Mairie
Communauté de communes

- Communication
- Loisirs & culture
- Autres intercommunalités
- CIAS
- Droits et Démarches
- Etat civil
- PNR des monts d’Ardèche
- Réalisations et projets
- 2.1.Sommaire
- Autres services
- Contact
- Echanges
- Elections, archives
- Elus & réunions
- Histoire Patrimoine
- La commune
- Manifestations
- Numérique
- SIVOM
- SMEOV
- Vie municipale 2001-2013

 

 

Plan du Site

Communauté de communes du Pays de Vernoux.


Compte-rendu de la réunion de la Commission Culture du 26/11/2015

Présents : Marie Jo Reynaud, Nathalie De Souza, Marion Durand, Michel Cimaz, Philippe Gibaud, Gérard Goulley, Gérard Nony, Robert Combe & Jean-Luc Gerhardt, chargé de mission pour le développement culturel. Excusée : Arlette Allard qui donne procuration à Nathalie De Souza. Jeannine Chave quant à elle, préfère quitter la commission en s’excusant, son emploi du temps ne lui permet pas d’y participer. Absents depuis plus d’un an et jamais excusés : Thierry Boulon Non excusés : Delarbre Michel, Grève Gilbert, Roche Jérôme, Roche Jacques-Henri, Marion Brunel

Ordre du jour :
-  Désignation d’un(e) secrétaire de séance
-  Approbation du PC de la précédente commission culture
-  Convention d’éducation aux arts et à la culture, état d’avancement des projets artistiques sur notre territoire en cours
-  Convention triennale avec le Département
-  Demande de mise à disposition de l’espace culturel Louis Nodon hors temps de programmation CCPV
-  Préfiguration nouvelle saison culturelle et avenir de notre politique culturelle
-  Questions diverses

Petit rappel des courriels adressés à tous les membres élus en amont de la commission : Quel avenir pour une politique publique de la culture sur notre territoire ?
1.
Nous sommes entrés dans un âge de l’art et de la culture qui redistribue entièrement le travail du regard et des autres sens du fait de pratiques de l’art. Il nous engage à nous déprendre des assignations liées à cette place du spectateur et à la série des oppositions qui la fonde : visible-invisible (les choses humaines seraient des apparences à traverser pour découvrir la vérité) ; ignorance-vérité (le spectateur serait assigné à une ignorance que les arts corrigeraient) ; individu-collectif (le corps des spectateurs passerait pour une métonymie du corps politique). br> Extrait de L’art du spectateur par Christian RUBY.
Dans le cadre de notre : CONVENTION DE DEVELOPPEMENT DE L’EDUCATION AUX ARTS ET A LA CULTURE (TOUT AU LONG DE LA VIE), Signée avec le Ministère de la Culture et de la Communication en décembre 2014 et prochainement avec le Conseil Départemental de l’Ardèche : Identifiés sur des critères objectifs, notre EPCI constitue un territoire prioritaire pour une intervention concertée de tous les acteurs publics en faveur du développement de l’éducation aux arts et à la culture.

2.
La Communauté de Communes du Pays de Vernoux pilote un ambitieux programme avec des interventions multiples autour de 4 grands axes :

Petit Rappel des projets en cours :

-  Volet numérique : avec Virginie Pringuet et son Atlas Museum...(Nous en reparlerons prochainement), domaine des Arts plastiques en partenariat avec l’Association Les Rias de St Apollinaire
-  Volet Spectacle Vivant avec la compagnie FOLIOLES en résidence itinérante auprès de tous les publics sur le territoire (scolaire, extra-scolaire, périscolaire, personnes âgées, population locale, associations, bibliothèques....)
-  Volet écriture avec le CNL : Résidence d’un écrivain sur 3 mois par année, Jean-Pascal Dubost
-  Volet Musique actuelle avec Laurent Montagne, Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros

Ces actions sont directement reliées à l’exemplarité de notre politique culturelle, avec un équipement professionnel reconnu et une programmation culturelle et artistique éclectique et singulière à destination du plus grand nombre avec vecteur de développement économique, social et culturel.
La culture est une affaire sérieuse, elle est chez elle partout, elle respire librement, elle est vivante et ne cesse de se réinventer. Des expériences inédites ont été lancées avec résidences d’artistes et coproduction... une programmation toujours soucieuse de corriger les inégalités, aspirant à intégrer le public, à l’investir autrement...
C’est parce qu’il y a une réelle dimension culturelle dans une politique publique, que malgré les budgets bridés, les réformes territoriales, les évolutions mêmes de nos temps modernes ou la crise se généralise qu’une mobilisation politique est plus que jamais nécessaire.

3.
Début de séance vers 20h40. Le 26 novembre 2015, la Commission culture s’est réunie au siège de la Communauté de Communes à Vernoux en Vivarais à la Salle des Associations sous la Présidence de Monsieur Michel Cimaz, Vice-Président de la Communauté de Commune du Pays de Vernoux en charge de la Culture.
Désignation d’un(e) secrétaire de Séance : Gérard Nony se porte volontaire. Le compte-rendu de la précédente commission est adopté à l’unanimité sans remarques modificatives.

Introduction de Michel CIMAZ :

Michel informe les membres présents du contexte particulier de cette réunion du fait des décisions arrêtées suite à la commission finance de Novembre, il ressort que la saison à venir sera constituée de 8 spectacles sur la base de 1000€ par spectacle sans frais annexes.
L’ordre du jour sera en conséquence modifié par rapport à la situation exceptionnelle.
Le contrat de Jean-Luc Gerhardt ne sera pas renouvelé fin 2015, il est remercié simplement et radicalement malgré son investissement depuis plusieurs années pour porter la culture de la COMCOM à un très bon niveau d’exigence avec une mise en place de réseaux structurants et professionnels.
Un élément important reste à prendre en compte, les licences d’entrepreneur de spectacles étant liées à Jean-Luc : seuls six spectacles seront possibles cette saison.
Enfin un contrat aidé sera mis en place peut être pour pallier le départ de Jean-Luc et pour gérer la convention nous liant avec les services de l’Etat. Une partie du montant de la convention servant à soutenir les masses salariales ne pourra être retenue pour un emploi aidé déjà financé par l’Etat, ce qui impactera de 10000€ la subvention de la DRAC.

Michel informe que ce n’est pas sa conception d’une politique culturelle et annonce donc son départ de la commission. Il rappelle le travail d’excellence porté par Jean-Luc pour le rayonnement de VERNOUX et ne peut que désapprouver cette décision couperet.

La parole est donnée à Goulley Gérard.
Gérard rappelle en citoyen amoureux de la culture que la qualité des spectacles permettait de remplir la salle Nodon, et qui plus est on ne peut pas traiter le budget culture comme on traite un budget assainissement ; la culture est un barrage à ’obscurantisme, d’où son importance, elle crée du lien social et favorise l’ouverture d’esprit, elle cultive la différence, stimule l’intelligence, l’acceptation de l’autre et initie l’art du vivre ensemble.

4.
Gérard rappelle la tenue de la commission finances où il était difficile d’échanger sur le budget pour la recherche de solutions durables et d’un consensus afin de maintenir et pérenniser une politique culturelle digne de l’investissement dédié à la communion artistique.
Gérard rappelle également que dans un domaine autre (piscine) une proposition d’augmenter les tarifs avait été refusée puisque nous étions au niveau de la vallée (impossible donc de diminuer le déficit).
Marie-Jo lance "pourquoi pas fermer la piscine puisqu’elle est en déficit vu qu’on abaisse la qualité de la culture pour cette même raison, pourquoi n’en va-t-il pas de même pour les autres thématiques qui se trouvent dans la même situation déficitaire".
Gérard Nony s’exprime en donnant ses réserves sur les dérives actuelles constatées :
-  échanges indignes lors du dernier conseil communautaire, véritable procès d’intention, la culture dézinguée brutalement, sans état d’âme. A qui le tour ?? Nous avons de grandes chances de repasser à des spectacles de divertissement au lieu d’un panel de qualité proposé par Jean-Luc ; c’est désastreux, ce n’est pas aimer la culture que de la ramener à sa plus simple expression : un passe-temps pour les longues soirées d’hiver.
Gérard Goulley rappelle que le budget culture est un budget partiel du budget général et par conséquent qu’on se doit d’étudier tout ce qui peut permettre de compenser le déficit du budget culture plutôt que d’en arriver à ces méthodes drastiques. Il rappelle aux nouveaux élus que la salle Louis Nodon a coûté 750 000€, elle a été requalifiée en espace culturel pour accueillir et promouvoir du spectacle vivant et de qualité contrairement à une politique de replis prônée par la présidente de la ComCom et des élus hermétiques à toutes formes d’art et non pas pour en faire une simple salle des fêtes (il faudra rembourser l’emprunt et ça ne sera pas évident avec la politique prônée par la Présidente de la ComCom). Gérard rappelle également les propos tenus concernant le rôle de la commission culture qui reste maitre de son destin selon elle (en effet si un spectacle est proposé à 1500€ le suivant devra être à 500€ ce qui est impossible à tenir ; ça relève de la plaisanterie triste).1000€ par spectacle en moyenne, même pour les petites envolées qui ne respectent pas ce critère.
Concernant le personnel, Valérian est maintenu, Jérôme Fourquin reste vacataire alors qu’une embauche en emploi aidé aurait permis d’économiser de l’argent et combler une part du déficit sauf s’il n’y a plus de très bons spectacles. Gérard rappelle que sous l’ancienne mandature de la ComCom, un consensus était toujours recherché ce qui n’est plus le cas actuellement ; il précise à ce sujet que le choix de rénover la salle Nodon reposait sur deux principes : permettre d’avoir une salle pour développer la culture sur le territoire du pays de Vernoux mais pas seulement, permettre de rayonner au-delà ce qui a été atteint puisque Vernoux était repéré loin de ses frontières.

5. Le deuxième principe était de permettre aux associations de disposer d’un outil remarquable pour leurs manifestations festives ; une convention de mise à disposition de cette salle a d’ailleurs été validée par les élus et préparée par la commission culture ; de plus cela contribuait aussi à conforter le nombre de spectateurs pour écran village dans le principe d’une valeur ajoutée autorisant les projets mixtes (cinéma et spectacle culturel sur le thème du film) avec un très gros succès. Le développement de la culture est une volonté exprimée par les élus de la ComCom à son origine ; les propositions de Jean-Luc ont été validées après étude et diagnostic, puis restitution publique, la ComCom a 5 ans et cela fait trois ans que Jean-Luc participe au challenge et défi qui était de développer en milieu rural une culture de qualité tournée vers la diversité et parvenir à stabiliser la fréquentation. Ce challenge a été atteint après la prise en compte de la compétence culture en février 2013. A ce propos Jean-Luc rappelle les efforts consentis avec l’acceptation d’une diminution de salaire pour diminuer les frais au profit d’actions artistiques et culturelles.
Il faut bien comprendre qu’il y avait des élus particulièrement motivés qui ont sous la présidence éclairée de Mr Chastagnaret appuyé cette démarche volontariste du conseil communautaire ; hélas cela n’est plus le cas et seule est retenue la perspective d’élus n’ayant peu, voire pas d’intérêt pour cette démarche.
Jean -Luc rappelle que l’alerte avait été donnée en juin 2015 et qu’il s’agissait de réduire les dépenses entre septembre et décembre 2015, ce qui a été respecté au niveau de la fréquence des spectacles et des contrats de cession.
Compte tenu de ce qui vient d’être dit la décision était bien prise avant et arbitrairement.
La commission finances de mardi devait régler les problèmes de la Culture et donc de Jean-Luc ; le couperet est tombé. Gérard Goulley considère qu’on n’a pas été honnête avec lui.
Michel CIMAZ considère que le sort de Jean-Luc avait été décidé bien avant, à preuve les dires de proches de la Présidente entendus il n’y a pas longtemps, Gérard confirme que le 18/11/2015 il a été informé indirectement du départ de Jean-Luc quelque soit le temps imparti (c’est donc bien un problème de personne).
Nathalie demande à Jean-Luc s’il avait réfléchi à des pistes ou possibilités de financement complémentaires, Jean-Luc répond en rappelant qu’il n’y avait aucune subvention en 2014 exceptée la subvention du PNR, et qu’il a obtenu 25000€ fin 2014 et 25000€ fin 2015 via la DRAC après candidature de notre EPCI, preuve faite de recherche de financement, s’il existe d’autres pistes possibles, ce n’est plus à lui de s’en occuper uniquement.
L’argument de la présidente est purement financier (ceci étant, elle a refusé de baisser les indemnités des élus comme proposé par certains) à plusieurs reprises ; qui plus est.

6. Jean-Luc rappelle le travail considérable à faire pour le job qu’il occupait (+ de 50 heures par semaine) ; il faudra trouver quelqu’un pour assumer tant le suivi, l’ingénierie et la coordination des projets inscrits dans le cadre de la convention, qu’une éventuelle programmation de saison culturelle au-delà de l’unique diffusion de spectacles.
De plus l’action économique de la Culture va forcément baisser alors que la culture selon tous les bons économistes est partie prenante de la croissance, ce n’est pas forcément le chemin suivi. Jean-Luc rappelle également que nombres d’élus ont validé les règles du jeu, avec un projet artistique et culturel certes ambitieux mais complémentaire aux structures existantes sur le territoire, un certain nombre avait une même vision du rôle de la culture à la fois social et économique à long terme.
Jean-Luc est interrogé sur l’entretien avec la Présidente ; il confirme la non reconduction de son contrat sans aucune proposition ou autre perspective ; il lui est reproché de ne pas avoir tenu ses engagements ; déficit constaté de 5000€ argument peu crédible de fait voir ci-dessus, la subvention PNR n’est pas reconduite en sus. Jean-Luc avait toujours accepté la précarité de son poste mais il pense cependant que c’est au moment où les fruits de son travail paient qu’on le remercie. Il n’a pas de rancœur mais ressent de l’inachevé, tous les engagements de 2016 étaient calés (spectacles, scolaires, ADMR, résidences de création, etc.), il y a donc un travail exigeant réalisé.

Il nous souhaite à tous bon courage, il rappelle que derrière la convention avec l’Etat il y a des contrats d’objectifs. ATTENTION ! L’obtention de la totalité du financement est liée au respect de l’intégralité des clauses de la convention.
Il en faudra à tous ceux qui resteront, du courage ; Michel Gérard G. et Gérard N. quittent la commission totalement désabusés (Gérard avait remarqué ces temps dernier l’absence d’élus pourtant relativement fidèles ????) ; bizarre, bizarre pour le moins.
Jean-Luc précise que tous ses dossiers pour 2016 seront sur son bureau, en ordre, il restera à faire le travail en qualité de bon professionnel et cela jusqu’à la fin de son contrat moins les RTT et congés payés. Départ vendredi 18 décembre 2015 à midi. Avant de nous quitter Jean-Luc nous rappelle le chemin parcouru. Il remercie les élus qui se sont investis toujours dévoués pour bénévolement aider à chaque spectacle, et surtout d’avoir eu le courage de viser haut en croyant en lui et en prenant des risques partagés pour affirmer une politique culturelle singulière, permettant de mettre en place cette culture reconnue à tel point que la DRAC nous a soutenus. Il confirme que la collectivité du pays de Vernoux est la plus petite où il a mené un tel investissement, il est heureux du rayonnement de notre ECPI, plus petite ECPI de France à avoir reçu un label d’Etat.

7. La commission culture est convaincue de l’excellence du travail accompli et autorise Jean-Luc à informer les personnes contactées et l’ensemble du réseau (professionnels du spectacle vivant, Institutions publics et privées, associations, collectivités, population...) dans le cadre de la saison 2016, de la non reconduction de son poste.

Ainsi s’achève cette morne soirée vers 23h55.





_

Déploiement de la fibre optique chez l’habitant


Extrait de l’intervention de Michel CIMAZ au conseil communautaire :

« Le déploiement de la fibre optique chez l’habitant est comparable à l’arrivée de l’électricité chez l’habitant au siècle dernier... Comment jugerait-on l’attitude d’un élu qui se serait opposé à l’arrivée de l’électricité ?

Quand on parle aménagement durable d’un territoire, La fibre optique est un outil indispensable. Quelques exemples :

-  Nous allons construire une maison de santé ; comment ne pas évoquer la télémédecine ?

-  Nous envisageons d’installer dans la friche industrielle de Rhodacoop un co-working (tiers lieu) où les possibilités de la fibre optique sont quasi illimitées.
Quels services, quelles activités pouvons nous installer dans ce milieu rural aux problèmes de mobilité importants sans cet outil de communication puissant qu’est la fibre optique ?
Bien sur cela à un coût, mais dans l’avenir, le coût financier, humain, serait bien plus important sans cet outil.

Ne passons pas à côté de l’histoire, dotons nous de cet aménagement »

Appel entendu... à l’unanimité

Comptes-rendus de réunions du conseil communautaire


-  Réunion du 10 juillet 2014,
-  Réunion du 29 juillet 2014

Conseil communautaire du 10/07/14
Conseil communautaire du 29/07/14

Schéma intercommunal d’aménagement et de gestion de l’espace (SIAGE)

Un document très important concernant l’état des lieux et l’avenir de la communauté de communes du Pays de Vernoux... A lire





Michel Cimaz


_

Exécutif de la communauté de communes 2014

Il a été renouvelé suite aux dernières élections municipales.

Ont été élus :

-  Présidente : Martine Finiels..... 10 voix

Michel Cimaz ayant obtenu 9 voix

et 1 bulletin ayant été blanc

-  Vices-présidents :

Ont été élus :

-  Christian Allibert
-  Jean Bos
-  Gilbert Bouvier
-   Alain Chapon
-  Michel Cimaz
-  Michel Moulin





_

Fête de l’eau

Un travail conséquent de la commune organisé par Nicole Chaudier, conseillère municipale déléguée à Eyrieux-Clair.


(JPG)


A Saint-Apollinaire, exposition de livres prêtés par la BDP et de brochures papier tirées de "Calaméos" - livtrs numériques réalisés en 2009 et 2010 dans le cadre de la Bibliothèque/EPN, comme le beau montage vidéo de Marie des Ponts sur les ponts de la Dunière, de sa source au confluent, le Petit ru des prés de Geneviève Greco, "l’eau à Boffres" de Simone Foray et de nombreuses autres personnes...

Tout cela est consultable sur écran en EPN aux Baraques et sera présenté en tirage papier par Nicole Chaudier à Vernoux. Avec le regret de ne pouvoir montrer tout ce travail en faisant tourner les pages sur écran, faute de connection Internet.


(JPG)


En salle communale aux Baraques seront aussi présentés "Les papillons verts", le tryptique de Sébastien Camboulive où vous voyez couler la Dunière et pouvez voux poser des questions non seulement sur le devenir du rural dans le cadre de l’urbanisation planétaire mais aussi sur les rapports vivant/artificiel à l’heure des ondes cérébrales, prothèses intelligentes et Internet des objets.

Visites accompagnées aux heures de bibliothèque (mardi 16-19h30 et vendredi 17h30-20h) ou sur rendez-vous, pour des raisons de sécurité de l’oeuvre dans l’attente de la pose des protections pour lesquelles la livraison du matériel est toujours attendue et aussi pour des raisons d’information. Par ailleurs la salle est momentanément aménagée en fonction de la restitution de la résidence de Christian Bontzolakis, sous forme de spectacle théâtral [1] incluant des projections vidéo, ce samedi 25 à 16h.

Dans tous les cas et de tous côtés, avec des angles d’approche différents, une part de réflexion, prospective et citoyenne, sur le numérique et sur le territoire...

Jacqueline Cimaz

_

[1] gratuit, photos sans flash et vidéos autorisées



_

Conseil communautaire à St-Apo

Le Conseil communautaire s’est réuni pour la 1ère fois à Saint-Apollinaire le 29 novembre dans la salle construite à cet effet (mais largement utilisée par la population).

Michel Cimaz





_

L’inauguration de la salle Louis Nodon, ce 24 novembre 2012

La salle Louis Nodon est un projet de la Communauté de communes du Pays de Vernoux.

Une réalisation qui était bien nécessaire, ne serait-ce que pour Ecran Village. D’ailleurs en ce domaine, passage au numérique obligeait...

Un beau travail de l’architecte, Christian Chèze, de l’équipe de suivi et des entreprises qui y ont travaillé... Un résultat tout à fait intéressant.


(JPG)

La belle métamorphose d’un bâtiment ancien... Photo Jean-Luc Gerhardt
 [1]


(JPG)

Réussite dehors/dedans pour cette inauguration ! Photos et montage Jacqueline Cimaz...


Après une matinée consacrée aux visites officielles et interventions diverses, à laquelle étaient invités les présidents d’association, visite de la ressourcerie et lunch.

Puis les élus de la communauté de communes faisaient visiter la salle à un nombreux public tout venant, accueilli par la Compagnie petit Grain.


(JPG)

La présentation officielle au public. Photo transmise par Jean-Luc Gerhardt.



Après le discours du président de la Communauté de communes, une nouvelle projection de courts-métrages, par Ecran Village.


(JPG)

Court-métrage choisi et projeté le matin par Ecran Village photo Jean-Luc Gerhardt


Danse de vernousaines de l’Ecole départementale de danse.


(JPG)

Photos, montage Jacqueline Cimaz



Puis la chorale Aldente de Saint-Michel de Chabrillanoux.

Un gros succès populaire pour ces chants italiens liés à la vie rurale.



Chorale Aldente de Saint-Michel de Chabrillanoux par f100001045203142

Vidéo de Jacqueline Cimaz transmise par Ophélia Escriu



Chorale Aldente de Saint-Michel-de-Chabrillanoux... par f100001045203142

Vidéo de Jacqueline Cimaz transmise par Ophélia Escriu



Jazz ensuite avec Duo Joak et Trrio M’Bisha.

Une très belle voix, un chant expressioniste. Fort.


Puis slam de qualité avec "Spoken word" et Julien Delmaire



MVI_0045 Slam par f100001045203142

Vidéo de Michel Cimaz transmise par Ophélia Escriu


Ensuite un grand moment : le pliage automatique des sièges, empilés en mur, pour laisser libre l’espace central.


(JPG)

Photos Michel Cimaz, montage Jacqueline Cimaz



Le public, bien accueilli, s’est ensuite régalé avec I Reste des Pâtes, Variété Rurale Alternative Contemporaine. Des musiciens bien connus ici et un beau dynamisme.



I Reste des Pâtes, Variété Rurale Alternative... par f100001045203142

Vidéo de Jacqueline Cimaz transmise par Ophélia Escriu




I Reste des Pâtes ! Bien sûr. Toujours ce 24... par f100001045203142

Vidéo de Jacqueline Cimaz transmise par Ophélia Escriu



MP3 - 964 ko
Un final plébiscité par la salle pour " I Reste des Pâtes"

"Bella Ciao" par "I Reste des Pâtes". Conversion sonore d’une vidéo pas terrible du tout. De la Recup quoi ! par Jacqueline Cimaz. Activer la flèche Retour pour retrouver le fil de l’article...






Ensuite nous avons dû partir, pris par d’autres obligations et n’avons pu assister au Free Beans, Blues Trans-agricole, ni à Fritz Kartofel, avec deux anciens membres du groupe Raoul Petite et trois du groupe Kashmir, concert Blues, Rock déjanté, Rock d’Opérette, "fusion des genres musicaux" précise Jean-Luc Gerhardt, orchestrateur d’une journée très riche quant à la conception et la mise en oeuvre de la médiation culturelle...

Un regret temporaire, celui de n’avoir ni photos ni vidéos de ce que nous avions manqué... Mais de belles photos communiquées par Jean-Luc Gerhardt.et le Collectif KYNTET formé de Jean Luc Jam, Marc Kozdeba, Pierre Courtial, Pierre Tauleigne et Samuel Graux.


(JPG)

Photos Jean-Luc Gerhardt et son équipe. Montage Jacqueline Cimaz



(JPG)

Une photo de Jacqueline Cimaz



Un additif aussi, quant à la belle sculpture de Jean Patrice Rozand installée, hors programmation de Jean-Luc Gerhardt, à l’extérieur, devant la salle. Une oeuvre dont plusieurs personnes et, notamment, de jeunes adultes, nous ont dit qu’"il serait bien qu’elle reste là". Une belle bouffée d’air artistique contemporain en ce lieu dont il est à espérer que les élèves de l’école proche et leurs parents aient pu en profiter... Un prêt obtenu par Olivier Chastagnaret, et une information du Bureau de la Comcom. [2]




Quelques remarques ou questions prospectives à l’issue de cette belle journée qui incite à la réflexion.



Un bel outil certes. Quels usages va-t-il s’en faire ? Quelles niches d’utilisation ? Comment la population du territoire va-t-elle s’en emparer ?

Comment pourra-t-elle être utilisée par et pour des démarches d’investigations artistiques émanant de divers lieux du territoire afin de faire partager et fructifier ce formidable moyen de connaissance que constitue la recherche - la création - artistique ? Connaissance dont on sait qu’elle précède souvent la mise en mots d’un problème et sa constitution en objet de recherche scientifique... Une mise en relation d’indices, des liaisons de contiguïté et non causales, de la sérendipité... Ce qui a été souvent interprété, a posteriori, comme un côté "prémonitoire" de l’art [3]...

Comment y induire l’émergence de niches d’utilisation qui soient le creuset d’échanges inédits, de réflexions partagées, mutuellement avantageuses pour tous - notamment avec la médiation d’artistes en résidence et celles de contenus de qualité accessibles sur le Net ?

Ce non pas en chapeautant tout ce qui se fait sur le territoire mais en étant un des noeuds des réseaux nourris par ce territoire et l’irriguant, avec bien sûr, ses spécificités...

La salle Louis Nodon constitue une chance pour le Pays de Vernoux, grâce, déjà et essentiellement, à la qualité du travail qu’y fait Ecran Village, depuis des années et des années, travail qui s’étend de manière diversifiée sur le territoire et va ainsi pouvoir se poursuivre d’un côté, dans de bien meilleures conditions, de l’autre, avec de vraisemblables pertes au niveau du travail de proximité - ce en raison du coût et des exigences du passage au numérique dans les conditions actuelles.

Cette salle constitue aussi un lieu de diffusion culturelle, notamment théâtrale, et, Jean-Luc Gerhardt vient de le montrer, un lieu d’échanges avec des groupes musicaux engagés dans un travail local de création et/ou diffusion de qualité...


Une orientation intéressante car elle ouvre la voie d’une articulation évolutive entre culture descendante- à la Malraux - apporter au peuple des spectacles de qualité [4]... et culture ascendante - type écomusée, valorisant les savoir-faire locaux.

Une articulation sur laquelle nous travaillons sur ce territoire depuis 2003 et à laquelle le numérique a ouvert des champs nouveaux avec
-  les notions de «  réseaux »,
-  de maillage du territoire, d’articulation local/réseaux,
-  de "patrimonialisation" (cf initiatives dans l’espace Villes Internet de Saint-Apollinaire-de-Rias, sur le site communal, les blogs... ),
-  la création par la population et le plus souvent sous forme de modestes publications numériques, du « Réel augmenté du trajet du Parcours d’Art ».

Un "réel augmenté" par ces brochures comme petits noeuds d’un réseau local, puis constitué en espace-charnière à n dimensions, fonctionnant à double ou multiples sens entre réseaux sociaux divers et local (cf site)...

La grande question va donc être celle de la place et du fonctionnement de ce nœud important que peut constituer la salle Louis Nodon dans ces réseaux complexes et denses aux multiples noeuds, régions et niveaux. Des relations à orientations divergentes ou convergentes développant la création sociale, culturelle et artistique et son appropriation, et dépendant d’elle, avec la grande question des identités que pose le numérique

-  de l’herbier brandi par Paulette Vignal, lors d’un workshop avec Pierre Ménard - en réponse au passage de Google Street aux Baraques, au travail d’Aitken sur la Camargue ou à celui de Gréaud (bientôt en ligne) avec sa caméra thermique, en passant par la danse de chacun avec son avatar devant la kinect... Et bientôt, après « l’Ardèche" de Camboulive, « Les papillons verts » - de l’interrogation de l’identité de l’Ardèchois de ce plateau à celle de ses paysages - façonnés par un travail séculaire...


Des bouleversements dans les relations local/planète et une réalité du virtuel qui nécessitent réflexion, prospective, échanges et formations. Avec les points d’appui que constituent les EPN [5] en la matière, le travail dans les CCM [6] impulsé par le SIVU des Inforoutes de l’Ardèche, CCM invités par CORAIA en Rhône Alpes à ouvrir leurs portes pour exposition et échanges à des artistes utilisant et questionnant le numérique...

L’urgente nécessité d’irriguer le numérique par l’artistique... D’ailleurs Villes-Internet ne propose-t-elle cette année, pour la remise des Labels à Metz, une journée de réflexion et visites dans le nouveau Centre d’Art Contemporain, Centre Pompidou, de cette ville ?

Jacqueline Cimaz


NB. Nous avons encore beaucoup de photos et vidéos... Les nôtres, de celles transmises par Jean-Luc Gérhardt... Les vôtres ? Réalisation(s) collective(s) d’un ou plusieurs album(s) numérique(s) avec Ecritures Numériques textuelles, sonores, iconiques, vidéographiques ? L’EPN de Saint-Apollinaire-de-Rias, Label Net Public, est à la disposition de ceux qui le souhaitent. Prestations gratuites. Prendre rendez-vous au 0475844725... ou sur place aux heures d’ouverture (mardi 16/19h30, jeudi 17h30/20h et assez souvent, le week-end). Téléphone qui devrait fonctionner normalement après réenménagement de la bibliothèque : 0475580357)



_

[1] Un regret personnel -et pas seulement- pour le beau projet avec containers/loges de Christian Chèze, qui n’avait pu être retenu...

[2] Et un sculpteur sur lequel nous avons souhaité en savoir un peu plus. Une vidéo sur le Net qui montre l’aboutissement d’un travail artistique de mémoire, interrogeant le temps, plastique et monumental... Une démarche qui, bien sûr, nous parle et devrait parler à tous dans la mesure où elle montre un travail de création et son dialogue avec la matière... Quand une fois de plus le numérique augmente de réel ! Un travail à rapprocher en outre du "Fondrie" de Jean-Pascal Dubost (Cheyne Editeur).



J.P. Rozand (sculpteur) en résidence à Montceau... par montceaunews

Exporté de Daily Motion.

[3] (cf l’expressionisme allemand qui est apparu ensuite comme ayant annoncé la guerre et les camps d’extermination... En fait la traduction picturale d’un mal être social et d’inquiétants dysfonctionnements qui ont fait ultérieurement le lit du nazisme...

[4] cf les créations théâtrales liées à la Fête de la Science, les Petites Envolées

[5] Espaces Publics Numériques

[6] Centres communaux multimedias



_

Un final plébiscité par la salle pour " I Reste des Pâtes"

Full contact au gymnase intercommunal


Un gala d’une bonne tenue organsié par le club de boxe d’Alboussière...


(JPG)
Photos Michel Cimaz. Arrangements J.Cimaz





_

Communauté de communes du Pays de Vernoux


La Communauté de communes du pays de Vernoux est née dans la précipitation et une certaine confusion.

Ont été élus :

-  O.Chastagnaret, Président,
-  C.Alibert, Vice-Président,
-  J-P. Anchisi, Vice-Président,
-  M.Cimaz, Vice-Président,
-  A.Cimetière, Vice-Président,
-  F.Ducros, Vice-Président,
-  R.Peyrouse, Vice-Président,





_

Naissance d’une communauté de communes


(JPG)



_

Communauté de communes du pays de Vernoux. Un arrêté historique !


La communauté de communes du pays de Vernoux verra le jour le 01/01/10.

(JPG)
(JPG)
Un document historique


Le Préfet de l’Ardèche a pris en compte les demandes des communes de St-Julien-le-Roux, Châteauneuf-de-Vernoux et St-Apollinaire-de-Rias pour arrêter le périmètre de cette communauté de communes qui comprendra 7 communes :

-  St-Julien-le-Roux,
-  Châteauneuf-de-Vernoux,
-  St-Apollinaire-de-Rias,
-  Silhac,
-  Gilhac-et-Bruzac,
-  St-Jean-Chambre
-  et Vernoux

Michel Cimaz





_


Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --