Les Rias
Parlarem

- Contact
- Publications numériques
- Collecte ethnologique
- Ecriture
- Arts plastiques
- Arts visuels
- 5.0. Accueil Rias
- 5.1. Présentation
- Son, jeu, théâtre
- Manifestations diverses
- Communication
- Adhésion
- Annonces passées archivées
- Appels à projets
- Archives Parlarem
- Archives presentation
- Archives Publications
- Archives Rias
- Arles
- Art & numérique ?
- Collecte historique
- Design
- Ecritures visuelles et sonores
- Faune, flore, sentier de découverte
- L’association
- Médiation
- Musique
- Partenariats
- Participations citoyennes
- Projets
- Projets citoyens
- Publications papier
- Réseau Arts Plastiques
- Sciences
- Sentier d’art
- Services culturels numériques ?
- Vie quotidienne

 

 

Plan du Site

Une conférence qui doit être très intéressante le 9 décembre à Saint-Etienne-de-Boulogne

Une information transmise par Bernard Capian

(JPG)





_

Nouvel article Patois ? Certes ! Et prolongements citoyens et constructifs !

Cette fois Marie Julien et son conte à traduire sont présents. Gégé & Geogeo aussi, et les autres... Une très belle rencontre où se questionne tant la langue que les moeurs, les traditions, les choix citoyens, le devenir...

-  L’idée d’une restitution publique en juin ? Pourquoi pas... Faire connaître à la population du plateau, le "patois", l’occitan, et faire découvrir son importance, toujours liée aux vécus sous-jacents... Quand la connaissance du passé permet une meilleure analyse du présent...

Et tant qu’on est dans les préoccupations citoyennes, d’autres dimensions explorées :

-  liée aux préoccupations climatiques, l’annonce de l’intervention de Nicolas Parrain, professeur de lycée, sur les bois et forêts et leur impact sur le climat...

De plus, des livres qu’il a mis à disposition de la bibliothèque - à consulter sur place : 1."Oiseaux de la Drôme" - atlas des oiseaux nicheurs de la Drôme - Cora Drôme. Un chapitre sur les noms d’oiseaux en occitan, quelques détails sur le "centre ardéchois de sauvegarde de la faune sauvage"... La prise en compte de paramètres géologiques... Un livre dont Joan Casals, le plus jeune de nos administrateurs, soulignait récemment l’intérêt...

2. "Le Bièvre", tome 26, N° spécial : "la forêt" (LPO, coordination Rhône-Alpes - Agir pour la biodiversité). Très intéressant...

3. Atlas préliminaire des reptiles et des amphibiens de la DRÖME ; 2010 ; groupe herpétologique drômois (LPO). Grenouilles, tritons, crapauds, tortues... Passionnant ! orvet, lézard... et lézard catalan... coronelle girondine...couleuvres de toute sorte, vipères...tortues... Passionnant...

Pour en revenir au groupe "patois", jaillissement de préoccupations citoyennes telles
-  Le climat et la flore, et la qualité des fruits et légumes... De beaux échanges -outrés- sur les "fruits moches" mais bons... (et non traités)

-  Et bien sûr, le projet de minicop à St-Apo... avec Marie Julien, avant intervention artistique de Sébastien Camboulive

Allusion faite bien sûr à Tepos - une présentation à laquelle plusieurs ont assisté, et au travail du collège de Vernoux, visible in situ quand dans la salle travaille l’imprimante 3D. Tepos et ce film de PeterSchmitt, qui, sous peu, sera visible sous You Tube... et projetable...

Une fois de plus se lient prospection, réflexion, savoir et citoyenneté au confluent d’interrogations ethnologiques, philosophiques, écologiques, poétiques et pédagogiques.

Un moment d’une rare qualité quand s’affirme l’étonnante actualité des apports et préoccupations du groupe patois et l’importance de la traduction - et de sa transmission - dans la construction de la pensée...

J.Cimaz

Un message de Denis Capian

Avec invitation...

"Amics,

Lo filme dau Lissandre Varenne, "PARAULAS OCCITANAS EN ARDECHA", serà finalament presentat lo 10 de decembre vèrs Privas au Conselh generau d’Ardecha.

Aquel chambiament de data es franc independent de la volontat de l’Institut d’estudis occitans 07 que comuniquèt precedentament sobre la data dau 12 de novembre qu’èra estaa convengua amb los servicis dau CG.

Espère qu’aquò empacharà pas los uns mai los autres de venir nombrós de 17h00 a 20h00 per manifestar per vòstra preséncia vòstre interès per tot çò que fai de l’occitan una lenga per uèi.

Totas e totes vèrs Privàs lo 10 de decembre 2014 a 17h00 !!

Denis CAPIAN Secretari de l’IEO Ardecha"

Retour vacancier sur belle histoire récursive

Merci à nos amis du nord... Du nord de l’Ardèche s’entend...


L’accion e la pensada o la Felco en dol

De Marie-jeanne Verny,
Professeur Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier


(JPG) Foto Georges Souche

Amb una grand tristesa avèm apresa la mòrt, le 30 de junh, de Pèire Bèc, una figura importantissima tant de la sciéncia coma del militantisme occitan.

De l’enfança al STO Pèire Bèc nasquèt en decembre de 1921 a París, mas pro lèu amb sa familha tornèron al país del paire, Casèras, au sud de Tolosa, dins aquesta zòna de rescontre entre variantas d’òc que li porgirà lo subjècte d’un libre sus las interférencias lingüisticas entre gascon e lengadocian dins los parlars de Comenge e de Coserans. Mas pas res a las debutas pòt daissar imaginar que vendrà un grand universitari. Dintra pro lèu - a 16 ans- dins la vida activa e va ocupar diverses emplècs fins a la guèrra. Coma fòrça autres joves de son temps, aquela guèrra lo mena dels chantièrs de joinessa a l’STO, una experiéncia que li porgirà lo tèma de son raconte Lo Hiu tibat. Mas i trapa al mes l’escasença d’aprene l’alemand e l’italian, un saber qu’es per li servir lèu. Formacion universitària e presa de consciéncia occitanista.

A son retorn de captivitat en 1945, torna prene los estudis, passa lo bachelierat, puèi seguís una formacion universitària que ne’n fa un professor d’alemand. Mas parallèlament a descobèrt que lo lengatge de Casèras èra tanben la lenga dels trobadors. Se consagra aital a aquesir una dobla competéncia, de lingüista e d’especialista de la literatura medievala, amb una tèsi sus los saluts d’amor d’Arnaud de Maruèlh. Dins lo meteis temps, s’es avesinat del moviment occitan, tal coma lo representa en aquel temps l’Institut d’Estudis Occitans : dintra a son conselh d’estudis en 1950 e pro lèu figura dins l’organigrama de l’associacion coma conselhièr per la lingüistica e la filologia. Seguís aital un doble percors, que lo mena d’un caire a l’ensenhament superior, e de l’autre a una implicacion sempre mai granda dins l’activitat de l’IEO. Costat universitari, trapa un pòste a l’universitat de Peitieus, ont va menar sa carrièira fins a sa retirada en 1989 ; fa aquí partida dels animators d’aquel Centre d’études supérieures de civilisation médiévale que publica una revista, los Cahiers de civilisation médiévale, que fan autoritat. Li devèm tanben un Manuel pratique de Philologie romane en dos volums (1970). Costat activitat a l’IEO, ne pren la presidéncia a la fin de las annadas 60 per la gardar fins a la crisi de 1980.

Un grand sabent e un grand vulgarizator del saber Al caireforc d’aqueles dos percorses, una activitat regulara de publicacion d’aisinas fachas per permetre al mai grand nombre l’accès a la cultura occitana : i a primièr aquel « Que sais-je ? » de 1963 sus La langue occitane, que coneguèt puèi pas mens de sièis edicions : una sintèsi sus l’istòria de la lenga, sus sos dialèctes, e tanben sus l’istòria de sos usatges socials. Aquel trabalh sus la realitat de la lenga, dins sa varietat diacronica e diatopica, lo mena a prepausar lo concèpte de diasistèma coma basa del caminament cap a una varietat d’occitan mejan. Costat literatura, publica tanben d’antologias : sus la poesia dels trobadors (1970), mas tanben sus la pròsa occitana de l’Edat Mejana, trop sovent ignorada (1977), sens doblidar aquel Burlesque et obscénité chez les troubadours (1984) que dobrissiá sus una dimension pas gaire coneguda, ni acceptada, del tèxt del Trobar. Mas son atencion se portava tanben sus l’escrich pòstmedieval, los barròcs occitans notadament. Tota una produccion sabenta repercutada al quotidian dins son ensenhament universitari, segur, mas tanben dins aqueles estagis occitanistas que començan tre las annadas 50, puèi, a partir de 1972, dins las universitats occitanas d’estiu. Pèire Bec escriveire e musician Tot aquò constituís ja un tablèu impressionant. Mas lo personatge aviá tanben d’autras còrdas a son arc : poèta, publica tre 1955 dins la colleccion « Messatges », puèi, regularament, interven dins lo camp de l’escritura occitana, vers e pròsa, dins lo gascon de son enfança, bastissent aital una òbra que caldrà un jorn estudiar coma o s’amerita. Son interès lo pòrta tanben cap a la musica, pas solament la dels trobadors, mas la musica populara, camp d’estudis de sa molher Eliana Bèc-Gausit. Estudiava, e practicava : los qu’an pogut seguir los congrèsses de l’AIEO se sovenon del biais que cantava, de sa votz de tenor, tala o tala melodia tradicionala del país d’òc. L’accion e la pensada Los que l’avèm conegut se sovenèm de tota aquel ventalh d’intervencions dins lo domeni dels estudis occitans e romanics, un apòrt considerable, indenegablament. Mas aimam tanben, emai uèi en aqueles jorns de tristesa, de se sovenir de l’òme, de sa simplicitat d’apròcha, de son umor tranquille. Un òme que valiá la pena de rescontrar. E, fin finala, al moment de sa despartida, vesèm en el un dels darrièrs representants de la generacion de los que, acabada la guèrra, se son engatjats dins l’accion occitanista amb las armas del saber, e pas solament dels sentiments, un dels testimònis de l’istòria d’aquel Institut d’Estudis Occitans de las grandas annadas, que desseparava pas estudis, accion, pedagogia, escritura, reflexion, ni per la precaritat de la situacion qu’alara èra la sieuna. De tot aquò servarem la memòria, coma de l’apòrt qu’als professionals de l’occitan son òbra scientifica adutz.
—  Marie-Jeanne VERNY, Professeur Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier Adresse personnelle et courrier FELCO et CREO : 12, rue Salle l’Evêque 34000 Montpellier-04 67 66 33 31 présid. CREO Lengadòc : http://www.creo-lengadoc.org/ co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc - enseignement public) : http://www.felco-creo.org/ Signez le manifeste "la langue d’oc : une et diverse" : http://www.petitions24.net/manifeste_affirmant_le_caractere_un_et_divers_de_la_langue_doc



— 

Patois d’avril et mai

Peu nombreux, on ne sait pourquoi... Mais très riant et convivial... En mai plus de présents - nouveaux et un nouveau chanteur !!! Un régal et une grande modernité dans la mise en chanson. Remarquable. Nombre d’enregistrements effectués. A finaliser pour mettre en site...


MP3 - 1.3 Mo
Beure un petit cop
de M.Lolagnon


Une exigence : séance en bibliothèque plutôt qu’en grande salle pour meilleure esthétiques... Gôuter, par contre en grande salle...


(JPG)

Notre outil de la patrimonialisation : toujours un simple petit micro et Audacity (logiciel libre et gratuit)



Il devrait y avoir des suites...

Merci à nos amis du nord du département de nous avoir fait partager leur patrimoine, leurs créations, et leurs procédures de patrimonialisation, notamment par l’oral...

J.Cimaz





_

Beure un petit cop

Patois de mars

Où pleuvent dictons, soleil et amitié...

Le plaisir de revoir Gégé, convalescente...

De l’entendre chanter, avec les autres...


(JPG)


(JPG)


(JPG)


(JPG)


(JPG)


(JPG)


Une histoire en images et sons...


(JPG)

_

Patois de février


Où le groupe travaille à partir du livre de Sabatier qui associe étude scientifique et usages de cette langue maternelle...


(JPG)

Et M.Rey, toujours studieux...





_

J’y retournerai

J’ai toujours pensé que pour s’intégrer à une région, il fallait connaître les us et coutumes, l’environnement, l’histoire des habitants et leurs valeurs.
La première séance où je suis allée, j’étais un peu "spectatrice" car je ne savais pas comment cela allait se passer. Mais l’accueil a été très sympathique et très convivial.

J’ai passé deux heures dans une ambiance pleine de rires et de gaieté.
Nous avons terminé par un pot autour de gâteaux et d’autres douceurs. J’y retournerai !

Viviane Bouquet



_

Même si....Un site à voir et entendre

Même si ce n’est le "patois" d’ici, un site à voir et entendre...

Ces mots de pêcheurs...

Et ceux-ci ?


Et si la loi sur les rythmes scolaires vous permettait d’introduire l’occitan et la mémoire d’un passé rural d’ici à l’école ? [1]

Quand on sait que le bilinguisme est facteur de développement intellectuel...

A aborder lors de la rencontre de fin janvier - dans la perspective patrimoniale qui est la nôtre, associant le mémoriel et ses conditions actuelles d’appréhension ?


Quelle perspective ?

Une perspective qui est d’abord patrimonialisation, ne séparant pas la langue et ses conditions d’usages et débouche donc sur une création collective de connaissances -linguistiques, culturelles et méthodologiques [2]...

Une perspective qui inclut aussi la création avec l’apport de résidences d’artistes - du spectacle vivant au travail musical en passant par les arts visuels...


Composante identitaire, richesse du bilinguisme, nouveaux enrichissements du réel augmenté du parcours d’art... Accompagnant, accompagné par, l’intrusion de l’Internet des objets ?

En faire un facteur de dépassement de la reproduction sociale dont on sait qu’elle perdure et que les usages du Net ne sont pas sans incidences, dans une sens ou dans l’autre, sur cette reproduction...

Reconnaissance et revalorisation d’une langue dans son contexte de production mais aussi dans de nouveaux contextes à inventer, notamment dans le domaine des écritures numériques et des arts interrogeant et utilisant le numérique...

Des dimensions cognitive, affective, mais aussi citoyenne... Le taxi de Paulette ? Une démarche exemplaire dont le récit serait à enrichir d’une multiplicité des langues qui sont les langues de pensée de Paulette.

D’ailleurs avec l’automaticité des traductions, qui s’en plaindrait ?

Une approche qui, de plus, pourrait s’enrichir de la mise en oeuvre du projet "Mémoire de clandestinités"...

Le parler patois ne permettait-il aux parents d’échanger sans être compris des enfants ? Du moins le croyaient-ils ! Car ce secret justement, motivait souvent un apprentissage clandestin des enfants...

Une densité évoquée lors de travaux sur la biodiversité et les formes de patrimonialisation ayant conduit à l’AOC "Fin gras du Mézenc"... Il serait bon de pouvoir en parler avec Régine...

... En débattre... Et à suivre...


J.Cimaz

_

[1] Un éventuel apport culturel local et vivant, si les gens sont disponibles - à concevoir, cela va de soi, comme complément à un réel enseignement auquel l’Université de Montpellier forme les enseignants...

[2] compétences relatives à la planification, à l’évaluation, à l’approche systémique, à la régulation...


_
_

Interview de Marie-Jeanne Verny par Franck Tenaille

dans Médiapart


Un extrait intéressant

-  Les conventions de l’Unesco ont reconnu les enjeux du PCI (Patrimoine culture Immatériel). En tant que spécialiste de linguistique, littérature, poésie, que pensez-vous qu’apporte l’Occitanie et ses imaginaires dans ce passionnant débat de la mondialité ?

Je suis très réticente face aux nationalismes quels qu’ils soient. Et je me réjouis - c’est paradoxal, n’est-ce pas ? - qu’il n’y ait pas d’autre Occitanie qu’un espace de langue, de culture, d’imaginaire. Je lis avec émotion les écrivains d’oc, quels que soient leur région d’origine et leur graphie, avec une prédilection pour les contemporains. Mon bonheur est de faire partager ces découvertes dans mon travail d’enseignante-chercheuse, mais aussi dans des événements publics comme l’Estivada de Rodez. C’est aussi de voir des musiciens se remettre à l’interprétation de textes littéraires, un retour après des années où les recherches musicales mettaient le texte en position subalterne, ou s’en désintéressaient, tout simplement. Mais j’ai besoin d’air, de rencontres, avec d’autres cultures, d’autres langues, minorisées notamment.

Pour lire l’intégralité de l’interview, aller sur le site...





_

Dins l’urgéncia


En préambule : merci à tous les amis qui m’envoient infos, disques, livres. Une surcharge de travail depuis cet été m’empêche de les remercier individuellement et même de relayer l’information. Je rassure tous ceux qui, ne recevant plus de lettres de « MJVB » se croient oubliés. J’espère reprendre à partir de janvier l’envoi de ce bulletin d’information qui, finalement, s’avère bien utile.

Dans l’urgence / Dins l’urgéncia :

1- Dijòus 5 de decembre 6 oras e mièja de l’après-dinnar, Montpelhièr, auditorium del musèu Fabre, rescontre occitan de la librariá Sauramps, en partenariat amb RedOC/LLACS - Universitat Paul-Valéry : Rencontres Sauramps en partenariat avec RedOc / LLACS : Robert Lafont. La haute conscience d’une histoire, Trabucaire, 2013, 208 pages. Robert Lafont (1923-2009) a été l’un des écrivains, militants et penseurs de l’Occitanie les plus importants de notre temps. La haute conscience d’une histoire, la sienne, la nôtre, c’est ainsi qu’il apparaît dans son œuvre et dans sa vie. Tous ceux qui ont suivi son itinéraire d’intellectuel dans le siècle, tous ceux qui ont pu être inspirés, entraînés, bousculés même par la vigueur de ses analyses sur la France ou l’Europe ainsi que par la conviction de ses engagements, tous, occitanistes ou non, témoignent de son rôle d’éveilleur et d’éclaireur.

2- Un article publicat per lo mesadièr cultural César, titolat « Le combat de Marie-Jeanne VERNY » es estat relaiat per Médiapart. / Un article publié par le mensuel culturel César repris par Médiapart.



(JPG)




3- AG FELCO : dissabte 7 de decembre abans participacion al debat public « ensenhament » en cò de Macarel. Deux éléments importants à débattre :

-  Quelle action d’Anem, òc pour la langue occitane le 8 novembre 2013, en collaboration avec les autres langues de France ? Une seule manif centralisée ? Une journée d’action pour la langue occitane avec des actions multiples, de Limoges à Béziers et de Bordeaux à Nice, pour mobiliser les acteurs de terrains, les élus, la presse, et échapper, enfin, au centralisme languedocien ?

-  Etats / collectivités : quelles compétence en matière de langue régionale ? débat sur le texte élaboré par la FELCO

4- La FELCO serà audicionada per lo Conseil Supérieur des Programmes, a sa demanda. Ensajarem d’anar dins la lo sens de la concretizacion de las avançadas obtengudas amb la lei Escòla. / La FELCO sera auditionnée prochainement par le Conseil Supérieur des Programmes. Nous essaierons d’aller dans le sens des avancées permises par les articles de la loi « école » arrachés de haute lutte.

— -

Marie-Jeanne VERNY, Professeur Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier
Adresse personnelle et courrier FELCO et CREO : 12, rue Salle l’Evêque 34000 Montpellier-04 67 66 33 31 présid. CREO Lengadòc : co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc - enseignement public)
Signez le manifeste "la langue d’oc : une et diverse"



_

Patois d’octobre

Très agréable après-midi Vendredi pour notre rencontre mensuelle... Il y a des absents (rendez-vous impératifs ; obligations diverses ; ennuis de santé). Les discussions s’enchaînent sur les traditions et les pratiques rurales qui varient d’une commune à l’autre et les mots diffèrent aussi. Les chansons de Paulette apprises à l’école réveillent des souvenirs.
Le goûter termine cette rencontre.

Marie des Ponts





_

Patois de septembre


-  Quelques absents mais dont les nouvelles sont bonnes... Des visiteurs dont l’apport est riche... Toujours les dictons de Michel Rey...

Le recensement des apports...

1. De nos amis de nord-Ardèche :

-  chanson toujours belle et complète et cette histoire récursive très belle.

On cherche les masques correspondants : lo lou, lo chin, lo buou


(JPG)


et les masques manquants, à faire : lo baston, lo fuoc, l’aiga, las josclas (lo jo)

et de Paulette qui chante une belle variante de la chanson ; s’ajoutent les noms en italique

pour masques : lo rat, lo miro (ou tcha)

objets : lo chaul, lo fouet

Se dégage l’idée :

-  de s’adresser aux écoles pour un enseignement de l’occitan...

-  de faire une publication numérique avec l’histoire de M.Passas... où pourraient figurer des versions sonores de l’histoire et de la très belle chanson de Paulette Vignal, une farandole avec les masques d’animaux ou d’objets à faire...


(JPG)


2. Une publication avec les proverbes de Michel Rey et leur traduction "en patois d’ici".

Ce peut être aussi une publication numérique comprenant de la diction orale.

Seule question : les proverbes venant du Dauphiné Libéré, il n’est pas possible de publier sans l’accord officiel du Dauphiné.


3. La réalisation de sketchs en patois à partir de la vie quotidienne autrefois...

Un travail proposé par Paulette Vignal en fonction d’une idée de Gégé et Geogeo.

Là aussi une publication numérique pourrait être faite intégrant textes, vidéos ou extraits sonores, images...

Un beau programme pour poser l’importance d’une langue à ne pas laisser mourir...


Reçu de Denis Capian Secretari de l’IEO Ardecha (JPG)

Objet : Colloque "Quel avenir pour nos langues ?" / 21 octobre 2013 à Lyon

Date : 27 septembre 2013 16:09:20 UTC+02:00

Répondre à : "INTERNET DC LANGUES REGIONALES"

Madame, Monsieur,

Dans le cadre de sa politique culturelle en faveur des langues, la Région Rhône-Alpes a le plaisir de vous inviter au colloque intitulé« Quel avenir pour nos langues ? » qui se tiendra le :

Lundi 21 octobre 2013 de 13h30 à 17h00 Région Rhône-Alpes - salle de commissions 4/5 1, esplanade François Mitterrand 69002 Lyon Tramway T1 arrêt Hôtel de Région Montrochet (niveau 101, Cours Charlemagne)

Le nombre de place étant limité il vous est demandé de bien vouloir confirmer votre présence par courriel (à l’adresse suivante :languesregionales@rhonealples.fr ) impérativement avant le 14 octobre 2013.

Dans l’attente du plaisir de vous rencontrer, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos meilleurs sentiments.

Farida Boudaoud Belkacem Lounès Vice-Présidente à la culture et à la lutte contre les discriminations Conseiller Régional Rhône-Alpes

Président du Comité de suivi des langues régionales de Rhône-Alpes

Riche, divers et serein patois de juin


Les nouveaux se présentent et un tour de table permet de situer chacun.

Deux tout-nouveaux venus de loin présentent histoires et chansons riches et de qualité, dont l’enregistrement sera bientôt mis en ligne - le temps de le travailler...


(JPG)


Puis les habitudes reprennent, notamment la traduction des dictons de Michel Rey, propices à l’émergence des micros-différences locales...

Et puis, nouvelle diction de l’histoire...

MP3 - 1.2 Mo


Et l’idée qui surgit d’une farandole détournant de ces masques réalisés avec Didier Tallagrand dans le cadre d’une de ces savoureuses histoires récursives et éventuellement réversible, à réinterpréter ou inventer...


(JPG)


Ce beau gâteau apporté par Mme Catalon...

Du convivial, du créatif et de nouveaux projets - à mener à bien à la rentrée...

Un rajeunissement du groupe aussi qui constitue un atout pour la transmission de la langue...

J.Cimaz





_


Patois de mai, offre et méfiance


Sylvette Béraud-Williams est venue, porteuse de la demande des Archives Départementales de recueil de chansons et textes pour conserver cette langue et la transmettre.

Pour Germaine et Georges Chazal qui la font vivre depuis plus de trois décennies à RDB et ont trouvé de leurs chansons diffusées sans autorisation sur le Net, et ce, semble-t-il, dans le cadre d’une opération à but lucratif, la méfiance s’impose...

Des maladresses regrettables et le remplacement d’un temps de recueil attendu par un programme de diffusion improvisée ce qui oblige à aller chercher du matériel personnel pour l’écoute, d’où des pertes de temps et de temps de médiation.

Des chansons d’un échantillonage, ensuite, donc tronquées, et qui font craindre que les enregistrements, s’ils sont donnés, soient aussi tronqués.

Bref une série de malentendus, quiproquos et coqs à l’âne, bien regrettables.

Du coup les "petits nouveaux" n’ont pas même le temps de se présenter et de faire connaissance avec tous !

Un rendez-vous manqué, ce qui est bien dommage.


(JPG)


Il faudrait peut-être commencer par consulter les associations qui font vivre la langue, sur le plan proposé par les Archives, qui, pour nous, passe d’abord par une transmission scolaire, même limitée. Ne serait-ce que celle qui est nécessaire à l’approche de la littérature du 13ème siècle, ces magnifiques et riches chansons des troubadours que certains viennent parfois découvrir en EPN et qui, heureusement, sont traduites sur le Net.

Mais qui, même traduites, nécessitent un minimum de connaissances contextuelles, historiques et linguistiques...

Il pourrait aussi se débattre des utilisations - privées aux Archives - plus larges en écoles de musique ? Reproductions à l’identique ou vie des textes et sons ?
Liaisons avec écoles, collèges, lycées, universités ?

D’autant qu’on sait bien que le multilinguisme facilite l’apprentissage d’autres langues et que la langue des générations passées est essentielle pour la construction de la pensée chez l’enfant - même quand quelques ravaudages sont nécessaires...

En espérant que ce rendez-vous manqué, entre l’implication du groupe et l’immense qualité du travail et de l’engagement de Sylvette Béraud-Williams, erreur(s) analysée(s), aura des suites des plus constructives... Le travail associatif et celui des Archives départementales [1] sont complémentaires.


Et nos remerciements à Sylvette qui n’avait pas mesuré les exigences - liées à l’implication du groupe...
Prévoir une nouvelle rencontre, par exemple pour fin octobre ou novembre, à bien préparer avant...


Jacqueline Cimaz

_

[1] et nationales et internationales. Cf la richesse des publications et recherches de l’université de Toulouse, de celle de Barcelone, du FELCO-CREO...




_

Patois ? Quand avril s’insurge...

discute, revendique et propose...





La grande question de l’enseignement des langues régionales [1] : un atout pour la transmission culturelle et la formation de la pensée...

L’unanimité du groupe pour des décisions d’action...


Jacqueline Cimaz

NB. A noter que depuis cette rencontre Michel Rey nous a fait savoir qu’il avait trouvé un livre sur les usages des plantes d’ici et qu’il préparait les documents utiles pour le travail sur l’herbier numérique...



_

[1] et des langues maternelles

Patois de mars

Une séance riche et conviviale...


(JPG)


alliant le rituel et le nouveau...


Et quelques compléments... au compte-rendu en ces temps de "printemps des poètes" :

un texte à lire

Et une question : "comment goûter la poésie des ces 11ème, 12ème et 13ème siècles, la grande époque des troubadours et de la poésie occitane (cf un peu plus au sud, l’arabo-andalou...) si on laisse se perdre la langue occitane et la richesse de ces variantes locales ?


(JPG)
Une belle photo de Mendy


Altres dralhas per faire parlar :

-  peut-on appréhender la ruralité si on n’aime la ville ?

-  peut-on appréhender la ville si on n’aime la ruralité ?

-  d’où quelle(s) partie(s) commune(s) et quelle(s) spécificité(s) aime-t-on dans la ville et le rural ?

Et si entre Brouage et La Rochelle ou entre Arenys-de-mar i Montserrat ou entre Camargue et Andalousie, je vous sussure

" el que m’agrada tant a la ciutat com en el rural és el port"

Qu’en direz-vous ? Ou qu’en écririez-vous ?


De là à conclure qu’on ne peut aborder la géographie du territoire réticularisé sans penser en occitan (ou catalan)...

Ophelia Escriu



_

Patois de février

Où il va beaucoup se chanter...

En l’honneur d’un "petit nouveau", monté de St-Péray suite à l’annonce du Dauphiné et qui se retrouve avec JOJO avec qui il a étudié ou travaillé jadis...


(JPG)


(JPG)


En cet honneur il se chante beaucoup, Gégé ne se faisant pas prier et ravissant, une fois de plus, la totalité de l’assembmée...

J.Cimaz



_

Patois de janvier

Un travail sur l’herbier pour retrouver le nom des plantes, et le nom en patois qui parfois varie d’un lieu et l’autre. Quelques "trous" malgré la mise en commun des notes prises. Régine contactera Christian Giroux pour combler "les trous".


(JPG)


(JPG)


(JPG)


(JPG)


(JPG)


Ensuite les publications seront remaniées, fusionnées et rafraichies avant d’être versées au "Réel augmenté de Saint-Apollinaire" avec quelques interviews individuels que doit faire Sylvette.




_

Décembre, un nouveau lieu...

pour le "patois".

Un lieu que le groupe s’approprie vite... Langue et convivialité...


(JPG)


Période, temps, habitudes et ces dictons patiemment collectés par Michel Rey. Riches au niveau ethnologique certes, mais obligeant aussi à un travail rigoureux de la langue...





_

Patois d’octobre

Où le travail sur les dictons de Michel Rey prend une place croissante. Où on accueille avec plaisir les petits nouveaux...

Et la décision de s’engager à partir de dictons choisis dans l’élaboration d’une publication numérique faisant une place de choix à l’interprétation sonore...

D’autant que certains sont de plus pointus dans leurs exigences de traduction et prononciation...

Vivement le déménagement qu’on puisse organiser un coin en (modeste) studio d’enregistrement !

Une belle contribution en perspective à l’augmentation du réel de ce plateau !

En attendant un enseignement scolaire de l’occitan ?

A voir...


(JPG)


A VOIR !

Rusticité, détermination et structuration...

Et l’aide escomptée de l’IEO !


J.Cimaz





_

Patois d’octobre

Patois de septembre

Le plaisir des retrouvailles...

L’herbier et les dictons et les "petits nouveaux...

Séance agréable et fructueuse...


(JPG)


(JPG)


Des plantes et leurs usages qui font discuter...



Patois de septembre aux Baraques




Et l’appel à la prudence de Georges Chazal !





Poursuivre notre travail, en adhérant à l’IEO




En fin de séance le groupe a voté à l’unanimité le principe de l’adhésion de l’association Les Rias à l’IEO (Institut d’Etudes Occitanes )
Un vote qui a été repris par le CA, également à l’unanimité, et est donc devenu effectif...





_

Les plantes de l’herbier ou "Patois de mai "

Malgré l’orage qui gronde au loin et le ciel des plus nuageux nous sommes toujours aussi nombreux à partager cet après-midi d’échanges chaleureux. Le mois de Mai est un mois riche en fleurs...

Des fleurs et plantes des champs ont été apportées afin d’être identifiées et reconnues sous le nom qu’on leur donne à la campagne... et de leur utilité soit pour les animaux soit pour leur fonctions médicinales.

Le mois est riche aussi en dictons...

Si certains s’avèrent possibles, d’autres sont des plus fantaisistes...

Le goûter termine cette rencontre.

Marie des Ponts


(JPG)


NB. Bientôt des photos des plantes qui vont être tirées pour la sortie localisation/identification du mercredi 4 juillet avec Christian Giroux.





_

Patois d’avril


Une rencontre Patois comme on aime...

La discussion est animée et les échanges enchaînent sur des sujets variés :les champignons, les plantes.


(JPG)


Le parler Patois de chez nous et de la Drôme (Un couple est venu avec des amis) varie selon les objets et la prononciation.

Les dictons entraînent critiques et remarques quant à la façon de voir, d’entendre et de mettre en pratique certains, même si quelques uns se révèlent d’une criante réalité.

La chanson de Gégé *veiqui lou meis de mai* et le goûter clôturent cet après-midi chaleureux.

Marie des Ponts



_

De Tolosa tornam.

Era la manifestacion que calia que capitèsse. Podèm dire que capitèt. Entre 26 000 (policia) e 30 000 (organizaires), vol dire qu’a respecte de las mobilizacions precedentas, lo potencial demora, malgrat un contexte global, un climat pas gaire favorable. Positiu tanben lo fach que se sia manifestat dins d’autras regions de França, per d’autras lengas.

Positiu enfin lo resson mediatic, superior, força, emai al nivèl de la premsa nacionala, a ço qu’aviam conegut per las manifestacions precedentas. Veire nòstre revista de premsa : prèp de 50 articles !

La FELCO l’i èrem, e nostra preséncia es estada vesedoira.

Mercés a totes, de totas las academias que la venguèretz afortir, aquela preséncia, en portar drapèls, plancardas, chasublas, bandièras d’escòlas... tot aquò nos serà mai qu’util dins las luchas e las negociacions de menar. Mercés al CREO MP, implicat, de meses durant, dins la preparacion de l’eveniment. A son president, Estève Bordoncle, que participèt a la presa de paraula finala e a la conferéncia de premsa de miegjorn, amb Alan Rainal.


(JPG)


Mercés a Olivièr Capòni que s’entrevèt del cortègi, camion, ballons, bandièras... Mercés al grop Coriandre qu’a animat nòstre camion de sa musica plena de vòlha.

Mercés a aqueles que nos mandèron de fotos, Josiana Ubaud e Georges Souche, Esteve Bordoncle.

Ara, nos cal contunhar de popularizar nòstre combat per l’occitan a l’escòla publica, mandar als candidats a las legislativas lo questionari de la FELCO e lolo 31 de març, faire signar la crida de Tolosa :

Lo combat contunha ! Mas a plan començat.

—  Marie-Jeanne VERNY, Maître de conférences habilitée à diriger des recherches Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier Adresse perso. : 12, rue Salle l’Evêque 34000 Montpellier-04 67 66 33 31 - 09 77 63 46 17 présid. CREO Lengadòc : http://www.creo-lengadoc.org/ co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc - enseignement public) : http://www.felco-creo.org/





_

la fête de l’Internet du "Patois".


Même si une fraction non négligeable des participants n’ont jamais touché un clavier d’ordinateur, tous ont un déjà une culture numérique certaine.

On voit les ordinateurs ou téléphones portables des enfants et petits enfants et observent les pratiques. Il y a aussi ce qui passe par les télés et la presse.

Il y a surtout le vécu même du groupe avec la rubrique "Parlarem" du site des Rias qui rend compte, depuis 2005, sur le site du village, des rencontres mensuelles Patois/Occitan. Comptes-rendus, articles mais surtout planches photos ou photos et vidéos brèves comme flashs sur les activités.

(JPG)
Une bonne part du groupe, dans la mairie pour la durée du travaux. Pénombre de la projection.


Là, dans le cadre du projet de création de "services numériques culturels innovants" ayant pris porgressivement la forme d’une "augmentation du réel" du trajet du parcours d’art, le groupe "Patois/Occitan" va proposer du webdocumentaire, avec divers documents, témoignages... et peut-être quelques dérives artistiques ...

Webdocumentaire  : mise en ligne d’un herbier numérique bilingue à fabriquer, complété par des dictons ayant trait au jardinage et à la ruralité, et aux pratiques - de "conseils" et "recettes" à quelques prescriptions médicinales [1]

A côté de ce projet central, des témoignages, récits d’autrefois et chansons, mais aussi un regard du groupe sur son propre fonctionnement, ses pratiques, ses discussions, son fonctionnement...

"Dérives augmentées", créations plutôt de l’ordre de l’artistique, créations d’artistes ou du groupe aidé par un ou des artistes. [2]

Donc un projet qui se fera mais dont la qualité ne sera pas la même suivant que nous aurons ou non les aides demandées pour pouvoir payer des interventions professionnelles -scientifiques ou artistiques.


(JPG)
Recueil de la chanson de Marcel Gounon, ancien maire. Quelle mémoire !


Bref, ce jour le groupe Patois revoit sur grand écran, en suivant le site, son itinéraire, remontant le temps.

Au passage les vidéos sont visionnées et pour chacune on choisit ce qu’on veut garder pour publication (en disant pourquoi) ou ce qu’on écarte.

Un temps fort d’émotion quand on revoit ceux qui sont à l’hôpital ou ceux qui nous ont quittés comme Raymonde Bouix ou Fred Juston. La conscience aussi de l’importance de la transmission et du rôle du numérique en la matière, qui débouchera sur l’enregistrement de la "Jeannette" de Marcel. 90 ans, une voix qui baisse un peu mais une étonnante mémoire et cette application à léguer ce savoir aux jeunes, qu’ils sachent la richesse de la vie passée d’ici et de cette langue qui a résisté au sabot scolaire...

Une vraie culture numérique dans la compréhension et l’utilisation de ses fonctions de conservation et transmission et mise en forme. [3]

Et, s’il y a quelques années, on enregistrait dans le brouhaha, maintenant les chansons se préparent et quand on sort l’appareil photo numétique pour prise de vidéo ou le micro/enregistreur relié à Audacity, un silence attentif s’instaure. Mieux Michel Rey s’est acheté un appareil d’enregistrement du son. Il prépare sa chanson, s’enregistre, chez lui, au Long séjour, et fait entendre au groupe [4] A copier sur ordinateur lors d’une prochaine séquence.


(JPG)
L’écran où se projette le site. Là, en fond, la belle affiche de Marie des Ponts évoquant l’herbier. L’Ecran, médiateur précieux pour l’élaboration active d’une culture numérique.


Michel Rey, qui relève dans le Dauphiné Libéré ces dictons du mois que chacun traduit en occitan d’ici en fin de séance... Ce pourquoi on l’a chargé de regouper tous les dictons ayant trait de près ou de loin à l’herbier (jardinage...)

Il y a aussi ces belles interprétations de chansons par Gégé, encore enrichies sur la lancée - ou le souffle du projet...


Et la conscience, côté EPN, que maintes des techniques actuelles seront devenues obsolètes avant que ne diminue d’un chouya l’intérêt pour les contenus transmis et les connaissances créées.


Vous en convaince ? Ré-ecoutez donc la chanson de Pierre dont nous attendons avec impatience la convalescence et le retour...


Jacqueline Cimaz

NB.La chanson de Marcel.


3 mn d’un enregistrement fait avec l’appareil photo en position difficile vu le manque de place. A refaire si possible en conditions plus professionnelles, mais déjà un avant-goût de ce qui peut se recueillir et se proposer...


La chanson de Marcel Gounon. Patois de mars par LesRias



Le chant de Gégé (PATOIS/OCCITAN - MARS 2012) par LesRias



_

[1] à présenter bien sûr avec toutes réserves et mises en garde utiles

[2] tout va dépendre en ce domaine aussi des réponses à nos demandes d’aides publiques ou privées. A ce jour nous n’avons eu de réponse que du Conseil Général de l’Ardèche dont nous venons de toucher la subvention.

[3] Révélatrices à cet égard les remarques de ce jour sur la mise en forme vidéo de "La chanson de Pierre.

[4] Et là une chanson sur les villages du Plateau transmise par son père, qui la tenait de son grand-père...



_

Tous à Toulouse le 31 Mars !

L’occitan à l’Ecole de la République ! Et pas seulement dans le couloir !

-  Parce qu’on ne peut pas à la fois afficher pour la galerie l’idée que les langues régionales font partie du patrimoine national et leur refuser sur le terrain une vraie place dans l’école publique.

-  Parce que l’occitan n’est pas un supplément d’âme, ou un gadget pittoresque pour nostalgiques, encore moins on ne sait quelle lubie communautariste comme se plaisent à le dire certains opposants à la reconnaissance des langues de France, mais une part intégrante de la culture de nos régions, et au-delà une composante à part entière de la culture de la France et de l’Humanité, la langue d’oc constituant notamment une utile passerelle vers les autres langues romanes.

-  Parce que ce n’est pas seulement, pour les enfants de nos régions, une porte ouverte sur une meilleure connaissance du milieu dans lequel ils vivent, de son histoire, de son futur, mais aussi une façon d’accéder à une meilleure compréhension et acceptation de la diversité croissante de notre société, bref, une façon de renforcer le lien social

-  Pour toutes ces raisons, et dans le cadre général d’une politique dynamique en faveur de l’Education nationale mettant fin aux destructions dont elle a été victime depuis trop d’années, il est urgent de penser enfin la place que les cultures régionales, dont la culture d’oc, doivent tenir dans un projet éducatif global, intégrant les dimensions culturelle, économique et sociétale.

Il est nécessaire et urgent de donner à nos langues, et notamment à l’occitan, le cadre législatif et les moyens indispensables au développement de leur enseignement. C’est pour demander cela que nous marchons aujourd’hui dans les rues de Toulouse.

Et c’est pour cela que nous continuerons demain à revendiquer :

Pour l’occitan à l’École de la République, Anem, Òc !

Nous vous appelons, élus, ; responsables associatifs ou syndicaux, simples citoyens, à signer l’appel

Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc de l’Éducation Nationale (académies de Nice, Aix-Marseille, Grenoble, Clermont-Ferrand, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Limoges, Poitiers, Ile de France)

Federacion dels Ensenhaires de Lenga e Cultura d’Òc

Marie-Jeanne VERNY, Maître de conférences habilitée à diriger des recherches Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier Adresse perso. : 12, rue Salle l’Evêque 34000 Montpellier-04 67 66 33 31 - 09 77 63 46 17 présid. CREO Lengadòc : http://www.creo-lengadoc.org/ co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc - enseignement public) : http://www.felco-creo.org/





_

Patrimoine constitué, le bilan ! Et les projets 2012 ?


Herbier bilingue ? Dictons ? Autres services numériques culturels innovants pour faire vivre le patrimoine linguistique, histoqie, culturel... ?

Le vendredi 30 mars à 14h30 en mairie



_

Bòna escota !


Bòna escota !

La vidéo reçue !


ANEM ÒC > 31/03 a Tolosa from piget / dètz on Vimeo.


E a lèu de lai se veire !

Denis CAPIAN

Secretari de l’IEO Ardecha

(JPG)





_

Nouvelle séance en mairie

pour ce "patois" de février.

Un peu à l’étroit, mais pas trop, après aménagement des tables et des chaises.

Un grand écart générationnel avec les vacances scolaires - de 6 à 91 ans... Et le beau sourire de Clara. les nouvelles d’absents... Des échanges qui se poursuivent...


Une évocation des 5 arobases Villes Internet et de la contribution du groupe à ce résultat. Là il ne s’agit pas de reconstruire une image de la commune, mais de réfléchir à ce qu’on souhaite conserver, valoriser, communiquer.

En parler en mars, le 30, en pleine Fête de l’internet. mais déjà une idée...

L’herbier de Paulette et l’herbier non terminé du Mézenc... Pérenniser ces herbiers en le mettant sous forme numérique ? Faire ressortir les spécificités qui signent l’identité. Faire revenir Christian Giroux, pour compléter la nomenclature et trouver la bonne traduction occitane...

Cet herbier serait à compléter par un relevé des dictons, maximes ou préceptes indispensables en matière de culture potagère ? Des utilisations médicinales ?


Donc pour le 30, voir les pratiques ; y réfléchir, revoir sur écran, ce qu’on a mis, proposer de nouvelles tâches, une organisation pour utiliser au mieux le site [1] La question : "en quoi et comment le site et le numérique peuvent-ils mieux contribuer au développement et à la connaissance de la langue ?


(JPG)


(JPG)


(JPG)


Là, la séquence se poursuit avec des échanges critiques sur ces dictons qui prescrivaient la conduite à tenir pour planter, récolter... Où il semble qu’ils étaient bien fondés sur l’observation, sans que les explications soient toujours évidentes.

Des chansons aussi et le plaisir renouvelé d’entendre Gégé...

Et puis la traduction habituelle des dictons ou charades relevés par Georges REY.


Enfin le goûter, avec les bugnes de Paulette et le gâteau aux poires d’Eliane...


O.Escriu



_

[1] à noter que la réalisation d’un blog spécifique peut aussi être intéressante (un message par plante) ?

Une piste qui n’en exclut pas d’autres...

Seconde séance en mairie

Où le groupe, avec plusieurs malades, auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement, s’est momentanément rétréci...

La peur aussi de ne pas avoir la place ? De la proximité du chantier ?


(JPG)
En médaillon au centre, l’enregistreur de Michel Rey.


Une belle innovation pourtant, venue de Michel Rey : un outil d’enregistrement audio dont il sait se servir non seulement pour enregistrer en cours de séance, mais aussi, au préalable, pour préparer et faire entendre...

(JPG) Un outil qui permet également archivage et transmission.

Et, justement, un petit nouveau ce jour : un cousin de Michel Rey, Bernard Dumas, fort en thème et version...


Une séance riche, dense, intime, où les rires fusent...

En quelle langue ?

Mais en "patois" bien sûr !

Et les histoires et chansons de Geogeo et Gégé !


"Un partage émouvant et convivial. Les mots évoquent et précisent des pratiques ancestrales qui constituent notre patrimoine et le font revivre, écrit Marie des Ponts, dans le petit journal des Rias dont la parution est imminente...

Nous nous efforçons de parler ce Patois, de l’écrire afin de laisser à nos enfants et petits-enfants toute cette richesse d’autrefois."


Et puis la signature par tous d’une lettre à destination de l’Inspecteur d’Académie des Hautes Pyrénées, suite aux renseignements transmis par Marie-Jeanne Verny au sujet d’une fermeture de classe et de menaces sur un poste de conseiller pédagogique en occitan.


Notre époque, avec les moyens numériques qui se développent, n’appelle-t-elle pas à la vie et à la culture des langues et civilisations, et non à une disparition qui appauvrit l’humanité. D’autant que les moyens de traduction se perfectionnent et se multiplient...

Cf la richesse de ces temps passés en bibliothèque avec Claire Sonnier de la Boissière à chercher sur Internet la traduction exacte d’un vers d’un troubadour du 13ème siècle ! Un régal !

J.Cimaz





_

Après-midi Patois

Après l’attente sous le préau et la visite du nouvel espace EPN et Bibliothèque, nous investissons la salle de la mairie préparée par Michel Cimaz.

Dehors il pleut et le vent du sud souffle en rafales... Nous sommes en période des *quatre temps * et les pronostics pour le trimestre à venir n’ont rien à envier à Madame Soleil.

Les croyances et dictons d’antan ont la vie dure dans nos campagnes. La discussion est animée, s’ensuit un cours de révision des départements Français et un cours de rédaction avec *la boge* et tous les détails de la vie rurale d’autrefois. Le mois est refait jour après jour avec les dictons de Michel Rey.

Cet après-midi chaleureux s’achève par un goûter Rendez-vous est pris *per l’an que ven *

Marie des Ponts



_

Patois en mairie


suite au déménagement de la Bibliothèque.

Une visite du groupe toutefois qui apprécie la qualité du provisoire...

Et puis le patois.

La salle préparée par Michel Cimaz permet des échanges conviviaux, sur lesquels reviendra Marie des Ponts.

Ensuite, le goûter de Noël et la remise en ordre avant la réunion du CA.

Transition réussie...

Et des pensées pour quelques habitués absents pour raisons de santé...

J.Cimaz


(JPG)

_

Diffuser la langue...


Des enseignantes d’une école maternelle du nord du département nous ont demandé de traduire deux expressions, sans doute pour des cartes de voeux.

Message transmis à Georges Dumas et Marie des Ponts, réponses réexpédiées et remerciements de ces dames.

Un rôle du web appréciable pour faire vivre la langue et patrimonialiser ses variantes.


"Voici donc les deux réponses :


"Voilà la traduction que je crois la plus fidèle en patois nord/occitan de Saint-Agrève.

Une délicieuse école : una desliciosa escola (avec accent aigu sur le "o" de desliciosa et un accent grave sur le "o" de escola)

Bonne année et bonne santé : Bon an e bona sandat. (avec un accent grave sur les 2 "o").

Je n’ai pas encore trouvé sur le "Mac" comment faire ces accents !" (Georges Dumas)


ET


" j’apporte ma traduction écrite : una esco’la deslicio’sa ou una eicola deiliciosa

una esco’la plasenta , agreiable dans le sens d’agréable, plaisante.

Il faut un accent grave sur le o de escola et un accent aigu sur le o de desliciosa, mais sur l’ordi j’ai du mal .....


Bon jorn, Bon an Bona santat

Meinatja-te ou conserva-te (ménage-toi ou conserve-toi) aussi pour Bonne santé.

A l’an que ven : pour l’année prochaine .

Si siém pas mai : si nous sommes pas plus

Si sièm pas mens ! :ne soyons pas moins


Sources : Dictionnaire Joannès Dufaud et "le patois de toi à moi"......Georges Dumas

Cordialement

Une patoisante assidue M.M "




A partir de là et de vos connaissances du local - demandez aux "anciens", vous devez trouver le plus juste...

On ne peut pas faire mieux

au plaisir

J.Cimaz

NB. ó (Alt + 162) ò (Alt + 149) http://www.commentcamarche.net/forum/affich-2350868-raccourcis-clavier-pour-caracteres-speciaux





_

Les semailles et la moisson


Une après-midi très riche et très participative. Nous nous sommes efforcés de parler Patois et la recherche des mots, des expressions et leurs significations ont animés la discussion.

Du labour avec le brabant ou l’araire, le hersage et l’ensemencement jusqu’à la moisson.

Le blé, la paille...

Ce qui prend tant de place dans la vie à la ferme varie d’une contrée à l’autre, selon le lieu : Plateau de Vernoux, St Agrève ou bien le Cheylard et la vallée du Rhône. Le travail est le même mais la façon de le faire est différente.


(JPG)
Photo Christian Prost


Des devinettes, les proverbes du mois et une chanson de Gégé ont clôturé ce moment chaleureux.

Marie des Ponts


Rencontre de novembre

Lo trabalh a la fèrma dins lo temps e anèit.

Le thème du jour un peu difficile à amorcer (il y a tant de choses à se raconter... !) a fini par enflammer la discussion ; c’est qu’on s’en souvient des difficultés de la campagne dans l’ancien temps !

Per semenar lo blat, l’èrge o la civat que chalia faire ? D’abord aigar lo fum aube la forcha pèis lavorar aube l’araire o lo brabant. Quauques-uns disan que chau alors semenar pèis ersar (o arpiar) d’autres disan ersar pèis semenar... Après de totas façons, rotlar. Co se fasia pas tot solèt e co era fèrme penable ! Tot se fasia a la man e aube una bona boira de buous o de vachas ; e co anava pas ben viste ! Anèit aube lo tractèr,co es tèit fat.

La recolta era mai un trabalh defecile mè lais avia tant de monde per lo faire. Meissonar aube lo volam o la dalha a rastèl pèis venguèt la meissonesa tiraa per la boira.

Darrièr los meissonaires liavan las gèrbas e fasian de plongetas e de gerbièrs. La batesa passia quauquas semanas après. Los vesins s’aidavan los uns los autres. Co èra la fèsta ! Anèit, la meissonesa-batesa fai tot d’un cop. Rèsta plus que de paiar... !

Nos arrestèran aqui.

Lo paire Rey aduquèt coma a son abituda de bonas devinetas, los ditons dau mèi a traduire en patoès. Gégé chantèt la chançoneta. Ben sur co se feniguèt autorn de gatos e d’un cop de cidre.

Georges Dumas



_

"L’injustice" (patois) ou l’essai réussi de Georges Dumas !


-  Nanette Fert qui aime la recherche et la découverte s’était emparée d’un travail de sa petite fille - un devoir de français sur les registres de langue, donc le récit d’un même évènement en langage courant, en langage recherché et en langage familier... s’en était emparée avec l’idée qu’une traduction en patois en chaque registre serait sans doute très intéressante...

Un défi que Georges Dumas a accepté de relever et dont voici un premier résultat (avec des lettres à accentuer pour lesquelles il faudra rechercher les bons caractères spéciaux pour le site,) et puis, bien sûr, ces textes seront soumis au groupe "patois"/occitan... Il y a tant de variantes locales et certaines sont si savoureuses ! Un recensement qui peut aussi être très riche...

Donc, à suivre...

J.Cimaz


Le travail de Georges Dumas


Langage courant

Ma cosina, co es l’orror. Lo jorn qu’a decidat de faire la cuisina, a començat per tussir après aver avalat un morcèl (un carrat) de chocolat mau maschat e mai qu’aco n’en a pas pro laissat per lo gato. E puèis, pendent que meslenjava los compausants, a tot renversat a tèrra. Qunta balena (embecila) ! La pasta en tombant li a fat plen de tachas colentas. Per fenir, a mentit en disent que co èra de ma fauta. Me sio fat gibat e ai tot neteat.


Langage recherché

Monsur lo ministre de l’Educacion Nacionala,

La filha de mon oncle es la mai intenabla dau monde. Vole parlar surtot dau jorn que deicretèt que prepararia lo deissèrt. Aquele jorn, comencèt per s’estofar en avalant un aliment mau masticat e n’en subsistèt que très pauc per nostra pastissari Tot en preparant nostre plat, un dau gèstes d’aquela maladeita faguèt projetar au sol tot ço que contenia nostre recipient. Los abits fuguèran recoverts de solhuras liposas. Tots los torts se revirèran contra ma modèsta persona ; me faguèit rebutat e fuguèit condamnat a asticar lo planchèir. Vos saurio grat de prendre en pitiè mon cas e trobar un moien d’ateirar aquele faschos encident.


Langage familier, version chti-ardéchoise

Ma cosineta m’escagassa. Lo cop que se botèt dins lo cibolot qu’anava faire la popota a començat per s’estranlhar après aver chaunhat un morcèl de chocolat e n’en a laissat pas gaire per lo gato. Pendent que boligava la bostifalha, quela cocorda a tot fichat en l’èr sur mos panards e sur son ti-chert. Avia plen de bonhetas pegosas sur ela ; tot simplament èra crassosa ! Ma cosineta a jaquetat de carabistolhas e tot s’es revirat contra ma pera. Me sio pres una rosta e m’a chauput joar las « Cendrilhons ».


Bien sûr, d’où que vous soyez, toute contribution à cette recherche sera bien accueillie ! (NDLR)



_

L’interview d’Evelyne Crouzet

au sujet de cette dernière "rencontre patois" :


-   Qu’avez-vous pensé de cette séance ?

-  "Je l’ai trouvée très bien, très instructive.

En somme le dossier remis allait très bien. Il donnait bien les notions du patois ou mi-patois.

Il y a des gens - moi-même... On veut faire la maline , mais le patois ardéchois on le parle, mais normalement, lentement. Des fois quand on veut parler un peu vite, on déforme.

-  On déforme ?

-  Pas les personnes qui le parlent bien ; les gens comme moi qui parlent moitié français, moitié patois Voilà ce que je peux dire.

Je trouve que le monsieur de Saint-Agrève, il parle très bien. J’aime bien quand il raconte, les mots en patois, parce que lui le parle vraiment bien.

-  Et les photocopies ?

-  Le lexique était bien composé. il relate bien la vie ardéchoise, de la région, la vie de l’époque, du 20ème siècle...

La vie a évolué. Il y a moins de différence entre la ville et la campagne. C’est presque identique. On n’était pas enfermé comme maintenant, même à l’école.

Mes bons souvenirs à Mme Fert et la remercier pour son envoi sur la famille Ponton.

-   Donc satisfaite ?

En tous cas, j’ai trouvé que c’était très, très bien, mieux que d’habitude, plus vivant. On explique la vie de l’époque et ça c’est très bien


J’en ai parlé à Paulette. Et elle était d’accord...


Donc la proposition non pas de renoncer à parler "patois" alors qu’il vient d’être décidé de parler davantage cette langue, mais la proposition de faire place aussi à un approfondissement linguistique et ethnologique sur les temps forts de ce parlé puis de sa prohibition ? (A suivre...)




_

Lexiques et histoire. 2. Quand parlent les Fert


Documents photocopiés, distribués... Un des lexiques, un devoir de 6ème, un texte...

Un tri - ce qui est "patois" ou pas, et la recherche de la bonne graphie...

Et il se parle beaucoup...


(JPG)


Pourquoi ?


Parce que ce lexique renvoie au parler d’une époque.

La langue maternelle interdite à l’école. La découverte du français à cinq ans. Et les parents qui, suivant les conseils enseignants et pour ne pas gêner la scolarité de leurs enfants, s’essaient à leur parler en français.

D’où de français très daté, truffé d’occitanismes...

La belle intervention d’Evelyne Crouzet à ce sujet...

Les nombreuses recherches de Marie des Ponts sur un dictionnaire non pas de l’occitan mais du parler d’ici...

Et bientôt, "la boge", envoyée par Nicole Bertholon...


On a un peu moins "parlé patois". Oui et non. Des recherches poussées sur la langue...


(JPG)
Et quand M.Désigaud chante "Siem de la classe", repris par Paulette et M.Baud...


Un temps très riche et très participatif...

Et le thème retenu pour le vendredi 25 novembre, sur proposition de Georges Dumas

« Lo trabalh a la fèrma dins le temps e anuèit »

J.Cimaz




Les lexiques de Nanette

C’est avec les lexiques de Nanette que les amis patoisants se sont décarcassés pour faire le tri dans ce « bordigas » des mots : patois ou argot, connu ou pas connu ?

-  Tèchtarulle ? Mais oui, co es testarut (c’est têtu)
-  Coufis ? co es cafit (rempli)
-  Gnogotte ? Afora (dehors), c’est de l’argot
-  Padelle ? Dengus saupuguèt (personne ne sut) ; une poêle à frire ? Benliau (peut être)


(JPG)


Et les mots ont continué à « débaruler » dans les rires et les sourires pour faire la chasse aux intrus.

Mais quelle saveur et quelle richesse dans ces lexiques de famille !

Georges Dumas



_

Lexiques et histoire. 1. La langue en région.

Rencontre sur les langues régionales

Invités par le Conseil régional, une centaine d’amoureux de la langue occitane étaient présents vendredi 21 octobre à l’Espace Rhône-Alpes de Rovaltain à Alixan.

Sur les thèmes de la valorisation de la langue, de sa transmission, de sa conservation, chacun à pu s’exprimer pour faire un état de ce qui est fait et de ce qui est souhaité.

Rencontres, veillées, chorales, théâtre, fêtes : les bénévoles sont toujours là pour faire vivre la langue occitane avec les moyens du bord.

Et malgré l’écoute attentive des responsables régionaux et la volonté manifeste d’apporter leur soutien, il a bien fallu comprendre qu’en ces temps de vaches maigres, les souhaits devaient être bien raisonnables !

Ils sont venus de P.Terrasse, représentés par son attaché parlementaire, Ludovic Dumas :

-Affiches, dépliants dans les communes, spots et émissions dans les radios pour sensibiliser et enseigner les adultes. -Insertion en occitan de 4 ou 5 résumés d’articles majeurs dans la revue du Conseil Général
-  Promotion touristique : « montàran tant que porràn »


(JPG)
Rencontre "patois" aux Rias. Octobre 2011.


Ils sont venus aussi des uns et des autres :

-  Signalitique sur Via-Rhôna, sur les T.E.R
-  Edition de cartes de « Bonne année »
-  Collecte de ce qui est édité en occitan
-  Et surtout l’enseignement dans les écoles et les collèges.

Tant de bonnes volontés sont ainsi prêtes à se mobiliser avec l’aide de nos politiques pour que vive cette langue porteuse de riche mémoire.

Georges Dumas




Du livre offert par la Région et ramené par Georges Dumas

"III. Meravilh-me com vòstre còrs s’orguòlha,

amics, vas me, per qu’ai rason que’m duòlha ;

non es ges dreits qu’autre amors vos mi tuolha

per nulha ren que’us diga ni’us acuòlha..."

Extrait Beatritz de Dia (12ème siècle)


(JPG)


(JPG)


Un livre très riche...

Et un zoom instructif sur la quatrième de couverture...


(JPG)



Et, pour comparer, le catalan de Ramon Llull, un siècle plus tard :

"Libre de Evast e Blanquerna

En la forest per on anava Blanquerna havia un castell molt forts, lo qual era d’un cavaller, lo qual per la força del castell e cor era forts de persona e sabia molt de fet d’armes, era molt ergullós e feïa moltes d’injuries a tots aquells qui estaven entorn sa encontrada."... [1]

Jacqueline Cimaz

_

[1] Où l’on trouve déjà, semble-t-il, dans ce premier roman, la structure classique du conte ?"



_

La rintrada

Celle du groupe des "Rencontres patois" a eu lieu le vendredi 30 septembre aux Baraques.


Un groupe studieux, ce qui n’exclut pas les rires...


(JPG)


Joies des retrouvailles et volonté de tenir les engagements pris - à savoir ne parler QU’EN "patois". Parole presque tenue et ce fut très riche... Le sabot prévu ne fut pas imposé à qui parla français.



Texte traduit, chant et apprentissage, pour la... par LesRias


pour... pour... pour la rintrada ! Bien sûr !

Et le plaisir de réentendre Gégé...


(JPG)


Et ce goûter partagé et un gâteau affiche, comme pour la Fête à l’arobase... Quand les patissières sont aussi messagères !



Jacqueline Cimaz


Thème de la rencontre du 21 : découverte des lexiques et du texte à registres de la famille de Nanette Fert ou explorer le patois mais aussi le parler local des années 1940-1955.




_

Dernière séance 2010-2011




puisque le "patois" marche par années scolaires, ce qui est tout un symbole.

En attendant l’article de Marie des Ponts,

une première planche photo commençant à présenter les artisans de ce recueil de mémoire, de cette resturation, dans la langue d’un patrimoine linguistique, ethnologique et historique.


(JPG)


Au centre, Michel Rey, celui qui recueille chaque jour des dictons à traduire ensuite... Une belle veille pour la langue.

Des enregistrements ont été faits, notamment de chants, enrichissant nos données en attendant de trouver la forme d’une restitution...

Les outils des enregistrements, en plus de la fonction vidéo de l’appareil photos :


(JPG)


A noter que c’est maintenant Fanny Juston, 12 ans, qui manipule Audacity, ouvre et sauve les fichiers, discipline la parole...

De belles perspectives...


L’ensemble du groupe patois devrait se retrouver à Combier, ce samedi 2 juillet pour la présentation de "Les larmes de la foi" ; entre fonctions diverses du récit, une autre forme de patrimonialisation...


_

RENCONTRE PATOIS... et d’abord, Pétition !


RENCONTRE PATOIS

Les premiers arrivés prennent patience dans la cour ou sous le préau...

Le moment des salutations passé et dans un joyeux brouhaha l’entrée dans la salle ressemble à une classe plus ou moins disciplinée.

La nouvelle de la suppression de l’enseignement de l’Occitan nous mécontente fort.

Nous décidons d’écrire et de signer une pétition qui sera envoyée au Président de la République, au Ministre de l’Education Nationale... Nous entendons défendre cette langue occitane et ce Patois de chez nous qui nous est cher, préserver ces rencontres qui allient patrimoine humain et populaire, qui font revivre des coutumes ancestrales et renaître des vécus traditionnels.


L’après-midi se poursuit à la recherche des mots, de leur origine et emploi dans la vie courante, des devinettes et quelques histoires en Patois partent en éclats de rire. La rencontre s’achève en chansons. Merci à Paulette, Franck et Gégé pour ces ritournelles pleines de tendresse et ces moments de bonheur.

Marie des Ponts



Patois/occitan : la recherche du mot... par LesRias. Une vidéo de Régine Froment



Un occitan vivant par Un occitan bien vivant à travers ce clip-vidéo de Régine Froment


(JPG)


(JPG)


Toutes les générations représentées de 12 à 90 ans...





La pétition

Tous, résolus, comme ça, ont décidé d’écrire une pétition, de la signer et l’envoyer...


(JPG)


Version imprimée ?


(JPG)


Que dire ? La volonté d’aboutir. Et aussi l’émotion devant la popularité de cette demande de professeurs et de professeurs qualifiés !




Jacqueline Cimaz





_

Un vendredi d’Avril chaleureux...


Le plaisir de se revoir se lit sur les visages . Chacun retrouve sa place dans la salle et les mots reprennent vie.

-  riote : poignée d’amarine ou de genêts ...
-  remettre le cubercet sur la marmite ...

La discussion est vivante et animée : ardinage...fenaison ....vie quotidienne. Les devinettes et jeux de mots déclenchent rires et fou-rires.


(JPG)


L’aprés-midi se termine en chansons avec Gégé.

Marie des Ponts





_

Temps de ce 25 mars 2011


Un groupe nombreux, impliqué, rieur...

Des formes de travail nouvelles où on sort un temps du "thème" pour interroger les mots. Une demande de Georges Chazal....



"Patois", occitan et patrimonialisation ! par LesRias


Christophe qui, sur fond de paroles, ose, bien qu’il soit d’une tout autre génération, livrer sa traduction...



Christophe ou quand les jeunes osent traduire par LesRias


Quant à Fanny, elle monte vite au sortir du collège, s’imprégner de cette langue des grands-parents si riche en résonances et nuances...



L’intergénérationnel (patois3.250311) par LesRias


Mais le grand moment, entre autres enregistrements sous Audacity permettant - c’est nouveau- les retouches, ça a été le très beau chant de Pierre Félix... livré ici sous diaporama-vidéo, en guise de pochette de disques...



La chanson de Pierre.("patois" du 25.03.11) par LesRias


Il faut dire qu’à la demande du groupe la séance avait commencé par une bonne quarantaine de minutes de projection. Du portable connecté en wifi au grand écran, par vidéoprojection, le site.


Pour ceux qui ne l’avaient jamais regardé et étaient étonnés de se voir et s’entendre : de février à il y a plus d’un an en arrière, les titres, planches photos, et surtout la découverte de toutes les vidéos, entièrement regardées...

Georges Chazal en conclusion avait souligné avec conviction et émotion la richesse de ce patrimoine recréé par le groupe, ainsi conservé et offert.

Il m’a aussi remercié pour ce travail dont tous ont pu, là, mesuré l’importance.

Un stimulant pour tous et une application et implications nouvelles dans les paroles ou chants. Le sentiment aussi de travailler pour la langue et la postérité...

Jacqueline Cimaz





_

RENCONTRE DU 25 FEVRIER .


Encore un bel après-midi !

Après les échanges chaleureux des *retrouvailles* et malgré un beau soleil hivernal, les souvenirs des veillées au coin du feu s’enchaînent, s’emmêlent et racontent avec passion cette vie d’autrefois.


(JPG)


-  C’était des soirées surtout entre voisins, le mercredi de préférence, car le jeudi c’était le jour des enfants... Quelquefois le samedi.


(JPG)


On allait dans la campagne à pied avec parfois une heure de marche... S’il y avait de la neige et que le lieu de la veillée n’était pas trop éloigné, les enfants prenaient la pelle et faisaient *chalas* dans l’après-midi.

Elles se passaient à tour de rôle chez les uns et autres tout au long de l’hiver.


(JPG)


Pour éclairer le sentier, une torche de paille pour maintenir une flamme ; une bougie ; ou une lampe à pétrole.

Les occupations variées... Les hommes jouaient aux cartes ; à bouchon ; à la toupie, les femmes tricotaient, surtout des chaussettes.


(JPG)


Chansons,devinettes, blagues animaient la soirée.

Vers minuit, un repas redonnait des forces pour le retour, saucisson, caillettes et murson -et picodon.





Le retour se faisait vers 1 h du matin... dans le froid.

Mais le bonheur de la soirée réchauffait le cœur.

Marie Des Ponts





_

Las velhas d’autrefèi



Un fort temps de patrimonialisation en perspective...

(JPG)



_

CÒMPTE-RENDUT DE LA DICTAA OCCITANA DÈS ANONAI

Per la region Ròse-Aups la dictaa occitana se fai dempuèi d’ans quora en Droma, quora en Ardecha. L’an passat èran vèrs Nions, e aqueste an nos acamperam vèrs Anonai, la pus bèla vila d’Ardecha, franc a las bolas septentrionalas de la lenga occitana (que lo francoprovençau comença dins lo canton vesin de Serrièras).

Aquela manifestacion a l’entorn de l’escritura de nòstra lenga es l’ocasion de noar de contactes entre los amoroses de l’occitan per una practica conviviala e e de se mostrar publicament en convidant la premsa a l’eveniment un pauc estonant que constituís l’utilizacion de l’occitan en situacion de normalitat. Foguèt tornarmai una excellenta jornaa per lo cinquantenat de personas presentas vèrs Nonai.

Au mèi d’aquela vila de tradicion obrèira que coneis de fòrtas dificultats economicas, una bandeiròla a l’entraa de l’avengua d’Euròpa ont se fasiá la dictaa marcava la luta en cors còntra la darrèira vaga de licenciaments que tòcha lo bacin d’Anonai.

Sem ben luènh aquí d’un cèrte imatge de ruralitat cevenòla que pòt evocar per d’aucuns lo nom d’Ardecha, mas es aquí que l’associacion Parlarem en Vivarés qu’organizava quela manifestacion panoccitana en collaboracion aube l’IEO portèt un còp de mai la pròva que la lenga tradicionala es una part viva de la cultura populara dau naut Vivarés.

Dins los locaus dau GOLA (Gropament de las Òbras Laïcas d’Anonai) avián chausit lo tèxte d’un curat, "Coma vendèro la Lauveta" que l’autor n’es lo Joannès Dufaut, cerchaire e lexicograf dels parlars dau nòrd.

Lo matin, dau temps que s’acampava l’AG de l’IEO RA, foguèt prepausat un obraor de presentacion de l’escritura de la lenga occitana als coratjoses e als curioses.

La dictaa foguèt legia en estereofonia dins la pronóncia dau país amai dins una pronóncia pus meijornala per aidar aqueus qu’èran pas dau caire bien conéisser los mots davant que de los escriure.

Puèi dau temps que los correctors corregián, e davans que d’estrenar totes los participants (amb de libres, de CD e... un abonament a La Setmana !), los chantaires e contaires de la corala de Parlarem en Vivarés nos regalèron de lor interpretacion de chançons tradicionalas e de scenetas de l’umor impecablament mestreat.

Denis CAPIAN Vicepresident de l’IEO Ròse-Aups





_

Rencontre du 26 janvier


(JPG)
ça r’mue méninges en l’an neuf. Quelle richesse !


Nous étions heureux de nous retrouver en ce début d’année...

Les chalendes sont passées mais le plaisir de faire revivre ces moments et de fouiller le fond de la mémoire pour se souvenir du premier jouet...

Dans toutes les chaussures ce jour -là : deux ou trois papillotes, une orange ou mandarine. Pour les filles : une poupée, un baigneur en celluloïd, des crayons de couleur, un livre... Pour les garçons : des jouets en bois (avions) faits en cachette par le père.











Dans la religion catholique, la messe de minuit, le repas ; puis le lendemain, jour de Noël la messe et les vêpres. La crèche et les santons pour décoration.

Dans la religion protestante : le repas se passait en famille le jour de Noël. Un sapin décoré de guirlandes et éclairé avec des bougies.

Le 25 Déc ou le dimanche avant, au temple, au pied d’un énorme sapin les enfants de l’école du Dimanche et du catéchisme jouaient la nativité et les rois mages. Un goûter et un livre leur étaient offerts.


Pour tous, le repas de Noël était plus copieux. Chacun était heureux avec le peu qu’il avait reçu : c’était NOEL.

Marie des Ponts.





_

Signature de la convention Langues régionales Rectorat / Région


ce lundi 14 décembre 2009 la convention de partenariat pour le développement de l’enseignement des langues Occitane et Catalane entre la Région Languedoc-Roussillon et l’Académie de Montpellier sera signée ce lundi 14 décembre 2009 à 14 h 30 à l’ Hôtel de Région 201, avenue de la Pompignane à Montpellier

Le CREO Lengadòc se réjouit de cette signature qu’il appelait de ses vœux depuis plusieurs années et qui permettra de conjuguer la volonté publiquement affirmée par le Rectorat de Montpellier de valoriser l’enseignement et la connaissance de la langue et de la culture occitanes aux efforts et à la volonté de la Région Languedoc-Roussillon pour promouvoir et valoriser ce patrimoine vivant, désormais inscrit dans la Constitution.

Pour l’enseignement de l’occitan à l’école publique, que défend le CREO, c’est une bonne nouvelle et nous souhaitons que nos adhérents et amis soient nombreux lors de cette signature publique à laquelle nous avons été invités.

Marie-Jeanne VERNY, MCF-HDR Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier

présid. CREO Lengadòc co-secrét. FELCO Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc

Tous les renseignements et l’historique des évènements sur le site du FELCO : http://www.felco-creo.org/mdoc/detail_fr.php ?categ=collec&id=426





_

Autour du puits, une langue.


Avant tout, le monde était là, venu se rapprocher de sa langue au passé encore tout frais, s’accrocher à ses éclats le temps d’un après-midi, au mitant d’un patois ravivé pour une veillée qui veille à ne pas l’oublier.

Evidemment, la superficie de l’espace rétréci, remué, brassé jusque dans ces derniers retranchements pour que le monde puisse y rentrer dedans s’est fait bousculer, embroussaillée de chaleur pour mieux fabriquer ses retrouvailles d’antan.

(JPG)


Prêt à découdre ses souvenirs, disposés en rangs serrés sur l’étal de sa vie ; construits aux origines fluctuantes d’accent, ballottés de mots coutumiers devenus regards, échos surgissant naturellement ; une simple cohésion spontanée produite sous l’effet du thème annoncé : l’eau et tout un monde remonte le ruisseau.

Donc pour cet atelier, c’est l’eau qui fait toute une histoire de ses histoires : les « buas » (lessives), battues deux fois l’an, couvées sous la cendre du savoir-faire, les « bialaires » (rigoles), veines de vie des prairies entretenues par des journées qui transformaient chacun en cantonnier.

Détournée, canalisée, mâtée, filtrée au compte gouttes ou jaillissante, elle s’écoule à proximité du souvenir.

« Gour »- « gouillat »- « bacha », tout est bon pour se rappeler l’insignifiance de ces gestes essentiels qui l’accompagnaient et entretenaient la relation autour d’un puits où se battait le rythme de son lieu.

(JPG)


Comme autrefois, elle est là sous nos yeux, à ne rien faire jusqu’à ce qu’on en ait besoin. Creuser parfois un monde pour la trouver, baguette de sourcier, étrange bout de noisetier, mystère d’un don où la raison n’a qu’une raison inexpliquée.

Il y a un temps bien particulier dans ces ateliers, celui des dictons du mois en cours, récoltés quotidiennement dans le Dauphiné par M.Rey et qui font rituellement le tour de la table pour être traduits, interprétés, écorchés de rire avec des mots qui se rapprochent si près de leur sens que leur signification n’est parfois qu’une affaire d’interprétation, de transmission et d’intention liée à la mémoire, contenant de ces petites choses qui ne s’expliquent pas mais qui sont là, chaque jour, à bâtir un monde bien de chez nous.

Fatima Mana





_

Dictons du mois et eau


à distiller au "Patois" ce 27 novembre.

(JPG)

_




_

Carcassonne


La FELCO, Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc de l’Education Nationale, membre du collectif "Anem, Oc", remercie tous ceux, militants associatifs, syndicalistes, élus, simples citoyens, qui nous ont permis de réussir Carcassonne. Nous étions entre 20 et 25 000, plus nombreux qu’à Béziers 2007. Merci aux journalistes qui ont couvert l’événement et à ceux qui vont continuer à donner des échos de notre détermination : la langue que nous enseignons dans le service public de l’Education Nationale, la langue dans laquelle nos élèves et étudiants écrivent, lisent, chantent, créent, cette langue qu’ils continuent à PARLER, nous voulons pour elle une loi ambitieuse, qui lui permette de vivre dans son unité et sa diversité. Nous avons réfléchi au contenu possible pour cette loi. Voici quelques propositions que nous avons soumises aux députés et au gouvernement.

Marie-Jeanne VERNY, MCF-HDR Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier





_

Les métiers d’autrefois...


Beaucoup d’excusés ce jour après le trop plein de septembre.

Guère plus d’une quinzaine de participants...

qui en ont profité pour tous parler, s’écouter. On s’entendait et aurait pu s’enregistrer.

Les noms des métiers disparus sont retrouvés, les pratiques...

Le messonaire, la lampaiu, lo plumaire, lo seitare, la lavesa, la brodesa, lo campaner,

et les outils : la loba...

Souvenirs précis, attendris, amusés, nostalgiques sinon tristes...

Une occasion de mesurer le bouleversement des techniques et des modes de vie...

(JPG)


Oui, mais, c’est quand même sympa quand on est en passe de dépasser les 30 présents...

"j’aime bien qu’il y ait Jojo et Gégé"...


Serait-il possible de proposer une organisation en trois temps :

-  tout le monde arrive, échange sur les apports, les questions...


-  puis, en fonction de ces apports ou des questions on se scinde en deux groupes, avec chacun une tâche - un qui reste dans la salle, l’autre qui va en mairie. Là on parle, écrit, enrgistre... quelqu’un prend quelques notes...


-  3 ème temps, on se retrouve, on met en commun, échange, chante ensemble...

Puis c’est le gôuter...


Vos avis ? Trop scolaire ? La solution proposée d’une cloche pour rétablir silence et ordre ne parait guère plus satisfaisante... D’autres solutions ou propositions ?


Jacqueline Cimaz





_

L’atelier patois, sa rentrée et les plantes médicinales de nos grands-mères


Momentanément dépassé pour caser tout son monde, l’atelier patois et ses habitués finissent par s’installer dans un brouhaha bon enfant. Des chaises en bout de mains traversent l’étang de paroles déversé sur les tables. C’est une crue printanière qui plonge dans le passé retrouvé et se rapproche à presque le toucher. Rattrapé, il coule et glisse délicieusement son accent sous la langue maternelle.

(JPG)


Deux nouveaux sont venus partager l’après-midi, se frayant une place dans cette particularité qui fabrique le lien.

Les uns arrivent la tête pleine de souvenirs. Un bouquet d’herbes sauvages traverse l’enfance, remonte au pas de course la tendresse aïeule penchée sur les maux saisonniers pour les déloger. Dans un coin du cœur, calfeutré de chaleur, ressurgissent décoctions, cataplasmes, infusions appliqués, avalés, surveillés sous l’œil centenaire.

Une légère mélancolie traîne sur les visages, le temps d’aller ramasser un savoir-faire médicinal distillant en secret ses vertus que déjà des noms familiers fleurissent sur les mots patoisants à mesure que se raconte le pouvoir de certaines plantes ; comme quelque chose d’étrange n’appartenant qu’aux initiés.

(JPG)


Certains ont apporté des livres corroborant le temps d’autrefois où le bleu des gentianes tapissait les étés.

Des tisanes éclusent le passé passé précieusement en revue. En ce temps là chacun savait la médecine à bon marché transmise de mère en fille. Elles mélangeaient au cas par cas, l’aléatoire d’une posologie, confiée à la mémoire, faisant disparaître comme par magie les remous de la maladie.

Sporadiquement dans l’air, fuse une phrase qui détache l’évidence et remet à l’endroit l’instant : « Les femmes connaissaient les vertus de la mélisse et la pliaient dans leur chemise quand elles bataillaient avec la dépression » : une cohérence à fleur de peau pour plus d’efficacité et combattre ce mal qui n’avait pas mal mais dont la douleur impalpable laissait un goût de peur.

(JPG)


De la bourrache à l’arquebuse- plantes médicinales travaillées au cordeau du savoir faire, c’est un défilé aromatique dispersé dans l’air qui passe de bouche en bouche, l’extrait de toute une vie et le délaye de petits regrets encore aujourd’hui.

Il n’est pas dit qu’au prochain atelier qui aura lieu le 16 octobre, il ne faille pas tomber les murs pour faire rentrer tout un monde dans le monde.

Fatima Mana


NB. Des plantes soigneusement empaquetées, de nombreux livres sur les plantes médicinales ont été apportés par les participants, des disques aussi- écoutés avec plaisir, et la maintenant traditionnelle liste de dictons de Michel Rey qui oblige chacun à lire et s’exprimer en patois.

Enfin, les dates des prochaines séances ont été fixées pour le trimestre :

-  Vendredi 16 octobre
-  Vendredi 27 novembre
-  vendredi 18 decembre.


Par ailleurs, après avoir écouté les nouvelles de l’IEO et de "Parlarem", bien connu ici, et avant de goûter les participants ont pu découvrir les projets Arts Plastiques, les commenter et donner leur avis... Une belle opportunité pour consulter la population...




Mais pour remercier Fatima de ses articles et de son travail, un poème qui devrait lui plaire :

Los mots (les mots)

Los mots son des sòus traucats.

Per jogar als osselets

ne vòle cafir ma pauma.

E ne faire gisclar son cant perdut,

ambe d’ulhauç de lusor nòva.

An delembrat çò que disián,

son tornats vèrges dins l’espandi.

Lo sòu traucat es vengut nòu.

Ne vòle faire de solelhs

e de lunas emai d’estèlas

qu’entre eles s’entrelusiràn.

Entre dos sangluts de quitarra

s’estira un sègle de dolor.


Max Rouquette, extrait du recueil Lo maucor de l’unicorn (Le tourment de la licorne), paru aux éditions Domens

emprunté sur un site à visiter , de beaux textes et de belles photos... Le languedocien certes, mais l’Occitan, et à ce sujet, nous avons trouvé un site pour apprendre :

Apprendre l’occitan lenga d’òc par internet et téléphone TELEOC



_

Patois/Occitan ; la rentrée


Avec le thème retenu par le groupe avant les vacances : les plantes médicinales d’autrefois...

(JPG)

Et diverses nouvelles et projets... (JPG)

-  Jornaa occitana lo sandes 10 d’octòbre ès Auzon.

-  ANNUARI OCCITAN 07. SERVICIS DISPONIBLES PER LOS OCCITANOFÒNS D’ARDECHA

-  Fasètz-vos conéisser !

-  CA IEO-07 dau 16 de setembre de 2009 vèrs Prèus

-  Carcassonne... Le message de Marie-Jeanne Verny




_

CR du CA de l’IEO07
Annexe 1 à ce CR
Annexe 2 à ce CR
Annexe 3 à ce CR

Nouvelles de... et par Denis Capian


COMUNICAT DE PREMSA

ANEM ÒC ! PER LA LENGA OCCITANA !

L’Institut d’Estudis Occitans d’Ardecha (IEO 07) organiza la davalada amb un carri entrò la manifestacion « Anem òc ! Per la lenga occitana ! » que se farà a Carcassona lo 24 d’octòbre 2009.

Aquel carri partirà dès Privàs a 6:00 dau matin, prendrà de mond vèrs Aubenàs e mai en Juèsa.

S’entornarà de Carcassona devèrs las 23:00 per que lo mond puèschan assistir aumens en partida a la vesprada festiva e musicala que segrà la manifestacion pròpriament dita.

Se sètz interressats per vos marcar, mandatz un chèc de 30 € a l’òrdre de l’IEO 07 en cò de : Joan GABON, Las Maletas, 07110 MONTREAL




Denis Capian nous transmet ensuite deux documents importants :

-  "Lo còmpte-rendut de la consultacion dels membres e amics de l’IEO 07" dau 4 de julhet 2009,

-  Lo còmpte-rendut dau vòte dau Conselh Regionau Ròse-Aups dau 9 de julhet 2009

NB. Documents téléchargeabkes ci-dessous.





_

CR du 09/07/09 du CR.RA
CR consultation IEO 07

La réception de courriers intéressant chacun



-  le message de Denis Capian accusant réception des propositions faites par le groupe lors de la dernière rencontre "Patois" :

"Dòna Cimaz,

Ai pres bòna nòta de vòstras deliberacions relativament a l’ensenhament de l’occitan e a la senhalizacion toponimica. Las portarai evidentament a la coneissença d’aqueus que s’acamparàn deman per nòstra Consultacion vèrs Cos.

Totas las remontaas d’aquela mena sobre las esveas de la populacion envèrs sa lenga tradicionala son importantas, particularament au moment que lo conselh regionau Ròse-Aups deu deliberar (lo 9 de julhet) a perpaus d’una politica linguistica pus favorabla a l’occitan e au franco-provençau.

Coralament,

Denis Capian"






Un message de Marie-Jeanne VERNY, MCF-HDR Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier :


" Je veux bien recevoir vos infos, éventuellement les diffuser dans mes réseaux et, si vous le souhaitez, vous mettre dans ma propre liste de diffusion d’actualités culturelles occitanes.

Amistats,"


NB. présid. CREO Lengadòc : http://www.creo-lengadoc.org/ co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc) : http://creo-mp.totenoc.org/felco.html Totes a Carcassona lo 24 d’octòbre de 2009 : Anem, òc !


Des sites à visiter pour s’informer, réfléchir et débattre. Encourager les jeunes à faire des licences d’occitan, ce qui aurait d’autant plus de sens si un enseignement optionnel de l’Occitan se développait à l’école... Ce qui suppose aussi recherches et réflexion sur l’intérêt culturel et éducatif du plurilinguisme...






_

Herbes de juin, foitial et IEO...


La plupart sont arrivés, herbes sauvages à la main. Un thème lancé au précédent atelier. Un bouquet de belle humeur répandait dans l’ancienne cour scolaire ses parfums de fête.

Délicieusement râtelés aux andains de la mémoire, les souvenirs ont jonché la rencontre patoisante d’un florilège d’odeurs enivrantes sorties de la terre estivale, happées jusqu’au ciel par la chaleur d’autrefois si particulière, où s’agglutinaient les êtres autour d’un travail harassant mais solidaire, maudissant parfois les chiendents sauvages de la vie où le monde bataillait ferme pour « faire sa chance » (l’entame d’un début de champ).

(JPG)


A tour de rôle les herbes sont cueillies au passé, retournent même flou le souvenir, distinguent presque à le toucher ce naguère nostalgique où les décoctions de grands- mères s’accrochaient aux gestes tendres ; doux balancement infiltré aux images d’antan qui remontent par paquets entiers des traits familiers, saisissant un goût d’éternité sur les chemins de l’enfance racines.

Au loin, là bas, émerge le geste paysan où la vie portait sa fraternité sur les larges épaules de la terre nourricière.

Mauvaises ou bonnes, la description patoisante de ce panel d’herbes ramassées met parfois au grand jour, des vertus oubliées et les sort des têtes dans de grands rires écroulés.

A la rentrée, l’atelier fera son retour le 26 septembre, avec pour thème les remèdes de nos grands-mères. Nul doute, que là encore, d’immenses plongeons dans l’herbe au souvenir se vivront.


Fatima Mana


Un poème de Georges Dumas

(orthographe revue par Denis Capian) Le foitial de grandmaire


(JPG)




Des nouvelles fournies par René Capian ont été données...


D’abord, le décès de Robert Laffont...


L’annonce de Denis Capian,

Amics de la lenga occitana,

La comunitat occitanofòna es en dòu, que "Gardarem la Tèrra" nos fai saber que lo grand Robèrt Lafònt moriguèt aqueste matin.

Totes los occitanofòns alfabetizats li devèm quaucòm.

Laissa pas ges de voide, qu’aurem pas pro de nòstras vidas per aprene de son òbra immensa.

Nos laissa de fòrças per contunhar de trabalhar per la lenga que mai amam e per jauvir de sa musica etèrna.

Frairalament,

Denis CAPIAN Secretari de l’IEO 07 Vicepresident de l’IEO Ròse-Aups

(JPG)


puis sa transmission d’un texte de David Grosclaude, president de l’IEO.


Robèrt Lafont es mòrt :

l’IEO saluda un des sos fondators


L’istòria de l’occitanisme es ligada a l’IEO e l’istòria de l’IEO es ligada a Robèrt Lafont.

Foguèt un dels fondators de l’Institut d’Estudis Occitans e ne foguèt tanben secretari general, puei president. Es donc primièr la memòria del fondator e de l’ancian president que l’IEO saluda.

Sabèm l’emocion granda que la mòrt de Robèrt Lafont a creada dins l’ensemble de l’occitanisme mas tanben plan al delà. L’escrivan, l’istorian, lo sociolingüista e lo militant que foguèt, èra conegut e reconegut ; en Occitània, en França, en Euròpa e dins lo monde.

Dins tot son trabalh e tota son òbra totjorn i aguèt aquela fòrça que dona de dignitat a la lenga occitana e de fe als que la defendon. En l’escotar e en lo legir sabèm que son nombroses los qu’an trobat d’energia per s’aviar cada jorn sul camin del combat per la promocion e la reconeissença de la lenga nòstra e de la cultura occitana. Nombroses son los qu’an poscut descubrir gràcias a Robèrt Lafont una autra faiçon de comprendre l’istòria del país d’Òc, un autre biais de comprendre son present e subretot de pensar son avenidor.

Robèrt Lafont aurà influenciat e format mai d’una generacion de militants occitanistas. D’unes auràn presat l’escrivan d’autres auràn trobat dins sas reflexions sul nòstre monde un biais d’èstre occitanistas dins una epòca qu’a trebolat lo país occitan dempuèi la segonda guèrra mondiala coma jamai benlèu èra estat trebolat duscas a aquel moment.

Lafont fa partida dels qu’an permés a d’occitans de tornar prendre d’esperança mentre que tot èra fait per anonciar la mòrt de la lenga occitana e de país que la pòrta. De segur lo camin de Robèrt Lafont foguèt pas totjorn lo de l’Institut d’Estudis Occitans. De divergéncias, de batèstas de generacions faguèron que daissèt l’IEO pendent quasi 25 ans. Mas sèm estats uroses e fièrs quand, l’an passat, decidiguèt de tornar dins l’ostal qu’aviá contribuit a crear.

A sa companha que partejava sa vida al quotidian, als qu’èran pròches, lor disèm tota nòstra afeccion. Lor disèm tanben que Robèrt Lafont mancarà a l’occitanisme, e a Occitània.




Ensuite, cette consultation :


PER VIURE EN OCCITAN AU SÈGLE XXI

Ont ? > VÈRS COS (SALA DAU FABRICON)

Quora ? > Lo sabtes 4 de julhet a 15 h

Qué ? > CONSULTACION DELS MEMBRES E AMICS DE L’IEO 07

Per o saber tot chau legir lo document çai estachat


Le courrier de Denis Capian sur les objectifs de la consultation est intégralement téléchargeable ci-dessous.

Jacqueline Cimaz a posé au groupe la question du développement du patois/occitan...

Des échanges ont eu lieu, avec, notamment des interventions de Georges Dumas, sur le poids des variantes locales par rapport à l’Occitan écrit - le fait qu’en français aussi, il existe souvent plusieurs mots pour désigner un même contenu ou des contenus très proches... Un débat à poursuivre, non pour dévaloriser les variantes locales, mais, au contraire, pour valoriser la richesse de ces différences ou nuances dans la langue occitane - son histoire et ses contextes...

(JPG)
Georges Dumas, Paulette Vignal, Germaine et Georges Chazal


Un débat nécessairement nourri par les dimensions patrimoniales présentes, comme l’ont bien montré Germaine et Georges Chazal, explorant les diverses variantes de chansons d’ici...


Le groupe s’est prononcé à l’unanimité pour qu’un enseignement facultatif de l’Occitan soit proposé dans les écoles, collèges et lycées [1]. Il a été demandé de faire remonter cette requête à l’IEO, dans le cadre de sa consultation...

Par ailleurs dans divers pays, il existe - dans différentes régions - une seconde langue officielle (comme le Quechua au sud du Pérou...). Le groupe s’est posé la question de la pertinence d’une telle mesure en France et souhaite des élements d’information...

Enfin il a été demandé une signalisation bilingue français/occitan pour les noms de villages et de villes. Par exemple, Sant Appolina dau Rias...


NB. Dans un autre message Denis Capian signalait la possibilité d’accéder à des livres anciens - libres ancians" : PER VIURE EN OCCITAN AU SÈGLE XXI
-  Lo catalòg nòu (numèro 35 - junh 2009) de nòstre boquinista valentinés Matha Perier vèn d’espelir. I chabon mai de 100 òbras ancianas en occitan de totes los caires d’Occitània. Contacte : matha.perrier@online.fr

_

[1] avec bien sûr un prise en compte au niveau des examens, comme pour d’autres enseignements optionnels

Courrier de Denis Capian

Patois de mai ou les mâcheurs de mots


Le succès de nos ateliers patois sera bientôt sous les presses du Dauphiné.

Interviewés par notre journaliste local, cinq des patoisiens présents ont répondu à la question suivante : « que vous apportent ces rencontres, impulsées par l’association « Les Rias » ?

Tous ont répondu qu’ils ne voulaient pas que leur langue maternelle se perde.

Pour Christophe : c’est un retour des mots oubliés. Pour Adèle, 12 ans : comme je n’y comprends rien, je peux apprendre et puis c’est l’occasion de parler la langue de mes grands parents.

(JPG)


Un bouhaha coutumier s’échappe et imbibe l’espace de résonances anciennes.

Une fois n’est pas coutume, Gégé entonne un chant de mai qui sera repris en fin de séance.

Michel Rey a apporté une pile de dictons, sagement alignés sur un papier d’écolier. Tous en relation avec le mois de mai, ils retrouvent des chemins de traverse piétinés par les souvenirs de chacun.

Traduits et malaxés au passé, Simone Foray les situe dans un contexte historique.


Il n’y avait pas de radio, basés sur des constats et déductions liées au temps, le monde rural y croyait dur comme fer. Avec le dérèglement climatique d’aujourd’hui, ils ne sont plus d’actualité.

La très grosse vingtaine de participants épluche l’autrefois, le décortique, l’écosse aux traductions en s’appuyant sur le dictionnaire patois/occitan.

C’est un temps léger mais studieux qui traverse ces deux heures d’ateliers, entre-coupé de découvertes. On vérifie que le mot soit bien entier dans le souvenir. Sa prononciation est parfois confrontée au lieu géographique. Des éléments le cueillent sur l’arbre à souvenirs au plus près du vécu... On le traque, on le troque contre un éclat de rire.

Le prochain atelier aura lieu le 19 ou 26 juin, tout contre l’été.

Sa programmation est déjà arrêtée.

Le thème : Fenaison et herbes de nos campagnes ou «  anin feneraï  ».

Proposé par Gégé, chacun repart avec un chant à apprendre pour la prochaine rencontre.

Déjà se dessine le sujet de la rentrée (septembre) avec « Les remèdes de grand-mère ».


Fatima Mana






Rappel d’un message de Denis Capian.


Vesita de Taulinhan en occitan


DIJÒUS 28 DE MAI : PRIMÈIRA VESITA GUIDADA DE TAULINHAN EN OCCITAN

luòc de partença : davant lo Musèu de la Seda orari : 18.00

19.00 : presentacion de "Parler et vivre à Taulignan sous le Second Empire", de J-C Rixte (n°1 de la colleccion Empreinte des 11 Tours)

seguda dau gòt de l’amistat.

.............................. (JPG)

Aquí totas las informacions practicas :

Denis CAPIAN Vicepresident de l’IEO Ròse-Aups


NB. Renseignements -> http://www.mairie-taulignan.fr


_

Patoès d’Abril


Bonjorn,

Ai bien receuput vòstre messatge per la rencontra d’anèit. Pourrai pas li esser ; Han schook ven me vèire a quatre orás per devisar un pauc de nòstre patoès.

Bona jornaa a tot lo monde.

Amicalament.

Georges Dumas


(JPG)


Un message de Georges Dumas, un quiproquo aussi suite à un message non parvenu... Nous aurions été ravis de l’avoir parmi nous et de faire la connaissance d’Han Schook que connait bien Sylvette...

Entre langue et patrimoine, les frontières sont poreuses.

D’autres empêchés, avaient fait part de leurs regrets...

Pourtant la salle était bien pleine...




Le Compte-rendu de Fatima Mana


A l’atablée patoisante, pas de nappe blanche, mais des retrouvailles chiffonnées au plaisir de partager une langue et de la projeter, le temps d’un atelier sur les murs écoliers.

Derrière les vitres, une douce lumière s’enfonce doucement dans la terre commune. De ses sillons racines émerge le sépia d’il y a longtemps.

Les mots se mettent à la fenêtre, regardent les grappes des jours d’antan vendanger à gorge déployée, les rires qui craquent et fusent, l’éclair d’un petit bonheur discret, planté au milieu du monde, juste là à l’endroit de l’appartenance.

(JPG)


Et ça y est, le grand rush des dictons se rue sur la mémoire. Un chassé-croisé s’attaque à la lune avec une devinette d’Alice Jarjat :

-  Pourquoi la lune est menteuse ?

Réponse : Lorsqu’elle forme un C, elle croît alors qu’elle décroît, quand elle forme un D, c’est l’inverse.

Nouvelle, vieille, noire, rousse, menteuse ; c’est une lune déclinée dans tous les tons.

Elle file au rouet d’autrefois les histoires inventées.

Fusionnelle avec la terre, de l’almanach du père Grégoire aux signes cabalistiques écrits pour elle ; de génération en génération, son importance jonche le ciel de son influence.

Sous les cerisiers en fleurs, une averse de mots rend hommage à la saison.

Un mot, dit, creuse son idée, récupérée par un autre qui l’entraîne au marché du passé, dans le dédale des étals de la bonne humeur.

(JPG)


Le chant traduit autrement les paroles du temps, mais en faisant le tour de sa mémoire, on s’aperçoit que peu de chansons racontent le mois d’avril.

Qu’à cela ne tienne, mai est tout près. Alors porté par la voix de Gégé, « Vécqui lo genti mès de mai » installe une écoute silencieuse, très vite balayée par le refrain entonné en commun qui refait surface ; imprégné, indélébile, imprimé aux matins d’autrefois.


NB. Aline Bilher, une étudiante en MasterII qui accompagne le site de proximité Ce.D.R.E. dans un travail sur "Insertion et patrimoine" en partenariat avec le PNR avait demandé à rencontrer les Rias. Nous l’avions invitée à assister à la rencontre patois. Notre compte-rendu de la rencontre avec Aline Bilher - où l’on reparle du patois - est aussi en ligne.




_

Rencontre patois d’avril, occitan de chez nous




(JPG) avec ses

mots et

ses traditions,

ce 24 avril...



Parler d’une

vraie

langue

à laquelle

l’écrit et

la littérature

confèrent

une identité...





_

Rencontre patois du 27 mars



Nous annoncions :

"Où l’on parlera du printemps, des travaux et dictons, mais où on abordera aussi la rencontre avec Denis Capian et les moyens d’un meilleur recueil des pratiques linguisitques et contenus évoqués..."


L’information a donc été communiquée et une tentative d’enregistrement effectuée. Par ailleurs les documents de l’IEO remis par Denis Capian ont été distribués et les quelques affiches laissées seront mises dans divers lieux dont RDB.

La lecture de son texte "lo bochi" par Georges Dumas a suscité de nombreuses recherches sur les outils et produits de la traite ainsi que sur le coût d’amener la chèvre au bouc, ou la vache au taureau...

(JPG)


La question d’une orthographe qui permette à la langue de vivre en tant que telle, reconnue d’un endroit à l’autre comme occitan écrit, langue vivante, a aussi été posée.

Nous devrions commander rapidement quelques livres édités par l’IEO pour pouvoir les mettre en circulation à la prochaine séance. Une langue dont l’orthographe est renconnue, portée par publications et traductions... Nourrie par les variantes locales et leur enracinement dans la mémoire des pratiques...







(JPG)

Une rencontre très riche, l’article de Fatima Mana :


Mais que de monde à l’atelier patois, et encore il en manquait qui, contrits de ne pouvoir venir s’étaient excusés !

Les places font spontanément de la place aux arrivants qui agrandissent l’espace en poussant amicalement ceux qui sont déjà installés.

Et le monde est surpris par tout ce monde.

Les bonjours s’apostrophent et se croisent au fur et à mesure des entrées. Un tour de table présente chacun aux nouveaux venus.

Quelques uns puisent déjà dans leur langue maternelle, la déplient avec gourmandise pour dire ces petits bonheurs qui nous prennent par la main quand on rentre au pays.

ça y est, c’est parti, la musique des mots patoise et se met à chanter à un rythme parfois endiablé. Les paroles rebondissent, grimpent dans le souvenir, ouvrent les portes d’antan où la parole parlait simplement en se disant. Sauf que là, dans cet après-midi printanier, elle se vit au plus près du plaisir de la dire.

(JPG)


Les uns se pressent dans ses reflets qui remontent des odeurs d’enfance sous les mèches folles du temps.

Parfois c’est même dans une cacophonie bon enfant, que les mots se bousculent et traversent la table en riant.

Des creux de silence s’installent spontanément lorsque Gégé entonne un chant. Les uns le fredonnent discrètement dans un premier temps, pour laisser monter ces couplets qui imprégnaient les gestes d’avant.

Des mots racines parcourent un paysage mille fois reconnu par le pas familier. Avril découvre ses fils.

De partout, courent des mots patoisants, sortis des poches déchirés par l’interdit de le prononcer. Alors là, il n’y a plus qu’à l’écouter fanfaronner autour de l’âtre à rassembler.

Le goûter, incontournable de l’atelier installe des apartés qui se poursuivent en discussions sucrées, se retenant encore un peu au temps avant de partir. Doucement, les au- revoir laissent derrière eux des petits regrets que ce temps soit si vite passé. "

(JPG)


NB. La prochaine séance est prévue pour le vendredi 24 avril. A noter que Mme et M.Chazal, seront le 1er avril aux Informations Régionales Rhône Alpes, entre 19h et 19h15, en tant que Gégé et Jojo, animateurs à RDB.





_

Sources et résurgences patoisantes...


Rencontre avec Denis Capian, vice-président de l’IEO Rhône/Alpes, un spécialiste de la langue occitane.

Un petit groupe représentait les Rias, dont Georges Dumas, amoureux d’une langue.

En introduction, Jacqueline Cimaz, présidente de l’association « Les Rias » présente sa démarche et ses différentes actions.

Denis Capian, depuis 25 ans travaille autour du patois, pour mieux faire vivre la langue. Chercheur d’intonations, de prononciations, d’orthographes, il quête l’or de ces mots au fond de sa battée et travaille dans la rivière de sa langue avec la passion d’un chercheur d’or.

Georges Dumas, vient d’écrire un dictionnaire de patois en remontant le cours de son enfance et de sa mémoire. Il écrit aussi des textes avec la langue de chez lui : Saint Agrève.

C’est ainsi que de fil en mots, cette rencontre a eu lieu.

(JPG)


Le but, pour nous, est de trouver les moyens de faire évoluer nos ateliers mensuels de patois tout en restant fidèle à la trame première, cette allure de veillée, qui en fait son succès.

En s’appuyant sur le constat que l’oralité ne suffit pas si l’on veut pérenniser et transmettre, le partage de l’expérience et de l’étude de l’IEO qui, en terme d’apprentissage de la langue, fonctionne avec des ateliers de pratique et de vie de la langue, nous a paru très intéressant.

Partager autour de sa langue maternelle, liée principalement à la ruralité, la travailler, se la réapproprier en l’écrivant - même phonétiquement dans un premier temps, proposer des supports qui la creusent, la sillonnent, la rediment avec ses lettres de noblesse ; cette réunion nous a ouvert des perspectives pour travailler dans ce sens.

Fatima Mana




L’importance de l’écrit pour que la langue existe en tant que telle -et donc les apprentissages nécessaires - que nous proposons d’aborder à partir de l’édition et de la traduction, ce qui n’exclut évidemment pas, mais au contraire, appelle, un apprentissage scolaire, optionnel certes, mais de la maternelle à l’Université.

(JPG)


Un apprentissage scolaire - linguistique donc, mais également littéraire, la littérature donnant sens et vie. A cet égard nous avons découvert avec un très grand intérêt les éditions de l’IEO, notamment en ce qui concerne les albums accessibles aux jeunes...

Dès que possible, commande sera passée pour la bibliothèque...

Une rencontre qui situe le "patois" dans un univers plus vaste, à féconder et promouvoir...


Tous nos remerciements à Denis Capian avec lequel nous aurons certainement de nouvelles occasions de rencontres et réunions de travail...

Jacqueline Cimaz




Même absente, il était impossible de ne pas parler de Paulette. Il fallait qu’elle entre du côté du soleil de sa langue maternelle. Qu’à cela ne tienne, un trio part à sa rencontre.

Denis Capian et Georges Dumas tournent doucement la poignée de son univers.

De la porte, on aperçoit déjà la table mise avec ses mots d’autrefois. Une odeur de café frais se repose et berce l’horloge. En souriant, Paulette vient au devant et salue en patoisant.

A peine assis, le trio se parle de la pluie et du beau temps, ouvre le plaisir de dire le patois.

Alors la terre de leur langue maternelle sillonne leurs mots. Elle boit les sourires sortis de leur bouche, les essuie au partage de les vivre simplement. Il y a dans l’air, à ce moment là, comme une appartenance.

Fatima Mana





_

VELHAA VÈRS SANT FARCIAN


(JPG) un messatge de Denis CAPIAN - Vicepresident de l’IEO Ròse-Aups


DISSANDE 28 DE MARÇ : VELHAA VÈRS SANT FARCIAN


luòc : sala de las fèstas de vèrs Sant Farcian (Ardecha) orari : 20.30

Qu’es PARLAREM EN VIVARÉS qu’organisa quela velhaa.

Aquela associacion òbra dempuèi 20 ans per conservar e promòure la lenga occitana en Vivarés dau nòrd, lo parlar dels ancians e d’aqueus que lo vòlon far viure.

Nos trobarem donc aube los chantaires, contaires e musicaires de PARLAREM.

A travèrs musicas de dança, chants traditionaus e de uèi, blagas, nhòrlas, cotletas e contes de totjorn, còmptan ben de nos far passar una genta velhaa.


I aurà una buveta per "deissiar los assarmats".


Venètz tots vos galar !





_

Echanges, conseils et réunion...



Réception d’un nouveau message :

"Bònjorn,

Per un amic ai reçauput l’adrèiça de vòstre siti. Bravò !

Espero qu’anètz publiar los resultats de vòstras amassaas 60+ sus lositi o sus de fuèlhas fotoucopiaas.

Los dictons, los còntis, las tradicions, las chançons e tot aquò èis un tresaur que faudriá (=chaudriá) pas perdre !

Contunhètz com’aquò !

Amistiats de la Droma,

Han Schook"



Par delà l’encouragement, une belle incitation à garder les écrits et un maximum d’enregistrements oraux...

Quelque chose qu’il nous va falloir faire effectivement de manière beaucoup plus régulière...


Il semble que ces échanges soient nés de la publication du beau texte de Georges Dumas...

Il y a là en tous cas, matière à réflexion.


Avant la rencontre patois du 27 mars, une réunion est prévue le mercredi 18 mars à 14h30 [1] à la Bibliothèque avec Denis Capian, Vice-Président de l’IEO Rhône-Alpes. Georges Dumas sera présent ainsi que Sylvette Béraud-Williams si elle peut se libérer, Jacqueline Cimaz, Georges et Germaine Chazal, Fatima Mana et Paulette Vignal...



_

[1] certains participants pressentis étant contraints de repartir tôt, il a semblé opportun d’avancer de 1/2 h l’heure du rendez-vous. Si cela posait des problèmes incontournables, nous le signaler



_

Un courriel de Denis Capian ! Et lequel !


En réponse à la publication sur le site du compte-rendu de notre conversation téléphonique, Denis Capian nous a envoyé ce très beau message.


(JPG)






Alors, nous avons pris contact avec Georges Dumas pour "Lo bòchi".


Voici donc la version 1 - le beau texte de Georges Dumas -après toilettage orthographique de Denis Capian.




Lo bòchi


Los Ròchas aián un bòchi, un grand banarut que sentiá franc mauvès e qu’èra garut coma la pèsta.

Le saiam nosautres e nòstre grand plasir èra de l’escharnir en li fasiant paor aube de grands gèstes. Se botiá alòrs a relevar sas babinas e a nos persègre mè aiam aürosament una pòrta de sortia en montant sur un abre qu’èra totjorn per aquí. Quò èra en amusament coma un autre !

Un còp, quela tèsta de bòchi, quò es lo cas de le dire, s’es trobat aube sas chabras en bas dau vilatge de Biauverd ; s’èran surament sauvats dau prat.

Ieu me trobavo aquí, arande dau garatge de mon paire. Quel bòchi fuguèt surprís e aqueste còp sens rien li faire se botèt a córrer vèrs ieu, las banas en avant.

Demandèit pas mon rèste, me botèit mai a córrer. Quò èra pas le fuòc qu’aio au darrièr, quò èra le bòtsi, mè quò fai quage le mème eifèit ! Montèit jusc a l’escòla en naut daus escalièrs a tota allura.

Le bogre s’arrestèt pas en bas, montèt mai e regde ! Chaupuguèt me sacar a la maison e esperar que l’animau redecende aube sas chabras. Èra pas preissat e sonhava la pòrta...

Dempuèis, quò me serviguèt de leiçon ! Ai laissat lo banarut tranquille.


Georges Dumas 






Mais Georges Dumas a choisi de laisser aussi sa version initiale, qu’il conçoit comme un compromis permettant au lecteur ne maîtrisant pas l’occitan écrit, de mieux appréhender le texte oral et donc de mieux comprendre.

En effet l’API [1] dont l’emploi serait tout à fait indiqué, et plus correct, n’est pas d’usage courant et rendrait le texte encore moins accessible qu’avec l’orthographe savante...

Voici donc ci-dessous, cette version...

Au lecteur de nous dire ce qu’il en pense...



_

[1] alphabet phonétique international



_

Lou Botsi


Lous Roche ayan in botsi, in grand banaru que sèntia franc maouvais et qu’èra garu couma la pesta.

Le sayant nousaoutrés et nostre grand plasir èra de l’etsargnir èn li fasiant por aoubé de grands dzestés. Se boutia alors à relevar sas babinas et à nous persègré mais ayan èïrousamènt ina porta de sourtia èn mountant sur in abré qu’èra toudzour per ati. Co èra in amusamènt couma in aoutré !

In cop, que la testa de botsi, co èï lou cas de le diré, s’èï trouba aoubé sas tsabras èn bas daou villadzé de Biaouvert ; sèran suramènt saouvas daou prat.

Ièou me troubavou ati, arondé daou garadgé de moun païré. Que botsi fuguèt surpris et aqueste cop sèns rien li faïré se boutèt à couré vers ièou, las banas èn avant.

Demandèït pas moun resté, me boutèit maï à couré. Co èra pas le fioc qu’ayou aou darié, co èra le botsi, mais co faï cadzé le mêmé eifèit ! Mountèït dzusc’à l’escola èn naout daous escaliers à toute allura.

Le bougré s’arrestèt pas èn bas, mountèt maï et redé ! Tsaoupuguèt me sacar à la maïsou et esperar que l’animaou redecèndé aoubé sas tsabras. Era pas prèissa et sougnava la porta...

Dèmpeïs, co me serviguèt de lèïçou ! Eï laissa lou banaru tranquilé.


Georges Dumas







Et la version 3, toujours de Georges Dumas - la version française... La traduction en français...





Le bouc


Les Roche avaient un bouc, un grand bien encorné qui sentait mauvais et qui était méchant comme la peste. On le savait nous et notre grand plaisir était de l’énerver en lui faisant peur avec de grands gestes. Il se mettait alors à relever ses babines et à nous poursuivre mais nous avions heureusement une porte de sortie en montant sur un arbre qui était toujours par là. C’était un amusement comme un autre !

Une fois, cette tête de bouc, c’est le cas de le dire, s’est trouvé avec ses chèvres en bas du village de Beauvert, ils s’étaient sûrement sauvés du pré.

Moi, je me trouvais là, près du garage de mon père. Ce bouc fut surpris et cette fois sans rien lui faire, il se mit à courir vers moi, les cornes en avant.

Je ne demandai pas mon reste, je me mis aussi à courir. C’était pas le feu que j’avais au derrière, c’était le bouc mais ça faisait presque le même effet ! Je montai jusqu’à l’école en haut des escaliers à toute allure. Le bougre ne s’arrêta pas en bas, il monta aussi les escaliers, et vite !

Il fallut entrer à la maison et attendre que l’animal redescende avec ses chèvres. Il n’était pas pressé et regardait vers la porte...

Depuis, ça me servit de leçon ! J’ai laissé le bouc tranquille.


Georges Dumas





_

Institut d’Etudes Occitanes ?


Un coup de fil de M.Capian, vice-président de l’Institut d’Etudes Occitanes Rhône-Alpes qui voulait en savoir un peu plus sur notre démarche, nos apports éventuels, nos besoins...


Rencontre téléphonique à bâtons rompus...


Ce qui a intéressé M.Capian :

-  la régularité du travail,
-  la mixité sociale dans le groupe, l’inter-générationnel, la présence de jeunes...
-  la formule "veillée" ou "rencontre" plutôt que le scolaire, l’intérêt du groupe pour les variantes locales, le parler-occitan, le cheminement- des mots aux traditions et savoir-faire...

Nos besoins lui ont été transmis :

-  d’aide pour le passage de l’oral à l’écrit, la transcription de textes...

Et là il semble pouvoir nous aider...

-  d’un concours pour faire grandir l’idée d’un enseignement optionnel de l’occitan à l’école, au collège et au lycée... idée qui a explosé lors de notre dernière rencontre - en période de vacances scolaires - ce qui a permis la participation de jeunes... de jeunes qui en redemandent...

Langue familiale et mots précis pour dire l’expérience, les anecdotes et coutumes d’autrefois...


Il a parlé d’un site de Haute-Loire -Marraire- très intéressant, et qui, de plus, valorise l’émission de Georges et Germaine Chazal sur RDB...


Rendez-vous a été pris pour un mercredi prochain où nous pourrions échanger en groupe et préciser les apports mutuels possibles et enrichissants (ainsi il souhaiterait que nous puissions enregistrer les échanges, tournures, expressions...) [1]

Et puis, en réponse aux questions bibliographiques, M.Capian a de nouveau évoqué "Marraire"... que nous venons d’explorer.

On y trouve des textes [ou, L’aribaa de la prima], quelques noms pour la littérature contemporaine, dont Manciet , une carte des dialectes , un lien vers un éditeur , une troupe de théâtre - qui cite Kantor et bien d’autres choses encore...

Et nous avons inscrits la Bibliothèque et l’association à la lettre d’information...



_

[1] voir comment laisser la caméra dans un coin, avec, cependant, une bonne prise de son...



_

Rencontre patois du 20 février


(JPG) Le thème de cette rencontre mensuelle était mardi gras (lo març gras).

Une rétrospective tirée des mémoires passa en revue non pas ce mardi gras, peu traditionnel ici, mais la période elle-même...

Pour l’occasion, des flaques de souvenirs ont sauté à pieds joints dans la marelle de la langue maternelle.


Des images s’attardent sur le mois de février, accompagnées de dictons, proverbes, chansons. Elles écrivent des mots tout frais sortis des persiennes d’autrefois.

L’oralité retrouve les chemins de la liberté dans un plaisir partagé à dire son patois.


Un tour de table accueille les nouveaux venus, notamment les enfants qui versent au passage du bonheur. Qui sait, la langue maternelle aura encore son mot à dire !

Fanny, 10 ans, avait appris, répété, mâché une phrase pour se présenter ; mais la timidité devant le nombre, la lui a fait garder dans sa tête. La prochaine fois c’est sûr, elle la prononcera !

(JPG)


A noter que le groupe s’est encore étoffé : Georges Dumas, natif de Saint-Agrève mais habitant à Romans est reparti surpris et ravi de l’ambiance qui règne dans nos ateliers. Ecrivant des textes en patois, il nous a promis un envoi qui devrait se retrouver sans tarder sur notre site.


Abordée d’une façon ludique, cousue, décousue, recousue aux souvenirs de chacun, croisant sa langue au fil d’antan, la parole patoisante était bien vivante.

(JPG)


Gâteaux et bugnes préparés par Paulette, Jeanine, Michèle, Fanny et sa maman, ont donné au goûter traditionnel de cet atelier du gargantuesque sucré.


La date de la prochaine rencontre initialement prévue le 27 mars, reste à confirmer... Nous ne manquerons pas de la faire savoir par voie de site et de presse.


Fatima Mana


Plusieurs personnes étaient absentes pour raisons de santé... Nous leur souhaitons un prompt rétablissement...





_

Dents de la neu...


"Pour cette première échappée belle patoisante de l’année 2009, le nombre s’est encore étoffé de nouvelles venues.

Tous les repères étaient là pour partir à la rencontre des sons familiers de sa langue maternelle.

Le thème de cette rencontre était le dicton.

Imprégnées au temps, parfois balbutiantes, prononciation et traduction refluaient de plaisir en goulayant le mot sur la langue.

Extrait de la phrase pour mieux se l’approprier, il parfumait avec nostalgie le palais, en se retournant juste du bon côté avant d’être prononcé.

Chacun, souvent ensemble, saute à pieds joints sur ce dont il se souvient.

(JPG)


Constats philosophiques que ces dictons liés au quotidien, aux saisons, aux comportements, aux traditions.

Une époque révolue en visite cet après midi là où sont remontés, grimpant sur les visages, odeurs et gestes d’autrefois retrouvés.

Un grand merci à M.Rey, venu avec son panier rempli de ces dictons parfois truculents.

Revisités aux tourbillons d’une mémoire retrouvée, ils ont donné à cet atelier, un goût plaisant de vécu, ma fois, pas si loin que ça."

Fatima Mana


(JPG)



A noter une belle affluence ce jour, et le revers de la médaille...ou le patois un peu victime de son succès...

Le groupe avait, il y a un an, rejeté le "scolaire", préférant le convivial d’une rencontre informelle...


Mais la salle et la disposition des tables ne permettaient pas ce jour, à tous de se voir et de s’entendre comme ils le souhaitaient, ni, pour certains, de faire les apprentissages peut-être attendus...


Ne serait-il pas opportun de prévoir deux temps :

-  un temps d’activité commune structurée, comme lecture et commentaire de dictons, avec un animateur renouvelé à chaque séance ?

-  un temps d’échanges en petits groupes autour de tables séparées, avec éventuellement une mise en commun ensuite ?

(JPG)


Ou alors faire deux groupes ?

Plusieurs personnes ont posé cette question de l’organisation...

Elle est soumise au groupe...

Il serait bon d’en reparler, que chacun fasse des propositions...


Faire que cette activité très riche, qui attire beaucoup, puisse se développer dans des conditions encore améliorées... et puisse éventuellement accueillir de nouveaux venus dans de bonnes conditions...


Jacqueline Cimaz


Un premier avis reçu, celui de Michel Cimaz :

"Si vous faites deux groupes, vous retombez dans le scolaire. Là vous bavardez certes, mais ce grand cercle bavard reproduit le déroulement des veillées d’autrefois !"

D’autres avis ?

(JPG)


N.B. Communication par M.Rey de dizaines de dictons en patois sur la période et de leur traduction en Français...





_

Travaux d’automne


(JPG) Nous annoncions :"Rencontre Patois/Occitan, à la recherche des mots, de leurs variantes locales, et de la mémoire des pratiques de travail et conviviales auxquelles ils renvoient.

Paulette Vignal recherche des textes : de ces récitations à thème qu’on apprenait à l’école il y a plus de 60 ans, avec le projet de les traduire en "patois" (plutôt niveau CP-CE)..."


Ce 21 novembre Paulette est venue avec un livre très ancien, [1] niveau CE1 et elle avait traduit un paragraphe d’un texte... Lecture appréciée en français et en "patois".

Et traduction à poursuivre.


M.Rey, un nouveau venu, avait également amené des textes recopiés, en "patois" ou des fables en français à traduire en patois.

Une autre avait un dictionnaire flambant neuf de Joannès Duffaud...

Quant à M. et Mme Chazal, ils avaient préparé l’approche des travaux d’automne, recherches de textes et de chansons... Bref un groupe renforcé et qui avait travaillé pour préparer la séance.

(JPG)


A partir de là, celle-ci a démarré, et cette fois, d’emblée en patois...

Une séance riche, dense et gaie où la plupart se sont exprimés en occitan. Quant à ceux qui ne le parlent pas, il semble qu’ils le comprennent de mieux en mieux.

Par ailleurs, il s’avère tout à fait réjouissant de découvrir que pour certains mots liés à des produits ou pratiques de la vie rurale il existe un vocabulaire plus diversifié et précis qu’en français.

Bref une séance fructueuse et conviviale qui s’est clôturée par un goûter pour lequel plusieurs avaient préparé de délicieux gâteaux. Ceux du commerce sont donc restés dans les sacs...


Rendez-vous a été pris pour le vendredi 23 janvier.

A ce jour, le "thème" de la rencontre n’a pas encore été fixé...





_

[1] date d’édition non précisée, vraisemblablement fin du 19ème ou début du 20ème siècle.

Chastanhas, des retrouvailles dévalant les pentes de l’enfance...


(JPG)

L’annonce :

"mots et pratiques

autour de la châtaigne"...


Et recherches sur les

noms de lieux-dits,

fermes ou

hameaux de Boffres

à la demande de Simone Foray,

historienne...


Ni âtre éclairé, ni châtaignes pour cette rencontre patoisante automnale, mais du vécu qui remonte les gestes d’antan et prend le chemin des veillées où le lien social se tissait et s’entretenait autour du fruit séculaire.

(JPG)


Chacun porte son sac de souvenirs, l’ouvre et l’allège volontiers d’histoires, faisant partager les similitudes de l’existence comme des retrouvailles dévalant les pentes de l’enfance.

Simone Foray, historienne, travaille actuellement sur les hameaux de Boffres, les répertorie et recherche l’origine de leur nom.

Venue avec une liste, elle nous propose d’essayer de retrouver leur racine. La participation des uns et des autres solutionne quelques dénominations, souvent liées au nom du propriétaire ou à sa fonction.

(JPG)


Un exercice très intéressant et qui permet de découvrir des sources étonnantes.

Fatima Mana

NB. Plusieurs personnes, retenues par des obsèques, s’étaient excusées...





_

La vendeima


Reprise des Rencontres "patois", comme convenu, le vendredi 26 septembre à 15h à la Bibliothèque.


Rencontre patoisante ce vendredi à la bibliothèque municipale de Saint Apollinaire de Rias

Pour leur rentrée, les patoisiens de l’association Les Rias, ont pressé le pas afin de retrouver le chemin de leur langue maternelle.

Georges Chazal remplit le panier de ses souvenirs avec des grappes de dictons truculents, de vendanges ardéchoises (thème de la rencontre).

Des lueurs nostalgiques se posent sur les paroles, sorties à l’occasion de cette halte mémorielle. Ce moment, vécu autour d’une saison, décline ses tons et les découpe dans la lumière automnale d’un retrouver d’autrefois.

(JPG)


Dictons, phrases ou mots sont lancés en patois, alors chacun fait le tour de sa mémoire et la traduction jaillit, parfois spontanément comme une seconde peau toujours portée sur le dos.

Les automatismes glissent avec gourmandise leur linguisme enraciné. La prononciation claire ou balbutiante se traduit par des rires et le plaisir d’oraliser.

Entendre une appartenance, la vivre, la redécouvrir, la découvrir procure à ces rencontres le plaisir de partager un temps comme une identité retrouvée.

Fatima Mana





_

Une nouvelle intéressante...


En réponse à notre lettre d’information hébdomadaire, nous avons reçu un message de Solange Ferrier :

(JPG) "Je signale à votre association, avec laquelle je viens de faire connaissance,l’existence de notre chorale occitane de la MJC de Portes lès Valence, nous avons aussi un atelier d’écriture et lecture occitanes.

Nous chanterons à Chabrillan le 21/09 à la fête pour mémoire de leur poète, et nous aurons un spectacle "contes et chants" le 27/09 à la salle cristal de Portes lès Valence, à la mémoire des 100 ans de Portes....

Les anciens portois venaient de l’Ardèche pour s’embaucher au PLM puis à la S.N.C.F. Les drômois avaient aussi leur patois, un peu différent mais si proche !...

Le 27/09 il y aura un conteur occitan qui fera aussi le spectacle : Roger Pasturel bien connu des occitans..."


Nous transmettons par le site ce message à toute personne intéressée. Nous en parlerons lors de notre rencontre du 26 septembre...

Il serait intéressant que certains puissent aller à la manifestation du 27.

Ne conviendrait-il pas également de prendre contact avec Solange Ferrier pour voir si la MJC de Portes peut nous offrir des ressources en ce qui concerne le passage à l’écrit ? Si éventuellement cette chorale peut se déplacer, et dans quelles conditions ?....


La réflexion est ouverte, et les propositions seront bienvenues...





_

Lo cercaire



(JPG) Il y a quelques temps, un courriel succint d’Annie Campaner nous invitait à chercher "lo cercaire" pour naviguer en "patois"...

Une recherche très riche en effet qui montre qu’on retrouve ce même mot dans divers "patois" ou dialectes occitans, comme ici en Périgord...


NB. Pour lever le relatif anonymat de l’information, Annie Campaner a accepté de se laisser photographier lors de "Place aux Livres".


Merci à elle, à tous ceux qui nous transmettent de telles informations, et bonne navigation !

Celle-ci étant, c’est évident, complémentaire de nos rencontres mensuelles aux Baraques (cf ci-dessous dans cette page)





_

Fenaison


Un dossier très intéressant sur la fenaison, trouvé par Marceline Moulin sur wikisource. Qui le traduit en occitan d’ici ?





_

La fèsta de l’estiu



L’annonce :

Dernière rencontre patois/Occitan avant les vacances...

où l’on parlera des Fêtes de l’été, coutumes, blagues et traditions...

-  Apporter ses récits, chansons, renseignements divers...


Ce vendredi 20 juin de 15 à 17h à la Bibliothèque Municipale...


La séance se clôturera avec le traditionnel goûter...


NB. A noter que dans le car pour Ambert et retour, il s’est beaucoup chanté, y compris - un peu - en patois - sous l’impulsion de Paulette Vignal, et avec un très bel apport de Sylvette et Malcolm Williams, que nous espérons avoir un jour, l’occasion d’enregistrer...

Et un rappel : Lous Bouteïrous seront présents aux Baraques le 21 septembre...

(JPG)


Le "compte-rendu" de Fatima Mana :


Sous un soleil enfin estival, plus d’une vingtaine de personnes ont pris l’habitude sous leurs bras pour venir au rendez-vous mensuel patoisant.

Un simple petit tour de vécu et ça y est, voilà le geste ancien sorti des mémoires pour évoquer les étés d’avant - thème de la rencontre.

Une rétrospective fauche à la daille les savoir faire comme s’ils se vivaient là autour de la table recouverte de souvenirs.

Georges moissonne les mots patoisants, Hélène remue avec délectation ceux partis au fil du temps et ressortis pour l’occasion.

Paulette, Marcel et les autres fauchent le ciel de leur enfance, enfilent les images d’hier dans des paroles familières.

Les phrases s’andinent de traces sucrées indélébiles.

Le travail de la langue maternelle glane l’autrefois sous la chaleur estivale.

Un paysage sorti de sa terre paysanne ramasse des histoires où le temps se reposait sur une réalité pas si lointaine.

Puis le goûter dans la petite cour communale réchauffe les apartés, prolonge et s’attarde sur la rencontre.

Avant de partir, un rendez-vous est pris de l’autre côté de l’été pour vendanger la rentrée.


Fatima Mana
-  Photos : Jacqueline Cimaz et Fatima Mana

(JPG)


NB. En fin de séance, quelques informations données par Jacqueline Cimaz suscitent échanges et propositions : ce qui se dit de la position de l’Académie française sur les langues régionales et qui va à l’encontre de ce temps vécu de richesse patrimoniale et linguistique, le "Compendi derisori dau desidèri" de Joan-Luc Sauvaigo (ED.Jorn), ou la belle initiative de poètes niçois bilingues qui comptent dans la poésie contemporaine, la venue de la littérature catalane à Chalencon, le 27 juillet, à l’initiative de Jacques François, une autre langue d’Oc à écouter et qui facilite l’accès au patois écrit, une langue qui revit pleinement après avoir survécu à l’interdiction franquiste, sans oublier, en septembre, la présence des Bouteirous aux Baraques, ces laboureurs d’une mémoire festive où les blagues, à la veillée, émoustillaient l’esprit critique et entretenaient le lien social...

Les propositions retenues montrent la maturation du groupe :
-  une petite publication à partir de ces mots de l’été, de leurs variantes et des pratiques sous-jacentes, [1] qui pourrait être initiée par un interview de Paulette Vignal par Fatima Mana, puis enrichie par tous les participants... (Resterait à résoudre le difficile problème d’une orthographe pertinente...)
-  la demande à faire à Jean-Pascal Dubost, lorsqu’il reviendra pour un week-end d’atelier d’écriture, de consacrer trois heures au groupe, pour l’aider, fort de la démarche de Fondrie et de Terreferme, à envisager un autre type d’écriture, de création, pour fouailler et faire vivre autrement ces mots d’autrefois...



_

[1] L’exploration des champs lexicaux et sémantiques ayant été particulièrement riche et organisée ce jour, conduite par George Chazal, Paulette Vignal, Franck Ranc, Marcel Gounon et les autres...



_

Ouvrage recherché


Courriel reçu :


"Bonjour,

Je suis à la recherche, pour faire un cadeau à un Ardéchois vivant à Bruxelles, d’un dictionnaire d’expressions en patois.

Cela existe-t-il ? Dans ce cas, pourriez-vous me communiquer les coordonnées ?

Avec mes remerciements, recevez mes sincères salutations."



Nous allons communiquer les références que nous avons en matière de dictionnaires.

Cependant si quelqu’un peut proposer un ouvrage plus centré sur les expressions que sur les mots...


Avec nos remerciements...


NB. Répondre par courriel au webmaster. Merci.


Une première réponse, de Sylvette Béraud-Williams :

-  Fernande Maza-Pushpam : Les régionalismes de Mariac, Regard sur le français parlé à Pont-de-Fromentières, Ardèche,

publié par le Centre de dialectologie Université Stendhal, Grenoble 1992.





_

Chantar lo Mai


(JPG) "La prochaine rencontre patois aura lieu à la Bibliothèque Municipale le vendredi 23 mai",

annoncions-nous.

"Le thème évoqué : "lo mes de Maï"...,

"Vequià, vequià lo mes de Maï o lo garçon chanta lo Mai"...

(avec des réserves quant à une orthographe qui diffère d’une source à l’autre )


"Il est souhaitable, disions-nous, que tous ceux qui le peuvent apportent documents et anecdotes..."


Ce qui fut fait ! La documentation tirée d’Internet n’a pas été utilisée tant étaient riches les apports oraux et papier - livres ou photocopies...

Et nous remerciions l’expéditrice de la belle photo qui a servi pour faire l’affiche..." - qui tient toujours à garder l’anonymat...


Merci en tous cas à Mmes et MM. Chazal et Anthouly pour leurs apports, mais aussi à Marcel Gounon, Alfred Juston, Franck Ranc, et les autres, et bien sûr à l’intestigatrice de tout cela, Paulette Vignal... Un régal aux dires de Raymonde Bouix qui n’était pas venue depuis des mois et a beaucoup apprécié cette rencontre...

Et des rires ! Que de rires ! Même si certains disaient "Mais après nous qu’en sera-t-il de cette langue ? Mes enfants la comprennent, mais ne la parlent pas..."


La rencontre a été fructueuse avec 22 participants ...

Un nombre doublé autour du goûter convivial, où de nouveaux participants avaient apporté des gâteaux, et avec les nouveaux venus, ceux qui étaient là pour la présentation du livre de Paulette Vignal. ( Mais certains ont dit qu’en juin, ils reviendraient - pour le patois...) (Prochaine séance le 20 juin, l’estiu...)


(JPG)


L’écrit de Fatima Mana, un texte ému et émouvant :


Revoir patoisant

Les habitués arrivent cahiers et livres d’occitan sous le bras, d’autres viennent retrouver le plaisir d’une langue enfouie sous le temps de l’interdiction.

Certains ont pris soin de remonter dans leur mémoire afin d’y retrouver chants, anecdotes et histoires d’autrefois.

Georges Chazal relate la naissance d’un chant - souvent fabriqué à partir de la vie quotidienne d’un village ou d’un quartier. Celui que Madame Chazal entonne date de 1888 : " Le retour au pays ".

Une histoire d’Empurany, vécue, est évoquée ; les patoisiens attrapent des rires au passage de leurs souvenirs.

Les uns et les autres se rappellent :

La veille du 1er mai, des groupes spontanés se formaient, au bistrot autour d’un verre, ou au petit bonheur d’une rencontre. Le soir venu, les kilomètres parcourus à pied fendaient la campagne de sa jeunesse. Il fallait s’accrocher à la table avec le « clinton » ou la gnôle servis.

Le lendemain matin, des surprises accrochées au hasard de l’ivresse découvraient l’imagination en vadrouille. Là, la brouette du cantonnier se retrouvait miraculeusement sur un arbre, ailleurs c’était une cheminée que l’on avait bouchée.


(JPG)


Le mois de mai c’était aussi le travail pénible des « tartuffles » ( pomme de terre) à planter.


Les présents vécurent un grand moment avec « la braille du trapu » de Paulette.

Pour clore l’atelier, un chant "Veiquià lo genti mèis de mai" fit le tour de la grande table.

Anonné, traduit, épelé collégialement... Les habitués de la langue eurent raison de son harmonie.

 [1]





_

[1] note

Peisson d’abrial




(JPG)

La rencontre prévue autour du "patois", langue maternelle de certains ou de leurs parents et grands-parents, du 18 avril à 15h, a eu lieu à la Bibliothèque, aux Baraques.


Pourtant des problèmes de santé, le mauvais temps et les vacances des petits-enfants, avaient conduit certains à s’excuser de ne pouvoir être présents, avec beaucoup de regrets.


Néanmoins, une quinzaine de personnes étaient là, défiant le temps pluvieux et venteux pour venir à la rencontre de la langue maternelle.

Lisette et Roland arrivent des Ollières et se mêlent avec simplicité et gentillesse à la bonne humeur.


Le thème de cette rencontre - le poisson d’avril et ses traditions, dictons, blagues et histoires - fait remonter allègrement le courant des souvenirs.

Textes lus et traduits partagent l’espace avec des chants patoisants.

Un tour de table évoque aussi le 1er mai et les mais, et fait la ronde aux histoires liées à cette coutume bien spécifique de notre région.

(JPG)


Echanges de textes, de références, recherches sur les titres les plus pertinents de livres ou dictionnaires à proposer à l’achat ont associé le sérieux à une grande bonne humeur.

Quant à Marcel Gounon et Paulette Vignal, il se sont surpassés, les néophites ayant du mal à suivre, alors que certaines se régalaient.

Huguette Plantier a dit son émotion alors qu’elle a été bilingue jusqu’à son entrée à l’école...


La prochaine rencontre aura lieu le vendredi 23 mai à 15 H à la bibliothèque municipale et devrait porter essentiellement sur les mais..

(JPG)

Comme d’habitude maintenant les mots seront un moyen d’évoquer et préciser des pratiques qui, avec ces mots, constituent notre patrimoine, et de les faire revivre...

De l’avis général, une rencontre enrichissante pour tous, patoisants ou non, un partage émouvant et convivial... suivi par le tradtionnel goûter...



Fatima Mana et Jacqueline Cimaz

NB. Nous vous renvoyons aussi aux émissions du jeudi fin d’après-midi, de RDB, avec Gégé et Jojo... Une richesse à faire vivre...

Par ailleurs, il est difficile à l’équipe, prise par la bibliothèque, de les suivre le jeudi soir. Si quelqu’un pouvait nous les enregistrer....

Avec nos remerciements.





_

Patois et Printemps des Poètes


A cette grande occasion du Printemps des Poètes 2008, un beau texte en patois, d’actualité puisque voici le Printemps, "lo Cocut", extrait du recueil "Poésies Occitan" de Marie Norcen -1984- aimablement prêté à cette occasion par Gégé et Jojo de RDB...

(JPG)





_

Patois ? Occitan bien sûr !


Vingt quatre personnes venues à l’atelier patoisant, du jamais vu !

(JPG)


Ce vendredi 22 février de 15h à 17h, la bibliothèque municipale recevait sa nouvelle activité patoisante. Trois générations confondues, venues du plateau ou d’ailleurs, des nouveaux aux anciens, tous se présentèrent les uns après les autres attablés à la bonne humeur. Les « sio brolhaa » ou « sio brolhat »+ (lieu de naissance) localisèrent l’origine accompagnés d’une curiosité bon enfant.


Des chants autour du thème de « mar gras » propagèrent joyeusement leur mélodie dans l’atmosphère. Germaine et Georges Chazal et les autres, sortirent des mémoires les histoires d’autrefois qui firent bondir les rires, éclaboussant la petite salle communale. Germaine Chazal interpréta une belle chanson, "lo Carnava", trouvée et travaillée d’un Carnaval de la région de Perpignan...

(JPG)


En effet, peu de pratiques locales relatives au Mardi Gras... Des différences suivant les lieux peut-être liées aussi à des différences de culture religieuse...


Mais les mots parlés ou chantés, en rapport ou non avec le Mar Gras, retrouvèrent avec plaisir la langue maternelle. Une petite vengeance vis-à-vis de l’interdit d’alors s’arrêtait surprise de sa liberté retrouvée en sortie de bouche.

(JPG) Et quel silence quand Georges Chazal entonna "las braias", texte à afficher en version originale et comme "Eloge du pantalon" pour le Printemps des Poètes...

La fin de l’atelier vit son goûter traditionnel préparé par les "pâtissières Riassoises" - Nicole, Geneviève et Paulette, et accompagné par quelques boissons apportées par d’autres...


Fatima Mana et Jacqueline Cimaz


NB. Le prochain rendez vous a été fixé au vendredi 18 avril à 15h, avec deux consignes :

* rechercher et amener des histoires de poisson d’avril - ("peisson d’abril"), d’autrefois ou d’aujourd’hui - une tradition bien ancrée ici, ce poisson d’avril...

* il y a quelques décennies on chantait les mai - "chantar lo Mai" : rechercher aussi et apporter des souvenirs, des photos, des chansons, liées à cette pratique encore vivante... Une façon aussi peut-être de les revoir ou apprendre ensemble... pour quelque manifestation de mai ? ...

-  Germaine et Georges Chazal avaient apporté un CD de chansons collectées et interprétées par Germaine Chazal pour faire écouter deux chansons sélectionnées - un CD d’une richesse inouïe. De très beaux chants, un patrimoine inestimable...

-   Alice Jarjat a montré un livre de Charles Galtier, "l’erbo de la routo", bilingue provençal/français, dédicacé, imprimé en 1953 (poèmes à écouter de cet auteur...),

-  Jacqueline Cimaz a fait écouter quelques enregistrements trouvés sur Internet - (liens à partir du site des Rias)... D’autres personnes avaient recherché dans leurs têtes, textes et souvenirs à communiquer. Une mise en commun riche et conviviale...

(JPG)


-  Par ailleurs nous avons appris que deux nouvelles habituées du groupe viennent d’acheter des dictionnaires occitan/français, (alors qu’une autre utilise ceux de l’Internet )... d’ici ou d’ailleurs

PS. Pour écouter RDB, et notamment l’émission en "patois" du jeudi, de "Gégé" et "Jojo", références utiles : longueur d’onde RDB, 104.6 Lamastre), 90 (Arlebosc), 91 (Les Ollières, Portes), 101.3 (Chalencon...), 88.3, et pour toute la planète RDB.fm.com


NB. Si le nombre de participants augmentait encore -ce que nous souhaitons et qui serait bon signe pour la vie de cette langue - une autre organisation serait mise en place, dans une salle plus grande, avec alternance de temps collectifs et de temps en groupe, et, éventuellement, utilisation d’un écran et vidéo-projecteur...





_

"Anem festar Mar Gras"




(JPG) Rencontre conviviale le vendredi 22 février de 15 à 17h à la Bibliothèque Municipale de Saint-Apollinaire...

Rencontre autour du patois et des coutumes : fêtait-on ou non Carnaval ? Si oui, comment ? Où ?

Les mots des fêtes, la musique des mots et quelques textes à découvrir...

Et les simples échanges en patois ou même en fançais,

sur la vie d’autrefois,

un retour fort et émouvant,

toujours, sur ce patrimoine local...


(JPG)

Sans oublier la

joie des retrouvailles, et le goûter partagé...




Quelques sites rencontrés autour des recherches :

http://www.marraire.com/Textes/Texte16.php

http://www.marraire.com/Textes/Texte18.php

http://www.marraire.com/Chants/Chants5.php

http://www.freinet.org/cvc/classes/cpf/article.php3 ?id_article=160

http://www.recits-occitan.com/occitan.html





_

Chalende, patrimoine et émotion


(JPG) Un petit air d’autrefois s’était invité

à l’après-midi patoisante,

organisée par les Rias

ce vendredi 21 décembre

afin de fêter comme il se doit

« Chalende ».


Anciens ou nostalgiques du patois

apportèrent le plaisir des retrouvailles,

disposés à passer un bon moment autour de lui.


Les présents goullaillèrent de plaisir

la langue maternelle,

sucrant les souvenirs au rythme du hier des uns et des autres.


Les mots bondissaient, généreux, évoquant l’anecdote ou la tradition.


(JPG) Parfois,

l’émotion

se retenait au temps disparu.


La présence de

Mme et M.Chazal,

par ailleurs bien connus

pour leur travail à R.D.B.,

fut très appréciée.


(JPG) Attachés à la langue comme beaucoup de ceux d’ici...

Avec truculence, nostalgie ou tendresse,

leurs paroles chaleureuses

traversèrent les couleurs de la mémoire partagée,

la déliant tout doucement.


Fatima Mana


NB. Les Rias avaient fait quelques provisions, certaines avaient confectionné des gâteaux ou autres gourmandises, dont des bugnes...

Un goûter apprécié...

Et un après-midi qui a eu un tel écho que plusieurs personnes nous ont déjà fait savoir qu’elles se joindraient à nous pour la prochaine rencontre, en février !





_

La chalende !



(JPG) Elle a été fêtée comme il se doit

ce 21 décembre

à 15h

à la Bibliothèque

par l’activité patoisante des Rias.


COMPTE-RENDU ET IMAGES CI-DESSUS.


L’annonce :

" Impliquant largement le local - chacun veut le patois d’ici , ce jour là nous recevrons dans le cadre de l’atelier patois deux invités surprise...

Les présents partageront avec beaucoup de plaisir une langue dont des générations se souviennent...

Une belle revanche face à l’interdiction d’autrefois de pratiquer cette langue - sa langue maternelle.

L’atelier comme chaque fois se terminera par un petit goûter. _

Fatima Mana

Apporter tous documents utiles, photos des gens et objets d’autrefois - des recettes aussi, des chants - et puis des idées et projets..."


PB. Nous recherchons une personne susceptible de nous aider à écrire le "patois" (si possible orthographes locale et classique)...

PS. Présence de la Chalende sur Internet : nous avons sélectionné quelques sites :

-  http://www.myrdhin.com/fetes/decembre/12nuits/

-  http://litterature01.chez-alice.fr/NoelsBressans/Noels-bressans.html

-  http://www.ecomusee-savoie.com/index.php ?option=com_content&task=view&id=38&Itemid=131

-  http://asso.univ-lyon2.fr/ara/IMAGES/Lettres/ARA47.pdf

-  http://www.zictrad.free.fr/Provence/Cours/Analyses/cambo/analyse-cambo.htm

-  http://aetas.alloforum.com/sujet-9104-3156-1.html

-  http://henrysuter.ch/glossaires/patoisC0.html

-  http://www.geneanet.org/onomastique/index.php3 ?nom=Noel



_

Reprise du Patois et projets...



Réunion pour la reprise du patois ce vendredi 16 novembre à la bibliothèque municipale.




Plusieurs propositions sont offertes à la discussion, patoisée dans la bonne humeur autour de la table.


-  Orienter vers le parler local, une demande très forte...

Pratiquer un patois d’ici, entre nous ; avec des gens qui le maîtrisent parfaitement à l’oral comme Paulette. Et enregistrer pour conserver ce patrimoine linguistique et culturel - (enregistrement vidéo, caméra fixe)

-  Travailler la langue à chaque séance autour d’un thème annoncé à l’avance pour que chacun puisse y réfléchir, amener éventuellement des documents...

-  Se servir des moyens à notre disposition : émission RDB (demande d’un enregistrement effectuée)...

-  Discuter puis enregistrer et passer à l’écrit (besoin d’une personne compétente en ce domaine)

-  orienter et élaborer ce travail de la langue et de la mémoire par la préparation d’un film à réaliser avec le concours de Virginie Martinez.


(JPG) L’émission hebdomadaire de "Gégé et Jojo" sur RDB le jeudi soir, entièrement patoisante, est très populaire. ( Nous devrions avoir rapidement l’enregistrement de l’une d’elle.)

Ce support peut être utilisé lors de l’atelier suivant, pour écoute, discussion, apports...

Il est proposé d’inviter Gégé et Jojo le 8 décembre s’ils sont disponibles pour animer une partie du second temps de l’après midi finalisant le 7/7/7.


L’invitation peut être renouvelée pour l’atelier du 21 décembre, 14h30 à la Bibliothèque, où le groupe propose de :

-  fêter la Chalende (avec recettes et produits apportés par chacun),

-  en impliquant largement le local.

Les cartons d’invitation préciseront bien qu’il s’agira de patois (entre gens do paï), c’est-à-dire du patois d’ici.


Par ailleurs, il est proposé que le livre de recettes autour de la châtaigne qui doit être publié, soit bilingue.

Si l’idée est retenue, les ateliers suivants consacreront un temps à la traduction orale mais aussi écrite, de ces recettes.


D’autres supports afin de mieux appréhender la langue sont proposés : mettre au point, enregistrer puis écrire, jouer et filmer des sketchs patoisants.

Deux idées de scénario déjà disponibles : - l’équipée vers RDB dans la neige, - M...ou.

Ils seraient présentés lors d’une après-midi festive au premier ou deuxième trimestre 2008.






Beaucoup d’idées donc, de projets, une grosse implication des participants ...

Rien n’est fermé et toutes idées et propositions seront bienvenues...

Par ailleurs si Louise Ferrer pouvait être disponible, il semble tout à fait possible d’articuler ce programme et ses cours, fort appréciés et complémentaires...





_

Dernière séance de l’année scolaire...


Mais nous rappelons la venue des Bousteïros le 21 juillet...

(JPG) Pour cette dernière séance, travail sur des comptines - "cinc sous la vacha" ..., recensement de celles d’ici, puis lecture et traduction d’un fragment de légende "la bestia qu’avia set testas", bien sûr en repérant là aussi les variantes...

L’interdiction scolaire de la pratique du patois a aussi été rappelée par les nouveaux venus, avec ses conséquences, l’apprentissage du français bien sûr, mais aussi l’appauvrissement culturel entraîné par la perte de la langue maternelle...

Un goûter partagé a clos la séance, avec un rappel de "Siem de la clasa" puisque Marcelline avait amené le bouquet de la classe 1966 à Désaignes et une photo des classards...

Et Marcel Gounon confirmait l’apport de M. de Saint-Jean :

Siem de la clasa,

d’aquel que pasa

nou n’en foutem pas mau

dau metier

siem de la clasa.

(JPG)


" Les conscrits -c’est-à-dire les garçons qui avaient 20 ans- passaient le conseil de révision avant d’aller faire leur service militaire.

Et, selon la formule consacrée,"bon pour le service, bon pour les filles" !

Avant leur départ pour la caserne et leur régiment,ils allaient dans les rues du village sonnant du clairon, jouant du tambour et drapeau en tête porter un bouquet aux filles de la commune nées la même année. C’étaient leurs conscrites ou classardes. Elles leur offraient à boire et à manger.

Dans mon village, cette tradition s’est terminée en 1973 avec les classes 73 et 74 réunies.

Une classe correspond à 20 ans."

Marceline Moulin


_

Siem de la classa...



(JPG) Lecture d’un texte et traduction,

précision du vocabulaire, du sens de mots-outils, des temps... d’expressions ou mots particulièrement savoureux

"le vespre, a la bruna, apres la farandola..."

Un travail très sérieux, enrichi par le récit et la confrontation des pratiques - pour ceux qui les ont connues...

L’ouverture offerte par cette période pour ceux qui n’avaient jamais quitté le pays... sa la valeur initiatique, aussi ...

Et même, une interprétation dans la joie de la chanson "Siem de la clasa"...

_

Un travail régulier

(JPG)

En cette fin novembre, une séance riche et dense, permettant -toujours à partir d’un texte- une confrontation instructive des mots et tournures, des coutumes, des pratiques d’approche de cette langue...






En ce qui concerne la venue de Marc Nouailles, il a paru dommage de le recevoir dans une salle exiguë et décision a été prise de différer pour un meilleur accueil.





En conséquence, la prochaine séance de « patois » aura lieu le vendredi 8 décembre (et non le samedi 9) de 14h30 à 16h30.






,



















_

Reprise des ateliers pour 2006-2007

(JPG)

Le premier atelier a eu lieu le samedi 30 septembre.




Après le travail

-  lecture,

-  traduction,

-  discussion,

-  sans compter les repérages sur la carte affichée,

quelques rires et bavardages

puis un goûter partagé...









_

Des rencontres mensuelles

Atelier avec Louise Ferrer, membre de l’Institut d’Etudes Occitanes de l’Ardèche et de "Parlarem".


(JPG)

Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --