreuses questions à l’ordre du jour...

Une majorité des présents a décidé du report de la Plénière prévue...

A voir...





_

Commission culture du CDRA-ValDAC

à la Poudrière.

Une réunion riche, des échanges qui permettent aux diverses structures non seulement de présenter des traces de leur activité mais aussi de faire part de leurs préoccupations - moyens de fonctionnement certes, mais également préoccupations liées à la recherche et la création...

Moments rares et à préserver...

Ce, notamment, bien sûr, au niveau du cinéma d’animation, mais aussi du spectacle vivant, et des articulations entre les arts...

Le parent pauvre sur le territoire restant les arts plastiques et visuels, présents bien sûr car transversaux à tout, mais peu représentés en tant que tels, dans leur spécificité même. leurs créations et recherches actuelles significatives.

Et pourtant...

(JPG)


A souligner aussi la visite de la Poudrière, avec son histoire, du textile qui inspire toujours les jardins, à l’armement, puis au cinéma d’animation -création et pédagogie, et leurs enrichissements mutuels. Des vestiges industriels conservés donnent densité au lieu, et ces objets avant-coureurs du début du XXème siècle ou de la fin du XIXème qui introduisent l’indispensable dimension historique dans l’approche du cinéma-d’-animation - et pas seulement.

(JPG)


Au fait, comme la photo devait tuer la peinture, le cinéma ne devait-il pas tuer le théâtre - avant que le numérique ne soit affublé d’intentions meurtrières à l’égard du livre ?

Un type d’échanges initié par Jacques Dubay, vice-président du CDRA, il y a quelques années, et qui est vraiment à poursuivre. [1]

Par delà les besoins des dossiers, les besoins d’indispensables "aides", s’affirme le besoin de communication et d’échanges sur recherches et créations, qui, là, s’exprime sans corsetage aucun. Vraiment à préserver.

Jacqueline Cimaz

NB. Emerge aussi une autre dimension essentielle : il n’y a pas création de qualité sans recherches, échanges et liberté... Restreindre la création aux "pôles structurants", ce qui s’entend fréquemment dans l’air du temps, c’est-à-dire privilégier la seule culture "descendante", revient à laminer
-  un maillage du territoire qui serait au contraire à développer pour toujours mieux articuler culture descendante et ascendante, et
-  les recherches et créations de petites structures...

Ce serait suicidaire, y compris pour les dits "pôles structurants" [2]. Les deux sont complémentaires. Que feraient les "grosses" maisons d’édition sans la petite édition par laquelle passent ces recherches et innovations indispensables à toute avancée de l’écriture ? Ne pas opposer économique et création certes, mais à condition de se donner les moyens [3] d’un enrichissement mutuel.

Les relations entre local et global, quelque chose à penser, où innover quand on veut penser inter-territorialité...



_

[1] cf la découverte il y a deux ou trois ans, au Lux, à un CAT culture, des premiers films amateurs réalisés avec le téléphone portable... Les journées de l’image 2010, au Lux, ont permis d’appréhender le chemin parcouru

[2] la création a besoin d’un espace de liberté que les exigences d’audimat peuvent tuer. C’est justement les interactions entre ces pôles et les mailles du territoire qui peuvent "former" un public, ce qui demande du temps, des compétences et du travail de médiation

[3] économiques mais bien sûr, mais pas seulement économiques




_

Commission COM


Un ultime travail sur le film programmé depuis la précédente réunion.

Une réunion fructueuse à laquelle a manqué la possibilité d’un dialogue avec le professionnel pourtant prévu avec lui et décidé par le Bureau.

Problème de COM...

Regrettable, car le film a beaucoup évolué, a été sauvé même, et l’efficacité du dialogue entre commanditaires et professionnel, ou du dialogue, tout court -inscrite dans le cahier des charges - une nouvelle fois prouvée.

Une fécondité qui non seulement valide le travail d’équipe, mais dessine aussi la possibilité de nouveaux projets...

(JPG)


Un travail important a ensuite été fait pour préparer l’utilisation du film. Tout un plan de travail qui devrait contribuer au nécessaire renforcement de l’enracinement du CLD dans la population du territoire...

Jacqueline Cimaz





_

Cld : Bureau

studieux et actif. Inquiétudes et responsabilité. Des décisions importantes et la préparation de la plénière.

(JPG)





_

Culture, DP et TIC. Richesse de pratiques...


Dans un premier temps, retour, pour les nouveaux venus, sur les travaux passés de la commission et les perspectives de développement en fonction des trois pôles - culture- DP et TiC - et des relations, dans les deux sens, entre ces trois pôles.

Insistance partagée sur la nécessité de faire vivre la DP par et pour la population, au plus près de ses lieux de vie et de travail.

A cet égard, un bel exemple développé par un des participants sur les jardins de Fombarlette, à Valence le Haut, une initiative qui fédère, implique, s’avère extrêmement riche.

Un exemple dont nous proposons qu’il serve à la présentation de la commission DP lors de la pleinière du 2 juin.


J.Cimaz





_

Culture, Démocratie participative et TIC


Réunion de la commission "Culture, Démocratie participative et TIC" à 18h30 au local du CLD ValDAC ce lundi 26 avril à 18h30.

Un temps fort de réflexion élargie après la journée du 16 mai 2009 dont les Actes sont intégralement consultables.

Une dimension nouvelle proposée cette année avec ce "et TIC". Pourquoi ?

Certes les TIC et leurs messages et leur travail collaboratif en ligne sont parfois pesants, surtout quand il faut décider en temps réel. Mais en même temps les TIC offrent un accès à l’information et à sa circulation qui, par exemple, sont indispensables à un fonctionnement collégial ; l’Internet met les connaissances à portée de tous... pour peu qu’il y ait une culture numérique - et une culture tout court - suffisantes pour maîtriser des formes de lecture et d’écriture de plus en plus complexes...(cf rapport Donnat)

(JPG)
Un schéma provisoire qui peut être déconstruit, reconstruit ou ignoré...


Mais, de plus, quand le CLD veut développer la démocratie sur son territoire et donner aussi la parole et l’initiative aux jeunes, peut-il ignorer ces nouveaux réseaux sociaux et les liens qui se développent comme trainée de poudre ?

Comment les situeriez-vous par rapport à la grille d’Arstein, ou, plus simplement, par rapport à ces problèmes de tous les jours qui semblent faire vivre la démocratie au CLD Vallée de la Drôme ?

Bref, une réunion de reprise, après la mise en place du nouveau bureau, avec des questions nouvelles, ouverte à tous et aux apports de chacun.

Jacqueline Cimaz

NB. Tous les membres du CLD et non encore membres, tous les amis des Rias résidant sur le territoire ValDAC sont bien sûr invités, et tous ceux qui souhaitent renforcer le CLD ValDAC par l’apport de leurs idées, de leurs questions, de leurs propositions - même par mails, twitters, Facebook, petites vidéos...





_

L’invitation à la réunion

CLD-ValDAC/CDRA et groupe agglo.


Deux instances, une commission pour un cadre-débat : la démocratie participative.

Le but de cette rencontre était de situer et d’articuler la démocratie participative, ses objectifs et moyens d’action au groupe de citoyens rassemblés autour de l’agglomération.

Un consensus converge dans la même direction : La démocratie participative se construit au contact du citoyen.

(JPG)


Le CDRA représenté par P-A-Landel, le bureau du CLD largement représenté [1] et le groupe agglo ont échangé à partir d’une proposition de document élaboré par Pierre Antoine.

Les réflexions relatives à la mise en place de la démocratie participative au sein de Valence-Agglo-Sud-Rhône-alpes ont dessiné la réalité d’une inter-territorialité prête à se vivre même si sa terminologie paraît un peu trop universitaire pour certains.

Fatima Mana





_

[1] Etaient présents : Eliane André, Jacqueline Cimaz, Fernando Da Costa, Pierre-Marie Diéval, Alain Garayt, Marcel Hudelot, Rosalie Kerdo et Fatima Mana

A.G. instructive du CLD Vallée de la Drôme


Une AG qui a beaucoup intéressé les délégations des autres CLD Présents.

Nous étions quatre du Bureau Collégial du CLD ValDAC- Eliane André, Jacqueline Cimaz, Alain Garayt, Marcel Hudelot.

A noter :

-  des commissions de travail actives, mettant en oeuvre la démocratie participative, concrètement, pour la résolution de problèmes réels, de la vie de tous les jours, et concernant la population, qui parait les poser elle-même et s’impliquer dans la recherche de solutions,

-  le contact, pour ce faire, avec cette population, là où elle est, sur les lieux de vie et de travail, de déplacement,

-  des relations dans ce cadre avec les élus, de nature, semble-t-il, à faire partager l’information et en même temps à porter les demandes et besoins des gens...

(JPG)


Bref une démarche qui parait rejoindre celle que nous avons préconisée lors de la discussion sur les fiches ESS.

Ne pas aller d’expertise en expertise, mais communiquer les premières données à la population, susciter l’expression des besoins, les échanges et la recherche de solutions [1]


De quoi orienter résolument l’action de la commission "Culture, démocratie participative et TIC" vers les échanges de proximité avec la population, indispensables au développement d’une culture de la démocratie participative, au développement de la démocratie participative dans la culture - ce que le resserrement sur les grosses structures est entrain de compromettre, de réfléchir aux ressources des TIC à cet égard et aux meilleures utilisations possibles de pratiques émergentes dans ce champ...

Un domaine où certains disposent d’un savoir-faire associatif en matière de "médiations", une perspective ouverte pour tenter de faire fructifier les enseignements de la journée "Démocratie participative" du 16 mai 2009.


Jacqueline Cimaz





_

[1] ce qui peut engendrer éventuellement une nouvelle demande d’études mais définie et portée par les gens et donnant in fine au citoyen le moyen de décider. Ne pas remplacer la délégation de pouvoir aux élus par la délégation de pouvoir aux techniciens et experts, mais pouvoir mettre à profit les savoirs pour, collectivement mieux réfléchir et construire les propositions...

Bureau du CLD en action.


La rencontre a débuté par l’un des trois volets du film/outil du CLD concernant la présentation des forces vives du CLD ValDAC avec sa partie institutionnelle.

Epluchée à la collégialité, la force de proposition citoyenne bâtit la critique constructive avec un souci d’échanges où l’argumentation mélange les silences et fait émerger les idées de chacun.

Dans un va-et-vient oralisé sont exposés les autres sujets de l’ordre du jour.

(JPG)


Une remise en perspective de fiches ESS pour toujours clarifier les objectifs.

Doucement l’on s’approche d’une volonté commune concrétisée par le principe collégial appliqué au rythme des interventions.

Un mode opératoire, spécificité du CLD ValDAC qui prend tout son sens lorsqu’on le vit au plus près de la réalité.

Fatima Mana





_

Un OT professionnalisé et efficace


L’assemblée Générale de l’Office de Tourisme du pays de Vernoux a eu lieu cette année à Châteauneuf de Vernoux.

Pour chaque structure, une AG c’est un passage obligé où rétrospectives, bilans et projets sont exposés. C’est un parcours d’avant et d’après, ce sont des actions sur notre territoire que l’OT propose ou promotionne.

En ouverture de ce temps spécifique, Danielle Battandier, présidente, accueille l’assemblée, remercie les élus présents et subventionneurs, puis expose le déroulement de la rencontre.

Nicolas Garousse, technicien de l’OT, agent d’accueil et de développement, développe les divers points attenant à la réalité passée et future. Du rapport Moral et au rapport d’activités, sa présentation est claire, concise et attractive. Relater le dehors et le dedans rétrospectivement requiert un certain talent, Nicolas a su nous faire partager ce temps.

(JPG)


Nerf de la guerre de toute association, la trésorerie est un poste qui sollicite une compétence spécifique et un rapport aux chiffres particulier pour savoir les faire parler. Yvette Noilly, trésorière de l’OT, nous a présenté les différents bilans, tableaux à l’appui d’une efficacité certaine.

Des échanges qui montrent la qualité du travail, des formations effectuées, du travail en cours.

Une intervention des Rias pour signaler la brochure Arts Plastiques du Conseil Général et les projets et manifestations structurantes pour le territoire prévues dans les mois qui viennent.

Le rituel pot de l’amitié qui permet souvent de riches apartés a clôturé l’assemblée.

Fatima Mana





_

CLD

une nouvelle réunion du Bureau qui valide les second et 3 ème film et permet la collecte de matériaux indispensables à la réalisation du premier.

(JPG)


Un Bureau qui se penche aussi sur des problèmes de fond pour organiser le travail, et , où la commission Inter-territorialité affirme son utilité.





_

Rencontre Bureau du CLD et membres du groupe « agglo ».


L’inter-territorialité cherche encore sa vitesse de croisière sur un périmètre aussi vaste que le territoire ValDAC avec ses instances et rôles à re-situer afin que chacun évolue dans un espace et intérêt communs, le CLD, entité civile étant la référence citoyenne du territoire.

(JPG)


La rencontre a permis de poser et prendre en compte les réalités et souhaits de part et d’autre.

CLD ValDAC, CDRA, SMEOV, Région, des instances aussi diverses que complémentaires dans leur action qui travaillent ensemble depuis quelques années.

Et voilà que l’inter-territorialité s’empare d’une nouvelle dimension à appréhender.

(JPG)
Image-support pour expliquer des fonctionnements croisés et complexes comme ceux qui existent entre les diverses commissions, les commissions et le Bureau...(1)


En remontant la racine même du CLD, naît en 2005, Jacqueline Cimaz fait une rétrospective de l’entité CLD, d’un fonctionnement qui, de l’extérieur, peut paraître complexe avec son organigramme et ses commissions, mais qui par ce dispositif permet de vivre et de faire vivre une représentation citoyenne avec les acteurs du territoire.

Fatima Mana


NB. Où il s’avère que la Commission inter-territorialité comprend plusieurs groupes de travail, dont un groupe Agglo... et se doit de réfléchir aux diverses formes d’inter-territorialité, à leurs articulations et aux questions de fond tranversales à tous les groupes...


1. Il faudrait au moins une image en 5D pour représenter ces systèmes complexes "tapissés de processus temporels" dont parle Edgar Morin, et les mouvemements divers, aux rythmes différents...

(Vidéo + hologramme ? On n’en est pas encore là ! )

(NDLR)





_

Eau sans pesticides


Sollicités dans ce cadre, nous avons proposé un travail sur l’eau : recueil de photos et de textes que nous serions ravis de recevoir,

et mise en forme de livre numérique....

Une eau sans pesticide, un Bien Commun qui trouverait tout naturellement sa place pour une présentation lors de la semaine de la Fête de l’Internet qui est aux mêmes dates...

La préservation de la planète ne fait-elle pas partie de ces Biens Communs essentiels ?


Pendant cette quête de documents, nous nous faisons un plaisir de passer la Bande Annonce de "Nos enfants nous accuseront", le film de Barjac, que nous a envoyée Pascal Commère, un poète bien connu...


(JPG)
Voir la bande annonce du film sous Daily Motion




Certes nous avons vu le film ici il y a un an. Mais le rappel que constitue cette bande annonce est certainement utile... Et puis, dans les lecteurs du site, chacun n’a pas nécessairement vu le film...

Alors vos photos sur eaux d’ici non polluées ? Et vos textes ?





_

Réunion avec les "4 F" et bureau du CLD


Seconde réunion avec les "4 F" ou rencontre CLD/CDRA...


(JPG)


Une réunion de Bureau fructueuse où le Bureau appréhende
-  de mieux en mieux- une situation complexe,

lourde d’incertitudes...


(JPG)





_

Un support bientôt achevé.


Premières concrétisations du film/outil du CLD avec le réalisateur Michaël Soleilhac venu présenter les modifications apportées aux deux premières parties de cette réalisation qui en comprendra trois. C’est à partir des propositions formulées et arrêtées par l’ensemble du bureau du 19 janvier que le vidéaste à retravaillé les séquences. C’est une nouvelle dimension que nous visionnons avec un autre rythme, une autre musique et d’autres images balayant, étayant les sujets développés avec la sensation d’une autre respiration.

Puisque de part et d’autre, les deux premiers temps du film correspondent à l’attente des membres de la commission du CLD, nous attaquons la partie la plus importante à revoir, la première ou la troisième, peu importe puisqu’elle peut être dissociée ou faire partie de l’ensemble.


(JPG)


D’abord, toutes les séquences imparties à chaque thème seront réduites ou changées, de manière à ce que la diversité des intervenants qui fait la richesse du Bureau, soit bien prise en compte et que derrière les mots et les visages, à voir rapidement, défilent des images du territoire...

Et voilà comment la force du faire ensemble, tapie dans le concret, a passé au peigne fin de la collégialité, avis, pertinences et propositions.

Au sortir de cette rencontre rondement menée, à peine 1H30 alors que nous pensions froncer le temps sur un travail aux longueurs indéterminées, il ne reste plus qu’à trouver une date de rencontre qui correspondent à chacun pour filmer les nouvelles séquences et terminer ce film/outil qui, nous l’espérons, deviendra une invitation permanente à rejoindre le CLD.

Fatima Mana





_

Une collégialité concrète.

L’ordre du jour était dense pour cette réunion du CLD ValDAC, contrastée par des sujets porteurs.

Dans sa première partie, le visionnement d’un film/outil explicatif et promotionnel de la démarche du CLD, instance civile mise en place par le CDRA (instance d’élus).

(JPG)


Le timing serré, n’a pas permis de travailler sur les trois films. Une autre réunion a dû être prévue cette semaine. De même, il n’a pas été possible d’aborder tous les points inscrits à l’ordre du jour du Bureau. Le plus urgent a pu être fait, mais une autre réunion, ou des échanges seraient nécessaires pour préparer la rencontre avec les 4 référents.

Cependant la réunion a été riche, les temps impartis se sont déroulés dans l’application de la singularité du CLD, votée en AG - la collégialité.

Une représentation de la parole de chacun échangée, discutée et portée par tout le groupe. Nous étions si près d’elle dans son application que l’idée supposée que l’on peut s’en faire s’est vécue dans la réalité.

Comme par inadvertance, parce que pas attendue, est survenue, la vraie dimension de la collégialité, à bâtons rompus, celle qui donne la parole, l’écoute et la traverse dans un respect mutuel.

Fatima Mana





_

Deux soirées simultanées - deux réunions - deux rencontres.


Le bureau du CLD


Presque tous les membres du bureau du CLD étaient présents : 9/12, pour cette réunion préparatoire avant la rencontre des quatre référents du CLD/CDRA VALDAC prévue le lendemain.

La réunion portait sur divers éléments, notamment le rôle du CLD, son positionnement et sa représentativité dans les instances du territoire.

La prise en compte de la parole de chacun, objectif de la collégialité s’est mesurée à une réalité qui la conforte. Elle fut corroborée en fin de séance par un rédactionnel contenant la parole de tous ses membres.

(JPG)


La rencontre avec les quatre référents


Sollicitée par le CLD cette rencontre portait sur divers constats, observations et interrogations relatives au fonctionnement du CLD depuis deux mois, dans un objectif d’échanges et de construction.

A noter l’implication de chacun exprimée à travers les différentes interventions des uns et des autres lors de cette réunion, démontrant s’il en était besoin, que le fonctionnement collégial du CLD, reconduit avec son nouveau bureau, paraît en plein essor.

Il était une spécificité du CLD VALDAC reconnu comme « servant de laboratoire » par la région. Cf Brochure « Démocratie participative ».

Depuis, les dernières élections, chacun à l’intérieur du CLD a joué son rôle, cependant certains obstacles externes au bureau semblent surgir...

A voir...

Fatima Mana





_

Rencontre avec les acteurs culturels du VALDAC,


pour cette réunion de la Commission Culture.

L’invitation lancée par le CDRA à l’ensemble des acteurs culturels du territoire VALDAC a proposé cette rencontre sur un des pôles de diffusion culturelle, en l’occurrence, l’Arche des Métiers du Cheylard - centre culturel scientifique, technique et industriel de l’Ardèche... Une initiative qui permet d’appréhender la dimension des actions portées par la structure d’accueil et leur rayonnement sur le département lors de la présentation des locaux par son directeur Christian Ferroussier...

Après un tour de table des structures présentes, deux témoignages de compagnies théâtrales, subventionnés par le CDRA : la Cie Zinzoline et la Cie Janvier déclinent chacune à leur tour démarche- projets- programmation et implication sur le territoire. C’est l’occasion de prendre la mesure culturelle de se qui se fait et se vit sur notre territoire.

(JPG)


Cathy Charvoz, chargée de mission culture du CDRA, présente l’état d’avancement du programme d’actions culturelles subventionnées par le CDRA.

Cathy nous informe que tout récemment, le site du CDRA/CLD VALDAC vient de se doter d’un nouvel apport numérique : la possibilité d’introduction de liens hypertextes, offrant une inter-activité aux informations numérisées.

Après un rappel des raisons du choix du flash culturel du mois sur les Rias en décembre, la réunion se termine par la proposition de se retrouver lors de la prochaine rencontre bi-annuelle à la Cacharde : lieu de vie de la compagnie Zinzoline.

Fatima Mana





_

Rencontre avec les porteurs de projets et réunion du bureau du CLD.


Les membres du bureau du CLD ont mis en place trois groupes, animés chacun par deux membres du bureau pour une mise en débat des trois projets proposés à l’étude par le CDRA.

La réception des porteurs de projets, c’est l’occasion de participer au plus près à la vie de son territoire. Tous les citoyens sont conviés à venir partager cette démarche participative offrant le moyen de s’impliquer en donnant son avis.

Ces rencontres autour de la construction de futurs projets offrent une réelle opportunité de vivre la démocratie participative.


Le second temps de la soirée a réuni le bureau du CLD. En début de séance, animateur et secrétaire ont été choisis, coordonnant le déroulement de la réunion, appliquant ainsi la collégialité au plus près de son sens, puisqu’à tour de rôle chacun animera ces rencontres.

Des questions posées, une réflexion approfondie du bureau...

Fatima Mana





_

Les rapports ville/campagne du point de vue de la thématique Culture.


Les CDRA Valence Drôme Ardèche Centre et Drôme des Collines, ainsi que les Syndicats Romans Bourg de Péage Expansion et Valence Major se sont inscrits sur 3 ans dans le dispositif "relation Ville Campagne" rentrant dans le cadre du programme européen FEADER.

L’appel à projets Ville Campagne a pour objectif de faire émerger et soutenir des stratégies locales de développement reposant sur une coopération équitable entre les territoires urbains et ruraux, prenant en compte les principales fonctions de l’espace rural et traitant des enjeux communs des territoires de manière transversale. Quatre thématiques ont été retenues : les circuits courts, le foncier, la culture et la mobilité.


C’est dans le cadre de la thématique Culture qu’une table ronde était organisée le 24 novembre au Château du Bousquet à St-Laurent-du-Pape avec M.Di Angelo, de l’OT de Désaignes, Luisa Gaillard de la Compagnie Janvier, Jacky Chosson, maire-adjoint à Lamastre, Jacqueline Cimaz, présidente des Rias, et Dominique Allain, maire de Dunières.

De nombreux jeunes, toute une promotion en dernière année de licence pro, organisatrice de la Table Ronde, étaient présents dans la salle avec Laurent Vidal (CFPPA), leur responsable de formation et Maëlys Chomel, chargée de mission Agriculture et Développement Durable. Pierre-Antoine Landel, chef de projet CDRA, rejoignait l’assemblée et intervenait pour dire tout l’intérêt qu’il portait à cette manifestation et à un recensement exhaustif des artistes vivant sur le territoire.

Les divers aspects de celui-ci, les difficultés de ses habitants, ses ressources et sa diversité, étaient abordés par les intervenants - les problèmes des intermittents, du Mastrou, des transports pèsent et en même temps des efforts considérables sont effectués pour faire vivre la culture de tous et chacun et la féconder par des apports de qualité, notamment au niveau du théâtre.

Jacqueline Cimaz, dans ses interventions soulignait les problèmes de transport, la nécessité d’articuler pratiques culturelles ascendantes et descendantes et soulignait les contradictions liées au développement des technologies nouvelles - des ressources et potentialités énormes, un rôle fédérateur pour les divers types de population du Plateau, du site Internet, mais un tissu inégal pour les faire fructifier et ce rapport sur les pratiques culturelles des Français à l’ère du numétique qui montre que dans ce domaine aussi la hiérarchisation culturelle est massive.

Par ailleurs il n’y a pas d’université en Ardèche, en dehors de l’antenne universitaire ouverte sur le site du Pradel depuis 15 ans ( 1994), où la licence professionelle qui se déroule en totalité en Ardèche en est déjà à la dixième promotion. En outre, cette antenne universitaire développe deux formation masters bac+5, (tourisme et territoire) et accueille des doctorants.

De même, il n’y a pas de centre d’art contemporain, hormis là encore, l’espace de restitution Olivier de Serres, avec ses installations de "land art", éphémères et pérennes, dont s’occupe Alain JUTON - le seul autre organisme structurant et formateur dans le domaine de la culture, étant, à notre connaissance, au niveau scientifique, l’Arche des Métiers...

(JPG)
Quatre étudiants, deux interviewers. Un travail prépaté, la volonté de comprendre le territoire et le souci du premier emploi.


Les débats abordaient aussi, très largement, la question de la médiation, exemplifiée par les participants et la pratique des Rias. Le rôle de l’existence de Pôles culturels comme la Fabrique de Pont d’Aleyrac était également souligné....

La rupture et le lien existant entre création actuelle et patrimoine étaient aussi interrogée, une constante de Désaignes à Saint-Michel....

Médiation et qualité. Des exigences fortes à conjuguer - des pratiques émergentes relevées comme les expositions chez l’habitant.

Un recensement à faire des artistes pour mieux profiter de la richesse qu’ils représentent sur un territoire et, en même temps pouvoir se donner les moyens de mieux prendre en compte leurs besoins et pouvoir y répondre.

La table ronde, prévue dans le cadre du projet relations ville campagne, première initiative, répondant à l’objectif de resituer la question de la culture au sein des relations villes campagnes et sur nos territoires, avait été proposée par les étudiants du Pradel.

Depuis quelques temps, par deux, ils allaient interviewer les acteurs culturels du territoire. C’est ainsi qu’au lendemain de la Table ronde, deux jeunes interwieveurs- Sandrine HURTADO et Jordi VIRGILI - accompagnés de leurs collègues partageant la même voiture - Delphine CHASSON et Nadège FOGNINI, étaient à Saint-Apollinaire où Sandrine et Jordi pour présentaient leur grille de questions à Jacqueline Cimaz qui a pu ainsi apporter quelques précisions par rapport àa veille au soir et projeter à l’appui de ses dires quelques images du site.

Et puis les jeunes s’étaient arrêtés en passant au Carrefour des Résistances. Un bel exemple pour mieux appréhender les paroles et la richesse insoupçonnée de certaines pratiques ...




En conclusion un territoire vivant, riche de son passé et de son patrimoine, confronté à d’importantes difficultés mais où chacun, à se façon, apporte une contribution constructive.

Des interventions diverses mais complémentaires qui ne demandent qu’à pouvoir s’étoffer...





_

Une plénière au CLD.


C’est quoi une plénière ?

C’est un ensemble de personnes réunies simultanément dans un même lieu et qui se rassemble autour d’une entité, en l’occurrence le CLD/VALDAC.

Pour rappeler les changements ou la poursuite des actions du CLD, la réunion débute par la présentation de son nouveau bureau avec ses répartitions, rôles et responsabilités dans une collégialité plébiscitée lors de l’assemblée générale du 2 octobre.

(JPG)


Une rétrospective de la vie du CLD décline les orientations envisagées pour les commissions en place ou à installer ? C’est une mise en actes des projets citoyens avec leurs actions pour 2010.

L’objectif du CLD étant l’élargissement de la participation citoyenne pour le relancer et le dynamiser dans un soucis permanent d’implication et de représentation de tous et pour tous les citoyens du territoire.

Fatima Mana





_

Le nouveau bureau prend ses marques. En ligne les Actes de la journée d’Etudes DP.


les Actes de la Journée d’études Démocratie Participative du 16 mai 2009 sont lisibles en ligne en fin d’article, sur liseuse.




Lundi 26 octobre, à Saint-Laurent-du-Pape, au château du Bousquet, siège du CLD/VALDAC, a eu lieu la première réunion du nouveau bureau - fraîchement élu lors de la plénière du 2 octobre.

Un tour de table est effectué pour situer nouveaux et anciens membres.

D’emblée, le fonctionnement collégial, plébiscité lors de l’assemblée générale est appliqué avec la proposition d’une rotation pour animer les réunions. Pour la première, c’est Nadège, notre animatrice qui s’y colle.

(JPG)


Déterminer qui fait ou fera quoi passe par la présentation des différentes commissions en place, sachant que d’autres peuvent voir le jour selon la volonté, les besoins et capacités de chacun pour les animer

Sont déclinées les différentes actions des commissions et celles proposées ou à installer pour l’année 2010 ainsi que les représentations pourvues ou à pourvoir dans les instances du territoire.

L’évidence d’une nouvelle dynamique permettant de faire évoluer le CLD avec sa spécificité collégial poursuit donc sa traversée sereinement.

Une plénière où tous les citoyens du territoire sont invités, aura lieu le 4 novembre à 19h au château du Bousquet.

Fatima Mana




Lisez en ligne les Actes de la Journée d’études Démocratie Participative du 16 mai 2009.

Brochure directement lisible sur la liseuse

de Calameo

Cliquer sur le carré gris pour avoir le plein écran, Echappe pour le quitter ; et, pour le retour au site, appuyer sur la flèche de navigation retour en haut à gauche.

Par ailleurs les liens hypertextes sont actifs.

Jacqueline Cimaz





_

Critères intégrés

par les porteurs de projet venant présenter leurs projets au CLD.

Un effort certain, même si souvent il n’est pas encore jugé suffisant, en matière de développement durable.

Des dossiers plus étoffés pour les membres du CLD et souvent, dans le domaine de la démocratie participative, des traces tangibles d’une effective implication de la population, y compris en amont du projet. De plus, une présentation souvent à au moins deux voix mêlées, traduisant un effectif travail d’équipe.

(JPG)

A noter également une implication d’un certain nombre de membres du nouveau bureau et à défaut de féminisation, un rajeunissement apprécié...

Jacqueline Cimaz





_

Assemblée générale du CLD-ValDAC


L’assemblée plénière du CLD s’est déroulée le 2 octobre au Lycée le Valentin, à Bourg-les-Valence, avec, en matière d’ élections, une question préliminaire : collégialité ou présidence ?

C’était l’occasion de traduire l’expression citoyenne et de l’exercer dans sa représentation en acte avec tous les citoyens du territoire VALDAC.


Après les interventions [1] de Marianne Ory, conseillère régionale chargée de suivre le CDRA-ValDAC et de Pierre-Antoine Landel, chef de projet du CDRA - une instance d’élus - Michel Chaudy, référent du CLD, une instance porteuse d’une des solutions de vivre et de faire vivre la Démocratie participative, introduisait un rapport d’activités, complété par Marcel Hudelot, Fatima Mana et Jacqueline Cimaz.


Michel Chaudy, référent du CLD dresse le bilan de ces deux années écoulées avec la coordination effectuée et le travail de la commission ESS (Economie sociale et solidaire) et rappelle que toutes les commissions du CLD s’appuient sur une fiche action validée par le CRDA et proposant les futurs projets des commissions qui, ainsi reconnus, sont mis en application [2].

Chacun à leur tour, les membres du Bureau/représentants des commissions du CLD font une rétrospective des actions menées, comme la commission "Culture et démocratie participative", la plus ancienne, qui a réfléchi à un fonctionnement collégial interpelant suffisamment pour que la Région considère le CLD collégial comme "laboratoire" de la DP.

Les membres du bureau traduisent le vécu de ces 2 années de collégialité traversées et proposent leur vision d’une continuité collégiale pour le fonctionnement du prochain bureau CLD.

Une AG qui s'est poursuivie beaucoup plus que prévu. Dure recherche d'un restaurant à cette heure, sous la lune froide de Bourg-les-Valence, Heureusement un pilotage de qualité. (JPG)


Jacqueline Cimaz conclut en insistant sur les avancées effectuées concernant notamment

-  l’enrichissement des rencontres avec les porteurs de projet et du travail en CAT et autres réunions,
-  la prise de décision par les citoyens - en dernier ressort, après écoute des experts,
-  l’ouverture du CLD à des personnes peu habituées à participer aux réunions -ceux qu’on appelle "les sans voix" alors qu’ils ont souvent du très intéressant à dire pour peu qu’on les écoute, et
-  les progrès dans la collégialité - l’importance du fonctionnement en "intellectuel collectif" nourri par une organisation croisant horizontalité du travail en Bureau et verticalité de l’implication de chacun dans des commissions ou groupes de travail [3] riches des apports de tous les membres du CLD.

Elle a terminé par un appel à poursuivre ces avancées en choisissant la reconduction d’un Bureau collégial.


Après quelques échanges en pleinière, le vote intervenait pour le choix du mode de fonctionnement -présidence ou bureau collégial.

Un vote massif en faveur de la reconduction d’un Bureau collégial.

C’était ensuite la dispersion en collèges pour les élections des votants chargés d’élire le Bureau, les membres du Bureau devant faire partie des élus de ce premier vote en collège.

Le Bureau est composé statutairement de 10 à 15 membres. Il n’y a malheureusement eu que 12 candidats.

Michel Chaudy, bien connu sur le Plateau de Vernoux, mais pris par d’autres tâches, ne souhaitait pas reconduire sa candidature. Jacqueline Cimaz, Marcel Hudelot, Fatima Mana sont réélus, ainsi que Fabien dit Baron, également sortant.

Le site du CLD publiera la liste de tous les membres du nouveau Bureau. Nous avions déjà eu l’occasion d’apprécier les apports de certains, lors de réunions diverses, et nous souhaitons la bienvenue à tous...

Un Bureau élargi, enrichi, rajeuni, et qui aura besoin de l’apport de tous les membres du CLD, actuels et à venir...

Fatima Mana et Jacqueline Cimaz

NB. Une seule ombre au tableau : la sous-représentation de l’Ardèche et des femmes dans le nouveau Bureau...





_

[1] interventions qui devraient être publiées incessamment sur le site du CLD

[2] Cf le journée d’études Démocratie participative du 16 mai qui a rassemblé une cinquantaine de personnes et dont les Actes ont été publiés

[3] comme le groupe agglo très représenté dans l’AG



_

Elections au CLD ValDAC


Des élections pour renouvellement du Bureau du CLD ValDac ou élection d’un Président ont lieu ce 2 octobre, à 18h au Velentin.

Nous serons présents.

Et à cet égard nous voudrions revenir sur ce qui nous parait un enjeu majeur de ces élections, la poursuite ou non d’un pilotage collégial du CLD.


La Démocratie Participative... C’est l’affaire de tous...

Depuis plusieurs années la commission ou le groupe « Culture et Démocratie participative » du CLD a conduit une réflexion spécifique sur :

-  la démocratie participative dans le champ de la culture, avec les critères communiqués aux porteurs de projets pour qu’ils associent la population en aval mais aussi en amont de leurs projets.

On a toujours à apprendre de la population ...

avec l’action aussi, au sein du CAT culture, qui a su écouter et se rapprocher des équipes de terrain...


-  la démocratie participative dans le champ de la culture donc, mais aussi et surtout l’émergence et le développement d’une culture de la démocratie participative - pour une participation aux instances décisionnelles, pour l’émission de propositions, et ce par tous, y compris ceux qu’on appelle les sans-voix ... Et pour qu’après consultation d’experts, en dernier ressort, ce soit toujours les citoyens qui puissent décider...

La journée d’étude Démocratie participative, après un long travail avec Guillaume Gourgues, a permis des avancées théoriques, et de la réflexion collective. Elle a aussi permis, on l’a vu l’après-midi, l’expression de personnes n’ayant pas l’habitude de s’exprimer, avec leurs mots, ou simplement par une écoute impliquée... Ce qui renvoie à cette citation de Gourgues retenue par Nadège Dallard : « Moi qui ne suis personne, j’ai le droit de prendre part aux affaires collectives »...

Et puis il y a, indissociable, la question des moyens, où l’on rejoint l’éducation populaire, la vie associative, notamment dans les associations culturelles, mais pas seulement, qui sort l’individu de son isolement et lui permet de se construire peu à peu, ses capacités et outils d’expression.

Quant au CLD, il est quelque part laboratoire pour la Démocratie participative, presque par définition... A condition de le faire vivre, d’opérer cette vérification dont parle Gourgues. Le Bureau collégial, d’abord constitué par défaut s’est rapidement mué en instance positive, en fondant la réflexion collective sur des apports de chacun issus de commissions ou groupes de travail où on réfléchit à partir des contributions de tous. Intellectuel collectif, diraient certains. Quels que soient les mots, il nous a paru constituer un outil inédit mais incontournable pour avancer.

Travailler ensemble, amener la population dans toutes ses composantes à s’exprimer et intervenir, donner un contenu réel au décrété...

La poursuite d’un fonctionnement collégial avec un groupe élargi, rajeuni, diversifié, n’est-ce pas là l’enjeu de ces élections ?

Jacqueline Cimaz




_

Exposition patrimoine à l’Office du Tourisme


Pour les Journées du patrimoine, un patrimoine accessible à tous, l’Office du Tourisme a souhaité organisé une exposition sur le patrimoine - pas seulement bâti- des communes du Plateau.

Dans ce cadre Léna, chargée de mission, nous avait contactés pour Saint-Apollinaire... A l’issue de négociations, nous avions retenu l’idée de fournir des photos sur la patrimoine bâti, historique et rural, le patrimoine immatériel avec les savoir-faire ruraux, les documents historiques et une oeuvre relevant de l’art contemporain... ce qui a été fait...

(JPG)


L’exposition globale contenait des photos et autres documents de la plupart des villages, du bâti certes, mais aussi de l’immatériel, avec, notamment la châtaigne et des recherches sur la toponymie, instructives et qui gagneraient à être encore approfondies.

Une initiative intéressante, à renouveler et approfondir. Peut-être suggérer que l’exposition soit visible quelques jours de plus ?

Et nos félicitations aux organisateurs...

Jacqueline Cimaz





_

Liens entre patrimoines et insertion.


Une enquête d’Aline Bihler.

La plupart des acteurs sociaux, élus ou associatifs qui ont accompagné Aline Bihler dans son travail de recherche, c’est-à-dire une quarantaine de personnes, se sont retrouvés pour le rendu de ce travail qui s’est déroulé sur 6 mois dans les cantons de Lamastre, Vernoux,à Désaignes et sur la commune de Pailharès.

C’est d’abord un panel photographique exposé, accompagné d’interrogations sur les liens entre patrimoine et insertion qui a favorisé la mise en débat avec la question :

« Valorisation des patrimoines et actions d’insertion : quelles réalités et quelles possibilités ? » 

(JPG)


Sylvette Béraud Williams, ethnologue et vice présidente de l’association « Les Rias », rappelle que le patrimoine ne se limite pas qu’aux vieilles pierres, re-situe le patrimoine immatériel et le devoir de transmission. 

La synthèse d’Aline Bilher démontre par des exemples concrets, que la relation et le développement entre patrimoine et insertion est l’affaire de tous les acteurs du territoire, le préalable étant la volonté d’implication.

Elle site « Les Rias » comme association locale et son travail de socialisation et de valorisation des patrimoines. Dans son inventaire, elle retrace l’action de Désaignes et de ses terrasses, entre bénévolat et insertion mutualisant les moyens pour mener le projet à bien.

Les suites de cette enquête porteront sur la mobilisation et la mise en place d’actions concrètes.

Fatima Mana






 

Une mise en débat.


C’était encore une belle occasion de s’impliquer citoyennement au cours de cette réunion du CLD spéciale « étude des avenants ».

(JPG) En effet, il s’agissait d’émettre un avis sur un certain nombre d’actions subventionnées par le CDRA et non réalisées et donc de confirmer ou non, les propositions des élus concernant le changement d’affectation sur un autre projet des dites subventions.

Chacun des citoyens présents, s’appuyant sur le descriptif des critères de sélection proposés par le CDRA, concernant le basculement de la subvention non utilisée sur une autre action déjà dotée. participe au débat en faisant vivre la collégialité.

Les avenants proposés par le CDRA au regard citoyen et, intégrant la prise en compte de ses avis, sont un moyen d’être acteur de son territoire, celui qui se construit avec chacun de ses habitants.

Fatima Mana





_

A la poursuite d’autres rushs.


Le groupe communication du CLD, accompagné du réalisateur Mickaël Soleilhac, avait rendez-vous avec les porteurs du projet de la maison de santé de Saint Martin de Valamas, présenté quelques mois auparavant aux citoyens du territoire VALDAC.

(JPG) Une pluie drue tombe depuis la veille et nous accompagne, formant par endroit des brouillards imprécis et denses.

A l’heure dite, nous sommes reçus par le vice président de la communauté de communes, impliqué dans le projet dès ses premières ébauches.

L’équipe de la commission communication a retenu les différents regards posés sur le film lors de sa présentation en avant première à l’après midi festif proposé par le CLD le 12 septembre. Et c’est avec la prise en compte de ces réflexions qu’elle aborde l’interview.

Questions et réponses posées fournissent de la belle matière et l’équipe repart avec le sentiment d’avoir enfermer dans la boîte à images, le concret d’une relation en adéquation entre le porteur de projet et la population dans la mise en oeuvre de la consultation citoyenne.

Une pause restaurative prend le temps de recadrer le contenu du film en puisant dans l’émergence des regards et des attentes, cernés collégialement lors de sa présentation.

Fatima Mana




_

Le forum des associations.


Cette animation, devenue familière dans le calendrier annuel de l’Office de tourisme du plateau de Vernoux, et pourtant remise au goût du jour, avec succès, il y a seulement un an, s’est déroulée sous un soleil radieux ce week-end.

Plus ou moins de participants associatifs et visiteurs que l’année dernière, peu importe ! L’engouement suscité pour l’occasion devient un rendez-vous incontournable.

(JPG)


Pour la seconde fois consécutive, l’association "Les Rias" y participait. 

C’est une des rares occasion au cours de l’année, de rencontrer les autres associations et de partager sur un même lieu, des activités dont nous ignorions parfois jusqu’à leur existence même.

(JPG)


Pour nous les échanges ont essentiellement concerné deux pôles :

-  le très beau livre de Sylvette Béraud-Williams - à 60 voix, "Entre silence et oubli, mémoire d’un quotidien rural bouleversé",

-  l’animation prévue ce samedi 19 après-midi, au Carrefour des Résistances dans le cadre des Journées du patrimoine : "un patrimoine accessible à tous", l’art contemporain ou, trouver le regard photographique qui, pour soi, facilite l’accès à l’oeuvre de Régine Raphoz.

(JPG)


La bibliothèque municipale de Saint Apollinaire, également présente, connaissait déjà l’action en réseau, vécue lors du « Prix Ados », de ses lectures à plusieurs voix, ou de ses activités numériques. Actuellement, elle est partie prenante dans l’action proposée par Ecran village autour du livre qui fait son cinéma. Elle a proposé un atelier photographique et numérique pour réfléchir à l’adaptation cinématographique des cinq livres sélectionnés.


Et puis nombre de nos adhérents allaient d’une association à l’autre. Une disponibilité et un engagement associatif de bon aloi...

(JPG)


Le forum des associations, c’est aussi une ambiance, traversée sporadiquement par des temps de présentation de ce qui se fait dans son association, c’est un temps convivial, une atmosphère à l’affleurement du partage, c’est un tout à reconduire l’an prochain.

Fatima Mana





_

Plus réflexive que festive

la rencontre du samedi 12...

Un glissement impulsé par des participants qui avaient à dire, beaucoup à dire, et de l’intéressant...

Des apports divers, et d’une très grande richesse...

Et la présence, discrète et appréciée, de Pierre-Antoine Landel, chef de projet du CDRA ValDAC


Trois temps dans le travail

1. l’intervention de Sylvette Béraud-Williams, [1] auteure et ethnologue, décrivant son travail, évoquant avec émotion ces apports multiples, humbles et authentiques qui constituent la richesse du patrimoine humain immatériel recueilli et construit au travers d’interviews, de chansons, documents, de ces mots du "patois", ou de remontée à la surface de la mémoire de ces souvenirs tus parce que trop douloureux, parce qu’on n’a fait que son devoir et l’habitude de la clandestinité - le SILENCE- de ces souvenirs refoulés parce qu’insoutenables, trop durs et parce qu’occupants et miliciens s’étaient attaqués à la personne, à la dignité - l’OUBLI pour pouvoir vivre... Comme ce long travail de deuil de la famille Etienne pour pouvoir oublier assez pour survivre, décrit dans "Entre silence et oubli, mémoires d’un quotidien rural bouleversé", un livre auquel la qualité de son ancrage local donne une portée universelle. [2] Une écriture singulière, inédite, dure et belle, entrechoquant ou liant mots et blocs de témoignages [3]

(JPG)


R.Lavis revisitait ses souvenirs d’enfance à la lumière de dits de Sylvette, et de ses connaissances d’aujourd’hui... Un valentinois évoquait les savoir-faire ruraux et un contexte qui par delà la technique leur donnait valeur patrimoniale... Un autre valentinois pointait celle du sport... Un troisième, parlait de la transformation d’une rue de Valence et de toutes ces tranches de vie parcourues associées au travail du géomètre dans la durée... Brigitte Dumas et bien d’autres, intervenaient...

Ce sont les mots, la richesse de ces analyses qui, comme pour le bâti, transforment les faits et pratiques évoqués en patrimoine.

Un temps précieux et émouvant, riche de tous ces apports...


Jacqueline Cimaz intervenait pour faire le lien entre la richesse de ces apports et réflexions collectifs et la mise en oeuvre effective de ce qu’on a appelé "la démocratie participative", dans et par le CLD.

Cette mise en commun et réflexion partagée, cette richesse à laquelle tous contribuent donnent sinon sa légitimité au CLD, du moins une identité fondée sur des liens réels avec la population du territoire, dans toutes ses composantes.

Il y a là un bien précieux, dont l’organisation en commissions ou groupes de travail au sein du Bureau collégial, commence à permettre la communication et la valorisation.

(JPG)


2. la présentation de la petite brochure - actes de la Journée d’études Démocratie participative par Jacqueline Cimaz  [4]

Elle ne revient pas sur l’ensemble d’un contenu que chacun peut lire, la brochure étant à disposition du public au CLD, mais insiste sur quelques points :

-  le fait que la journée d’études n’ait pas été un évènement ponctuel et improvisé mais le résultat d’années de travail concrétisé par la création puis la vie de la commission démocratie participative après une journée de réflexion sur les CLD organisée par la région à Charbonnières où il s’était beaucoup et très bien parlé de démocratie participative et vie associative et création de lien social. Une trentaine de personnes, sous diverses formes et modalités ont contribué à la réflexion collective qui a abouti à l’envoi d’une fiche action, validée par la région et qui prévoyait cette journée d’études.



-  l’importance du travail de réflexion théorique et à partir de la pratique dans le CLD, le Bureau, intellectuel collectif, mais aussi les groupes, comme en témoigne la richesse de la mise en commun de ce samedi après l’intervention de Sylvette. On y apporte et on y apprend toujours des autres.

L’intervention de Guillaume Gourgues a été préparée par deux mois d’échanges par courriels, un travail long, difficile parfois, intense, et toujours enrichissant... Un travail qui nous a permis d’entrer dans l’analyse de Gourgues et qui lui a permis d’affiner celle-ci en fonction de la réalité de notre CLD et de la réflexion menée en commission...

Le rôle de Nadège Dallard, de sa réflexion, ont été importants dans ces échanges.

Quant à la richesse de l’organisation en commissions ou groupes de travail, il suffirait d’avoir assisté à la dernière réunion du "groupe agglo" pour s’en convaincre...

Le croisement des réseaux de travail horizontaux et verticaux est essentiel au lien entre le CLD et la population du territoire et ne peut que féconder ses apports à un CDRA fondé sur la démocratie représentative. [5]..


-  Si la journée d’étude a été plus théorique le matin, l’après-midi a été consacrée à l’écoute des citoyens, dans toute leur diversité. Offrir les moyens de prendre la parole à ceux qui sont souvent appelés "les sans voix", n’est-ce pas aussi une fonction importante du CLD ? De plus leurs apports sont souvent riches et importants...

Une discussion avait eu lieu en ce qui concerne associatif et CLD, éducation populaire et démocratie participative, qui se développe de nouveau...

La question resurgit ce jour : "les associations peuvent elles susciter et faire vivre la DP ?"

Une des questions qui traversent le débat, construisant la dimension d’échange imprimée à la parole citoyenne et qui lui apportent toute son importance.

Les participants confortent les conclusions de Gourgues. L’éducation populaire facilite l’engagement participatif ; et la pratique de celui-ci, à tous les niveaux, est éducative, pourvoyeuse de connaissances et formatrice.

(JPG)

3. En clôture est présentée en avant-première, une première ébauche d’un morceau du film/outil du CLD qui accompagnera ses rencontres avec la population du territoire, invitant les citoyens à s’exprimer et à participer.

La conception de ce support a été l’une des occasions de vivre la Démocratie particpative au sein du bureau collégial du CLD.

En effet, lors de la sélection du vidéaste, la commission communication a retenu le projet qui correspondait le mieux à l’idée de faire vivre la Démocratie Participative, prévoyant notamment une consultation participative à toutes les étapes élaboratives du film.

Là, les présents ont, à l’unanimité, apprécié le microtrottoir réintroduit dans le film à la demande de Fatima Mana, et à placer en début de celui-ci.

Les autres remarques des présents confirment aussi et amplifient les demandes de la commission "Communication".

Un travail à poursuivre et approfondir donc, en fonction de la demande du CLD.




Mais à côté de ce travail de réflexion auquel chacun a contribué, les participants ont pu admirer l’exposition des laves émaillées de l’atelier de Patricia Picard - là aussi création à partir d’un patrimoine...

Découvrir les livres, et l’exposition sur l’économie solidaire et sociale, une forme d’économie dont l’importance est de plus en plus reconnue et qui apparait sinon comme "la", du moins comme "une" des solutions possibles à des problèmes actuels.

Une idée que le CLD s’emploie à faire avancer dans l’opinion, sur les traces de la commission animée par son référent, Michel Chaudy.

"Le goûter a poursuivi l’échange proposé"...


Jacqueline Cimaz et Fatima Mana



_

[1] Sylvette Béraud Williams travaille depuis trente cinq ans à identifier et rapporter les traces du savoir et du savoir faire, insaisissable ou palpable : « culture fragile parce-qu’elle ne tient qu’à des individus et leur mémoire ». Son intervention traverse la relation au temps et son importance qui fabrique « la compréhension d’un pays ».

Sylvette Béraud Williams rend intelligible un monde à part.

[2] Sylvette a beaucoup parlé de la Commission Collecte et de la démarche des Rias. "Encore !" diront certains. Sans doute ; il est sûr que l’association, qui en est, sur notre territoire, à son second projet "Démocratie Participative" a un peu servi de champ d’observation pour le CLD. Celui-ci, laboratoire plus jeune mais institutionnement différent, à une autre échelle, a pu, à partir de ces exemples et d’autres, comme celui de St Romain de Lerps, aussi fondé sur la valorisation du patrimoine, conduire sa propre réflexion,expérimenter, comme dans le groupe "Agglo". En retour, la démarche du CLD peut féconder le tissu associatif... C’est une des problématiques abordée lors de la Journée d’Etudes Démocratie participative.

[3] "le micro et le macro" auraient dit les programmateurs en langage Logo

[4] Elle remonte le temps, relate au travers d’une rétrospective orale, le parcours de la commission DP

[5] à laquelle il ne s’oppose pas mais apporte un complément

Communauté d’agglomération et groupe citoyen.


Le CLD a rencontré les citoyens chargés de suivre le projet de communauté d’agglomération du bassin valentinois.

Solidarité - cohérence territoriale - développement urbain - gouvernance, 4 thèmes qui ont étayé le débat avec 2 questions phares :

-  comment va être pilotée la communauté d’agglomération ?

-  comment sera le comité de pilotage avec les élus ?

Une méthodologie mettra en place des passerelles afin de les rencontrer et de travailler avec eux.

(JPG)


Comprenant actuellement 11 communes drômoises, la communauté d’agglomération sera installée avant la fin de l’année pour être opérationnelle, avec les instances décisionnaires.

A l’horizon 2011/2012, 73 communes l’intégreront.

Le directeur de Valence-Major expose l’avancée des projets, notamment les phases de mise en place et de fusion.

Le débat qui suit, porté par des citoyens qui proposent, s’impliquent, échangent et qui veulent faire de leur territoire, un lieu où la démocratie participative n’est pas un vain mot, conforte et appuie la fonction du CLD.

Fatima Mana





_

Le CLD lui aussi a fait sa rentrée.


Ouvert à tous les citoyens du territoire, le CLD, instance civile, a réuni son bureau et débuté l’ordre du jour par la préparation de la rencontre festive programmée le 12 septembre.

(JPG) Lors de cette journée, qui se déroulera de 14h à 18h30 au château du Bousquet à Saint Laurent du Pape, diverses animations seront proposées afin de rencontrer tous ceux qui voudraient le connaître et participer au CLD.

Dans un deuxième temps, le bureau du CLD, au fonctionnement collégial reconnu par la Région, a préparé le déroulement de son assemblée générale qui aura lieu le 2 octobre au Lycée le Valentin.

Divers points de cette plénière sont abordés, notamment l’organisation des élections (tous les 2 ans).

Une rétrospective traversera le bilan de ses deux années de collégialité.

Afin que les 8 collèges soient bien représentés (4 personnes / collège), les membres du bureau du CLD ont passé en revu les différents moyens à sa disposition permettant que l’expression citoyenne soit présente et participative lors de cette plénière.

Fatima Mana





_

Com en actes pour le CLD ValDAC


Accompagnement de Nadège Dallard, animatrice chargée de mission, et du vidéaste M.Soleilhac, pour un épisode vernousain des micro-trottoirs prévus dans le cadre de l’élaboration d’un CD original destiné à la Communication du CLD ValDAC.

Il s’agissait d’interviewer un pannel représentatif de la population pour sa voir si les habitants connaissaient le CLD, si oui, si la participation à ses instances les intéressait, si non, après quelques phrases explicatives, Nadège leur demandait s’ils souhaitaient être informés des activités du CLD et, éventuellement, y participer.

(JPG)


Un bon accueil, même de la part de ceux qui n’aimaient pas trop être filmés, des points de vue divers et intéressants et parfois poignants, comme celui de cette dame qui, hors micro, faisait part de difficultés croissantes pour vivre avec une petite retraite réduite comme peau de chagrin...( La suppression de la pension de réversion, dans les faits avant d’être connue et au nom de l’égalité homme/femme ? )

Pouvoir intervenir ?

Un temps fort et riche que nous allons poursuivre en d’autres lieux...

Jacqueline Cimaz





_

La question du patrimoine, de sa vie, des liens entre patrimoine et création



(JPG) Une Communication de Jacqueline Cimaz

pour la Commission Démocratie Participative

du CLDValDAC,

effectuée à la demande de Nadège Dallard,

à partir, notamment,

de l’analyse du travail associatif des Rias sur le Plateau de Vernoux.


Ce texte servira évidemment à un débat en commission, susceptible de susciter une poursuite de la réflexion engagée lors de lors de la Journée d’Etude Démocratie Participative du CLD, du 16 mai, alimentée par la Conférence de Guillaume Gourgues et les divers témoignages ou interventions des personnes présentes...

Ce texte est téléchargeable ci-dessous, sous un format PDF, conservant l’interactivité, c’est-à-dire avec quelques hyperliens permettant au lecteur, s’il le souhaite, d’accéder à des images ou articles permettant d’en approfondir ou illustrer le contenu.

(JPG)
Site fonderies La Voulte 2009





_

Patrimoine, création et DP

Quand la commission Communication

du CLD/VALDAC se réunit...

Le visionnage des rushs et la sélection de la parole qui les accompagne, découpée, brossée au plus près de son sens est un travail essentiel dans la réalisation d’un film.

Attendue, cette étape portait la dimension d’une avant-première et un goût de concrétisation.

(JPG)


Le procédé qui consiste à extraire la parole, buriner son contexte, la coller à la petite image en totale cohérence avec son contenu, la faire émerger d’un discours, d’un débat, d’un interview sans tailler dans sa densité fut incontestablement une découverte pour le groupe communication du CLD, sous l’oeil professionnel de Mickaël Souleyac, mettant à notre disposition la palette d’un possible limité par les contraintes techniques.

Des passages ont été sélectionnés, des orientations retenues et indiquées.

Collégialement travaillé à l’envie que ce film outil soit un support représentatif du CLD/VALDAC, d’autres étapes ont été programmées ; notamment la réalisation de micro-trottoirs qui iront à la rencontre du citoyen.

Fatima Mana




_

Participation au Bureau du CLD du 22 mai


qui s’est déroulé en 2 temps.

La première heure, en présence de Pierre Antoine Landel, chef de projet du CDRA, était consacrée à la préparation de la plénière du 2 octobre, l’objectif étant la mise en place d’un chronogramme respectant les différentes étapes de l’assemblée générale, notamment le renouvellement de ses huit collèges et de son bureau.

Les membres du bureau présents ce jour souhaitent la poursuite du fonctiionnement collégial, fonctionnement spécifique du CLD/VALDAC, reconnu par la région.

Il nous paraît effectivement approprié à l’objectif de développement d’une réelle démocratie participative, supposant que le CLD ne soit pas un simple instance experte, mais une instance représentative de la population du territoire, dans toutes ses composantes, ce qui veut dire aussi qu’en dernière instance ce ne sont pas les experts qui décident mais les citoyens.

Il s’agit donc d’un choix fondamental pour le CLD, du choix du mise en cohérence des pratiques avec les objectifs annoncés.

(JPG)


Le deuxième temps de cette réunion a été consacré à une rétrospective des actions menées depuis 18 mois par le CLD et à l’organisation de la plénière du 2 octobre.

Inviter le plus largement possible les citoyens du territoire pour que chacun des huit collèges soient pourvus et bien représentés. Chercher à élargir en ouvrant au maximum...


Les représentants des différents groupes de travail du CLD ont ensuite fait un petit rapport sur les actions en cours.

La réunion s’est clôturée par l’évaluation et l’analyse d’un bilan relativement positif et le constat d’une certaine efficacité dûe en bonne part au fonctionnement collégial et au travail d’équipe qu’il implique....


Fatima Mana et Jacqueline Cimaz





_

Groupe de travail communication du CLD

réunion du lundi 15 juin 2009.


Le groupe communication du CLD a délocalisé cette rencontre, l’installant autour du plaisir de la table. L’endroit idéal pour regrouper l’efficacité de chacun

En présence de Michaël Souleyac réalisateur, la réunion s’est focalisée sur le calendrier de travail à mettre en place pour les différentes actions et étapes de réalisation du film, outil promotionnel du CLD.

Destiné à toutes les composantes de la population du territoire VALDAC, ce support fera émerger le fonctionnement spécifique de la collégialité au sein du CLD, le mettra en perspective avec la démocratie participative qui se vit dans l’instance citoyenne.

(JPG)
Journée DP : l’intrusion du terrain, l’ouverture réussie à la population dans toutes ses composantes.


Jalonné par des actions concrètes et représentatives, le film outil étayera démarches, attentes et implications de tous lors des rencontres avec la population et les élus.

Il proposera une vision concrète d’un monde où chacun à sa place pour prendre part à la vie de son territoire. Le CLD, instance civil, offrant des moyens participatifs pour y contribuer.

Fatima Mana


_

Calendrier de travail à mettre en place :

Visionnage des rushs :

-  Prochaine rencontre autour des rushs : la synthèse de la journée :

-  Quel déroulement prévu pour la mise en perspective de la journée DP et les interviews de chacun ?

-  Faire émerger la collégialité : principe fondamental et spécificité positive du fonctionnement du CLD VALDAC


(JPG)
Repas convivial pour la poursuite du travail

Les micro-trottoirs :

-  Calendrier : rythme des micro-trottoirs- caler les dates.

- Déterminer les lieux du micro-trottoir

- formuler des exemples support et concrets pour la mise en images (messages à faire passer - on explique ce que l’on fait- souci pédagogique)

- Préparer les questions à poser ( message à faire passer - Comment accompagner ce travail : la présence d’un ou plusieurs membres CLD )


Rencontre du 12 septembre :

Lors de cette rencontre, intégrer le film outil.

Prévoir un moment de tournage pour autre exemple de rencontre et de débat avec la population.


Fatima Mana





_

Expérimentation citoyenne, Retour sur évènement 2008-2009 majeur.


Les Rias gèrent par convention et animent la Bibliothèque Municipale de Saint-Apollinaire-de-Rias, point d’accès public à Internet - de fait Espace public numérique.

Cette année a été marquée par un effort quantitatif et qualitatif significatif en matière d’animation, lecture, formations diverses.


Il convient de situer dans ce contexte l’évènement majeur constitué par l’engagement dans l’expérimentation B2i adultes, qui vient de s’achever.


Les responsables avaient répondu positivement, il y a quelques mois, à l’appel à expérimentation lancé par les Inforoutes.


Il s’agit d’une demande nationale visant à réduire la fracture numérique, c’est-à-dire la marginalisation sociale indidieuse qui touche peu à peu tous les non utilisateurs des technologies contemporaines de l’information et de la communication. Comme on parlait, il y a plus d’un siècle, d’"illettrisme", on parle aussi à ce jour d’"illectronisme".

Les tranches d’âge la plus fragiles à cet égard sont évidemment celles qui n’ont pas eu de contacts avec l’ordinateur, ni dans leur vie scolaire, ni dans leur vie professionnelle.


Comme le B2i CM2 capitalise les acquis nécessaires à l’entrée en 6ème, le B2i collège, ceux indispensables à l’entrée au lycée, comme un C2i est en passe d’être créé au niveau BTS, ce B2i adultes vise à donner des bases et un minimum de culture numérique à cette population en passe de marginalisation culturelle et sociale.

Ce projet nous a paru intéressant et utile ; par ailleurs nous avions la possibilité de le mener à bien, d’où notre adhésion, d’autant qu’une expérimentation est toujours stimulante pour la réflexion et que le champ de pratiques nouvelles qui se mettent en place, nécessite une réflexion approfondie.


Un certain nombre de personnes ont été plus ou moins concernées par ce projet. Quatre d’entre elles sont allées jusqu’au bout et viennent de déposer leurs dossiers, quatre personnes qui vont donc faire partie des premiers "B2istes adultes", ont beaucoup et bien travaillé...

C’est un évènement, et, dans ces conditions, unique.

Nous avons appris aussi, avec un certain étonnement, que notre Bibliothèque était finalement le seul espace public numérique ardéchois qui ait participé à l’expérimentation.

Nos quatre B2istes seront donc les seules quatre ardéchoises concercernées par ce B2i expérimental...



Par delà ces aspects, quels apports à l’expérimentation ?


D’abord il convient sans doute de souligner des spécificités : une bibliothèque, une association culturelle, la présence d’une animatrice ayant l’expérience de décennies de formation d’enseignants, notamment dans ce domaine des TIC... et de la mise en place du B2i à l’école...

Cela peut-il expliquer le profil des quatre finalistes impliquées, plus intéressées par la découverte du sens d’un nouveau champ de pratiques culturelles et son appropriation, que par les techniques en elle-même ou l’étroitement utilitaire ?

Sommes-nous à côté de l’objectif essentiel ?

Ou au contraire, en son coeur ?

En effet, peut-on faire percevoir l’intérêt de surmonter la fracture numérique sans proposer des pratiques qui aient du sens et enrichissent les projets de chacun ?

A cet égard il est tout à fait intéressant de voir comment chacune poursuit sa propre formation et s’implique auprès du public pour montrer l’intérêt des pratiques mises en oeuvre ou à inventer...

Alors, comment concilier ça avec le fonctionnement des centres multimedia ? Quelles retombées quant à la conception des contenus de formation des formateurs, aux modalités de validation et certication ?

Beaucoup de questions posées qui se préciseront peut-être encore le 2 juillet lors la 3ème RENCONTRE régionale des acteurs de l’accès public numérique accompagné, en Rhône-Alpes, organisée par la coordination inter-réseaux régionale, à Rovaltain - rencontre lors de laquelle le SIVU des Inforoutes de l’Ardèche nous a invité à parler de notre expérimentation B2i Adultes...


Jacqueline Cimaz





_

CLD : quelques nouveaux liens


-  site CLD journée DP

Pour accéder à l’article et aux photos sur le site du CLD :
-  site

-   Journée DP

De là vous pouvez télécharger des photos - du matin ou de l’après-midi.

Vous pouvez aussi télécharger la lettre d’information de juin du CLD.



_

Lette Infos CLD

Une journée diverse et dense


Le choix de mettre réellement en oeuvre la Démocratie Participative nous est apparu comme une volonté et le meilleur moyen d’impliquer le plus grand nombre de citoyens dans le CLD.

L’option du fonctionnement collégial de son bureau, prise et mise en place après la démission de la présidence de Pierre Antoine Landel, appelé à d’autres fonctions, paraissait l’un des critères susceptible de redynamiser le CLD, en perte de vitesse après la signature de la charte.

Cette nouvelle configuration a favorisé une implication plus directe, avec notamment la mise en place de groupes de travail.

Un bureau élargi étaye leur spécificité (DP et culture - ESS - Communication - Développement Durable).

Ces groupes s’inscrivent dans une logique d’échanges et de représentation, les membres du bureau pouvant devenir délégués et porter la parole citoyenne d’une action menée aux différentes instances du territoire (CDRA,CAT, Parc...).

Le CLD VALDAC couvre un territoire de 110 communes et 210000 habitants, des chiffres qui sont loin de correspondre à la réalité consultative qui se vit au sein du CLD.

Environ un millier de personnes connaissent notre instance civile, très peu d’entres elles y participent.

A noter que le démarrage de certains travaux devient opportunité pour faire connaître et renforcer le CLD. Ex : le groupe de travail citoyen qui s’est récemment mis en place autour du projet de la communauté d’agglomération du bassin valentinois.


Il y a aussi la présentation des projets des acteurs locaux où le citoyen à directement la parole.

Consultative, lors du débat qui suit, elle est totalement prise en compte dans la synthèse élaborée tenant lieu d’avis pour le CDRA.

D’ailleurs la participation, à partir de ces présentations à sensiblement évolué. Les avis collectifs ont contribué à donner un nouveau souffle, apportant une dynamique nouvelle de l’implicatif.

L’évolution s’est positivement concrétisée avec le regard des porteurs de projets, qui dans un premier temps, venaient les présenter au CLD comme le passage obligé d’une procédure.

En amont, les informations relatives à l’action présentée étaient si succinctes que nous ne pouvions objectivement émettre un avis.


Nos attentes ayant étaient reformulées et prises en considération, progressivement une autre attitude du porteur de projet et la prise en compte indispensable du citoyen, intervenant dans le débat ont réveillé l’intérêt et redimensionné l’implicatif.

Lors des présentations de projets ou toute autre action, Nadège Dallard, chargée de mission, invite largement la population et c’est à ce moment là, que l’on retrouve l’implication positive qui offre l’opportunité de participer à la vie du territoire.

Ces rencontres se vivent au plus près de la DP en offrant des opportunités qui fédèrent.

(JPG)


L’arborescence bureau < bureau élargi < population, construit un processus rythmé au participatif. Des outils qui se bâtissent dans une approche de la Démocratie participative.

C’est la volonté d’impliquer le plus grand nombre et dans toutes les composantes de la société qui fait vivre la DP.

La volonté citoyenne à s’impliquer est aussi liée à la faculté de s’exprimer. Les difficultés peuvent en modifier l’approche et accentuer l’appréhension, notamment avec les populations qui ont du mal à formuler leur dire.

Des attitudes similaires se retrouvent d’emblée dans les ateliers d’écriture ou le « c’est pas pour moi » est récurrent. (cf le témoignage des Rias l’après-midi) )


Un temps d’explication, un temps d’intégration, la notion de partage et du faire ensemble sont nécessairement passage obligé d’un cheminement cohérent vers la DP...

Fatima Mana






Une journée bien préparée et qui dans son unité et sa disparité s’est bien déroulée.

Approche institutionnelle et théorique le matin, avec la présentation du CLD par Nadège Dallard, les interventions de divers membres du Bureau, Michel Chaudy, Jacqueline Cimaz, Fatima Mana, Marcel Hudelot : une présentation à plusieurs voix d’une collégialité qui, de choix par défaut est devenue évidence incontournable pour "habiter" les textes définissant le CLD et les mettre en oeuvre.

Points de vue divers, complémentaires et convergents qui semblent avoir recueilli l’adhésion des participants.

Une excellente intervention de Guillaume Gourgues, posant les inévitables problèmes, les moyens de les résoudre en poussant toujours plus loin la réflexion, et puis ce souci partagé d’impliquer la population du territoire dans toutes ses composantes.

Un fonctionnement collégial pour ce faire et une nécessaire articulation avec les associations, outils de l’implication citoyenne...

Les témoignages de l’après-midi ont montré que cette implication était possible pour peu qu’elle s’appuie sur la valorisation du patrimoine humain, comme à la MJC de La Voulte ou aux Rias...

Une question réinterrogée par Mariane Ory, Conseillère Régionale, référente de la région au ValDAC.

L’autonomie ainsi conquise est moyen, outil d’une implication plus conséquente dans la vie du territoire, comme le montrent divers exemples.

Une journée très riche et de la belle matière pour le film tourné qui doit aider à la communication du CLD.

Jacqueline Cimaz

NB. Pierre-Antoine Landel, chef de projet ValDAC, listait lui, une série de questions que le CLD pourrait étudiait...





_

Le 16 mai est tout proche


En faire une journée riche, dense, conviviale, importante pour le CLD et notre territoire.


(JPG)


La démarche des Rias sera rapidement présentée dans le cadre du débat de l’après-midi, par Geneviève Greco et Paulette Vignal, membres du Bureau de l’Association. [1]

Mais chacun est invité à y participer, en se faisant, bien sûr, inscrire rapidement... auprès du CLD


(JPG)


Des apports, des temps de débats, un buffet partagé, et le tournage de séquences d’un film présentant le CLD.

Michel Chaudy, référent du CLD et responsable de la "Commission Economie Sociale et Solidaire" interviendra également.

Quant à Nadège Dallard, chargée de mission, elle aura fort à faire pour tout coordonner avant et après présentation de son diaporama sur le CLD.

Jacqueline Cimaz


Buffet partagé à midi...

Mais inscriptions indispensables à l’organisation...



_

[1] Fatima Mana et Jacqueline Cimaz, seront présentes, mais au titre du Bureau Collégial du CLD où elles sont respectivement animatrices des commissions "Communication" et "Culture et Démocratie participative"



_

Une journée démocratie participative importante


Nouvelle réunion pour la préparation de la journée Démocratie participative du 16 mai :

réunion de la Commission Démocratie participative : révision de l’ordre du jour, de nouvelles précisions sur la réalisation ce jour de séquences filmées, et irruption de questions sur "l’agglo"...

(JPG)



Le suivi de ce ou de ces projets par le CLD résulte effectivement d’une mise en oeuvre de la démocratie participative...





_

Un film pour communiquer


Une réunion de la Commission Communication s’est tenue ce 27 avril pour envisager la réalisation du film-outil du CLD.

(JPG)



Une discussion fructueuse qui a permis de préciser le cahier des charges et d’intégrer des propositions du vidéaste...





_

Rencontre autour de la DP


ou réunion de travail pour préparer la journée du 16 mai, et préciser le rôle de l’animateur...


C’est avec Nadège Dallard, animatrice du CLD/VALDAC, Jacqueline Cimaz, référente de la commission Démocratie Participative et Fatima Mana que nous avons rejoint Colin Charvet qui sera animateur de la journée DP du 16 mai, proposée par le CLD et sa commission Démocratie Participative.

(JPG) Une journée entière pour parler de Démocratie Participative et CLD avec différents intervenants, dont Guillaume Gourgues, Doctorant en sciences politiques.

Un débat ouvert à tous où parleront ceux qui parlent et ceux qui trop souvent ne peuvent pas parler, ceux qui ont des choses à dire, ou croient ne rien avoir à dire, un débat où entendre les différentes interventions et implications de ceux qui vivent et promeuvent la DP.

Autour de ce thème, sera questionnée et re-située dans ses diverses dimensions, la Démocratie Participative ; une expression trop souvent utilisée à tort et à travers... en regard de pratiques à interroger...

Fatima Mana





_

Vérifier qu’on se fait entendre


Une phrase pour ouvrir une réflexion sans fond :


"La démocratie participative n’est qu’un mot, tant que ceux qui l’entendent ne prennent pas en main sa vérification. "

Guillaume Gourgues (extrait d’un document de travail en gestation), une formulation qui peut donc n’être que provisoire, mais nous parle...


Participez à la Journée "Démocratie participative" du CLD ValDAC du 16 mai.


Des interventions théoriques, des débats, une réflexion incontournable...


Jacqueline Cimaz


NB. Le programme de la journée et le bulletin d’inscription téléchargeables





_

Programme de la journée

Participation à l’assemblée générale 2009 d’Ecran Village


-  Elle s’est déroulée ce mardi 30 mars, à Lamastre, elle aussi itinérante, comme son cinéma.

Jour choisi parce que tributaire de la disponibilité de son salarié et de tous ces bénévoles qui depuis 25 ans font le cinéma.

Entre 12000 et 13000 spectateurs, sur l’année, tous âges confondus ; 390 séances et encore des chiffres qui corroborent la démarche de sensibilisation et d’éducation à l’image, portée en permanence par écran-village.

(JPG)
Trésorerie...


L’idée même d’itinérance, pour être au plus près des gens devient défi permanent, lorsque l’on sait que notre ruralité se mesure constamment à la distance et fait même parfois son cinéma avec les aléas climatiques (hiver).

La régularité de diffusion hebdomadaire transforme chaque fois, la banalité d’une séance, qui pourrait être citadine, en privilège, parce que c’est aussi un lieu, tisseur de lien social.

L’Assemblée Générale du cinéma de l’association en milieu rurale a présenté ses bilans dans un souci d’intégrité et d’échanges.

C’est un moment de vie important dans le cheminement de toute structure associative. Et un temps apprécié par un public qui mesure l’importance et la chance, d’avoir "Ecran Village", l’atout culturel que cela représentre pour ce Plateau...


Fatima Mana





_

Réunion de la commission communication du CLD de fin mars


Il y avait comme un air de premier aboutissement sur cette rencontre.

(JPG) En effet, il s’agissait de sélectionner les devis proposés suite à l’appel à projet lancé par le CLD et concernant un film support pour sa communication.


En amont, les critères correspondant à la démarche du CLD, ont permis de faire émerger en toute objectivité, la proposition qui nous paraissait le mieux correspondre aux attentes de l’instance citoyenne qu’est le CLD.

Avant de rentrer dans son étape de réalisation, l’action doit être validée par le CDRA - instance d’élus.

La concrétisation toute proche de l’un des projets du CLD conforte l’idée d’approcher d’un peu plus près sa démarche participative.


Fatima Mana





_

Un film pour débattre...

La projection par Ecran Village de "NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT" Film de Jean-Paul Jaud (France - 2008 - 1h47)

"A Barjac, petite commune nichée au pied des Cévennes, la municipalité a pris la courageuse initiative d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses liées à la pollution industrielle et agro-chimique..."

Projection suivie, dans le cadre de la "Semaine nationale contre les pesticides", relayée au niveau local par l’O.T., d’un débat animé par Olivier Keller (Confédération Paysanne) et André Duny (Coopération pour une Nouvelle Education Populaire)



Un débat en fait sur l’"agriculture bio" d’une part et d’autre part, des espérances et inquiétudes exprimées sur les possibilités de mise en place d’une expérience comme celle de Barjac...


Comme celle de Barjac ? ...

Il y a là-bas des ingrédients spécifiques qui ont permis que "la mayonnaise prenne" : des traditions de résistance cévenoles pour la liberté de conscience, dans les mines proches, lors de la guerre 1939-1945, une vie culturelle intense, depuis des années ou des décennies, la personnalité du maire, Edouard Chaulet, d’une famille qui a participé à ces résistances, un homme cultivé qui n’hésitait pas, il n’y a pas si longtemps, à réveiller ses amis après minuit pour leur lire pendant 3/4 d’heure, du Maupassant au téléphone... Facteurs de liens sociaux qui ont permis la rencontre des diverses populations et l’ouverture... dans ce Barjac où se questionne Anselm Kiefer...


Donc, une expérience comme celle de Barjac ? Oui et non !...

On n’exporte pas les recettes !

Oui pour le bio, certes, mais pourquoi pas d’autres démarches fondées sur la richesse et la diversité de ce plateau ?

Privilégier toujours, non pas l’ancrage de quelque chose venu d’ailleurs, mais l’émergence d’un projet spécifique, construit par la population d’ici, dans toutes ses composantes, dans un faire ensemble nécessairement spécifique et original... Ne serait-ce pas ça la démocratie participative ?


Jacqueline Cimaz






L’article de Sylvette Béraud-Williams sur le film :


La semaine contre les pesticides ne pouvait trouver meilleur porte-parole que le film coup de poing de Jean-Paul JAUD "Nos enfants nous accuseront". Y est relatée la courageuse initiative de la municipalité de Barjac qui, sans se préoccuper du coût de l’opération ni de l’incidence que cela pouvait avoir sur l’électorat a décidé d’introduire le Bio dans la cantine scolaire du village parce que "la santé n’a pas de prix".

Sensible à la constatation que : "Cette nouvelle génération d’enfants est la première de l’histoire moderne à être en moins bonne santé que ses parents " selon le Dr Meyers, chercheur en science pour la santé environnementale, et que 70% des cancers sont liés à nos conditions environnementales dont 40% à notre alimentation, la municipalité de Barjac s’est attaquée au problème par le biais des 220 repas distribués chaque jour aux enfants de l’école publique, de l’école privée et aux personnes âgées à domicile.

L’image de l’agriculteur juché sur son tracteur, habillé comme un cosmonaute pour se protéger des pesticides qu’il pulvérise à tout va sur ses vignes et ses arbres fruitiers est très symbolique de l’empoisonnement généralisé que nous subissons. Le discours de ces mêmes agriculteurs, qu’ils avouent ne pas consommer les fruits qu’ils produisent ou évoquent leurs saignements de nez et empêchement d’uriner pendant huit jours suite à l’application de jusqu’à 27 traitements annuels sur les pommiers, sans compter les multiples cas de cancers rencontrés dans leurs familles et dans le voisinage, complète la démonstration.

La population a été sensibilisée au fil de nombreuses rencontres avec les élus, les parents d’élèves et les agriculteurs installés en bio ou en agriculture conventionnelle. Du jardin scolaire à la cantine, des champs au commerce local, chacun a été peu à peu amené à s’interroger sur ses pratiques, à les remettre en question et s’est laissé convaincre par l’indispensable révolution à accomplir pour reprendre en main ses conditions de vie.

La formidable démonstration que l’exigence d’une alimentation saine est, comme jamais auparavant, un combat d’avant-garde.


Sylvette Béraud-Williams





_

Office de Tourisme ?


Nous avons participé à l’Assemblée Générale de l’office du Tourisme du Pays de Vernoux...

La discussion a été ouverte après les divers rapports et votes.

(JPG) L’association Les Rias ayant renouvelé son adhésion à l’Office du Tourisme, après discussion en Bureau, Jacqueline Cimaz, Présidente, est intervenue sur plusieurs des points soulevés.

Elle rappelait d’abord que l’Association Les Rias est une association culturelle, la plus grosse association du canton avec ses 250 adhérents.

L’association est reconnue d’utilité publique, et structure officielle en ce qui concerne les arts plastiques - les domaines de travail concernant essentiellement, outre les arts plastiques et visuels, l’écriture, notamment poétique, et les arts vivants...

Nous fonctionnons par programmations-résidences annuelles et donc des évènements - dans ce cadre - sur toute l’année...




A partir de là, un certain nombre de problèmes se posent qui nous paraissent ressortir des compétences de l’Office du Tourisme.


-  d’abord la question des résidences d’artistes en ce qui concerne l’hébergement - le fait qu’il n’y ait pas d’hôtels - offrant plus de souplesse que les gites, et des services mois d’hiver compris - constitute un handicap certain, le bénévolat ne pouvant tout résoudre et ayant des limites... Nous tenons donc à faire remonter les besoins en la matière, hébergement et restauration à proximité, à des coûts abordables...


-  ensuite, la question du Site Internet. Celui que gèrent les Rias a dépassé les 80000 visites. C’est un service très lourd, non seulement pour les mises à jour mais aussi pour les réponses aux courriels générés, concernant assez souvent des questions sur l’hébergement ou autres domaines connexes, du ressort de l’OT. Il serait normal que l’OT puisse fournir les réponses à des questions de ce type.

Un lien peut éventuellement être fait, il faut néanmoins examiner les services possibles en réponse à des questions souvent très précises...


-  puis celle des sentiers.

Il y a depuis plusieurs années les orgues éoliennes que des centaines ou milliers de personnes sont venues voir et entendre. Elles doivent être restaurées mais resteront en place. Depuis 2008, il y a aussi le Carrefour des Résistances oeuvre d’art pérenne, réalisée par une plasticienne connue et reconnue pour la qualité de son travail.

Fin 2009 il y aura l’installation à la source de la Dunière pour laquelle un appel à projet sera fait après travail en profondeur avec la population, travail en cours dans le cadre du projet "Mouvances".

Nous avons décidé de faire des sentiers s’enchainant dans un sentier d’art global passant par ces trois points. Nous avons des compétences dans l’association en matière de sentier d’art, mais moins en ce qui concerne la dimension "sentier de randonnée". C’est peut-être un domaine sur lequel nous pourrions avoir une aide...


-  enfin, plus largement, dans ce domaine... Un travail de 4 ans sur la Résistance 1939-1945 est entrain de s’achever avec la sortie imminente du livre de Sylvette Béraud-Williams, "Entre silence et oubli". 55 interviews de personnes du Plateau par une ethnologue professionnelle, avec le concours de la DRAC. Un travail riche et approfondi qui a permis d’approfondir considérablement la connaissance de la période. Nous avions évoqué il y a quelques années la possibilité de mettre en place sinon un parcours du moins un réseau de points-mémoires - par exemple, les divers lieux où a été cachée la famille Schlenker, sur Saint-Apollinaire, Saint-Basile, Saint-Michel-de-Chabrillanoux...

Là aussi la question de sentiers peut se poser...




A l’issue de la réunion, nous avons eu des échanges fructueux avec M.d’Angelo, de l’office du tourisme de Désaignes, portant essentiellement sur trois points :

-  la proposition d’inclure le Château de Désaignes et son exposition sur la Résistance réalisée par Jean Bernard, dans ce réseau des lieux de mémoire,

-  l’offre de deux conférences : l’une sur l’érosion provoquée par les cours d’eau comme l’Eyrieux, l’autre sur le passé tumultueux du Rhône...

Une perspective d’autant plus intéressante que le voyage à Pont-Saint-Esprit a permis de familiariser chacun à ce type de problèmes...





_

Commission Démocratie Participative du CLD, réunion du 2 mars


La démocratie participative avance

(JPG) La commission s’est retrouvée ce lundi 2 mars pour faire le point sur son cheminement et préparer la journée du 16 mai.

5 points émergent de cette rétrospective.

Ils sont accompagnés du constat que la DP s’est créée autour de la dimension culturelle.

La grille d’Arstein qui permet l’évaluation des différents degrés de participation, utilisée et appliquée sur plusieurs actions, a été adaptée pour être plus proche des différents degrés d’implication.

1)- Deux projets de DP portés par l’association « Les Rias » et aidés par la Région, permettent de vivre la DP dans la création culturelle. Notamment en impliquant les plus démunis sans les enfermer dans un ghetto.

Le constat est un enrichissement mutuel qui aboutit à la création de connaissances.

2)- Bureau collégial ou intellectuel collectif. Son fonctionnement est un laboratoire pour la DP. Organisé en commissions, cela facilite le brassage et l’articulation entre le mouvement culturel ascendant et descendant .

(JPG) 3)- Les porteurs de projets. A travers cette démarche, on constate que la DP commence à se vivre, impliquant le citoyen dans dans la création des projets. Il est souhaitable qu’ils participent à l’élaboration de l’avant projet pour plus de Démocratie Participative. Sachant que nous sommes dans un processus de DP à améliorer.

4)- Exemple extérieur Cobonne- mise en oeuvre de la DP ( les anciens et les nouveaux ont été associés à un projet commun).

5)- Journée DP du 16 mai. S’appuyant sur « la fiche action » approuvée par le CDRA, cette journée a pour but de faire évoluer les relations de la mise en oeuvre de la DP sur le territoire. Un des thème sera : Le CLD peut-il et à quelles conditions être moteur dans le développement de la DP dans le territoire ?

Eliane André et Fatima Mana




NB. Ci-dessous le compte-rendu officiel de la réunion du 2 mars et le descriptif de la Journée d’Etude Démocratie Participative du 16 mai, ainsi que la lettre d’Information N°5 du CLD vous permettant une visite rapide et ciblée du site ValDAC.


cf aussi l’accès direct à ce site du CLD :





_

CR réunion DP du 02.03.09
Journée DP du 16.05.09
Lettre infos 6 CLD ValDAC

Journée Régionale Pauvreté/Précarité


Nous avons reçu, émanant de la Région, un compte rendu suite à la Rencontre Régionale "Pauvreté, Précarité".

De premières mesures prises ont, en outre, été annoncées dans la lettre écrite par François Auguste, que nous avons également reçue.

Ces mesures "concernent pour l’instant essentiellement la mise en place de nouvelles modalités d’action à la Région", nous précise Laurence Potié, de la MRIE, qui indique :

"Pour les suites du 29 novembre, elles s’écriront davantage collectivement, c’est ce que nous espérons et que nous avons mission d’accompagner."

En attendant ces documents dont nous ne manquerons pas de signaler la réception, ou les références, nous avons souhaité communiquer le compte-rendu tiré en 4 pages...



J.Cimaz


NB. Nous l’avons mis en téléchargement au format textes ( donc sans la mise en forme ni les illustrations)...

Nous demandons à la Région s’il est possible d’avoir communication du texte de ce 4 pages sous word, ce qui permettrait d’avoir une version du texte de moins mauvaise qualité...





_


Quand le Bureau du CLD reçoit les représentants du CDRA


La réunion du bureau du CLD du 18 février débutait par une heure d’échanges avec les représentants du CDRA - Marianne Ory, conseillère régionale et Pierre-Antoine Landel, chef de projet...


Il s’agissait de faire le bilan des actions menées par le CLD depuis près d’un an et de présenter les projets en voie de réalisation ou de mise en forme, d’aborder aussi l’avenir, le bilan et le fonctionnement de ce CLD au fonctionnement collégial.


Il ressort de cette analyse que l’hémorragie des effectifs a été stoppée, qu’un travail conséquent a été fait et que, surtout, l’audience du CLD s’est accrue sur le territoire...


(JPG)


Des problèmes subsistent certes, et beaucoup de travail reste à effectuer pour atteindre l’objectif que s’est fixé le Bureau Collégial - accroître l’implication citoyenne de la population du territoire dans toutes ses composantes .

Mais des travaux divers, en cours ou programmés, dans trois domaines convergent vers la réalisation de cet objectif :

-  la démocratie participative avec la précision des critères communiqués aux porteurs de projet [1], et l’organisation d’une journée d’étude, le 16 mai, avec le concours d’un universitaire, sur les relations entre la mise en oeuvre de la Démocratie participative sur le territoire, au sein du CLD et le fonctionnement de son bureau...

-  l’économie solidaire et sociale, avec la volonté de mieux connaître pour inciter à développer plus efficacement un secteur dont l’intérêt s’affirme chaque jour davantage,

La nécessité aussi d’aborder la question du CTEF, posée par Marianne Ory...

-  une communication conçue en fonction des deux premiers points, et avec, déjà, ce chantier-film original puisque le film avant d’être un outil permettant aux membres du CLD de faire connaître celui-ci et dans le même mouvement, d’impliquer la population, sera lui-même, dans sa réalisation, un produit de la mise en oeuvre de la démocratie participative [2]




Le Bureau du CLD a ensuite poursuivi sa réunion en précisant la conception et l’organisation des actions et opérations liées à ces trois projets, y compris avec le projet de création d’une nouvelle commission au sein du CLD pour réfléchir aux modifications d’organisations territoriales qui se dessinent dans son territoire...




Une réunion nécessaire qui permet de préciser objectifs, références et projets - et qui montre aussi l’importance et l’efficacité d’un fonctionnement collégial qui est sorti renforcé de cette rencontre...


Jacqueline Cimaz et Fatima Mana



_

[1] 1. recueil des demandes et propositions de la population - 2. élaboration d’avant-projet - 3. consultation sur l’avant-projet, puis bien sûr, association de la population à la précision du projet, à la réalisation et la régulation de sa mise en oeuvre... On pourrait ajouter "à la démarche prospective continue" et "à la planification"... C’est une des questions sur laquelle va réfléchir la commission du 2 mars

[2] par exemple, faire formuler et décliner par les gens eux-mêmes ce que peut être, dans le cadre du CLD, l’implication citoyenne pour la population du territoire...



_

Un chantier film


La commission Communication du CLD ValDAC s’est réunie ce lundi 16 février pour définir le cahier des charges concernant la réalisation d’un film fait avec et pour les citoyens du territoire Valence Drôme Ardèche Centre, y compris creux dits « sans voix ».

(JPG)



Ce DVD sera outil utilisé dans différentes actions du CLD, support de thématiques lors de débats- rencontres avec la population, impulsant la démocratie participative, au coeur de l’instance civile qu’est le CLD.

Il permettra d’expliquer le rôle du CLD et de le faire vivre au service des projets du territoire.


Fatima Mana et Jacqueline Cimaz


Photos Fatima Mana





_

Culture et démocratie participative, une annonce du CLD ValDAC


"La prochaine réunion de la commission « Culture et Démocratie Participative » du Conseil Local de Développement Valence-Drôme-Ardèche-Centre aura lieu :

Lundi 2 mars 2009 à 18h30

Au château du Bousquet

A Saint Laurent du Pape


Cette réunion portera sur le projet du CLD d’organiser une journée d’étude sur la mise en œuvre de la démocratie participative (avec apports théoriques, échanges d’expériences et réflexions collectives), qui aura lieu le 16 mai 2009.

Dans l’attente, je vous remercie de l’attention que vous porterez à cette invitation, et vous adresse mes sincères salutations.


Jacqueline CIMAZ

Animatrice de la commission « Culture et Démocratie Participative » du CLD"


NB. Programme de la journée d’étude téléchargeable ci-dessous...




_


Une démocratie participative en marche


L’ordre du jour de cette rencontre, scindée en 2 groupes, vue l’importance du nombre de projets présentés :

l’émission d’avis sur des demandes de subvention au titre du CDRA.

Une présence citoyenne et impliquée, pour émettre un avis sur des projets présentés par des équipes a conforté la démarche du CLD dans sa mise en oeuvre de la démocratie participative.

La synthèse rédigée pour chacun des projets, relate la prise en compte des échanges, au travers du débat citoyen, faisant ressortir qu’il n’est pas forcément besoin d’être expert pour prendre part à la vie de son territoire.


Fatima Mana





_

S’abonner à la lettre d’information du CLD pour accéder directement aux rubriques du site...


Le CLD, instance citoyenne, représente la société civile auprès du CDRA.

Pour ce faire, il propose un rôle à jouer dans la construction du territoire à l’ensemble de la population, avec la volonté de rassembler.

L’essentiel des informations et documents est accessible sur le site du CLD.

A chaque mise à jour importante, ou chaque mois, une lettre d’information relate les mises en débat, réflexions, créations d’idées et de projets qui se vivent au CLD et offre l’accès aux documents correspondants..

Nous vous invitons, si vous vivez ou travaillez sur le territoire VALDAC à rejoindre le CLD si cela vous est possible, et/ou, au moins, à vous abonner à sa lettre d’information....

Un moyen rapide de connaître les mises à jour du site et d’aller de suite à ce qui vous intéresse.

Le formulaire à remplir étant encore en cours de construction, vous avez déjà la possibilité de demander cette inscription à Nadège Dallard par courriel adressé au CLD -

cld.valdac@orange.fr


Jacqueline Cimaz et Fatima Mana.





_

Lettre d’information N°4 du CLD ValDAc

Rentrée du CLD Valdac


Après un temps de pliage et mise sous enveloppes du bilan 2008 du CLD, une réunion de travail organisant le travail des prochains mois...

Et un moment de détente, enveloppes finies et bonne humeur...

(JPG)





_

Vivre ou survivre, homme/femme, un paramètre en prendre en compte


Nous souhaitons participer à la prochaine rencontre régionale et internationale « démocratie participative pour l’égalité femmes/hommes » des 6 et 7 mars 2009.


Le réseau régional considère en effet qu’une participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision est un préalable incontournable pour tout société démocratique.


PDF - 119.9 ko
Note régionale sur la rencontre

Le document régional : note descriptive téléchargeable...


Les questions posées :

(JPG) Est-ce que nos expériences de démocratie participative contribuent à une plus grande égalité citoyenne entre les hommes et les femmes ?

Nous pourrions déjà nous interroger sur les apports en ce domaine de notre activité éditoriale (cf le beau récit de Paulette Vignal...) et sur ceux des ateliers d’écriture, arts plastiques ou théâtre...


-  Les projets soutenus et réalisés par les politiques publiques en région Rhône-Alpes ont-ils, dans leur mise en œuvre, contribué à faire progresser cette égalité ?

cf publications, contenus déjà évoqués, et auteurs 2008 (deux hommes et quatre femmes -du moins pour les publications papier... Pour le numérique, c’est moins évident...)

Et finalement, qui profite concrètement de la réalisation de ces projets ? Les hommes et les femmes de la même façon ou de façon différente ?

A noter qu’à part ce qui concerne "le patois", la participation aux ateliers culturels est massivement féminine, surtout pour l’écriture (où l’on retrouve des constats sur les résultats scolaires en général mais aussi sur les résultats comparés dans les domaines scientifique et littéraire ?)


-   A quel moment, à quel endroit repérons-nous des similitudes et des différences ?

Analyse à affiner en tenant compte aussi des différents types de population du Plateau (rural ancien, résidents intermittents issus pour beaucoup du Plateau, nouvelle population rurbaine attirée par des coûts de terrain moins élevés ou les logements sociaux...)

-  Que nous faut-il prendre davantage en compte ? Que faut-il améliorer ?

Peut-être approfondir déjà les analyses sur le travail, les représentations liées à des traditions (à la ferme, avec les "enfants de l’assistance", au moulinage, avec les ouvrières de la soie et leur organisation... ?), à l’histoire [1], les transformations dans le rôle des femmes liées à la guerre, à la Résistance [2], à la conjoncture actuelle, à l’incidence sur les comportements de la mise en place de structures enfance et petite enfance (multi-accueil, RAM, centres de loisirs...), au secteur d’emploi [3], au poids différencié du RMI, des contrats aidés...



Et on pourrait revenir en cette période de fêtes sur la différenciation des jouets, toujours présente si non accrue. Et les manuels scolaires ? Et les représentations véhiculées par la presse écrite ou télévisuelle, la presse "people" ?


A cet égard un dossier très intéressant sur "Broderie et art contemporain" dans le N° d’Art Press de janvier... une discrimination culturelle datée, qui remonte loin dans l’histoire et perdure...




Bref, dans le cadre de notre projet Pauvreté, précarité, démocratie participative, il y a là un paramètre à prendre en compte...

Et pourquoi pas une approche théâtrale, avec Carlos Lojo, et des scènes émanant des propositions des participants ?


La mise à disposition d’une Banque de données régionale en la matière serait aussi intéressante, surtout si, à côté de l’urbain, elle prend également le rural en compte...


Jacqueline Cimaz
NB. S’il est difficile d’aller souvent à Lyon de Saint-Apollinaire-de-Rias, pour les réunions préparatoires, nous invitons nos adhérents de la région lyonnaise à nous y représenter...


_

[1] nous avons prévu d’aborder "pauvreté, précarité et implication au travers d’une conférence de Jean Nicolas sur les mouvements rébellionnaires au 17ème siècle, ce peut-être un regard ajouté...

[2] à partir notamment du contenu du livre de Sylvette Béraud-Williams, "Entre silence et oubli, mémoires d’un quotidien rural bouleversé"

[3] cf la féministation dans le tertiaire et les services, évolue-t-elle avec le développement de ce secteur ? _



_

Note régionale sur la rencontre

Séminaire des Politiques Culturelles


organisé par le Conseil Général ce mardi 9 décembre.

Après diverses interventions situant le cadre de la journée, deux ateliers sont proposés aux acteurs du territoire afin de donner une dimension plus participative.

Les deux groupes de travail ont participé aux mêmes questionnements transversaux, rappelés en introduction à savoir :

-   les relations entre économie et culturel,
-  l’inscription de la culture dans le développement local
-   les nouveaux modes de gouvernance, d’organisation et la place politique.


Quelques réflexions émergentes :

-   Un projet culturel ne peut se définir que par rapport à un territoire et à ses habitants.
-   Le tourisme culturel est une opportunité pour mettre en valeur son territoire.
-   Comment arriver à coopérer et en quoi la culture peut être un vecteur de lien social ?


(JPG)

Atelier 1 :Développement des territoires et innovations : quelle politique pour le patrimoine et la création ?

Cathy Charvoz, animatrice à la culture au CDRA intervient et parle de l’effet déclencheur qui favorise l’acte culturel, de l’identité et du rapport entre art et entreprise.

Un autre intervenant évoque le mécénat face à la culture et la défiscalisation des montants des aides (impôts)

Développer le mécénat pourrait s’appuyer sur un listing des entreprises sensibilisées au culturel.

Si le devenir culturel ne repose pas sur les idées économiques, il faut insufler un intérêt dans le monde économique.

La proposition de signer une convention entre les DRAC et le monde l’entreprise pourrait être un signe d’ouverture et de bonne volonté.

la difficulté du mécénat, c’est d’avoir le bon relais. Les entreprises choisissent des projets inovants.


Atelier 2 :Projets artistiques et culturels : entreprendre et coopérer autrement.

Des approches et expériences intéressantes en matière d’implication des populations, d’articulation entre démarches descendantes et ascendantes, qualité artistique et implication...

L’importance de celle-ci pour le développement - culturel et économique - les coopérations et les ressources...

L’emploi culturel et la situation des intermittents...

La spécificité des arts plastiques, et des territoires...


Des échanges interessants, une journée fructueuse, la mesure relativement partagée, de problèmes à résoudre...


Fatima Mana



_

Bureau mensuel du CLD


Un Bureau efficace pour cette réunion habituelle ; l’envie de travailler autour d’idées citoyennes était bien présente ce lundi 1er décembre.

L’ordre du jour scrupuleusement respecté, entre débat d’idées, idées mises en débat avec l’impression d’avancer et d’étayer l’existence du CLD.

(JPG)


Bilan 2008, budget et perspectives ont parsemé cette rencontre.


La proposition appliquée de clôturer la réunion autour d’un "pique-nique" fut vivement appréciée.

Fatima Mana





_

CDRA : réunion de la commission culture


au théâtre de Privas...

Beaucoup moins de participants qu’au moment de l’élaboration de la charte...

Mais une réunion de travail qui permet à chacun d’avoir une vue d’ensemble et de sentir partie prenante d’un plus vaste réseau...

Une visite à cette occasion du théâtre de Privas, le plaisir de voir scène et salle côté acteurs et une machinerie toujours impressionnante.

(JPG)


La "galerie", salle d’exposition fonctionnelle, est apparue comme particulièrement importante dans ce département où il n’y a pas de Centre d’Art Contemporain.





_

Rentrée du CLD Valdac


Le 20 octobre, nous avons participé à la réunion du bureau CLD au château du Bousquet à Saint Laurent du Pape.

Pour cette deuxième réunion de rentrée, le rythme est retrouvé.

(JPG) Les divers points abordés s’appuient principalement sur des préoccupations ou intérêts citoyens, le CLD étant une représentation de la société civile.

Il s’est doté de commissions et de référents qui mettent en place des fiches actions. Celles-ci offrent des pistes de travail permettant de concevoir, organiser, suivre l’action participative proposée.

Les divers points abordés concernent principalement les préoccupations, les projets et perspectives de tous.

Une instance citoyenne qui se vit et veut se vivre au plus prés des gens.

Fatima Mana

NB. A noter l’évolution du site du CLDValDAC, et le gros travail de Nadège Dallard pour le tenir à jour... A découvrir ! _



_

Réunion fructueuse de la commission communication du CLD


un travail approfondi et fructueux...

(JPG)


et une réflexion aux marges sur le rôle du CLD dans un accompagnement en amont des projets...





_

Participation à deux réunions au tire du CLD, dont un séminaire sur le fleuve Rhône...


Réunion du CLD du 10 septembre :

Pour prise d’informations et élaboration d’avis sur 5 dossiers de demandes de subvention.

La représentation de la société civile qu’est le CLD, émet en effet un avis sur les projets présentés, avis qui est ensuite transmis par son représentant, en CAT (Comité d’avis technique), aux membres présents du CDRA.

Ces projets concernant le quotidien, proposent généralement des actions positives, essayant de répondre aux préoccupations de chacun.

Cette consultation est un moyen de participer, et de tenter de faire vivre la démocratie participative.

Fatima Mana






Séminaire du 11 septembre sur l’aménagement du Rhône

Dans le cadre d’une série d’actions visant la réappropriation du fleuve Rhône par la population et la valorisation des ressources aquatiques du territoire, un séminaire de travail a eu lieu le 11 septembre dans les locaux de la mairie de Portes Les Valence.

(JPG)


Le thème étant de « replacer le Rhône au coeur du développement VALDAC »


(JPG) Après une réunion plénière présentant différents schémas locaux, les participants ont été invités à visiter des structures installées à proximité du Rhône telle que la base nautique de Charme sur Rhône ou d’Etoile sur Rhône, l’Epervière ou la plate-forme multimodiale de Valence (Portes-les-Valence)...


L’après-midi, des ateliers de travail proposèrent d’échanger et de débattre autour des présentations de structures, porteuses de perspectives.


Une journée très riche qui devrait susciter des projets et en enrichir d’autres, comme celui que nous montons actuellement pour 2009 "De larmes et sel"...


Fatima Mana





_

Un temps d’autrefois retrouvé


Beaucoup de monde venu au « Forum des Associations » en ce dimanche frileux de septembre...

A cette rencontre, organisée par l’office du Tourisme du pays de Vernoux, une trentaine d’associations étaient représentées. Parmi elles, l’association Les Rias dont le siège [1] est situé à Saint Apollinaire de Rias.

(JPG)


Temps de retrouvailles, cependant, une très large trentaine d’adhérents ayant répondu "présent", au titre des Rias, d’une autre association, ou en simples visiteurs de l’ensemble...


Dès 10h, la salle des fêtes ouvrait ses portes au public. Toute la journée, un va-et-vient soutenu, rythma ce rendez-vous retrouvé.

L’inauguration officielle eut lieu, avec les représentants de communes du Pays, présents à ce moment...

C’est Nicole Chazel, 1ère adjointe, qui représentait la municipalité de Saint-Apollinaire-de-Rias.


Pour les associations, c’était l’occasion de rencontrer les autres organisations, porteuses d’activités souvent méconnues.

Plusieurs d’entre elles offrirent au public, une démonstration de leurs savoir-faire, comme ces réalisations en patchwork et autres boutis dont Nicole Raze disait qu’elles étaient invendables, n’ayant pas de prix au vu du temps passé...

Il y a eu aussi des moments d’émotion comme celui où Christian Alibert, maire de Châteauneuf, découvrait et montrait ces photos de l’équipe de foot, vieilles de quelques années...

(JPG)



A noter que le CLD ValDAC était présent, tant par une affiche de sa réunion de 2005 à Saint-Apollinaire que par la partipation, à des titres divers, de trois membres de son Bureau Collégial... et que d’une rencontre avec un monsieur d’Etoile passionné par le livre de Michel Chaudy [2]


Pour sa part, l’association Les Rias proposa aux uns et aux autres de s’attarder sur ses publications, et autour du diaporama réalisé à l’occasion de la présentation du Carrefour des Résistances et revenant sur trois années de travail associatif en arts plastiques.

Les chaises installées à cet effet reçurent l’intérêt et la curiosité des uns et des autres.

Le diaporama de Régine Raphoz montrant quelques unes de ces oeuvres antérieures, comme ses très belles sculptures textiles ou "Mes’anges", et aussi des réalisations s’apprentant au Land Art, fut aussi regardé et re-regardé...

Il en fut de même pour la table des publications de l’association, où l’on feuilleta beaucoup. Paulette Vignal et Geneviève Greco furent même sollicitées pour autographes dans leurs stands respectifs...

Enfin, bien que l’ambiance plutôt festive ne soit pas des plus propices, des ateliers d’écriture filés, fonctionnèrent, chacun commençant là, puis emmenant son texte pour le poursuivre au calme...


Quelques affiches rappelaient des jalons importants.

Nombreux furent ceux qui, interpellés par le foisonnement, la richesse et surtout la qualité des activités, attardèrent leur étonnement autour d’une conversation.

A noter, ainsi, l’intérêt teinté de surprise pour les photos de la visite à l’exposition Kiefer, l’an passé, au Grand Palais...

(JPG)


Des dialogues fructueux, riches, sur les arts, la littérature, des témoignages, la démarche participative de l’Association, des échanges bibliographiques... [3]




Un temps fort sympathique aussi que celui du repas en commun, pris sur la scène aménagée pour ce temps de convivialité.


Chacun est reparti avec le sentiment d’une journée réussie.

Fatima Mana





_

[1] mais dont les adhérents viennent de tout le Plateau de Vernoux et bien au-delà, même si la majorité habitent ou ont une résidence à Saint-Apollinaire, Vernoux, Chateauneuf, Silhac, Saint-Julien, Saint-Jean-Chambre, Saint-Basile...

[2] "Faire des hommes libres", Ed. Repas

[3] La lecture à plusieurs voix de témoignages consignés dans de "Carrefour des Résistances ou Passeurs d’art", qui n’avait pu être faite lors de la présentation de l’oeuvre, tant les apports étaient denses, aura lieu le 11 novembre pour la traditionnelle rôtie de châtaignes. Le diaporama sera projeté, ainsi, éventuellement que ceux de Régine Raphoz et Christian et Edith Pourchaire.



_

Rentrée du CLD Valdac


C’est le mercredi 3 septembre que le CLD VALDAC a lui aussi fait sa rentrée. Nous étions présentes à cette réunion de Bureau.

L’accent a été mis sur les actions à mener afin d’inciter le citoyen à participer, notamment au travers de groupes de travail existants ou à créer.

Porteurs et moyens, soutien d’un thème, d’une préoccupation, d’une réalité, ceux-ci contribuent à faire avancer la réflexion.

Inviter, impliquer, concerner, faire participer le tout un chacun pour que le CLD vive.

Il est indispensable que celui-ci soit composé d’un panel représentatif de son territoire corroborant et promouvant ainsi une certaine idée de la démocratie participative.

Fatima Mana





_

Ah la commission Communication du CLD !


Un groupe de travail s’est réuni le 28 juillet à Vernoux-en-Vivarais avec Fatima MANA, Fabien MICHEL dit BARON, Nadège DALLARD, Jacqueline CIMAZ. Félix LARCHER et Malika LADHEM s’étaient excusés.


Diverses propositions ont été faites pour :

-  mieux faire connaître le CLD en tant qu’instance de démocratie participative sur son territoire,
-  informer la population et
-  inciter chacun à participer.

Divers exemples de supports utilisés sur d’autres territoires ont été étudiés,

et des priorités retenues :

-  la vie du site Internet (ce qui suppose de pouvoir enrichir et préciser les prestations définies avec le réalisateur du site, notamment en matière de liens hypertextes ou hypermedias)
-  la mise au point et l’envoi d’une lettre d’informations régulière à articuler au site Internet
-  une relance des médias du territoire -notamment des radios locales- pour qu’ils puissent mieux informer,
-  la réalisation, si elle est possible, d’émissions (voire même d’une chronique régulière) [1]
-  la confection d’une plaquette de communication...
-  celle d’un support visuel (type DVD) [2]

(JPG) Des réunions publiques pourraient être organisées pour présenter ce DVD aux citoyens du territoire.

L’idée est de s’adresser à toute la population - citoyens, élus...


Des questions restent en suspens, celle du budget, du couplage de la communication avec celle du CDRA. [3]

L’animatrice continuera à se renseigner à la rentrée, sur contenus et budget, contactera les medias.



La réunion s’est prolongée par un repas de travail des plus conviviaux, puis par une découverte nocturne du Carrefour des Résistances - œuvre d’art intégrant et dépassant une dimension communication particulièrement dense et polysémique...



_

[1] avec le souhait qu’un réseau de radios puisse faire circuler les émissions enregistrées.

[2] avec présentation du territoire, de sa diversité et de ses atouts, du CLD, du CDRA... sous forme éventuellement ludique, lisible et accessible.

[3] Un outil commun pourrait être élaboré et des outils spécifiques au CLD réalisés.



_

Fleuve Rhône



(JPG) Participation à une première réunion

qui permet d’y voir plus clair sur la question.


-  Le territoire : le fleuve, ses affluents, leurs vallées...

-  La dimension patrimoniale et culturelle...

-  La possibilité de faire des propositions y compris dans le domaine artistique (parcours d’eau ?...)

Un vaste chantier de réflexion est ouvert...





_

Plénière du CLD du 30 juin 2008



(JPG) Une réunion intéressante du CLD ValDAC à Bourg les Valence qui a entériné à l’unanimité

le fonctionnement collégial du Bureau,

le règlement intérieur correspondant

et le choix de Michel Chaudy comme référent...


Une réunion aussi qui a permis des débats approfondis,

notamment sur la collégialité et

sur des modalités de fonctionnement toujours plus démocratiques et participatives, notamment vis-à-vis des porteurs de projets et du suivi des projets, ou pour la préparation des COPIL,

sur la communication, et l’organisation de commissions et groupes de travail nécessaire pour mener à bien un projet qui engendre un certain enthousiasme.





Le débat sur la collégialité a été introduit par Jacqueline Cimaz à partir d’une synthèse de la dernière réunion de Bureau, du travail de la commission Culture et Démocratie Participative et de l’expérience des Rias [1].

Des pistes pour une réflexion à toujours plus approfondir... et à venir poursuivre au sein du CLD...




_

[1] Texte intégral ci-dessous

Intervention J.C.

L’Ardéchoise 2008




Les adhérents des Rias militent souvent dans d’autres associations, dont l’Agrevou...

Ils ont ainsi fait, une nouvelle fois, un beau travail pour l’Ardéchoise, qui n’a pas échappé aux regards de Simone Castel...

(JPG)





_

CLD, collégialité et Démocratie Participative...


Participant au CLD au titre des collèges "associations" et "habitants", nous sommes deux à vivre actuellement l’expérience d’un Bureau Collégial...

Une expérience coûteuse en temps, mais qui, si elle continue à éviter les dérives, parait pouvoir se montrer riche de potentialités et ressources - pour peu que la réflexion se développe et qu’on se donne les moyens théoriques de réussir...


(JPG) Ainsi, "l’intellectuel collectif" [1] que représente le Bureau collégial, nous semble constituer un atout pour une mise en œuvre conséquente de la démocratie participative au sein et autour d’un CLD conçu comme laboratoire pour cette mise en œuvre.

Etude à conduire, mais déjà cet intellectuel collectif nous parait susceptible de mieux analyser, réguler et théoriser les pratiques qu’un Bureau ordinaire ...

Ce fonctionnement collégial va-t-il induire un développement durable et approfondi d’une réelle démocratie participative dans le CLD pour que celui-ci soit à même de mieux contribuer encore à l’impulsion de cette démocratie participative dans la société civile ? Et notamment, de susciter l’expression des "sans-voix" ? De tous les citoyens ? [2]


Ce pourrait être l’objet de la mise en oeuvre d’une recherche universitaire...

Le débat et la réflexion sont ouverts, la situation aussi, et toutes les contibutions seront bienvenues...


Jacqueline Cimaz et Fatima Mana


_

[1] au sens de Bourdieu

[2] Trois dimensions, qualitatives, nous paraissent importantes : une authentique démocratie participative, suscitant donc l’implication de tous, y compris des personnes vivant dans la précarité, son développement durable, et celui de notre planète, l’Economie Solidaire et Sociale, une tentative participative de résoudre certains des problèmes qui se posent sur cette planète...

_

Signature du C.D.R.A



Six membres des Rias assistaient, en tant que membres du CLD, ou du CDRA, à cette signature de contrat, validant la charte et engageant la Région et les Départements de l’Ardèche et de la Drôme

(JPG)


Un moment historique, de nombreux discours... Beaucoup d’applaudissements pour Marianne Ory et son évocation précise et émue de plusieurs années de travail collectif...





_

Second séminaire de réflexion et d’action 2007-2010

Spécificités du territoire ardéchois et enjeux du développement local par la culture


Les Rias ont participé le 10 juin, au Théâtre de Privas, à la deuxième journée de ce séminaire organisé par le Conseil Général de l’Ardèche et la DRAC Rhône Alpes en partenariat avec l’Observatoire des politiques culturelles.


L’objectif de cette 2ème rencontre était « d’approfondir la question du potentiel culturel ardéchois et de mettre en relation la connaissance du territoire avec celle du développement et du renouvellement local », en réfléchissant, notamment, aux méthodes de dynamisation, régénération ou gouvernance par la culture, la culture comme dimension et composante de la vie locale...


Divers points ont été abordés, dont :
-  tout ce qui est lié à la capacité d’un territoire à produire du culturel en intégrant les savoir faire, chacun étant révélateur de stratégies, culture et patrimoine étant des ressources primordiales
-  l’art contemporain et la réceptivité de la population : partir des gens, viser la qualité.
-  la gestion du développement par rapport à la personne qui est dans le paysage du développement.



Jacqueline Cimaz est intervenue, en tant que Présidente des Rias, pour rappeler que la création de développement par la culture et de développement de la culture, inséparables, nous semblaient demander certaines conditions :
-  l’articulation constante entre les démarches ascendantes (type écomusée) et les démarches descendantes (type Théâtre national Populaire),
-  la durée dans la mise en œuvre des projets (nécessaire aux apprentissages collectifs, à la régulation...)
-  l’exigence de qualité, avec l’intervention de professionnels engagés dans la recherche et la création actuelles (cf l’exemple du travail de la langue, le poète en résidence conjuguant l’ascendant -avec ses recherches sur des mots en voie d’obsolescence et le descendant, dans son travail de la langue...), de la production, lors de ces interventions et en aval, de connaissances par le collectif...




(JPG) Deux ateliers étaient proposés :
-  l’un concernant l’activation des ressources patrimoniales avec la question : quelles réponses face à la richesse des projets ?
-  le second atelier portait sur les projets culturels et la création artistique face aux enjeux du développement territorial.


Pour le premier atelier :
-  constat d’un écart entre la perspective de valorisation patrimoniale et les acteurs de projet
-  suggestions : renforcer l’action professionnelle au niveau départemental et des territoires, favoriser la mise en réseau des dispositifs existants.

Pour le deuxième atelier :
-  Il s’est parlé d’ambiguïté dans les termes entre art et culture, sensibilité et émotion, de l’articulation entre le projet, le sens et la forme.
-  suggestions : s’appuyer sur les spécificités du territoire, et pour la médiation, développer travail et coopérations, échanges entre partenaires et acteurs institutionnels et associatifs porteurs de projets.



Jacqueline Cimaz est intervenue en s’appuyant sur l’expérience des Rias et sur la réflexion engagée au sein de l’association et dans la commission « Culture et démocratie participative » du CLD ValDAC, pour insister sur la médiation, avec, l’importance, pour le développement culturel et du territoire par la culture,
-  du travail collectif dans la durée [1]
-  de l’intervention de professionnels qualifiés, choisis à partir de fortes exigences de qualité, de leur engagement donc dans les problématiques actuelles, critères auxquels la population est sensible,
-  de l’évaluation-régulation continue de ce travail, en équipe, articulant l’ascendant et descendant (cf le bel exemple de l’Apsoar), et de sa théorisation, d’où, notamment un appel à la recherche adressé à l’Observatoire, en ce qui concerne la pédagogie de la transversalité, sur le transfert [2], le rôle des crises [3]
-  l’Observatoire des politiques culturelles, effectue-t-il des recherches sur ces points, des étudiants seraient-ils intéressés ? [4]



-  L’élu est référent du territoire, mais un des référents du territoire.
-  Il est souligné que la construction du réseau butte souvent sur l’aspect institutionnel.

La poursuite du séminaire sera formalisée par une autre rencontre prévue en novembre 2008.


Fatima Mana



_

[1] cf en sociologie, le travail de Jean-Daniel Reynaud ("Les Règles du jeu : L’action collective et la régulation sociale", Armand Colin, 1989), cf aux Rias, l’émergence de la notion d’ « intellectuel collectif »...

[2] les apprentissages collectifs et individuels affectués dans un domaine sont-ils transférables à un autre domaine -si oui, lesquels, à quelles conditions... ?

[3] la belle étude de J-D.Reynaud, en entreprise, est-elle transférable aux projets de développement culturel dans la durée ?

[4] Si des doctorants étaient intéressés, l’association leur est ouverte, comme nous l’avions déjà indiqué il y a deux ans au sujet de la création de lien social...


_

CLD, petit groupe de travail...




(JPG)





_

Réunions de la semaine du 16 au 21 juin


-  Nous étions 7 à assister à la signature du CDRA le 16,
-  Nous participerons au Bureau du CLD le 18,
-  à l’AG de la FOL le 21...





_

Les citronniers


Un film d’Eran Riklis :

En Cisjordanie, la plantation de citronniers d’une veuve palestinienne, qui avoisine la propriété du ministre israélien de la défense, devient une affaire d’état. Un film juste et poignant, pudique, magnifiquement interprété.




Et un débat avec une intervenante de l’Association France Palestine Solidarité.

Une belle initiative d’Ecran Village...




"Salma, maquisarde de sa terre est fière de son histoire. Combattante d’une certaine idée de justice démolie par les bulldozers du bon droit.

L’état conquistador fragilisé, Goliath déstabilisé par l’insoumise.

Des citronniers magnifiques pleurent et meurent assoiffés au champ du malheur, détruits sous le regard indifférent menacé de ridicule.

Une ligne verte érige quotidiennement son mur des lamentations. Sa hauteur colossale encercle la folie redoutable des hommes dans l’indifférence générale du monde.


Après le film, un débat s’improvise autour de la présence de Mme Camille Lasker, revenue récemment d’une mission civile en Palestine. Confrontée à la réalité, elle nous relate remplie d’émotion son séjour au travers des actions menées entre autre par l’association « France-Palestine Solidarité ».

Madame Lasker rapporte en tant que "juive née en 42", et citoyenne, des vécus de la vie quotidienne sous la pression perpétuelle de l’armée israëlienne dans une terre morcelée et cloisonnée.

Une guerre intestine où les fruits du labeur pourrissent sous la haine."


Fatima Mana





_

Réunion rhône-alpesolidaires Drôme-Ardèche


à Romans le 20 mai, pour le lancement d’un projet de site Internet dédié à l’économie sociale et solidaire en Drôme-Ardèche.

Jacqueline Cimaz représentait le CLD Valdac.


Des informations très intéressantes ont été données sur l’historique et sur une organisation intéressante permettant d’articuler démarches descendante et démarches ascendantes, qu’il est prévu de développer par la mise en place de sites territoriaux et mini comités rédactionnels territoriaux ou thématiques.


La logique proposée est créatrice de réseau, de connaissance, ce qui parait particulièrement fécond...


Enfin, par delà la question du site - inséparable du contexte dans lequel il s’inscrit - la dimension ESS semble concerner les CLD.


A partir de là des questions et un débat à ouvrir au sein du CLD ? Un débat certainement qui concerne tous les citoyens...


NB : deux sites à visiter :

-  celui d’Alpes Solidaires (agglomération grenobloise)

-  et le site régional





_

Assemblée Générale de l’Office du Tourisme du pays de Vernoux


Ce mardi 20 mai, s’est déroulée l’assemblée générale de l’office de tourisme du pays de Vernoux devant une quarantaine de présents.

Nous y étions en tant qu’adhérents, en tant que membres des Rias et représentants du CLD Valdac.


A l’issue des divers rapports et interventions, notamment de la représentante d’Ardèche Plein Coeur et de Daniel Balayn pour le PNR, nous sommes intervenus pour souligner

-  combien nous avions apprécié l’accueil pour le Printemps des Poètes,

-  insister sur l’intercommunalité, la nécessaire coordination avec les associations du territoire, au niveau des calendriers et de la prise en compte de la spécificité et de la qualité de ce qui était proposé, sur la prise en compte aussi du patrimoine non bâti, et enfin sur l’intérêt attribué par le CLD à la démarche culturelle mise en œuvre par le PNR.


Après un temps assez déroutant d’élection pour le renouvellement du Conseil d’Administration où le public s’est interrogé, un pot a permis de riches échanges en petits groupes...


L’office du tourisme en développant des liens permanents avec les acteurs locaux ( hébergeurs, commerçants, associations etc...) devrait contribuer de mieux en mieux à la promotion des manifestations proposées, au développement des effets induits et au dynamisme de notre région.


NB. Fatima Mana a été élue membre du C.A. de l’Office du Tourisme





_

CLD ValDAC, un Bureau élargi


s’est réuni ce 16 mai.

A l’ordre du jour de cette réunion, des avis à donner sur des projets qui doivent passer en CDRA, des informations relatives à la réunion du "Copil" du CDRA, une première réflexion sur la relance du CLD.

Nous avons particulièrement apprécié la présentation d’un des projets, étayée par une argumentation solide et un document clair et précis, dont la structuration tient compte de la complexité du réel, de la dimension historique, inclut une démarche prospective.

Un bel exemple en outre de cette démarche d’évaluation-régulation indispensable à toute mise en oeuvre conséquente de la démocratie participative.

Un bel exemple aussi de cette approche systémique chère aux Rias et que la participation d’Edgar Morin à la Fête de l’Internet 2008 remet sous les feux de l’actualité...


Les orientations proposées en Copil (Comité de pilotage du CDRA) par le nouveau chef de projet ont été évoquées.

Pour la structure du Comité de pilotage du CDRA - cf rubrique Mairie/Intercommunalité de ce site.


Il restait peu de temps pour parler de la relance du CLD.

(JPG)


Néanmoins, diverses pistes ont été évoquées et un assez large consensus semble se dessiner sur l’idée que l’élargissement suppose le dépassement de la réunion d’un petit groupe d’experts pour une invitation de tous les citoyens, de la population dans toutes ses composantes, y compris de celles qui sont peu habituées à s’exprimer.

Plusieurs des membres du Bureau élargi du CLD qui sont également membres des Rias sont intervenus à ce sujet.

Les fiches actions existantes, comme la fiche communication rédigée et apportée par Fatima Mana, sont intéressantes à cet égard.


Après l’abord de problèmes divers et le partage des tâches, le pot de l’amitié a permis une poursuite conviviale des échanges, y compris sur une économie solidaire et sociale qui interpelle de plus en plus... (cf voyages solidaires...), sur les liens entre patrimoine, culture et langue et sur l’importance du SMOEV pour le poids des territoires ruraux...


A noter également que le fonctionnement collégial du Bureau du CLD, bien orchestré par Michel Chaudy, animateur de cette réunion, parait riche et efficace.





_

Nous vomissure de négrier...


En cette période de commémorations :


-  le 8 mai 1945 et la capitulation de l’Allemagne nazie, avec la longue période qui va s’ouvrir de retour des rescapés des camps de la mort...


-  mais aussi le 8 mai 1945 et le massacre de Sétif passé inaperçu dans la liesse de la Libération...


-  le 10 mai, date anniversaire de l’adoption à l’unanimité par le Sénat de la loi de 2001 reconnaissant la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité, date dédiée en 2006 aux Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions...


Nous souhaitons publier un extrait d’un poème d’Aimé Césaire...

(JPG)


En fait un extrait de l’Extrait du « Cahier d’un retour au pays natal »,

édité par Présence Africaine en 1955,

extrait cité par M. Jacques Martial, lors de la Cérémonie en l’honneur de la première journée commémorative du souvenir de l’esclavage et de son abolition. (Une création Oniris Productions sur Spip)


Nous vous incitons à cette occasion à participer aux manifestations organisées par les Amicales Laïques de Crussol, dont le programme se trouve sur le site de la FOL de l’Ardèche...





_

Réflexions d’après réunion...



Fatima Mana et Jacqueline Cimaz ont participé à la réunion de la Commission Culture du CDRA, au Train Théâtre, à Portes-les-Valence.


(JPG)

Une visite et une présentation intéressante de cet établissement, puis, lors du tour de table, d’autres structures aidées par le CDRA...


De grosses structures pour la plupart, qui font un travail de qualité et un relatif effort de décentralisation de l’offre culturelle.


Cependant cet effort s’inscrit toujours dans une démarche descendante vis-à-vis de publics ruraux ou urbains...


La démarche ascendante, partant de la culture des gens, valorisée et développée au travers d’un travail avec des professionnels qualifiés, démarche pourtant largement préconisée au moment de l’élaboration de la charte, comme par l’Observatoire des Politiques culturelles lors du Séminaire du 4 décembre 2007 à Privas, n’est guère apparue.


Ne constitue-telle pas pourtant un passage obligé pour tout développement culturel de qualité et durable ?



On pourrait à cet égard revenir sur un partenariat intéressant avec le théâtre de Privas.

Celui-ci développe d’une part, (JPG)

-  des spectacles de qualité au théâtre,

et,

de plus,

de nature

-  stratégies éducatives aidant

-  à rassembler et intéresser

un large public,

notamment de jeunes...

(cf les publications,

les expositions...)









et, avec l’aide du SMOEV,

-  un maillage du territoire au travers des Petites Envolées, qui proposent des spectacles au

(JPG) plus près des gens,

spectacles qui peuvent être de très grande qualité, comme, récemment, "Les travailleurs de la mer", l’offre d’Hugo, une mise en valeur de la poésie exigeante et convaincante pour tous...


et, en même temps, il a su répondre à notre demande associative

-  pour intervention dans une démarche ascendante, avec la participation de Dominique Lardenois et Nadine Demange aux Baraques, aux animations proposées dans le cadre de Lire en Fête 2007...


Une démarche qui, incontestablement, a rapproché des personnes du théâtre et réduit les distances culturelles entre le théâtre et la population, comme en ont témoigné certains dires... même si les incidences en termes de participation, par exemple, aux Petites Envolées, restent encore relativement minimes...

(JPG) La nécessaire articulation entre implication dans des démarches ascendantes de création avec des professionnels, et mise à profit active de l’offre culturelle descendante, même décentralisée, n’est pas spontanée.


Elle requiert un travail associatif dense et conséquent sur le terrain, inscrit dans la durée, avec un partenariat de qualité, et donc les moyens de ce partenariat prolongé.


Cela nous parait un passage obligé et incontournable.


Conjuguer la mise à la portée de tous des avancées culturelles majeures et le développement de la culture de la population, d’un patrimoine humain à faire vivre et fructifier...


Ce serait aussi un moyen de limiter l’immense gâchis que constitue la sous utilisation des ressources potentielles de quantité d’artistes ou auteurs pris par des petits boulots alimentaires au détriment du temps et de la disponibilité nécessaires à la création...


Susciter, enrichir des démarches culturelles ascendantes exigeantes et travailler leur articulation avec l’irrigation du territoire par une offre culturelle de qualité, une grande question, incontournable, et d’une grande actualité...

Jacqueline Cimaz





_

CLD ValDAC


(JPG) Fatima Mana vient d’être cooptée au

Bureau du CLD ValDac,

plus particulièrement chargée de la

communication.

(Rappel : Jacqueline Cimaz, déjà membre du Bureau, s’occupe plus particulièrement du secteur Culture et anime le groupe de travail "Culture et démocratie participative".)





_

CLD ValDAC : participation à une commission Démocratie Participative étoffée et vivante...




Nous étions présents à cette réunion de la commission « Culture et Démocratie Participative » du CLD ValDAC, ouverte à tous les membres du CLD ValDAC, à plusieurs personnes souhaitant le rejoindre et le renforcer, et aux membres des autres CLD Drôme et Ardèche.


Jacqueline Cimaz, en tant qu’animatrice de la commission "Culture et Démocratie participative" du CLD a remis à chacun un dossier avec les textes essentiels élaborés lors des deux premières réunions, puis a retracé un rapide historique de la commission, insistant sur les points forts précédemment mis en évidence :

-  l’importance des articulations des différentes échelles, du local et de la proximité,

-  la nécessité de partir du patrimoine humain et de lui donner les moyens de vivre et se développer, en articulant à tous moments démarches ascendantes et démarches descendantes, ce qui suppose la mise en oeuvre de projets où les gens soient acteurs, effectuant ainsi des apprentissages collectifs, en mettant à profit la présence de professionnels qualifiés engagés dans la recherche et la création contemporaines...

-  l’enjeu que constitue la volonté de faire du CLD un laboratoire pour la mise en oeuvre de la démocratie participative


Nadège Dallard a montré comment le projet Rhône-Alpes 21 pouvait constituer un atout pour ce faire.


Chacun s’est ensuite présenté, précisant ses positions ou interrogations par rapport aux liens très forts et à double sens perçus entre culture et démocratie participative.

(JPG)


De premières approches de réponses à la question "Comment faire du CLD un laboratoire pour la mise en oeuvre de la démocratie participative ? " ont été esquissées en pleinière à partir d’analyses plus ou moins poussées de pratiques de participants...

Une démarche très riche et intéressante - qui appelle approfondissements et théorisations - mais qui a le mérite de s’appuyer sur des pratiques diverses ayant suscité une implication de la population...


D’un foisonnement de propositions-interrogations se sont dégagées quelques idées-forces :

-  faire connaître le CLD,

-  au travers de manifestations locales, plus ou moins ponctuelles, pouvant même rapprocher plusieurs lieux, manifestations festives ou culturelles, conviviales, valorisant la culture de la population...

-  de manifestations préparées avec la population, en prenant appui sur les associations locales quand elles existent...

-  faire du CLD un initiateur et facilitateur d’échanges...


Il s’est peu parlé de la nécessité de temps de recul pour analyser les pratiques et théoriser, mais l’idée était bien présente d’un nécessaire va-et-vient entre ce type de pratiques et la réflexion, perçu notamment comme moyen d’éviter tout risque de dérive technocratique.

La complexité du vocabulaire utilisé dans le CLD avait préalablement été évoquée.

La réflexion sur les contenus en référence à l’analyse de pratiques, parait un moyen de construire et critiquer collectivement les concepts et de partager et retenir un vocabulaire dont l’éventuelle complexité, lorsqu’elle est nécessaire, soit fondée par le besoin d’une meilleure emprise sur la réalité...


En conclusion, une réunion riche des divers apports, des références communes qui ont émergé, de propositions foisonnantes... la volonté de faire du CLD un laboratoire pour la mise en oeuvre de la démocratie participative n’étant pas conçue d’abord comme théorisation ou modalités d’organisation des réunions, mais comme volonté de susciter ou impulser de nombreuses manifestations sur le terrain dans lequel le CLD se fasse connaître, et puisse apparaître comme un outil pour le développement de pratiques culturelles participatives et la réflexion a posteriori sur ce développement... Une culture de la démocratie participative à construire collectivement et dans la durée...


A l’issue de la réunion, Clotilde Chanal, de RDB, a interviewé Jacqueline Cimaz pour les auditeurs de Radio des Boutières...


Photos Fatima Mana

NB. D’ici peu, le site du CLD ValDAC sera consultable, ouvert et réulièrement mis à jour (nous mettrons à ce moment un lien vers ce site...)




_

Assemblée Générale D’Ecran Village


Un certain nombre d’adhérents des Rias, adhérents également d’Ecran Village, participaient à cette A.G.

La mise en évidence d’un travail de très grande qualité, de difficultés à prévoir en raison d’une baisse générale des aides dans le domaine de la culture, les difficiles contradictions entre les besoins d’un développement qualitatif largement souhaité et les limites du bénévolat notamment en ce qui concerne des besoins croissants en projectionnistes...

Tous les rapports ont été votés à l’unanimité.


Nous n’avons pas évoqué publiquement en réponse à la question de la mobilisation d’adolescents qui étudient dans la vallée, les ressources que pourrait apporter une coopération avec le Lux et l’Ecole des Beaux Arts de Valence dans le domaine notamment du film court numérique... Quels moyens humains et matériels, en effet, pour un tel projet ?





_

Réunion du CLD à Saint-Michel de Chabrillanoux




Après présentation par Elizabeth Jaffrenou, du PNR, d’un projet Leader relativement complexe, c’était la présentation du projet de valorisation touristique et sportive de l’ancienne voie ferrée de la vallée de l’Eyrieux qui a été abordé, projet de la communauté de communes d’Eyrieux aux Serres sur lequel le CLD aura à se prononcer. La discussion a permis de mettre en évidence des aspects divers du projet et d’insister sur sa cohérence. Des questions ont également été posées sur d’éventuels retours sur investissement...

La réunion s’est terminée par un point sur les CAT (comités d’avis technique) ...




_

Commission culture du CDRA ; une participation désabusée...




Première rencontre de la commission culture depuis la signature de la convention ce jeudi 13 décembre...

Ordre du jour :

-  Point sur les événements survenus depuis la dernière réunion du 30/11/06,
-  Présentation du programme d’actions,
-  Processus d’instruction des dossiers.

Structure porteuse du projet : le SMEOV. Cathy Charvoz est chargée de mission pour le volet culturel.


Par delà ces informations, c’est la présentation du processus d’instruction des dossiers qui va susciter la discussion.

Deux points ont particulièrement été relevés.

-  Alors que le CLD a décidé, pour fonder ses avis, de débattre des projets en commission, à partir de la définition d’objectifs et de critères, la répétition réitérée du rappel que l’avis du CLD n’est requis que pour les très gros projets est non seulement perçue comme une non prise en considération de celui-ci, mais également de critères dont il est porteur, et dont certains, d’ailleurs, ont été inscrits dans la charte...

-  Ce qui, cependant, crée le plus d’inquiétude dans l’assistance c’est l’affirmation que seuls les projets présentés par de grosses intercommunalités seront pris en compte.

Les problèmes posés sont effectivement multiples :

-  qu’advient-il de projets, même fédérateurs, portés par le milieu rural ?

-  quelle prise en compte de la recherche artistique et de la qualité culturelle par rapport à des projets plus axés vers la rentabilité financière et de moindre envergure mais néanmoins susceptibles de mobiliser un large public ?

La non prise en considération des avis de la DRAC, du CNL ou d’autres structures spécialisées, n’a pas rassuré les participants...

Comme le murmuraient certains, "le fait que depuis bientôt trois ans, nous participions régulièrement aux commissions de CDRA, à la vie du CLD, débouche sur le sentiment qu’en fin de compte, à part le mérite d’exister, de "cautionner " a-t-il même été dit, nous n’avons que très peu de possibilité d’influencer une décision et de faire prendre en compte les aspirations des professionnels de la culture."


Une réunion bien décevante donc et qui devrait accentuer encore la baisse de la participation à ce type de réunions.





_

Séminaire culture du 4 décembre



-  Organisée par le Conseil Général de l’Ardèche, en partenariat avec la DRAC Rhône-Alpes et l’Observatoire des politiques culturelles, cette journée réunissait élus et acteurs de la culture du département pour l’ouverture d’une série de séminaires de réflexion et d’action sur quelques uns des principaux enjeux artistiques et culturels aujourd’hui et sur les questions qu’ils posent au développement des territoires.

-  Il s’agissait de mettre en débat les questions publiques culturelles, celle de la place de la culture dans un territoire, de faire émerger une culture commune, de mettre en relation et en réseau pour transmettre, échanger, réfléchir ensemble, donc construire un territoire culturel qui prenne en compte les points de vue de ses acteurs...

-  La démarche proposée : s’appuyer sur les expériences - travailler et réfléchir ensemble - inventer et forger des outils d’évaluation.

Les interventions ont été denses et riches.

Nous avons retenu quelques points :

* l’idée de thèmes "à creuser" : culture et développement du territoire, culture et populations, pratiques artistiques et culturelles, accompagnement, médiations..., travail en réseau, partenariat, présence des artistes sur le territoire, échanges internes au territoire et externes, rôle des différents acteurs ...

(JPG) * l’accent mis sur les mutations qui traversent le champ des politiques culturelles : évolution des collectivités et territoires, des valeurs, des pratiques, notamment de gestion du temps, diversité culturelle, mutations situationnelles, institutionnelles... Nécessité de penser la culture comme élément de développement durable...

* l’approche historique au travers des interventions : l’aventure commencée à la fin du 19e siècle avec l’éducation populaire pour que « le peuple dispose des outils afin d’assurer sa place dans la société », la notion du service de la culture, née entre les deux guerres, les évolutions des années 80, avec cette idée que l’art et la culture sont à la portée de tous- 1982 et les premières conventions culturelles... Aujourd’hui, le contexte est modifié, notamment par la mondialisation - sa part la plus positive étant culturelle. Révélant des formes de résistance à l’hégémonie culturelle, l’UNESCO vient de signer une convention sur la diversité culturelle.

* la proposition d’une réflexion sur trois ans... pour une co-construction des politiques culturelles sur le territoire qui prenne en compte l’ensemble de ses acteurs et projets... (développement artistique, valorisation du patrimoine, culture, identité territoriale et patrimoine, développement des publics, politique culturelle...


Les ateliers de l’après midi : "enjeux artistiques, enjeux culturels, enjeux de société et territoires" et "politiques publiques, politiques culturelles et projets de territoires."

Des échanges très riches, un constat partagé : la société d’aujourd’hui est un monde virtualisé. Elle est plus créative et revendique le droit de création. Il y a une massification des questions ( sur le scolaire, le financier, le pouvoir... Une métropolisation inspirée par l’urbain.)




Nous avions beaucoup apprécié, en fin de matinée, l’affirmation de Jean-Pierre Saez, Directeur des politiques culturelles, articulant cultures ascendante et descendante.

Nous sommes intervenues sur :

-  l’importance du patrimoine immatériel de la population, la nécessité de préciser les articulations patrimoine/culture/lien social , de faire vivre ce patrimoine ( d’où sa perpétuelle restructuration),
-  l’ouverture à l’art contemporain (dont la littérature, la poésie), pour peu que celui-ci apparaisse pour chacun comme moyen de mieux comprendre le monde et sa vie.
-  la question qui est au coeur de l’activité des Rias : "peut-on poser le problème de la diffusion culturelle indépendamment de celui du développement de la culture des populations ?". Quels moyens, théoriques et pratiques pour articuler durablement cultures descendante et ascendante ?

La synthèse Ce séminaire a permis de mettre en évidence les orientations à envisager. Un cycle d’un ou deux colloques annuels suscitera une mobilisation collective autour des questions de société et leur mise en perspective par l’art et la culture.

Nous avons décidé, au regard du niveau et de l’intérêt de cette journée, de nous engager dans ce chantier...

Fatima Mana et jacqueline Cimaz



_

Participation des Rias à une initiative du CLD VALDAC



(JPG) Dans le cadre des Rencontres Solidaires de l’automne 2007 en Région Rhône-Alpes, le Conseil Local de Dévelop- pement Valence-Drôme-Ardèche Centre organise une «  Découverte de l’économie sociale et solidaire sur le territoire Valdac » s’articulant autour de quatre manifestations prévues aux quatre coins du territoire.

Ce projet vise à communiquer autour de l’économie sociale et solidaire, à valoriser ces activités et à sensibiliser le grand public.


La première des quatre animations organisées par le CLD VALDAC a eu lieu ce Jeudi 11 octobre 2007 au Temple des Baraques à Saint Apollinaire de Rias (07240) :

« Valorisation et dévelop pement du patrimoine culturel local »

Comment faire vivre un territoire et créer de l’activité à partir de sa mémoire collective et de son patrimoine culturel ?

Le CLD Valdac proposait d’élaborer des réponses autour de la projection d’un film suivi d’un travail en groupe et d’un débat.

Après quelques discussions informelles, Michel Chaudy, du Bureau du CLD, situait la problématique de l’économie sociale et solidaire, au poids relativement important en Ardèche, surtout du sud.

(JPG) La parole était ensuite donnée aux associations partenaires.

Gérard Barras, d’Ardelaine, présentait les éditions REPAS, éditions alternatives, leurs publications et leur philosopie.

Fatima Mana présentait Les Rias.

Puis Jacqueline Cimaz, Présidente des Rias et membre du Bureau du CLD, introduisait le film.

-  l’interview de Paulette Vignal par Virginie Martinez, sur son implication dans le spectacle théâtral « Résistances » avec le va-et-vient souligné entre la volonté de création et la nécessité d’approfondir la connaissance du patrimoine historique, la nécessité d’explorer, montrer, d’écrire...

-  le court-métrage de Virginie Martinez : « Résistances », un outil pour la mise en œuvre de la démocratie participative dans le domaine de la culture et le développement d’une culture de la démocratie participative, où comment chacun devient acteur, concepteur et gestionnaire de l’activité, intervient dans et sur le groupe et vis-à-vis du professionnel...

Quelles voies à partir de là pour le renforcement de l’économie sociale et solidaire ?


Le film qui n’est ni récit du contenu du spectacle ni récit de six mois de travail mais repérage et mise en évidence, par une écriture cinématographique actuelle, des formes d’implication et coopération, de leurs étapes, outils, rituels et symboles, déroutait un peu.

(JPG) La nécessaire discussion qui a suivi la projection a permis de mieux appréhender :

-  l’intrication complexe entre un patrimoine constitué de mémoires, d’expériences partagées et de valeurs, qui confère une identité forte et partagée, et l’implication dans la création théâtrale.

-  la nécessité du recours à des professionnels engagés dans la recherche et la création contemporaines, comme, ici, le comédien-metteur en scène et la vidéaste, et le fait que, plus ces professionnels sont qualifiés et mieux ils peuvent accueillir et intégrer les propositions du groupe,

-  l’importance de moyens -vidéo ou autres de communication sur l’expérience (pour soi-même ou le groupe, avec l’étude de séquences filmées pour améliorer le jeu collectif, ou pour les autres)...


Discussions, échanges, témoignages se sont ensuite succédés jusqu’à la fin d’une séance difficile à clore. "

MM. d’Angelo et Chavanon de Désaignes, ont abordé les liens entre patrimoine, tourisme et culture, en insistant, là aussi, sur la nécessité de la qualité, exigence qui caractérise nos territoires ruraux...

(JPG) Faire parler les vieilles pierres, le bâti, le matériel agricole ancien, comme au travers de l’expérience d’Etoile relaté par M.Chaix, avec sa fonction écomusée ouverte aux scolaires - une voie royale pour la transmission...

L’exemple d’Ardelaine a donné une consistance spécifique et forte à l’évocation de création d’emplois...Un exemple probant, le besoin ressenti, là aussi, de faire écrire pour transmettre la mémoire, l’approfondir et faire vivre ce qui en ressort... Une belle analyse aussi des attentes du visiteur, de sa richesse et beaucoup de respect pour lui... L’évocation aussi de ces zones urbaines où tout un patrimoine humain latent serait également à faire vivre...

Michel Chaudy a tiré les conclusions pour l’économie solidaire et sociale, un secteur en développement, riche de potentialités, a souligné le fait qu’entre engagement bénévole et création d’emplois il n’y avait pas opposition mais au contraire complémentarité et possibilité d’enrichissement mutuel.

Une soirée dense et très riche qui s’est prolongée avec le verre de l’amitié offert par la mairie de Saint-Apollinaire... et le sentiment renforcé que patrimoine - vivant "créateur", démocratie participative et création d’emplois avaient partie liée...


NB. - Certains souhaitaient des informations complémentaires sur le spectacle évoqué dans le fim et sur le scénario qui a résolu en la dépassant la tension entre le groupe et l’expert (documents télechargeables ci -dessous).


les partenaires :
-  Association les RIAS : développement de la vie culturelle en milieu rural et des valeurs laïques sous toutes formes possible, traditionnelles ou inédites.
-  ARTILUD : Formation, Développement.
-  Editions REPAS : Edition alternative.

-  Pour plus d’informations : cld.valdac@orange.fr

-  et programme des quatre séances téléchargeable ci-dessous sous un format plus lisible.

A noter également que les participants ont reçu une documentation intéressante sur le CLD collectée ou constituée et distribuée par Nadège Dallard.

Nous avons reçu le Compte-rendu qui devrait être en ligne sur le blog du CLD.



_


Descriptif du spectacle théâtral
Scénario d’après crise
Compte-rendu

Participation à la vie sportive et associative


(JPG) A l’occasion du passage, en juin,

de l’Ardéchoise,

manifestation mobilisant des milliers de coureurs et bénévoles,

Françoise P. a offert ses talents d’artiste en contribuant à

la fabrication de personnages

aux couleurs de l’Ardéchoise,

à une équipe de bénévoles

du club du 3e âge "l’Agrevou".


Ce samedi 22 septembre, nouvelle sortie pour la fête des bénévoles :

repas, tombola,

classement et récompense du plus beau village décoré ayant soutenu la manifestation, avec acceuil et distribution alimentaire pour les cyclistes...

C’est à cette occasion que Françoise nous a fait admirer le travail réalisé !



_

Prochaines réunions



Lundi 1er octobre à 19H00 : au Centre Universitaire Latour Maubourg à Valence : élection d’un ou d’une Président(e) pour le CLD Valdac


Prochaine rencontre du réseau régional de Démocratie participative le Samedi 6 octobre 2007, de 9h00 à 13h00 à CLEON D’ANDRAN sur le rôle du CLD comme forme de participation citoyenne « Le CLD : Boîte à outils du territoire ». Contact : cld-construireensemble@orange.fr


Dans le cadre du projet "Comment entreprendre autrement avec l’Economie Sociale et Solidaire ?" du C.L.D. ValDAC, découverte de l’Economie Sociale et Solidaire sur le territoire Valence Drôme Ardèche Centre...

-  Soirée "Valorisation et développement du patrimoine culturel local", le jeudi 11 octobre de 18-22h au Temple des Baraques à Saint-Apollinaire-de-Rias

-  Projection, travaux de groupe et débat :
-   "Comment, en partant des valeurs partagées et affirmées, de la mémoire collective, d’un patrimoine humain stratifié au cours de l’histoire, est-il possible pour le faire vivre, développer, partager, de créer de l’activité localement ? D’où :
-  Quels outils pour la recherche, l’animation, la création ? Quelles ambitions ? Quelles formations ? Quels moyens ?
-  Quelle culture de la démocratie participative ? Quelle culture pour sa mise en œuvre ? Quelle culture pour une mondialisation équitable ? "



Samedi 20 octobre, de 9H00 à 13H00, au siège de la région Rhône Alpes à Charbonnières les Bains : deuxième journée régionale des CLD, sur le thème Projet Rhône Alpes 21 :.




_

réunion de la Commission ’"Culture et démocratie participative du CLD

du 17 septembre 2007.

(JPG) Une réunion très riche.

Les textes élaborés ont été acceptés en l’état, réunissant le consensus.

Par contre,

l’exposé de nouveaux exemples leur a donné

consistance et densité et

devrait permettre de nourrir la réunion du 11 et

de déboucher plus précisément sur des propositions

quant au développement de l’Ecocnomie Solidaire et Sociale, notamment en termes de propositions de créations d’emplois...



_

Réunion récente



Journée d’étude du 12 septembre 2007 organisée dans un cadre partenarial par le C.D.R.A. ValDAC et le Parc Naturel des Monts d’Ardèche sur "les enjeux d’une politique culturelle pour le territoire" (Invitation adressée à Jacqueline Cimaz au titre du CLD, "référente culture") : une réflexion intéressante, des échanges riches et denses, sur la culture, le territoire et son devenir...

Nous avons aussi eu communication d’une documentation importante - dont les Actes de Bourlatier...

Une brochure très riche, un article très intéressant sur la tononymie - "ou la quête des mots qui savent ce que nous ne savons plus"....

Et un article de Jacques Bonniel, sociologue " Les enjeux d’une démarche culturelle dans le contexte des échanges ville-campagne" qui entre particulièrement en résonnance avec nos préoccupations.

Nous aurons l’occasion d’y revenir lors de la réunion de la commission "Culture et démocratie participative..." du CLD.




_

Réunion de rentrée du CLD VALDAC




Jacqueline Cimaz et Fatima Mana ont participé à cette réunion le 6 septembre.

Avant l’ouverture d’Antoine Landel,rappelant les grandes lignes de l’organisation et du travail du CLD, Dominique Lardenois a plaidé pour un statut national du théâtre de Privas. Jacqueline Cimaz a ensuite apporté quelques précisions ou interrogations sur les problèmes culturels, de culture et démocratie participative et de préparation du 11 octobre...

Des travaux de groupe ont ensuite permis d’esquisser un bilan du CLD. Les rapporteurs, Danièle Persicot et Bernard Mirabel, ont présenté les points forts, dont l’existence même du CLD, sa réflexion sur le projet de Charte, et son travail, les problèmes rencontrés - comme celui de la représentativité du CLD ou de l’identité du territoire, et les propositions, telle celles concernant l’amélioration continue de la mise en oeuvre de la démocratie participative et de la représentativité du CLD...

La soirée s’est terminée par une réunion de bureau conviviale, autour d’un casse-croûte partagé dans les très beaux locaux du SMOEV...




_

Rovaltain, avis sur projet



Nous avons participé à la réunion des deux CLD - Valdac et Drôme des Collines - sur le projet Rovaltain., un projet dont chacun a souligné l’importance.

Des techniques d’animation ont permis recueil d’avis et débat. Les avis devraient être transmis aux décideurs ( cf grille d’Arstein, niveau V) Les participants étaient relativement satisfaits d’autant que la réflexion, prospective et constructive, a intéressé.

Nous sommes intervenus, au niveau des enjeux, pour exprimer notre souhait d’une ambition encore plus grande quant

-  au développement de la culture scientifique et technique, recherche et prospective, et de leur liaison avec les formations,
-  à l’instauration d’une réflexion philosophique sur ces enjeux mêmes (cf traçabilité, nanotechnologies...),
-  à la place des investigations et créations artistiques (cf la question des déchets...),
-  à des modalités de gouvernance qui impliquent le population...( la mise en oeuvre de la démocratie participative...)


_

Culture et démocratie participative



Nous avons participé à Privas à la réunion constitutive de la commission "Culture et démocratie participative".

Une réunion de travail dense et productive.

En deça de choix à différentes échelles - nationale, européenne, planétaire... et à celle du territoire - concernant

(JPG)

-  l’orientation des recherches fondamentales et appliquées, et de la création,

-  des coopérations,

-  des liaisons avec les politiques de formation,


choix sur lesquels il est essentiel que les populations, informées, aient leur mot à dire, la commission s’est d’abord centrée sur le local, sur ce qui parait décisif pour que, justement, la population de notre territoire soit à même de s’impliquer dans un débat de fond sur ces questions complexes.


Un texte a été élaboré et transmis au Président du CLD. La commission souhaiterait qu’il soit soumis à une large concertation et encore enrichi... (Texte téléchargeable ci-dessous.)

La grille d’Arstein a été modifiée pour adaptation à l’évaluation de réunions type CLD. Elle est proposée comme outil possible d’évaluation (cf image ci-dessous)


(JPG)


_

Texte C/DP 06/06/07

Réunion du CLD avec le parc des Monts d’Ardèche le 30 mai à St Maurice en Chalencon



Une importante délégation des Rias participait à cette réunion, au demeurant fort instructive et conviviale dont le compte-rendu sera bientôt lisible sur le blog du CLD.

Le mercredi 6 juin à 19h nous participerons à la mise en place de la commission "Culture et Démocratie Participative" du CLD à Privas (antenne régionale, 4 rue Pierre Filliat).


_

Un débat intéressant

Nous avons participé au débat sur les journaux télévisés du Collectif pour le maintien des Services Publics - une soirée bien préparée et documentée, fort intéressante et d’une grande actualité au moment de la Semaine de la Presse à l’école.

_

Intervention au CLD du 27 février 2007

Lors de la réunion DU CONSEIL LOCAL de DEVELOPPEMENT (CLD) VALENCE DROME ARDECHE CENTRE du mardi 27 février 2007 à ROVALTAIN (cf blog du CLD), les membres du Bureau sont intervenus sur les divers axes du projet.

Dans ce cadre, présentant l’avis du CLD sur la culture (axe 2), Jacqueline CIMAZ a souligné l’importance des aspects culturels et patrimoniaux, en rappelant quelques idées : le territoire a une ambition culturelle forte, avec des identités rurales et urbaines complémentaires et souvent liées. La priorité est de développer les échanges culturels entre ces deux pôles et de favoriser les relations entre professionnels qualifiés, associations et population dans son ensemble. Il s’agit de reconnaître les professionnels, de créer les conditions de l’intervention de la population (construction d’outils...), de préciser et diversifier les modalités de consultation et d’expression des acteurs locaux, de recueil et traitement scientifique des données. L’ambition est de définir un véritable projet culturel de territoire qui nécessite un maillage de ce territoire et une animation de qualité pour aller à la rencontre de la population.

Plusieurs objectifs sont ainsi soulignés :

-   Assurer la diffusion culturelle de haut en bas mais aussi les démarches ascendantes partant de la culture des gens, et les échanges transversaux

Ceci pose la question de la gouvernance pour un développement culturel durable, exigeant la mise en œuvre de la démocratie participative et indispensable au fonctionnement effectif de cette démocratie participative.

Et suppose :

-  qu’on aide les gens à s’impliquer, par un travail de terrain en réseau (ex. mémoire, valeurs et aspirations des gens...)

-   qu’on développe les contacts entre population et artistes ce qui facilitera l’accès aux problématiques actuelles et la construction des outils indispensables à l’implication participative...

-   qu’on reconnaisse la culture comme créatrice de connaissances et de lien social. Le patrimoine est vivant (cf « le patrimoine crée du lien social, et le lien social crée du patrimoine »)



_

Document de travail

AG du Musée Départemental de la Résistance en Ardèche et de la Déportation

L’association du Musée Départemental de la Résistance en Ardèche et de la Déportation avait invité la Présidente des Rias à son assemblée générale. C’est une délégation de trois personnes qui y a participé.

L’importance du travail de mémoire et de sa pérennité s’est affirmée par delà les rapports, ainsi que la nécessité de trouver des formes de communication nouvelles pour s’adresser à un public dont les contacts avec les témoins de l’époque diminuent nécessairement. Le transfert du Musée dans un autre lieu fortement chargé d’histoire (celle de la Résistance des cheminots...) si elle pose le problème de la période de transition, peut aussi offrir de nouvelles modalités de réflexion et communication, comme déjà la mise en place d’un site Internet.

(JPG)

Jacqueline Cimaz après avoir rapidement présenté les objectifs des Rias, leur volonté de conjuguer exigences quant aux approches scientifique et artistique et implication de la population dans toute sa diversité, a évoqué les valeurs de résistances qui structurent le patrimoine local, et, plus spécialement, les interviews réalisés par Sylvette Béraud-Williams, l’exposition « Entre fatalisme et Résistance, mémoire de la période 1939-1945 sur le Plateau de Vernoux ». En marge de celle-ci, J-L Issartel avait présenté le CDRom du Musée, Marielle Rochier, le DVD du voyage des lycéens du Cheylard à Auschwiz et Arnü West les premiers dessins de sa BD sur la seconde guerre mondiale...

C’est à partir de là que ce sont instaurés les liens entre les Rias et le musée, renforcés par la présence de F.Chevallier au spectacle « Résistances » du 29 juillet et sa participation au dépôt d’ « Objets de résistances ».

L’analyse de ceux-ci, dans la publication qui en a résulté a montré que les Résistances historiques ne sont privilégiées que dans 40% des cas et par une population ne comprenant que peu de jeunes, d’où la nécessité du travail de mémoire, de l’histoire et de sa transmission.

L’investigation artistique est primordiale. Que saurait-on des bombardements allemands au pays Basque espagnol sans le Guernica de Picasso ?

A cet égard le débat du 3 février à Saint-Apollinaire, avec Bernard Stora, l’auteur du film « Le Grand Charles » : « l’imagination outil d’investigation historique » devrait être fort intéressant...

NB. Un courrier sera adressé aux Inspecteurs d’Académie, Inspecteurs Pédagogiques Régionaux d’Histoire, pour à la fois les inviter au débat avec Bernard Stora et attirer leur attention sur le Musée Départemental de la Résistance en Ardèche et de la Déportation et ses ressources éducatives.


_

Patrimoine et territoires

Nous avons participé à la journée d’étude régionale le 18 janvier à Charbonnières...

Et plus particlièrement à l’atelier 3 "Patrimoine et réseaux de territoire".
(JPG)

Les débats ont été très riches, notamment après l’intervention de Cathy Charvoz, bien connue des Rias, sur le travail du CDRA VALDAC : préparation d’un contrat de développement inter départemental en Drôme-Ardèche : renforcer le dynamisme et la qualité de la vie locale pour conforter l’attractivité du territoire. Comment construire une identité de territoire à partir de la richesse et de la diversité de ses identités. Le patrimoine peut-il contribuer à constituer ce lien ?

Le débat a notamment évoqué ce dernier point et sa réciproque : "le lien social ne crée-t-il pas du patrimoine ?", ce qui renvoie à la problématique de notre projet démocratie participative.

A cet égard, nous cherchons un étudiant intéressé par ce thème qui engagerait un master ou une thèse à l’Université de Saint-Etienne et souhaiterait travailler sur les documents et activités de l’association.


CLD

Réunion du 11 janvier. Présentation du projet d’action du CDRA. Nous avons été amenés à faire un certain nombre de remarques en séance, puis à les envoyer par courriel.

Il convient d’abord de souligner la difficulté de la tâche accomplie qui consistait à traduire en actions subventionnables la Charte et les comptes-rendus des débats des commissions, c’est-à-dire des données n’appartenant pas aux mêmes registres ; le petit groupe des présents a l’impression néanmoins qu’il convient de revenir encore sur l’essentiel des apports effectués depuis plus d’un an et demi à partir de l’expérience de l’association en ce qui concerne

-  les objectifs : l’ambition culturelle pour ce territoire en termes de qualité (production de connaissances, création...), de démocratie (Peut-on impliquer la population dans la vie culturelle, ce qui suppose qu’elle soit aussi acteur ? N’y a-t-il pas une culture des gens à prendre en compte ? Quels moyens et outils pour appréhender cette culture, la faire vivre et se développer de manière durable ?)

-  les moyens : la prise en compte pour ce faire : * de la qualification des intervenants professionnels (engagés dans la recherche, la création et les problématiques actuelles) * de l’organisation d’ateliers (écriture, théâtre, arts plastiques et visuels...) où les gens puissent faire des apprentissages collectifs et se construire ainsi des outils indispensables à l’implication culturelle et sociale, * de l’organisation de multiples instances et modalités d’expression, consultation et décision, * d’un recueil et traitement scientifiques des données (approches historique, ethnologique, sociologique...)

-  les résultats attendus : la mise en place à côté d’une diffusion culturelle descendante de qualité, d’une diffusion culturelle ascendante irréductible à la seule transmission de savoir-faire et d’une diffusion culturelle horizontale, transversale, riche d’échanges et propositions (ou le développement de la démocratie participative considéré comme un problème essentiellement culturel, avec la réflexion à poursuivre sur les rapports entre expertise et démocratie...)...

Si ce schéma correspond à ce que l’associatopn les Rias essaie de faire sur son territoire, sa pérennité et son extension demandent la constitution d’un réseau intégrant les associations mais aussi la création, ne serait-ce que pour les zones où le tissu associatif est quasi inexistant, de postes d’animateurs qualifiés et formés pour répondre à ces objectifs.

NB. La journée d’étude "patrimoine et territoires" à laquelle nous avons participé deux jours plus tard a été riche d’enseignements et d’approfondissements à cet égard (article ci-dessus)
_


_

Ensemble pour construire le territoire

1 ère journée régionale des Conseils Locaux de Développement


Quatre adhérents des Rias, membres du CLD Valence-Drôme Ardèche Centre, ont participé à la journée organisée par la Région pour les CLD dans le cadre de la mise en œuvre de la démocratie participative.

Une journée riche et dense... Des liens seront faits dès sa parution sur le site régional comportant un résumé des travaux.

(JPG)


Un travail intéressant s’est aussi poursuivi au sein même de la délégation, notamment :

-  au sujet longuement évoqué dans les débats des personnes « inorganisées », qui ne viennent pas aux réunions. Nous avons rappelé les acquis de notre réflexion - la richesse de ces personnes, la nécessité de prendre en compte leur culture propre et de la valoriser. La non-participation est un problème culturel qui suppose que soient mises en place des démarches ascendantes à partir de cette culture, avec le concours de professionnels qualifiés mais aussi la participation de la population au niveau même du pilotage des projets, ce qui suppose et entraîne la construction d’outils et la réalisation d’apprentissages collectifs...

-  le problème ne parait pas tant relever de la mise en place de ce type de démarches pour peu qu’il y en ait la volonté, mais de leur mise en cohérence, en réseau et d’un débouché sur des problèmes de société plus larges, ce qui suppose modalités et instances d’écoute et prise en compte...

-  les CLD peuvent être une de ces instances d’écoute et transmission pour peu qu’ils organisent des réunions décentralisées et largement ouvertes, comme cela s’est fait à Saint-Apollinaire, où démarche descendante et démarches ascendantes se rencontrent et se complètent.

- à ce niveau, de plus, la rencontre avec les élus locaux, à partir de problèmes précisés s’avère très intéressante...


Intervention

Participation à la réunion du CLD du 16 octobre, sur la culture, à Alboussière

Le 16 octobre, le CLD Valence-Drôme-Ardèche Centre organisait à la Médiathèque d’Alboussière une réunion portant sur le volet culturel du Contrat de développement territorial.

Plus d’une cinquantaine de personnes participaient à cette réunion dont une bonne délégation de membres des Rias impliqués à titres divers dans le CLD

Jacqueline Cimaz, membre du Bureau du CLD et Présidente des Rias était chargée d’introduire la réunion par une intervention ayant pour titre « conjuguer des ambitions culturelles exigeantes et la prise en compte de la richesse culturelle de la population dans sa diversité » (texte intégral téléchargeable ci-dessous)

« On ne sème le blé que sur une terre défrichée » dit souvent Michel Cimaz.

(JPG)

Si la diffusion culturelle la plus poussée permet d’aller semer dans un maximum de lieux, comment au préalable défricher le territoire, ou plutôt faire émerger ses ressources latentes ?

Trois conditions nécessaires :

1. une concertation poussée avec la population à une échelle du territoire à définir en concertation et au cas par cas,

-  la construction par cette population d’outils indispensables à l’exercice de la participation et à l’implication dans la création, la conception et le pilotage, ce qui suppose

2. la mise en place de rencontres de proximité de tailles variables (de la visite à domicile au stage local) avec des professionnels qualifiés eux-mêmes engagés dans la recherche et la création contemporaines, et

3. l’organisation avec ceux-ci de projets d’activités propices aux apprentissages collectifs dans lesquels donc les gens soient impliqués en tant qu’acteurs et concepteurs.

A partir de là, de nombreuses questions se posent évidement sur le comment faire et les moyens de le faire...

La projection d’extraits du film de Virginie Martinez sur la mise en œuvre de la démocratie participative dans la préparation et le final d’un projet de spectacle théâtral conduit par un jeune metteur en scène très qualifié, offre un exemple d’implication d’un groupe issu de la population dans la création et la conception, puis d’ouverture au public et d’intervention de ce public dans le spectacle...

(JPG) Pierre-Antoine Landel, Président du CLD, présente ensuite un diaporama sur l’espace culture Belledonne et plus particulièrement sur l’opération conduite avec « Scènes Obliques » sur 19 villages de montagne.


Une démarche intéressante où l’on retrouve une large concertation, la construction d’outils au travers d’ateliers, l’élaboration collective d’un projet et l’exigence professionnelle liée à l’artistique...





Deux ou trois questions non explicitées dans le diaporama et pour lesquelles nous allons essayer d’avoir des précisions :


-  y a-t-il eu mise en place de démarches pour susciter l’expression de ceux qui ne viennent pas aux réunions, ne s’expriment pas spontanément ?


(JPG)

-  quel niveau dans l’exigence de qualité scientifique dans les approches ethnologiques, sociologiques, historiques, urbanistiques, linguistiques, statistiques, logiques... - ou autres ou du moins dans l’un de ces domaines, ...


-  quel niveau dans l’exigence de qualité artistique : vis-à-vis de la dimension recherche et création en prise sur des problématiques actuelles ou émergentes, avec donc la place de l’art contemporain, dans les arts plastiques et visuels, la littérature, la poésie, l’architecture, le théâtre, la danse, la musique...(ou du moins dans l’un de ces domaines)


-  y a-t-il eu réflexion sur les apprentissages collectifs, et si oui, peut-on avoir communication de l’étude ?...








(JPG) Jacques DUBAY, Membre du Comité de pilotage du CDRA présente ensuite les premières conclusions du groupe de travail culture, qui poursuit sa tâche en essayant d’articuler les données recueillies et la perspective d’une nécessaire traduction en termes d’actions. Pour faciliter le travail, le groupe a été scindé en trois sous-groupes « culture », « patrimoine » et « lien social »

Les deux tableaux ci-contre et ci-dessous sont communicables mais ne reflètent qu’une étape provisoire du travail en cours. Ils n’ont donc rien de définitif.






(JPG)


Nous vous renvoyons au blog du CLD (http://cldvdac.blog4ever.com) pour le compte-rendu détaillé des interventions et du débat.Celui-ci a été riche.

Diverses remarques ont été faites :

-  l’expression « diffusion de la culture » est sujette à caution car elle ignore la culture des populations et hiérarchise des formes de culture, de plus en fonction de critères non explicités.

-  les différences entre zones rurales et zones urbaines et entre les diverses zones rurales (zones de montagne par exemple) et les divers quartiers urbains sont à prendre en compte pour les déplacements, les équipements, en privilégiant des critères d’efficacité sociale et non de rentabilité à court terme.

-  une mise en réseau réelle et équitable doit reposer sur le développement d’un travail inter-associatif, horizontal et avec des moyens de fonctionnement.

-  le paradoxe entre le délai de dépôt des projets (3 mois ?) et la durée de ces projets sur 5 ans a été souligné ; il serait nécessaire de pouvoir réajuster ces projets en cours de route et avoir la possibilité d’en introduire d’autres pour mieux coller à la réalité, répondre aux besoins et utiliser les ressources nouvelles (en un mot ou en deux, évaluation et régulation constantes)

La volonté s’est dégagée d’aller plus loin dans la mise en œuvre de la démocratie participative, d’une démocratie participative de proximité, qui soit aussi solidaire (outils pour s’exprimer, mais aussi se déplacer, services...) en associant concertation et contrôles démocratiques les plus larges possibles et investigations de professionnels, en suscitant l’expression, l’émergence de projets, de créations, en allant donc du bas vers le haut, à la rencontre de la diffusion culturelle qui, elle, va toujours de haut en bas.

Un groupe de travail sur ce sujet a d’ailleurs été créé à partir de là au sein du CLD.

Michel Chaudy, du Bureau du CLD, militant de l’Economie solidaire et sociale, est intervenu en faveur de la création d’emplois.

C’est certainement une des réponses à apporter à la demande du Comité de Pilotage de propositions d’actions concrètes : peut-on, si l’on se réfère à l’expérience Belledonne ou Rias, privilégier les vacations (et ou postes) d’animateurs qualifiés et d’ethnologues, urbanistes, auteurs, plasticiens, vidéastes, comédiens... pour aller à la rencontre de la population et l’aider à se construire les outils incontournables à la participation, l’implication dans la création, la conception et le pilotage collectif de projets, l’implication citoyenne tout court ? (En un mot, privilégier l’ingénierie professionnelle ?)

(JPG)

A noter également un appel à idées sur ce qui se fait, s’est fait (comme des ateliers d’écriture à Bourg-les-Valence), ou pourrait se faire pour approfondir la concertation et la participation de toute la population (rurale ou urbaine (1)) ?

Ces idées ( même non élaborées) seraient mises en commun sur le blog du CLD (http://cldvdac.blog4ever.com) et serviraient aux travaux du groupe « Démocratie participative »...



Exrait du compte-rendu élaboré par Eliane André, Marc Chouteau, Jacqueline Cimaz et Fatima Mana

Note.1. Dans les années 70-80, une étude conduite par Lucien Bonnafé et Tony Lainé dans l’Essonne montrait qu’on ne se suicidait pas de la même façon en zone pavillonnaire ou dans les grands ensembles. Les passages à l’acte étaient plus fréquents mais moins graves dans les grands ensembles où existaient des formes de communication et sociabilité non négligeables que dans les zones pavillonnaires où l’isolement de chacun semblait expliquer des actes moins fréquents mais plus graves...

De nombreuses études ont été menées ; cet exemple montre bien quand même qu’on ne peut avancer dans la mise en œuvre de la démocratie participative sans associer concertation et contrôles démocratiques les plus larges possibles et investigations de professionnels -psychiatres dans cet exemple...

La participation de la population fait émerger des questions inédites ; certaines appellent sûrement des recherches en sciences humaines ou des investigations artistiques. Le CDRA peut-il envisager leur prise en compte ?





Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --