Les Rias
L’association

- Contact
- Publications numériques
- Collecte ethnologique
- Ecriture
- Arts plastiques
- Arts visuels
- 5.0. Accueil Rias
- 5.1. Présentation
- Son, jeu, théâtre
- Manifestations diverses
- Communication
- Adhésion
- Annonces passées archivées
- Appels à projets
- Archives Parlarem
- Archives presentation
- Archives Publications
- Archives Rias
- Arles
- Art & numérique ?
- Collecte historique
- Design
- Ecritures visuelles et sonores
- Faune, flore, sentier de découverte
- Médiation
- Musique
- Parlarem
- Partenariats
- Participations citoyennes
- Projets
- Projets citoyens
- Publications papier
- Réseau Arts Plastiques
- Sciences
- Sentier d’art
- Services culturels numériques ?
- Vie quotidienne

 

 

Plan du Site

Comme une homonymie ?

Les Rias sont une association créée à Saint-Apollinaire-de-Rias en Ardèche et déclarée en sous-préfecture de Tournon en octobre 2003 , comme association culturelle et d’éducation populaire (JO du 18/10/2003), association qui sera ensuite reconnue d’utilité publique...

Dans le cadre d’activités culturelles multiples et diverses, nous avons travaillé essentiellement dans les domaines des arts visuels et plastiques (art contemporain) - et de l’écriture - notamment, mais non exclusivement, littéraire - poétique, théâtrale, narrative, et aussi scientifique... Et, bien sûr, nous avons fait usage des écritures numériques diverses (outils et/ou vecteurs de multiples apports et, maintenant, d’autant plus objets d’interrogations philosophiques qu’elle échappent à la maîtrise, à la compréhension et au contrôle des usagers... (cf la fameuse disruption - le récent livre de Bernard Stiegler- ou comment le numérique peut aujourd’hui rendre fou...)

Nous abordons aussi les sciences, notamment à partir de la réflexion sur les bouleversements climatiques en cours, les migrations environnementales qui en découlent, et la philosophie, les arts et les sciences donc - de la terre ou humaines - la poésie et les écritures sonores [Ah Hugo Ball !)(1)... Gherasim Luca Nous avons évoqué le travail théâtral -notamment avec Christian Bontzolakis, dans le cadre toujours d’un projet culturel - éducatif et cognitif.

Cela étant, nous n’avons jamais organisé de festivals de théâtre de rue ! Nous n’en avons pas eu les moyens ou l’opportunité ni, surtout, les conditions ! Lors d’une récente démarche on nous a pourtant identifiés comme tels alors que notre domaine essentiel est celui des arts plastiques et visuels, des écritures et lectures diverses. Toutes références en entête de notre petit journal que chacun peut lire en en tournant les pages sur son écran...

D’où un voyage numérique en Bretagne pour trouver une association presque homonyme, plus jeune que nous (cf notre déclaration en 2003), "Les rias, festival des arts de la rue », (2) créée il y a une huitaine d’années en Bretagne, et dédiée, elle, exclusivement aux arts de la rue et au théâtre... comme l’a confirmé la dame de Quimperlé consultée il y a quelques jours par téléphone. Un travail qui n’est pas une petite affaire - à la fois par le public concerné et par le soutien à la création que représente le festival...

Une origine commune du nom : « les Rias », ces estuaires de rivières que remonte la mer, comme le bel, violent et célèbre ria d’Etel. Du toujours actuel en Bretagne !

En Ardèche beaucoup de villages, hameaux, lieux-dits, appelés "Les Rias". Le sens est apparemment le même, mais nous renvoie à ces ères lointaines où la mer montait jusqu’à Lyon et aussi aussi au Bois du Four à quelques kilomètres de notre village comme en attestent ces restes de coquillages qui, par endroit, jonchent le sol - et le le label Géopark, balise du classement récent du lieu au patrimoine géologique de l’UNESCO...


(JPG)
(Baie d’Etel fin août 2016, photo J.Cimaz)


Donc des parentés géographiques à quelques ères près, mais des identités associatives à différencier clairement (3) même si les deux s’inscrivent dans le domaine de l’appropriation et de la création culturelles :

Donc nos amis bretons et "Les Rias festival de rue" :


(JPG)

En cherchant sur le Net "Les Rias Quimperlé"



Nous-mêmes Association " Les Rias" ? Cf montage réalisé à partir de l’image de la déclaration de l’association publiée au JO du 18/10/2003, en même temps, pour l’Ardèche que celle d’une association de Borée.


(JPG)

L’association Les Rias, l’ardéchoise, est adhérente à la F.O.L. de l’Ardèche, et donc à la Ligue de l’Enseignement.



NB. Rias » ou « abers » ces estuaires que remonte toujours la marée en Bretagne (cf la baie d’Etel et le bateau échoué photographié au bout de son jardin par notre ami Patrick Maury -poète d’Obsidiane et sculpteur...). Un bateau présent en notre blog "Ecritures numériques" depuis 5 ans et 4 jours (26/12/2011)

Rias d’aujourd’hui, alors que les nôtres relèvent d’une ère lointaine, quand la mer montait jusqu’à Lyon. Un nom d’origine galicienne ? Portugaise ? Origine ici du mot "Rias" ? Très utilisé par les géographes du 19ème siècle. Mais il était usité en fin du 18ème siècle puisque pendant la révolution Saint-Apollinaire-de-Rias est devenu "Riaspoll".

Origines toujours recherchées donc...

D’ailleurs le Bois du Four, à Vernoux, a été classé au patrimoine géologique de l’Unesco, avec ses fossiles à fleur de terre observés par les membres de l’Association Les Rias, lors de la mise en place du projet d’oeuvre de Tallagrand, "En attendant la mer", de plus tête de réseau numérique de notre "Parcours d’art" (des fossiles photographiés et soigneusement remis en place)... Bientôt l’approche avec des paléontologues et géologues des paysages de notre parcours d’art, de ses ruisseaux et lieux-dits «  Rias », nombreux par ici... Et qui ne connait à une vingtaine de kilomètres d’ici les fossiles de la montagne de Crussol, visibles aussi au musée de Soyons ?

Confusion troublante quand l’anthropocène risque d’inonder ou de revitaliser en nouvelle ère tous ces Rias. Gênante ? Non ! Amusante ? Inquiétante ? Plutôt quand on pense aux menaces climatiques et qu’on a rencontré en septembre, au sud de La Rochelle, la population d’Aytré, des Boucholeurs, de Rochefort ou La Rochelle non remise de la tempête Xynthia et de ses morts !

Dans quel monde vivront nos petits enfants ?

De COP en COP, on reste loin du but et des urgences...


Rias d’Ardèche, Rias du Finistère ! Prise de conscience et volonté d’agir dont témoigne de part et d’autre l’importance donnée au culturel. Pourquoi ne prévoir de rencontres et d’échanges ? Du moins d’une correspondance ?


(JPG)


Aller, quand on peut, en fin août, voir ce festival ? Inviter ses acteurs (au sens large) à venir faire notre parcours d’art, classé il y a deux ans au patrimoine européen de l’art contemporain du 21ème siècle ... "Sentier d’art" devenant à ce jour, "Echappée" du projet "Ligne de partage des eaux" du PNR des Monts d’Ardèche - Avec un beau travail en cours de Sébastien Camboulive.

Du mutuellement enrichissant...

L’impression aussi lors de rencontres d’août, qu’on était moins anxieux en Bretagne que plus au sud sur la Côte atlantique, (où nous sommes allés en septembre)... Une habitude de se battre contre la mort en mer, plus importante en Bretagne ? Un certain fatalisme devant des dangers devenus familiers ? Cf ce poème de Victor Hugo sur lequel Paulette Vignal nous a fait travailler il y a quelques années pour le Printemps des poètes... Cf les berceuses bretonnes chantées par ces dentellières veuves en rues de La Rochelle, de La Flotte-en-Ré ou de Saint-Martin-de-Ré vis-à-vis des phénomènes climatiques paroxystiques que sur la côte charentaise

A suivre ?

J.Cimaz


1. Cf Poezibao cf aussi la sonothèque du Centre international de la poésie de Marseille -CNPI Hugho Bal certes, mais aussi Gherasim Luca, Ma Descheng, Michèle Metaillet...

2. alors que notre site est www.lesrias.fr

3. où nous sommes allés en septembre, deux autres membres des Rias et habitants de Saint-Apollinaire-de-Rias y étant allés l’année précédente)... Une habitude de se battre contre la mort en mer plus importante en Bretagne ? Cf ce poème de Victor Hugo sur lequel Paulette Vignal nous a fait travailler il y a quelques années... Cf les berceuses bretonnes chantées par ces dentellières veuves en rues de La Rochelle, de La Flotte-en-Ré ou de Saint-Martin-de-Ré... Cf aussi ce jeune voisin rochelais, noyé à douze ans avec son père lors du naufrage de leur petit chalutier, un jour de tempête au large de La Pallice. La pêche est meilleure dit-on quand menace la tempête... A ne pas manquer ! Au péril des vies et du travail d’une maman qui vendait les sardines sous Le Palais (une des rues importantes de la ville) "A la belle sans-sel là mesdames..."



_

Assemblée générale 2016 des Rias, le rapport d’activité

à voix multiples (13/02/2016)

L’Assemblée générale 2016 a lieu aux Baraques le 13 février.
Ouverture de l’AG à 14h30 :
1.Emargement des présents et mandataires sur la liste électorale. 2.Approbation du compte-rendu de l’AG 2015 Vote

3.Introduction ou rapport moral et d’activités
3.1. Etat de l’association : L’année 2015 est en fait à cheval sur l’année 2014-2015 et l’année 2015-2016 puisque nous travaillons par année scolaire... Les gens adhèrent à tout moment de l’année... Les effectifs (entre 200&250) se maintiennent par rapport à l’année passée avec des départs mais aussi, plus nombreuses, des adhésions et réadhésions, notamment d’artistes et auteurs, souvent étayées par une référence au texte de Lorca sur le théâtre inclus dans les vœux des Rias - texte sur le théâtre mais qui pourrait aussi s’appliquer aux arts visuels, à la poésie, à l’écriture, en un mot, à la culture en général et plus généralement au travail artistique, littéraire et scientifique de l’association.

Au niveau de l’organisation, le pôle « trésorerie » fonctionne bien, avec Geneviève Greco et son cahier, Viviane Bouquet, son ordinateur et sa clé USB. Jean-Marie Mengin, toujours présent, pour le parcours d’art et randonnée, les activités culturelles, et, surtout, omniprésent par son apport en tant qu’auteur écrivant et publiant essentiellement, mais non exclusivement, en blog. Une écriture qui évolue et s’enrichit sans cesse. Nicole Bertholon, secrétaire adjointe, assume, en dépit d’actuels problèmes de santé, le maximum possible de tâches du secrétariat, en attendant qu’on retrouve une ou un secrétaire ; de plus, elle écrit aussi et publie numérique/papier sous Calaméo.

Marceline Moulin s’occupe du groupe patois et du groupe "parcours d’art - notamment quant au balisage, avec Régine Froment, Robert Taconet et, bien sûr, Jean-Marie Mengin, un groupe Parcours d’art et randonnée.

Plus ponctuellement, lorsqu’elle est ici - Isabelle Beuffre s’implique efficacement dans les fêtes ou autres manifestations publiques, comme Alain Fluchaire ainsi qu’Eliane Baud, bibliothécaire chevronnée, pilier du groupe « Patois » avec son époux, et membre actif des Rias, Michel Cimaz et Jacqueline Cimaz, responsable de l’EPN, membre de l’équipe de bibliothèque et présidente de l’association Les Rias, association gestionnaire de la Bibliothèque et de l’EPN par délégation de service public.
Association, bibliothèque et EPN travaillent en étroite coopération, notamment par la mise à profit des résidences d’artistes (association) pour des activités de type à la fois associatif et médiathèque (activités d’écriture et artistiques)
Ce que concrétisent l’activité éditoriale et les diverses publications dont l’association est nécessairement éditrice, la bibliothèque et l’EPN ne pouvant être éditeurs ni vendre ou acheter (jusqu’à ce jour gestion associative, d’où en cas de rattachement à une communauté de communes, la nécessité de passer par celle-ci pour tout achat ou vente ?)

L’écriture et les publications sont donc au point de rencontre de ces divers services - bibliothèque, EPN, développement culturel et éducation populaire.
Plus de 1000 personnes, sont concernées par l’écriture et ses diverses formes et supports, de 2 à... ans

A noter également la présence fréquente de Bernard Calvet qui en attente de publication, relit, corrige et recorrige son texte et son passé, avec attention à la moindre virgule - ou travailler sans cesse la mémoire, entre dicible et indicible, par écriture et réécriture entrecoupées par phases de décantation - comme un pro.

Une solution pour les images de Nanette Fert, alias Mme Maurice : dans l’impossibilité d’identifier toutes les personnes qui sont sur ses photos, publication imminente des planches en blog - blog qui sera ouvert aux relectures de tous. Après un temps d’attente, il sera publié sous forme de livret numérique imprimable et, si possible avec couverture pour le texte.

Un article de Joan Casals sur le blog « Réchauffement climatique » : son vécu d’un phénomène paroxystique : la terrible tempête qui fit deux morts et beaucoup de dégâts à Saint-Paulet-de-Caisson en juillet 2014.

Et la demande de Jacques Fort pour étayer la publication d’écrits de son père (demande de renseignements sur Bousqueynaud il y a près - ou plus- d’un siècle). Un de ces travaux de mémoire à verser au patrimoine de ce plateau, si cher à Paulette Vignal, sa cousine par alliance.

Il y a aussi un beau texte Fatima Mana écrit à partir d’une photo d’autrefois communiquée par Paulette et de quelques consignes d’ateliers d’écriture. Une publication qui prend du retard car Fatima souhaite que son texte soit accompagné par un travail de l’image et de dispersion ludique des textes et images sur le site, qui, lui, nous demandera beaucoup de temps. Mais ça va venir en février/mars ou avril...

D’autres publications sont en attente : le travail collectif effectué lors de l’exposition Stéphanie Lehu, un montage sonore difficile, comme à moindre degré, celui de passages significatifs d’interviews de Jean-Marie Mengin, Geneviève, Marie-Claude, Christophe..., à compléter d’ailleurs par une approche de l’écriture, plus récente et toujours en cours, des très riches carnets de voyage.

Autre A noter également, la participation d’Eliane Baud, bibliothécaire, à de multiples activités culturelles autour du livre et de l’écriture, dans les murs et hors les murs, aux visites d’expositions et vernissages...

Et celui de Geneviève Greco qui suit les publications.

La parole à Geneviève.

Le 9 décembre, Tatum Fasbender est venue nous présenter son livre « Les enfants de Dédoum ».
Sans aucun doute les lecteurs éprouveront de la curiosité et un certain plaisir à se plonger dans le 15ème siècle avant Jésus Christ - en Egypte ancienne surtout. Le public était très attentionné. L’amour que Tétum éprouve pour les chevaux l’a inspirée pour écrire « Une étoile sur le Chanfrein » (non encore présenté). Ces deux livres sont disponibles à la Bibliothèque. Avec la dernière parution de Nicole Bertholon(1), sur nos habitudes, nos comportements dans certaines situations, un bon moment à passer pour le lecteur.
Je peux dire : UN REGAL !

Le livre de Bernard Calvet devrait paraître avant l’été 2016.

Nous développerons en parlant de l’EPN le chapitre des publications numériques, notamment celles de Jean-Marie Mengin - des relations et récits de GR, puis de tronçons de GR parcourus dans la proximité, à l’explosion des carnets de voyage - une écriture composite et complexe, tressant textuel, iconique - images, codes et mises en page - innovante, et d’une grande richesse.

Nous aborderons aussi dans ce cadre la notion de « monde virtuel » qui n’est pas spécifique au numérique (cf « Les enfants de Dédum ») mais concerne la recherche et la création en tous domaines (cf le très récent travail d’un trio l’équipe de la Bibliothèque (Eliane Baud, Jacqueline Cimaz, Geneviève Greco" (un début) - après lecture ou re-lecture de « Apothicaria » de Valérie Rouzeau (wigwam)où, différemment, l’écriture suit, accueille ou traque en labyrinthe de pages discontinues, la déambulation mentale ; cf aussi divers autres blogs, notamment "Ecritures numériques" 1 & 2)... et la très belle, intéressante et longue page du carnet de Jean-Marie s’appropriant la Nouvelle Zélande)

Parcours d’art/parcours de randonnée/ confrontation en mises en mots, images & pages/déambulation mentale... Parcours ! Parcours ?

A été évoqué le gros travail concernant le parcours d’art, la parole au groupe pour faire le point sur ce qui a été effectué et reste à faire.

La parole à Jean-Marie, Régine et Marceline

Le tracé se précise et entre, nous l’espérons, dans sa phase finale. Le Carrefour des Résistances n’est plus le départ du parcours d’art. Le départ depuis le Ponton - œuvre de Didier Tallagrand - en a modifié le tracé. Nous avons dé-balisé la traversée du Village par le bas, et balisé la partie entre le Ponton et le Village.

A partir de la source de la Dunière, le tracé emprunte le PR, puis le GRP du Plateau de Vernoux à partir de la Maisonneuve jusqu’à 100 m avant Chazallet. Des poteaux / panneaux flèches ont été plantés aux carrefours. La partie entre Chazallet et la Pierre Plantée est balisée et rejoint, à partir de là, le tracé initial. L’accès au Carrefour des Résistances se parcourt en un aller-retour.

A partir de Dounon, il existe une possibilité de rejoindre les Baraques et son EPN puis, par Jurus, de retrouver le parcours d’origine au Champ du Riou. Cette variante est en cours d’aménagement.

Le topoguide est en cours de réécriture avec les modifications. Il sera prêt, nous l’espérons, pour le printemps."

En effet, la clôture du projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia - volet 2 » et le versement des 6000€ votés par la Région pour ce projet arrivant à son terme, exigeaient la résolution du problème de la mise au point d’un réseau numérique disponible à tous et de l’implantation de la tête de réseau numérique en point de départ du Parcours - en un lieu où passe la téléphonie portable, ce qui n’était pas le cas du Carrefour des Résistances. La création d’une 7ème étape aux Baraques était aussi indispensable vu le nombre et l’importance des œuvres qui y sont exposées et la notoriété des artistes concernés. (On ne peut cacher ce qui résulte de l’utilisation de deniers publics et de contrats avec les collectivités publiques.)

A noter la toujours très riche et diverse implication de Paulette Vignal, du printemps des poètes à la Fête de l’Internet en passant par le patois mensuel...

Patois/occitan d’ici. La parole à Marceline

Le dernier vendredi de chaque mois, sauf été, nous nous retrouvons pour un après-midi où chacun apporte et raconte son vécu dans le parler de nos anciens. Nous apprécions la présence de Gégé et Jojo de RDB et les dictons de Michel Rey. Paulette nous a quittés, le rideau est tiré et banc du marronnier inoccupé. Nous nous souviendrons de ses anecdotes, de ses connaissances, de sa mémoire et de ses chansons d’école qu’elle nous chantait sans faiblir. Merci Paulette poour ces moments chaleureux.

Ce jusqu’à cette fin août 2015. La culture, la mémoire, les connaissances, la perspicacité de Paulette nous manquent. Elle aussi avait encore une publication en attente, une publication à faire avec l’accord de sa famille.

La parole de Paulette, mise en forme sur blog "Biens communs" en attendant le printemps et la publication spécifique.

Paulette - sa perspicacité, son humour, sa culture et son humanisme nous manquent.

Le Festif : la parole à Michel Cimaz MANIFESTATIONS FESTIVES
LE LOTO 2015
Malgré un temps printanier qui n’incitait pas à rester à l’intérieur, les habitués étaient bien au rendez vous habituel dans la bonne humeur ambiante. Des dépenses maîtrisées ont permis de faire un bénéfice appréciable.

CONCOURS DE PETANQUE DU 15 AOUT
24 doublettes se sont disputées la coupe et les primes, même une petite averse n’a pas entamé la rage de vaincre jusqu’au bord de la nuit.
Seul point gris pour ces manifestations : le peu de bénévoles pour l’organisation, la mise en place.

PROJECTIONS DU 11 NOVEMBRE
Claudie et Dédé Roche ont fait partager leurs souvenirs de voyage à un public attentif. De belles photos pour une agréable balade dans divers pays d’Europe.
Un goûter où la châtaigne était omniprésente a clôturé la fin d’après midi.

La coordination et le suivi des projets artistiques et culturels, impliquant de nombreuses participations extérieures - réunions, expositions, colloques, vernissages et un lourd suivi financier quant à l’élaboration des demandes de subvention, puis de l’engagement des dépenses et rémunérations, la planification des activités, l’élaboration théorique et pratique des demandes, les contacts avec les autorités de tutelle et les artistes, l’organisation des résidences, puis la confection des dossiers pour demande de versement des soldes, a essentiellement était assurée par Jacqueline Cimaz, avec participation active de Geneviève Greco, Jean-Marie Mengin, Nicole Bertholon, D.Talagrand, Michel Cimaz... A noter, les exigences se renforçant quant au nécessaire niveau de qualification et à ses mises à jour continues, y compris au niveau de la législation, la recherche d’un temps très partiel de chargé de mission qui, à ce jour, n’a pu aboutir, d’autant qu’il faut un bon niveau de qualification et familiarisation avec les institutions concernées et une législation qui évolue souvent.

A noter, depuis peu, une significative ré-implication - ré-adhésion ou implication dans les activités, de membres des Rias, qui semble liée aux contenus des projets, notamment à une meilleure lisibilité des engagements associatifs, à la fois dans les contenus culturels et la valeur même de la culture, mais aussi en ce qui concerne les valeurs citoyennes de l’engagement associatif en tant que tel, composante indispensable de toute vie démocratique, sociale et économique.

L’adhésion des Rias à cinq associations ou structures - Angle Art Contemporain, FOL, Office du Tourisme, OTSC, RDB, a été renouvelée. De plus, nous sommes maintenant sur le portail régional des structures d’art contemporain, sur le portail national, patrimoine du XXième siècle. Un maillage mutuellement enrichissant, même si nous ne sommes pas assez disponibles pour participer comme nous le souhaiterions aux diverses manifestations proposées...

Si de nombreux membres des Rias sont, à titre individuel, adhérents de l’Embarq Café, les évènements récents alliant condamnation du terrorisme international et condamnation du racisme et des situations qui l’alimentent, partage de valeurs sociétales, ont créé de nouvelles passerelles... Sur proposition de Christian Giroux, l’adhésion de l’association en tant que telle aux "Amis du Mézenc", proposition votée à l’unanimité en 2015 n’a pu aboutir - non conforme aux statuts d’une association très localisée et aux activités très différentes des nôtres. Ce qui n’empêche d’éventuels liens inter-associatifs, toujours enrichissants...

3.2. Bilan des activités 2015 : Bien que le projet « Mémoires de clandestinités » ait été clos au 31/12/2014, les interventions prévues mais plusieurs fois reportées, de Jacques Walter et Brigitte Fleury ont pu avoir lieu, très riches. Pablo Garcia, que nous espérons voir pour une clôture de projet à officialiser, nous a amené sa « boîte »/restitution. Rien à voir avec l’exposition à Angle faite suite à la résidence ici. Mais un outil mobile, clos, dense et dur, quand en cette étrange armoire on accède à une lancinante ouverture fermée sur Bergen-Belsen où ne vivent que des sons de tirs, à des photos de femmes tondues agenouillées devant les spectateurs - souvent résistants de dernière heure et convoqués d’office... et, bien sûr à des textures de camouflage et à ce carré de soie blanche, comme de parachute, imprimé de la cartographie d’un accès secret à une cache individuelle.

Aucun autre projet n’était proposé pour 2015, le temps étant nécessaire pour une bonne clôture des projets en cours et pour organiser leur exploitation ultérieure.

Par contre une suite sous forme de projet pouvant ultérieurement concerner la coopération décentralisée avec le Sénégal n’a pu être réalisée, le contact noué après 3 mois de démarches incessantes, ayant abouti à un accord oral jamais confirmé par courriel, et l’interlocutrice n’étant plus joignable... En espérant qu’il ne soit rien arrivé de grave...

A souligner la richesse du travail effectué avec Villes-Internet, même si, cette année, après la lourde implication de l’année précédente dans le concours photos de Villes Internet et ses scandaleux avatars locaux, il a été nécessaire de souffler - d’autant que la clôture du Parcours d’art demandait beaucoup de temps, que nous avons eu à faire face là aussi à des actes de vandalisme, et qu’enfin, l’impossibilité de fait de monter le projet prévu avec le Sénégal, nous gênait.etc...

Une évaluation en dents de scie du local, donc qui nous a conduits à ne pas participer au label. En espérant pouvoir y participer l’an prochain.

Côté positif, à noter l’explosion du travail en blog et la fulgurante évolution de cette écriture de Jean-Marie Mengin. Du beau, riche et sérieux « Camino francès », GR maîtrisé, contenu, exposé tout l’été - au Salon du Livre de Chalencon où il a inspiré Yvette Noilly, et Manon, puis en grande salle des Baraques (1000 à plus de 2000 ou 2500 visiteurs en tout). Blogs à l’écriture luxuriante des carnets de voyage actuellement publiés. Où l’image n’illustre pas le texte, mais devient flux d’une écriture icônique croisant celui du textuel en mise en scène orchestrée, puissante et signifiante. Cf cette page où texte et planche d’images se heurtent, comme vague & ressac pour dire l’étrangeté de la vie de ces bouillonnantes boues volcaniques de Nouvelle Zélande qu’il faut endiguer sous pilotis des maisons... Quand les autochtones creusent de petits puis dans le sable de la plage, se bousculant pour s’y chauffer le postérieur... Où cette écriture composite et complexe déferle roulant en récit lissé de gentils sourires d’ironie. Une très grande richesse.

3.2.Les Projets

3.2.1. Le projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia " Un très long projet :

-  volet 1 (identité des personnes) après quelques difficultés coûteuses en temps, le travail théâtral effectué avec Christian Bontzolakis clos en 2014, nous a permis d’avancer de manière décisive et de terminer dans les délais...

-  Le volet 2 (identité des paysages) s’est clos avec Didier Tallagrand et sa création du ponton « En attendant la mer », tête enfin trouvée, conçue et réalisée du réseau artistique et numérique du Parcours d’art - ce qui n’avait pu aboutir en volet 1. Un ponton érigé avec l’aide d’entreprises locales.

Un beau travail de Tallagrand - ce ponton surplombant la station d’épuration totalement biologique du village. « En attendant la mer », l’installation qui a suscité beaucoup de questions, y compris du chef de chantier en maçonnerie chargé des plots, de son collègue et de l’artisan menuisier, sans oublier le fils et le reste de la famille de celui-ci. Quand l’art contemporain, en même temps qu’il alerte, fait fonctionner les entreprises locales. Un ponton avec explications et QR code, tête de réseau cf "enattendantlamer.fr » ouvrant sur vidéo de Tallagrand, accès à toutes les œuvres/stations du parcours, à la cartographie conçue et mise en place par le SIVU des Inforoutes... L’inauguration du Parcours d’art a eu lieu dès la fin du ponton, en juin 2015. Là aussi, un projet qui a demandé du temps.

Peut aussi se rattacher à ce projet « Demain c’est loin » de Pablo Garcia (cf Bram -lieu d’internement non signalé sur l’autoroute), et ses textures et cartographies.

3.2.2. Le projet questionnant le « Réchauffement climatique » a d’abord été, projet scientifique (Fête de la Science 2015) mais très vite aussi, projet littéraire, artistique et philosophique, questionnant souvent les choix relatifs aux usages du numérique. Si le ponton « En attendant la mer » évoquait pour certains la montée des océans dans l’anthropocène, une ère fort différente des ères antérieures du fait des effets de l’activité humaine sur la planète, il faisait aussi surgir des questionnements sur les bouleversements climatiques.

3.3.Le Festif : la parole à Michel Cimaz

MANIFESTATIONS FESTIVES
LE LOTO 2015
Malgré un temps printanier qui n’incitait pas à rester à l’intérieur, les habitués étaient bien au rendez vous habituel dans la bonne humeur ambiante. Des dépenses maîtrisées ont permis de faire un bénéfice appréciable.

CONCOURS DE PETANQUE DU 15 AOUT
24 doublettes se sont disputées la coupe et les primes, même une petite averse n’a pas entamé la rage de vaincre jusqu’au bord de la nuit. Seul point gris pour ces manifestations : le peu de bénévoles pour l’organisation, la mise en place.

PROJECTIONS DU 11 NOVEMBRE
Claudie et Dédé Roche ont fait partager leurs souvenirs de voyage à un public attentif. De belles photos pour une agréable balade dans divers pays d’Europe.
Un goûter où la châtaigne était omniprésente a clôturé la fin d’après midi.

Le projet avec l’équipe de l’hôpital, pour l’aménagement des jardins, l’intervention de Biboffreloula au Lac et les 200 présents... _

Vote

4. Compte administratif 2015.
Présenté par Geneviève Greco. Comparaison avec le budget prévisionnel 2015. VOTE

5 . Projets 2016.

5.1. le projet 2016 qui s’amorce, avec Sébastien Camboulive, pourrait, lui, au travers d’un travail artistique de quelques mois, susciter des questionnements - amener, notamment, à s’interroger, sur les effets et risques de phénomènes climatiques paroxystiques plus ou moins fréquents en un territoire local, élargi de celui de la commune et du plateau à celui du PNR...

5.2. pour la Fête de la science 2016, il parait difficile de concevoir autre chose qu’une poursuite de la réflexion sur réchauffement climatique, transition énergétique et évolution des modes de vie... Intervenant à trouver.

5.3. Par ailleurs divers écrits sont déjà publiables et une recherche textuelle - poétique et/ou philosophique serait à développer...

5.4. A voir pour plus tard un projet avec Nicolas Daubanne : prison pour prison, la terre-prison pour rescapés climatiques en ultime attente... A laisser mûrir... pour 2ème semestre 2017 ?

5.6.Evènementiels

5.6.1. printemps des poètes. La poésie du XXème siècle et Gallimard en thème officiel... Certes. Mais pour ceux qui n’aiment pas qu’on leur impose un éditeur, aussi important et compétent soit-il nous proposons une recherche en 21ème siècle - en Secousse, revue numérique de poésie d’Obsidiane...

5.6.2. Fête de l’Internet. « Apprendre, comprendre, partager » Se pourrait proposer « à partir du travail en blog de Jean-Marie. : Qu’y apprenez-vous ? En quels domaines ? /Qu’y a-t-il à comprendre en ce qui est dit ou non-dit, en fonction de la spécificité de cette écriture numérique, des croisements entre journal intime, planète & jardin secret cultivé en tant de pays du monde et d’époques ? Du sens de la place faite à l’eau ? Aux langues, aux civilisations, au passage d’un siècle à l’autre... Des grandes constances qui structurent ou traversent tous ces écrits ?... On peut déjà y répondre, suivant ses intérêts, par un texte théorique, un poème, une image, un livret d’Opéra, une chorégraphie, un algorithme mathématique, une procédure logo, une vidéo, numérique, une liste de questions, etc...

5.6.3. journées du patrimoine
Inscription cette année au patrimoine national du 21ème siècle. L’an prochain ? Pourquoi ne pas proposer une découverte en salles des différents types de patrimoine : celui du sentier d’art, des œuvres exposées ou accessibles telles brochures ou jeux de cartes, tableaux, vidéos, Papillons verts, mais aussi, publications numériques des calaméos de Geneviève au livre dans le livre de Paulette, aux travaux du très jeune public , des vidéos , initiatives aux blogographies. ... Ce qui fait la richesse de l’étape 7 du « Parcours d’art". Une journée patrimonialisation avec le matin les écritures et publications d’ici, le livre du patois - terminé ou en cours- et l’après-midi la présentation d’une rétrospective de l’ensemble des publications de Jean-Marie suivie d’une débat sur le caractère innovant de se démarche de patrimonialisation. Le temps d’y réfléchir. Un patrimoine fruit des activités de patrimonialisation et création des membres et amis des Rias, de la bibliothèque et de l’EPN.

5.7. Deux autres projets dont nous ne savons s’ils auront lieu : la résidence prévue de Jean-Pascal Dubost avec ateliers d’écriture en bibliothèque de Saint-Apollinaire-de-Rias, la venue de Virginie Pringuet avec laquelle nous avions commencé à travailler pour une cartographie des œuvres d’art de ce plateau. Une lettre a été envoyée au Conseiller DRAC. (lettre exposée) Nous attendons la réponse.

5.8. Patois/occitan d’ici. Marceline : Depuis Septembre nous sommes moins nombreux .... 4 à 6 ...nous espérons en vain de nouveaux venus. Une publication est envisagée avec l’aide d’une conteuse. (Patrimonialisation en livre dans lequel le groupe pourrait insérer un CD s’il le souhaite...). Marie, présente, demande déjà la traduction d’un conte quelle aimerait exploiter en occitan"

5. Budget prévisionnel 2016 Présenté par Geneviève Greco. Comparaison avec le compte administratif 2015. VOTE

Assemblée Générale des Rias du 7/02/2015

Compte-rendu succint et officiel de l’A.G. 2015 des Rias, proche du relevé de conclusions

Après l’accueil des participants par Jean-Marie Mengin, leur signature et la vérification des pouvoirs, la séance est ouverte à 14h 50 dans la salle municipale des Baraques. Jacqueline Cimaz, présidente, souhaite la bienvenue aux participants.

Le compte-rendu de l’Assemblée Générale de 2014 est adopté à l’unanimité. Le point est fait sur la clôture du compte de l’exercice 2014.


Rapport moral et d’activités. Large maintien du nombre d’adhérents > 200 et de flux d’adhésions qui se poursuivent. Importance de la participation d’Angle Art Contemporain et nouveaux liens avec un nombre croissant d’associations. Les travaux de Pablo Garcia seront exposés à Saint Paul Trois Châteaux dès le 28 février puis à Saint-Apollinaire-de-Rias dans le cadre de la restitution globale du projet «  mémoires de clandestinités » avec le tiré à part Didier Tallagrand/Jean Nicolas et le travail de Delphine Forestier.

Intervention de Christian Giroux invité à l’AG dans le cadre de la commission "Parcours d’art et herbier" sur les associations susceptibles d’adhérer aux projets des Rias. L’adhésion des Rias aux « Amis du Mézenc » est adoptée à l’unanimité. Son CA aura lieu en mars ou avril et les « Rias » en seront informés. A charge de réciprocité.

Des décisions sont à valider en AG : la prise en charge de la Trésorerie par Geneviève Gréco, assistée de Viviane Bouquet, toutes deux cooptées par le CA, suite à la démission de ces postes de Cynthia Deloche et Cécile Risson. Validation des cooptations, à l’unanimité, par l’AG, avec les remerciements de Jacqueline Cimaz à Geneviève Greco et Viviane Bouquet. (44 voix pour, 0 contre, 0 abstention).

En ce qui concerne la coordination et le suivi des projets artistiques, on est sans nouvelles d’Arzel Marcinkowski... Jacqueline s’est rendue à plusieurs manifestations départementales et interdépartementales très intéressantes dans le domaine artistique, dont la dernière sur « Art et enfermement », accompagnée parfois de membres du CA : Geneviève Gréco, Robert Combe l’an passé, qui n’a pu renouveler en fonction de ses charges électives... Il serait souhaitable pour l’association, de bénéficier d’un temps partiel d’un(e) chargé(e) de mission, mais ce n’est pas réalisable compte tenu de l’éloignement géographique de la personne à laquelle on avait pensé et qui avait les diplômes requis.
Christian Giroux fait part à plusieurs reprises d’avis très intéressants et documentés sur les sujets débattus.

Au bilan des activités il faut mettre les projets « Mémoire de clandestinités » et « Du recueil de mémoire à l’écriture transmédia ». Paulette Vignal et Marceline Moulin interviennent au titre du Patois : projet de traduction d’un livre sur la vie en 1934, du français au patois d’ici. Christian Giroux salue cette initiative dans un espace rural très menacé. Toujours à propos de l’identité du territoire et de ses habitants, il faut revenir sur l’herbier - version numérique à finaliser très rapidement. Jacqueline fait un bref résumé de cet épisode faisant suite à l’intervention de Pierre Ménard présentant Google Map et Google Street. Christian Giroux nous présente un ouvrage très intéressant à divers titres du Dr Bach sur les élixirs floraux. Jean-Marie Mengin parle de l’impact du Parc Régional Naturel des Monts d’Ardèche. Didier Tallagrand évoque le projet amorcé «  En attendant la mer... » Nicole Bertholon rappelle les journées très riches de la Fête de la Science, illustrées par nos projets mêlant à la fois Art et Sciences, avec Didier, Pablo et Delphine. Jacqueline, évoquant la montée d’eau au Sénégal et l’histoire du développement des grands ports de l’Atlantique dû à la traite des noirs, propose de s’informer sur les possibilités de mise en œuvre d’un projet d’échanges numériques avec le Sénégal, d’après indications diverses. Soit finaliser, dans le cadre d’un prolongement à « En attendant la mer » un projet artistique et patrimonial avec un village du Sénégal... L’assemblée présente donne son accord pour la recherche d’informations supplémentaires - faisabilité y compris pour les financements. Vote demandé par Jacqueline : 42 « Pour », 1 abstention et 1 voix contre. Le point est fait sur les différents sites du parcours d’art initié par « Les Rias » avec ses dimensions « réel augmenté » : 1) « Carrefour des Résistances », de Régine Raphoz ; 2) «  En attendant la mer » de Didier Tallagrand ; 3) Eglise romane du village ; 4) Les Eoliens de Martine Diersé ; 5) « Demain c’est loin », de Pablo Garcia à Chanalette ; 6) « Mouvances », la stèle de Martine Diersé à la source de la Dunière ; 7) Les Baraques, avec l’EPN/Bibliothèque, la grande salle, hyperconnectée et propice aux projections, les œuvres d’art, expositions, publications, manifestations et activités en ces lieux, le Temple et les expositions ou autres activités qui y ont eu lieu, le célèbre jardin de Paulette... Didier Tallagrand souligne l’aspect arborescent des projets conduits par « les Rias » avec le dernier volet incarné par le ponton d’ « En attendant la mer » et fait part de celui qu’il a en gestation « Art et Territoire » en 2015/2016, sur le département de l’Ardèche avec ses étudiants d’Annecy dans le cadre de leur « master ». Michel Cimaz rappelle comment les manifestations festives entretiennent les liens et la création de patrimoine sur le territoire, Jacqueline souligne la banalisation et l’omniprésence d’un numérique qui devient transparent. Puis le point est fait par Eliane Baud sur le fonctionnement de la bibliothèque : pas plus de fréquentation aux heures d’ouverture mais plus de lecteurs et beaucoup de questions posées par les utilisateurs. 2014 était une année prévue sans acquisitions mais il faudra peut-être envisager en 2015 quelques achats de BD et de livres, voire quelques animations. Jacqueline insiste sur le besoin d’achats pour l’EPN qui fonctionne en bonne part avec des équipements personnels : besoin d’ordinateurs portables, de tablettes, car les gens viennent de plus en plus pour écrire et il est difficile de satisfaire les demandes. Monte aussi un besoin d’imprimante 3D dédiée à une recherche artistique en 3D. Le rapport moral présenté par Jacqueline est voté à l’unanimité (44 pour, 0 contre, 0 abstention) de même que le compte administratif 2014 et le budget prévisionnel 2015, présentés par Geneviève qui a été aidée par Viviane, - ce, à partir du budget prévisionnel 2014. Comptes préalablement validés par Hervé Vignal, commissaire aux comptes.

Elections au CA. L’année 2015 est une année électorale. Sont sortants dans le cadre du renouvellement par tiers tous les six ans : Mathieu Courtial, Régine Froment, Marceline Moulin et Magali Ruiz. Ont démissionné Cynthia Deloche et Cécile Risson. Alain Delarbre est décédé. A été cooptée Viviane Bouquet. Cooptation validée par l’AG. Nous avons reçu le renouvellement de Régine Froment et une nouvelle candidature, celle de Didier Talagrand. Le nombre d’administrateurs passe donc de 22 à 22-7+3 soit 18. Il n’est pas nécessaire de modifier les statuts. Vote sur les candidatures de Régine Froment et Didier Tallagrand : vote unanime : pour 44/44, 0 contre, 0 abstention. Séance levée à 17h45.

La secrétaire adjointe, Nicole Bertholon La Présidente, Jacqueline Cimaz





_

AG 2015, l’avancée de l’interassociatif...

Densité, richesse et innovations.

Innovations ?

Dans la densification des réseaux et leur élargissement.

Par exemple ?

-   Réseau pyramidal, certes : Bureau /CA/ Commissions/ adhérents ou amis... Mais réseau traversé d’échanges institutionnalisés, puisque les commissions, en tant que telles, participent au rapport d’activité, et jouissent d’une relative autonomie dans la globalité de l’association...

Réseaux qui utilisent les réseaux numériques existants ou en créent d’autres...


-  Autre exemple, en plein développement, les relations inter-associatives :

- au travers d’échanges d’informations du type annonces culturelles en blog dédié...,( Folioles, Prism...)

- par l’adhésion unilatérale (par exemple, adhésion des Rias à l’OTSC qui, de plus, regroupe nombre d’associations du plateau),

- ou bilatérale avec l’O.T. par exemple, d’Angle aux Rias et des Rias à Angle...

- intermédiaire avec la FOL 07 et la Ligue de l’enseignement...

- réciproque comme cela semble se dessiner avec "Les amis du Mézenc", chacune des deux associations accueuillant un représentant de l’autre association en son C.A....

- il y a aussi certaines appartenances de nombreux membres de l’association, à des associations du type "Amis du musée X..." et bien sûr "Ecran Village"

- et des relations de bon voisinage avec diverses associations souvent ancrées dans des traditions locales...


Réseaux numériques divers aussi, existants, occasionnels ou transversaux, personnalisés ou non, d’existence brève, occasionnelle ou de longue durée...détournés, ou habités différemment...



Ainsi, comment Facebook détourné ou utilisé pour de simples échanges d’informations en réseau culturel choisi et maîtrisé, joue-t-il un rôle qui parait positif en ce domaine de l’inter-associatif ? Comment nos partages culturels avec Angle, de nombreuses galeries et centres d’art, avec des poètes, des artistes... ont-ils entraîné dans de tels partages des membres de réseaux locaux peu habitués à fréquenter musées et centres d’art... ? Mais qui, d’amis en amis, en intégrant en ce domaine des pratiques de choix d’amis importées d’ailleurs, nous font parfois découvrir des centres d’art que nous ne connaissions pas...

Des pistes nouvelles, intéressantes, enrichissantes, préservant à la fois choix citoyen, sélectif et très exigeant, et nouvelles formes d’investigations, acculturation et créations collectives ?

Un champ de réflexion ouvert, ouvert par exemple par Villes Internet par sa prise en compte pour ville, village ou territoire, des initiatives d’associations ou autres structures locales créant des connaissances sur le territoire communal - et reconnues bien sûr par les responsables de celui-ci...



A pointer aussi, à partir d’une remarque de Didier Tallagrand, l’importance de l’articulation entre vie interne et vie externe de l’association [1]


Donc la remarque de Didier Tallagrand, relevée par Nicole Bertholon :

" Didier Tallagrand souligne l’aspect arborescent des projets conduits par Les Rias (donc de leur enchaînement et de leurs mises en relation,) avec l’aboutissement actuel à leur dernier volet incarné par le ponton de "En attendant la mer..." et fait part de celui qu’il a en gestation "Art et territoire" en 2015/2016, sur le Département de l’Ardèche avec ses étudiants d’Annecy dans le cadre de leur "master".""


Coup de fil à Didier pour lui faire préciser ce qu’il entend exactement par "aspect arborescent" de nos projets...

Nous l’avions entendu comme "systémique", De Rosmay/Morin -et ses systèmes tapissés de processus temporels", Le Moigne etc... Une systémique dynamique qui intégrerait et dépasserait dialectiques hégélienne et marxiste...

Il nous répond par une image : une arborescence faite de plusieurs plateaux et plateformes reliés les uns aux autres,
 [2]
et "ce qui est le plus formidable" :
"D’occitan" à "ponton", des enjeux très différents, mais qui se parlent [3]. [4]

Un vrai sens qui se crée, inventé...

Et se poursuit ? occitan/ponton/Sénégal... On pourrait ajouter "village de pêcheurs sénégalais", sens fort créé aux marges d’une autre association enrichissante...

On attend le ponton en citant "le bateau ivre", mais on attend beaucoup aussi ce travail de master sur "Art et territoire"... Une autre approche théorique sur les parcours d’art ardéchois dont le nôtre ?

Et d’autres arborescences surgissantes entre Vietnam et Sénégal -rapprochement inédit/entendu, donc à creuser... [5]


Merci pour cet immense compliment.

Mais, Monsieur Tal(l)agrand, où se situeraient les arborescences que vous nous attribuez sur un continuum entre schéma d’algorithme binaire et fractales ? Ou ailleurs, ou fractalisations détournées et/ou détournantes ?... Quelle place faites-vous ou peut-on faire, à la démocratie en des processus en bonne part cognitifs ? Retour à la notion de langage extérieur pour soi ? Wallon, Vygotski et la psychanalyse ?

Démocratie et création de connaissances, un beau sujet de thèse. Rôle de l’art dans les liens entre "démocratie" et "création de connaissances". Et rôle du spéculaire - et de ses imperceptibles décalages dans la création des connaissances... [6]

On discutait il y a quelques mois des relations entre Ecoles d’art et universités... Apports universitaires, certes... Mais apports des investigations & créations artistiques à la recherche et la réflexion universitaires ? Apports de la poésie à la vie et l’évolution de la langue - et donc de la pensée ?...

J’aimerais pouvoir être auditrice libre quand vous suivrez vos étudiants de master en 3ème cycle artistique...

Merci de vos apports et en espérant, en attendant, que vous serez libre pour de nombreux CA des Rias...

Jacqueline Cimaz

_

[1] ce qu’en psychologie sociale on résumait par l’étude des liens entre relations internes à un groupe et manière dont celui-ci se situe dans la société)... Le constat d’un certain isomorphisme... ( relative similitude entre relations à l’intérieur du groupe et relations que le groupe entretient avec la société dans laquelle il se situe...)

[2] Et mobiles comme en certaines mises en scène du Berliner ?

[3] là dans les débats de l’AG, et dans la vie associative quotidienne...

[4] Comme se sont parlés les fossiles affleurant au Bois du Four, le ponton de Didier et l’image des pontons à carrelets de la Baie d’Yves, retrouvée quelque part en site municipal, pas loin d’ailleurs de la Nouvelle Zélande de Régine...

[5] et un 1er voyage en Asie, à Hong Kong, deux ans avant le rattachement de Hong Kong à la Chine - pour mission professionnelle d’inspection/formation à l’évaluation, des enseignants du lycée français de Hong Kong... Découverte de Macao, de la baie de Hong Kong et des procédures de l’apprentissage de la lecture en cantonais, sur trois ans ( du systémique aussi, de la combinatoire et combinatoire de l’hétérogène). Maîtrise d’une langue et formation de la pensée... Et n’est-ce en cette baie ou près d’elle que la Chine, aujourd’hui, expérimente une ville flottante - à proximité de ces immenses villages flottants ? Et en exploitant leur savoir-vivre sur l’eau ? Différents sûrement de celui des Indiens du sud Pérou, en lac et non mer, sol de roseaux attachés et non de jonques...

[6] ce dont on parlait récemment à propos de la publication et des utilisations possibles d’initiatives référentes dans l’observatoire Villes Internet...





_

AG 2015 Rapport d’activité à voix multiples

L’Assemblée générale 2015 a lieu aux Baraques le 7 février.

-  Emargement des présents et mandataires sur la liste électorale.

Ouverture de l’AG à 14h50

1. Approbation du compte-rendu de l’AG 2014 vote unanime :44/44

2. Introduction ou rapport moral et d’activités

2.1. Etat de l’association :

L’année 2014 est en fait à cheval sur l’année 2013-2014 et l’année 2014-2015 puisque nous travaillons par année scolaire... Les gens adhèrent à tout moment de l’année... Il y a quelques jours nous en étions à 233 compte-tenu de l’adhésion de l’association Angle.

Le gros retard entraîné ces deux années précédentes par des problèmes personnels d’ordre divers de plusieurs membres du CA sont en bonne voie de résorption grâce au travail effectué par un collectif qui s’est étoffé en cours d’année avec, notamment, suivant les domaines, Geneviève Greco - cooptée par le CA au poste de trésorière, Viviane Bouquet - cooptée au poste de trésorière adjointe, (demande de validation de ces cooptations à l’AG. Vote pour : unanimité 44/44), Jean-Marie Mengin, toujours présent, et polyvalent, Nicole Bertholon, secrétaire adjointe qui a assumé le maximum possible de tâches du secrétariat, Régine Froment, Robert Combe, Robert Taconet et Isabelle Beuffre qui, ainsi que Jacqueline et Michel Cimaz, toujours présents également, se sont investis dans les diverses activités, qu’elles soient à dominante culturelle ou festive... A noter également, la participation d’Eliane Baud, bibliothécaire, à de multiples activités culturelles autour du livre et de l’écriture, dans les murs et hors les murs, aux visites d’expositions et vernissages... A signaler aussi le gros travail concernant le parcours d’art, avec l’implication de Régine Froment, Jean-Marie Mengin, Marceline Moulin, Geneviève Greco, Robert Taconet et de nombreux autres participants, suivant les tâches. A noter la toujours très riche et diverse implication de Paulette Vignal, du printemps des poètes à la Fête de l’Internet en passant par le patois mensuel...

La coordination et le suivi des projets artistiques et culturels, impliquant de nombreuses participations extérieures - réunions, expositions, colloques, vernissages et un lourd suivi financier quant à l’élaboration des demandes de subvention, le suivi de l’engagement des dépenses et rémunérations, la planification des activités, l’élaboration théorique et pratique des demandes, les contacts avec les autorités de tutelle et les artistes, l’organisation des résidences, a essentiellement était assurée par Jacqueline Cimaz, avec participation active de Geneviève Greco, Jean-Marie Mengin, Nicole Bertholon, Michel Cimaz et, souvent, Robert Combe... A noter, les exigences se renforçant quant au nécessaire niveau de qualification et à ses mises à jour continues, y compris au niveau de la législation, la recherche d’un temps très partiel de chargé de mission qui, à ce jour, n’a pu aboutir.
Le travail avec les artistes et autres intervenants - une équipe complexe d’artistes et scientifiques, chercheurs en sciences humaines, professionnels de la communication - a été très riche, expert, convivial et didactique. A souligner la manière dont ces artistes se sont intégrés dans le tissu local et associatif et ont su l’enrichir. Didier Tallagrand et Pablo Garcia ont rejoint Les Rias, Danièle Orcier, co-présidente d’Angle qui était présente lors de la présentation du travail de Jean Nicolas et Didier Tallagrand, également... Stéphanie Lehu, d’Angle Art contemporain, s’est aussi impliquée, notamment lors de l’exposition de son travail, prêtée par le Salon du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux (une exposition Bibliothèque). A souligner également la richesse du travail effectué avec Villes-Internet, et plus particulièrement Guy Tozzi dans le cadre du concours photos. Des avancées significatives en matière, notamment, de travail de l’image, de réflexion sur l’évaluation et de déontologie.

A noter la démission de Cynthia Deloche d’un poste de trésorière dont elle ne pouvait assurer la charge comme elle l’aurait voulu avec l’engagement en associations liées à l’école à Vernoux, et trois enfants... Et celle de Cécile Risson, trésorière adjointe. Une grosse implication dans des activités festives et culturelles, facteurs notamment de patrimonialisation, comme le loto et le concours de pétanque 2014.

Enfin on ne saurait ne pas souligner la qualité de l’implication de la population, du Plateau et de la Vallée, dans le cadre du recueil de mémoire effectué avec Delphine Forestier, artiste et doctorante en arts et sciences de la communication, l’apport notamment d’espagnoles - catalanes- ayant vécu retirada et camps français. De nombreuses autres participations, notamment de Robert Combe et son tuba, ont été riches et intéressantes...

La parole à Robert Combe

Dans le cadre « Mémoires de Clandestinités  » j’ai eu le plaisir de collaborer modestement aux projets des résidents de cette saison, à savoir, Pablo Garcia et Delphine Forestier. Tout d’abord j’ai pu, le 07 mai 2014, faire découvrir notre commune à Pablo, en parcourant les routes et chemins de notre territoire rural afin qu’il puisse avoir une vue d’ensemble et trouver le ou les sites susceptibles de convenir à sa recherche pour son projet. Le lendemain, lors de la cérémonie du 8 mai, l’interprétation du Chant des Partisans au tuba a suscité des idées à nos deux jeunes et sympathiques artistes résidents. L’après-midi j’ai reçu Pablo et Delphine pour interview et photographies des objets et documents de la période de clandestinité et résistance de mon père. Nos amis ont continué ensuite leurs recherches et investigations Chez François Juston, Marcel Belingard et d’autres. Le dimanche 11 mai 2014, j’ai eu le plaisir d’avoir à nouveau leur visite en compagnie de Mme Cimaz, ils ont pu rencontrer ma mère (et ma jeune sœur) pour d’autres témoignages sur la vie à l’époque de la guerre. Le 07 juin 2014 j’ai eu le plaisir de contribuer au projet de Pablo Garcia en devenant acteur pour son film avec l’enregistrement du chant des partisans dans les bois... Au fil des mois, nous avons pu suivre le travail effectué par les artistes, depuis la présentation publique de leurs projets ou idées de projet (le 09 mai) et durant leurs différents séjours de travail ou de restitution notamment les 18 et 19 octobre 2014. N’hésitez pas à visiter ou revisiter le site des Rias pour retrouver la piste ou l’itinéraire de ces jeunes gens et également le travail d’autres intervenants comme Didier Tallagrand ou Jean Nicolas...

A noter, depuis peu, une significative ré-implication ou implication dans les activités, de membres des Rias, qui semble liée aux contenus des projets, notamment à une meilleure lisibilité des engagements associatifs, à la fois dans les contenus culturels mais aussi en ce qui concerne les valeurs mêmes de l’engagement associatif en tant que tel, composante indispensable de toute vie démocratique.
Si l’adhésion aux Rias de deux associations ou structures -Angle Art Contemporain et Office du Tourisme, a été renouvelée, il convient de souligner que l’association Les Rias, déjà adhérente à la FOL, a adhéré, de plus, cette année, à l’OTSC... Un maillage mutuellement enrichissant, même si nous ne sommes pas assez disponibles pour participer comme nous le souhaiterions aux diverses manifestations...
Si de nombreux membres des Rias sont, à titre individuel, adhérents de l’Embarq Café, les évènements récents alliant condamnation du terrorisme et condamnation du racisme et des situations qui l’alimentent, partage de valeurs sociétales, ont créé de nouvelles passerelles... Sur proposition de Christian Giroux, l’adhésion de l’association en tant que telle aux "Amis du Mézenc", est votée à l’unanimité (44 pour) et devrait être réciproque. D’où des liens interassociatifs, à degrés divers, à une dizaine d’associations...

Depuis que les papiers ont été envoyés, avec retard - l’absence de secrétaire, des difficultés de gestion de la trésorerie - totalement résolues à ce jour, le poids de la maintenance des résidences, la nécessaire résolution de problèmes de déontologie sur le Net... une charge conséquente, complexe et délicate de travail, donc, n’ayant pas permis de respecter le calendrier habituel... Depuis donc que les papiers ont été envoyés, un afflux d’adhésions et réadhésions est en cours que perturbent parfois les retards de courrier dûs aux intempéries...


2.2. Bilan des activités 2014 :

2.2.1. Elles ont essentiellement été structurées par deux projets :

2.2.1.1. Le projet « Mémoires de clandestinités... »

-  avec Didier Tallagrand et sa création/publication à partir du livret de Jean Nicolas.
-  avec Pablo Garcia, ses textures et carrés de soie et, plus récemment « demain c’est loin ».
-  avec Delphine Forestier, artiste et doctorante en « arts et sciences de la communication » Et son travail sur l’incidence de la photographie plasticienne dans le recueil et le travail du mémoriel. De très riches rencontres avec la population, très coopérante.

La parole à Didier Talagrand et Pablo Garcia ?

-  Les interventions, plus ponctuelles, de Pierre Morelli et, reportées au 11 avril, celles de Béatrice Fleury et Jacques Walter, salle Louis Nodon.

Un blog dédié en ligne alimenté par toute l’équipe - Utopies baraquines. Et puis l’impact de ce « Demain c’est loin » au carrefour de Chanalettes, près de l’intersection qui mène à Monchal...et du sentier qui conduit à la source de la Dunière. La parole à Pablo ?
Ou lien entre patrimonialisation, création de connaissances et engagement citoyen.

Fête de la science 2014, la parole à Nicole Bertholon  :
Rapport d’activité 2014 pour la commission Science. Les activités ont eu lieu en deux temps encadrant les dates retenues nationalement pour la Fête de la Science. Les premières manifestations ont eu lieu en liaison avec le projet « Mémoires de Clandestinités » les 27 et 28 septembre 2014, les secondes, sur le même thème dans sa suite logique incluant communication informatique et numérique dans une dimension artistique, lors de la clôture des temps consacrés aux Sciences les 18 et 19 octobre 2014.
Les comptes-rendus de ces événements ont été publiés sur le site. Les voici pour rappel

Les 27 et 28 septembre 2014 Ces journées, organisées dans le cadre de la fête de la Science dans le projet des Rias « Mémoires de clandestinité  » devaient permettre à chaque intervenant de présenter son domaine d’intervention, de faire le point sur l’avancée des travaux de chacun et favoriser, lors d’une table ronde, les échanges entre les professionnels et les adhérents ou sympathisants des Rias engagés dans cette action.


Se sont successivement présentés et ont présenté leur travail Pierre Morelli, docteur en Sciences de la communication informatique et numérique, Pablo Garcia, artiste, Didier Tallagrand, artiste et enseignant, et Delphine Forestier, doctorante impliquée dans la communication des objets de mémoire. Pablo Garcia projeta la séquence vidéo tournée sur Robert Combes jouant « le chant des partisans » au tuba dans les bois derrière chez lui, séquence forte en émotion, et présenta son travail inspiré des cartes géologiques, sur papier, mais aussi abouti sur un carré de soie (comme de parachute) permettant à un œil averti de repérer sur le territoire les « caches » utilisées pendant la dernière guerre. Il précise que tout artiste est un chercheur et que ce qu’il produit questionne le présent. Didier Tallagrand souligne que la réponse aux questions que pose l’artiste n’est pas l’essentiel pour lui qui travaille sur l’image. « Il n’y a pas d’images vraies... Il ne faut pas confondre l’objectif (photo) et l’objectivité... La photo est subjective... Prises de vues et images sont différentes... Delphine Forestier présente une étape de son travail à partir des objets de mémoire détenus par Robert Combe, objets ayant appartenu à son père, témoignages de la vie cachée de résistant illustrant cette notion de patrimonialisation. Pierre Morelli évoque la notion de technique, l’évolution plus ou moins lente des productions, la difficulté à déterminer leur aboutissement. Par contre l’artiste exerce son choix de juger de l’aboutissement de sa production.
Les échanges très intéressants fusant des différents participants de la table ronde, il aurait fallu, en toute objectivité, les retranscrire tous, ce qui n’était pas possible. Un regret : que l’assistance n’ai pas pris plus la parole au milieu de ces feux-croisés d’intervention de nos animateurs.
Dimanche matin, travail sur le terrain, organisé par Didier et Pablo, sur un parcours autour des Baraques ou chacun est invité à tour de rôle, les sens en éveil, à photographier et définir en un mot (pas plus de trois) des éléments remarqués de l’environnement. Pablo se chargera de l’exploitation de cette « bande » visuelle et sonore constituée au cours de cette déambulation sous un soleil d’automne complice.
Je n’ai pas parlé des moments d’échanges conviviaux habituels lors des repas à tel point que l’on ne savait pas bien si le « travail » prévu ne débordait pas largement les horaires conventionnels. Un week-end riche en communication avec et sans les outils technologiques. Résultats attendus à la clôture des journées de la Science le 19 octobre.

18 et 19 octobre 2014 Comme il était annoncé dans le programme de ce week-end clôturant la fête de la Science, nous nous sommes retrouvés samedi matin à la salle Louis Nodon à Vernoux pour assister à la présentation par Delphine Forestier (doctorante en arts et sciences de la communication à l’Université de Lorraine) de son travail sur les objets de mémoire des personnes de la région qui ont été interviewées en raison de leur vécu clandestin pendant la guerre. Ces objets, que sont-ils devenus, quelle importance gardent-ils dans la vie quotidienne et dans la transmission aux générations actuelles ?
La découverte des lieux, souvent discrets, où sont rangés précieusement ces témoins d’une époque de clandestinité, les photos, les commentaires de leurs propriétaires, nous avions eu l’occasion de les voir ou de les entendre par bribes au cours de différentes phases du travail de Delphine, mais la mise en scène de cette présentation révélait toute l’intensité des souvenirs et la sensibilité de l’attachement à ces objets, rendant évidente la dimension artistique de ce travail, explicitée par les réponses de Delphine aux questions posées par le public. Puis ce fut le tour de Pablo Garcia, artiste ayant beaucoup travaillé sur les camps de la seconde guerre mondiale. Pour le projet « Mémoires de clandestinités », ses séjours aux Rias l’ont amené dans une approche originale à utiliser photos, cartographie, enregistrements, interviews pour nous présenter des œuvres visuelles et sonores comme la séquence dans laquelle Robert Combe joue au tuba le Chant des Partisans dans les bois et des œuvres visuelles, voire tactiles comme son carré de soie (de parachute ?) sur laquelle la cartographie permet de dévoiler les lieux de résistance, ou ses planches inspirées de macro-photos des pierres sur ces sites.
Là aussi l’assistance, passionnée, n’a pas hésité à poser des questions ou faire des commentaires élogieux.
L’après midi avait une toute autre tonalité, chère aux pratiques des Rias par une mise en situation de recherches et de productions encadrées par Delphine et Pablo. A partir d’un objet usuel apporté par chacun il s’agissait, dans un premier temps, sous la conduite de Pablo, de le recouvrir, dissimuler, transformer, en quelque sorte de le rendre « clandestin » puis de le mettre en situation permettant des prises de vues avec cadrages, plans, lumières donnant des images permettant des interprétations variées, ceci avec les conseils de Delphine. N’oublions pas non plus les savonnettes au chèvrefeuille qui embaumaient ce bel après midi de travail en plein air sous un soleil « printanier », savonnettes que chacun pouvait sculpter, dompter, réduire en copeaux avec des outils aussi simples que des petites cuillers ou des piques à apéritif ! Toutes ces réalisations sont, conservées sur place en vue... d’une vie nouvelle ( ?)
Dimanche matin, (à une heure un peu matinale), Didier Tallagrand présentait son travail sur l’image, lié à la production de Jean Nicolas - historien, professeur émérite d’université - « Rébellions et Révoltes en Vivarais sous l’Ancien Régime », à ne prendre en aucun cas comme une « illustration » mais plutôt comme une démarche parallèle autonome servie par d’autres langages. « Les images font récit » selon trois pistes dégagées par Didier Tallagrand  : « liaison à la mémoire", "disproportion entre les émeutes et le poids de la répression", "contagion liée au territoire".
Ces pistes sont traduites par de grands paysages larges et profonds, des changements d’échelle (resserrement de focale) des ombres produites comme des spectres de révolte ». On retrouve facilement ces images dans des tonalités noir/blanc, des végétaux aux couleurs parfois éclatantes et les flous des ombres en filigrane.
« L’image n’est ni photo ni peinture mais travaillée comme une peinture ». « Pas d’expressionisme, pas d’allégorie, juste des images virtuelles... c’est parce qu’on les regarde qu’elles existent ».
Il faudrait pouvoir tout citer de cette présentation qui nous fait assister à la naissance d’une œuvre, à l’aboutissement d’un travail qui ne perd jamais de vue les choix artistiques explorés. Puis Didier revient sur le travail des masques et des jeux de cartes produits précédemment avant de nous dévoiler quelques images de « Rivière Noire  », son exposition née de son séjour au Japon qui sera inaugurée le 31 octobre à Montpellier. Il nous guide en nous autorisant à être les témoins des étapes de sa démarche artistique.
Une matinée, que dis-je, un week-end passionnant qui a permis l’approche vivante de démarches artistiques au travers d’échanges approfondis mettant en évidence les liens tissés entre Mémoire, Sciences et Arts .

2.2.1.2. Avec le projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia. Travail sur les écritures numériques en lien avec le thème de l’identité à Saint-Apollinaire-de-Rias. »

Un rappel toujours utile, le projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia » ne s’est ni perdu ni clos avant cette année mais précisé en diverses phases qui se sont poursuivies comme des strates dont l’ordre s’est assoupli : a. d’abord un temps fort de patrimonialisation, création collective à partir d’apports de connaissances de chacun, d’un patrimoine essentiellement immatériel faits de souvenirs d’autrefois, d’une histoire et de valeurs transmises de générations en générations, de savoir-faire et usages locaux, notamment festifs ou liés au travail rural, mais pas seulement...
Patrimonialisation et « patois ». Après une adhésion à l’IEO l’an passé, le retour, revendiqué par une majorité des participants, au seul mémoriel, à la langue des ancêtres, ce « patois de chez nous » dans son parler local... Avec le support, il est vrai, de Radio Des Boutières et ce projet d’un rassemblement sur le plateau en début d’été prochain, en suivant la route des cimes, quelque part entre Le Cheylard et Antraigues.

La parole à Paulette Vignal : Il y a aussi les savoir-faire notamment jardiniers, les poèmes et dictons collectés...

Et un projet proposé pour le groupe "patois" : "S’appuyer sur un livre, "Les années 1934" d’Aimée Vittaz, née dans l’Isère et tisseuse dès l’âge de 14 ans", pour "lire de brefs paragraphes et les traduire en patois d’ici". Paulette souligne l’intérêt du texte documentaire "qui raconte, par exemple, comment la nouvelle mariée va vivre chez les parents du mari qui, lui travaille avec son père à la ferme. La jeune mariée, elle, travaille aussi à la ferme, la belle-mère s’occupant des enfants, ce que moi -précise Paulette- et beaucoup d’autres, ont vécu ici. C’est mieux qu’un roman, on sait plus et mieux". Vérification et précision des connaissances créées donc, "et traduction en patois d’ici, pas de la Haute-Loire !"...

Et puis cet herbier de Paulette... marqueur identitaire... (en cours de travail collectif, avec l’aide de Christian Giroux, )

La réalisation de l’herbier et de sa version numérique...(en voie d’achèvement) [1]

La parole à Régine Froment, Christian Giroux, Jean-Marie Mengin et Marceline Moulin... et Didier Tallagrand.

Le texte de Régine et Marceline : PARCOURS D’ART

Le projet continue. Le parcours est enfin balisé ; le topo-guide a été créé mais il y a encore des imperfections. Nous devons le retravailler !!!!! Nous avions pris l’option de ne pas faire les choses dans la précipitation. 2015 devrait voir son aboutissement.

-  Petite chronologie du projet :
Début Avril 2011 une reconnaissance du tracé du sentier au départ du Carrefour des Résistances a été organisée avec Monsieur Taconet. Au cours l’année 2012, les panneaux gravés à la gouge par Michel Deloche ont été peints et vernis.
En Mai 2013 les piquets et panneaux ont été installés au Carrefour des Résistances, au village, à Combier, à la source de la Dunière et aux différents carrefours avec l’aide de M.M. Cimaz, Juston, Taconet, Mengin, Simon.
En Juin 2013 nous avons balisé le parcours avec M. Mengin. En 2014 la signalétique a été revue et améliorée par la pose de balises dans le village ; de deux panneaux complémentaires et le déplacement des panneaux du carrefour de *la Pierre Plantée* pour une meilleure visibilité et lecture.

-  Qui dit Parcours d’art dit autres installations.
Le 15 et 16 Décembre 2014 a été installé au carrefour Chanalette et D21 sur une idée de Pablo Garcia, artiste en résidence, un panneau routier * Demain, c’est loin * en résonance avec l’œuvre en cours de préparation proche de la station d’épuration *En attendant la mer *. Cette œuvre va être réalisée par M. Didier Tallagrand, artiste reconnu dans le domaine des arts.
Nous allons également travailler sur un herbier. Nous allons être aidés pour cela de Christian Giroux, botaniste. Comment dire ??? Ethnologue botaniste ici présent. Nous sommes allés au printemps photographier des fleurs et plantes locales. L’idée mûrit de créer une application sous forme de blog ou de calaméo. Merci pour le travail effectué par les membres de L’association et l’aide que peut nous apporter Christian. Si parmi vous il y a des personnes intéressées par ce projet ...faites-vous connaître...


La parole à Jean-Marie Mengin 

Depuis peu, c’est sur le patrimoine géologique et toponymique que se porte ce travail après l’inscription du Bois du Four à Vernoux, et de ses affleurements sédimentaires au patrimoine géologique de l’Unesco, via Geopark et le parc des monts d’Ardèche.

De là aux recherches sur le terme « rias » qui renvoient à ces temps d’il y a plus de 200 millions d’années, étudiés par les géographes du 19ème... Quand la mer montait jusqu’à Lyon...

« En attendant la mer » en ce lieu... Préoccupations citoyennes et planétaires...

Au Sénégal, des artistes sont intervenus pour alerter sur la situation à l’embouchure du fleuve Sénégal et sur ses conséquences possibles et pour susciter l’intervention citoyenne.

Mesurant avec le projet « En attendant la mer », l’ampleur des préoccupations climatiques locales suite à la gravité et la durée des intempéries de l’automne, et la sensibilisation, dans ce cadre à ce qui se passe au Sénégal, nous avons envisagé la possibilité de mettre éventuellement en oeuvre un projet de « Coopération décentralisée », du moins, dans un premier temps, d’échanges avec le Sénégal, projet comprenant, cela va de soi, un volet artistique et passant par des échanges numériques... La proposition est donc faite d’engager un premier travail de préparation d’un tel projet qui serait porté par les Rias et l’EPN municipal.

Un projet avec des dimensions artistiques, numériques, écologiques, sociales et humaines, ce qui suppose l’accès à des données scientifiques et artistiques fiables - et comme, aussi, un devoir collectif, non seulement de mémoire mais également de ce qu’on pourrait appeler de « réparation »... [2] Jacqueline Cimaz est mandatée pour instruire ce projet par 42 voix pour, 1 voix contre et une abstention.


@@@@@ LE REEL AUGMENTE DU PARCOURS D’ART (qui porte donc sur celui-ci depuis son début) Il doit être rapidement finalisé à partir de ses sept stations. Par ordre de parcours :
-  1. "Carrefour des résistances" (Régine Raphoz) Auquel nous rattacherons les nombreuses manifestations organisées à la Grange du Vernat avec Alain Delarbre, Michel et Claire Schlenker, Bernard Stora, Virginie Martinez et André Aziosmanoff, Jean-Pasal Dubost, François Boddaert, Martine Diersé et Christian Bontzolakis et, plus récemment, Frédéric Acquaviva...
-  2. "En attendant la mer" ( Didier Tallagrand)
-  3. L’église romane du "village" ( avec le projet d’y proposer une nouvelle exposition)
-  4. Combier avec les "Eoliens" (Martine Diersé) et la mémoire de ses anciennes orgues éoliennes, du spectacle "Résistances"(Carlos Lojo)...etc
-  5. "Chanalette" avec "Demain c’est loin" de Pablo Garcia et la proximité de Monchal et du Bosc, lieux de clandestinité de 1940 à la Libération).
-  6. "Mouvances", stèle de Martine Diersé à la source de la Dunière
-  7. Les Baraques avec 7.1 succédant à l’anciennne Bibliothèque/PAPI, en EPN/Bibliothèque et grande salle, les expositions permanentes d’oeuvres (y compris animéess et vidéos) de Sébastien Camboulive et Didier Tallagrand, des classeurs de recueil de mémoires, des réalisations de la population au cours d’activités de médiation ou de formations en EPN. Jean-Pascal Dubost, David Dumortier, Pierre Ménard, Pierre Morelli...Creuset, recueil et conservation, donc, de ces créations par la population, sous des formes diverses. Complément indispensable et indissociable du site Internet, dimension écomuséale de la Bibliothèque.
7.2. Les Baraques avec le Temple dont la population aimerait qu’il puisse de nouveau être utilisé comme un des lieux d’exposition communaux, avec la mémoire des travaux effectués avec Yolaine Carlier, Alain Delarbre, Jean-Marie Feynerolles, Elizabeth Macocco, Christian Astor, Michel et Claire Schlenker, Sylvette Béraud-Williams, François Boddaert, Patrick Maury, Anne Segal, Jean Gabriel Cosculluela, Christian Bontzolakis, Martine Diersé, Jacqueline Dewylder, Sébastien Camboulive... et bien d’autres... sans compter nos ateliers d’écritures numériques... les expositions Couturier, Dali, la restitution du stage photo d’Arles...

Ces matériaux, dont deux films d’André Aziosmanoff et un de Virginie Martinez, vont être rassemblés et classés en blog nouveau avant mise en forme ultime par Didier Tallagrand dans le cadre du projet "En attendant la mer".

cf blog en voie de constitution pour recueil et mise en forme de tous les matériaux




La parole à Geneviève Greco sur les publications...

Diversification, multiplication, délai souvent accru entre écriture et publication et, en même temps, suivant l’actualité et les opportunités, de nouvelles éditions, très rapidement mises en ligne et/ou imprimées... En cours, une publication sur ronds et sphères avec textes poétiques, et une autre sur un suivi sur deux ans des fruits de saison.

Ces publications, à la fois imprimées et lisibles sous forme de livrets numériques, seront, pour la plupart, intégrées au réel augmenté du parcours d’art, en fonction de leur thématique et donc à des niveaux divers des arborescences... Comme la vidéo de Pablo Garcia mettant en scène Robert Combe et son tuba et autres extraits du blog « Utopies baraquines... »,  Les faux-papiers ou autres papiers marqueurs de clandestinités...

Les précisions de Michel Cimaz : Un rôle important des rencontres festives - à part le fait qu’elles apportent à l’association une part non négligeable des ressources propres qu’elle doit engager dans les projets culturels, elles contribuent aux échanges, à la patrimonialisation, à la création de connaissances et au développement de la convivialité. Elles peuvent aussi contribuer au développement, au renforcement et à la transmission de valeurs associatives et militantes qui fondent le bénévolat et son apport dans la vie, y compris économique, et culturelle de la société.
Un bénévolat qui s’avère de plus éducatif pour tous et pose aussi la nécessité de la vigilance citoyenne et de services de proximité, dont de tragiques évènements viennent de montrer l’importance.
A citer, le loto, très chaleureux, en ce tout début 2015, le concours de belote, le concours de pétanque, le 11 novembre. A noter par ailleurs que des manifestations culturelles organisées dans le cadre de la Bibliothèque et de l’EPN se poursuivent de plus en plus souvent par goûter, belote et autres jeux de société, notamment des jeux inconnus et innovants qui ont une valeur formatrice incontestable, comme la complexe histoire de vaches introduite par Viviane. Une formation ludique aux mathématiques, à la combinatoire, à la création d’heuristiques, à la sérendipité... Des domaines de formation indispensables de plus à la maîtrise d’un numérique qui est entrain de s’imposer à tous de manière parfois bureaucratique, obligatoire et peu sûre quant à la vie privée et la confidentialité. D’où notre intérêt pour les usages... Bref des jeux utiles qu’ils soient ou non vidéo (un tri à faire d’ailleurs dans les jeux vidéos, notamment quant à la banalisation de la violence induite par certains d’entre eux...) Donc une dimension citoyenne de ce festif, à développer... Comme la vigilance à avoir vis-à-vis des usages du numérique et de ses outils.

Un numérique qui s’enrichissant de la vie locale et l’enrichissant, peut permettre des formes de vie et survie du rural, et non un numérique alibi de la désertification, des usages du numérique qui ne sont pas neutres non plus quant aux formes d’urbanisation... C’est d’ailleurs sur ces choix d’usages et de développement du numérique et non sur des données technicistes que les chercheurs et scientifiques du jury Villes Internet nous renouvellent depuis cinq ans l’évaluation maximale, avec Bron et Grenoble pour Rhône Alpes. Un numérique qui, vu sa puissance, nécessite informations et réflexion pour le maîtriser et vigilance de tous les instants. ... Un numérique de moins en moins visible car banalisé et omniprésent... La notion de « réel augmenté », transformé par nous, pour éviter toute confusion, et ce depuis des années, en « réel-enrichi-par-tous » soit, utiliser le numérique pour mieux connaître et faire connaître ce territoire et ses habitants, pour y introduire de nouvelles connaissances.... Pour répondre à des objectifs essentiellement culturels, éducatifs, citoyens, valorisant chacun et enrichissant pour tous... Par ailleurs ces apports sont essentiellement fondés sur le travail artistique et scientifique qui ouvre pour tous un large éventail de services, d’usages et d’innovations, à l’opposé du simple contrôle des personnes qu’il permet... [3] Des questions posées à la conception du parcours d’art : faire que les visiteurs ne voient pas ce réel augmenté comme une simple performance technique, une somme de livrets, vidéos et autres documents mais perçoivent des lignes de force, une organisation en système dynamique, ouvert, évolutif, au service de tous et de chacun...

Autres contenus ? Propositions ?

En conclusion : on n’est toujours pas dans le spectaculaire, la diffusion de spectacles, de haut en bas, mais avec l’art contemporain, et/ou notre conception du numérique, dans la démarche qui était celle préconisée il y a quelques années par le PNR à Saint-Pierreville, et que nous préconisions : torsader sans cesse la démarche Malraux, descendante, avec l’apport de connaissances et la démarche écomusée, ascendante, où chacun est créateur, apporte son savoir...

Le besoin de structurer, conserver et transmettre, de plus dans un contexte de réduction budgétaire, a entrainé la multiplication des publications, notamment de très modestes mais nombreuses publications numériques bien accueillies et dans la réalisation desquelles la population s’est impliquée. Publications sous forme « livre », avec tirages papier, ou, à moindre degré, « vidéo » et ce qui est nouveau, l’apport des blogs de Jean-Marie Mengin parfaitement adaptés à leur contenu... et le mettant en valeur. Une dimension partage et citoyenne exemplaire avec l’apport de connaissances, certes, et en même temps l’ancrage dans un vécu, un contexte lisible, une expertise à la fois personnelle et en partie collective. L’ensemble des publications numériques - forme livre - dépasse largement les 200. Forme blog, ça augmente... Un retard dans les publications dû à l’inflation des écritures à accompagner et à la longueur de ces écritures, leur densité (cf le texte de Bernard qui va être repris après un temps de décantation nécessaire - comme font les plus grands auteurs... ) A noter dans les retards : l’exploitation de l’exposition Lehu, de travail de Nanette Fert dont la diffusion demande organisation préalable, le texte, donc, de Bernard Calvet... Il serait important de pouvoir étoffer une commission d’aide à l’écriture et de suivi de ces résidences qui ont entraîné un très gros travail en 2014, sans moyens humains et matériels supplémentaires. Le partenariat avec Angle a été très riche mais nous n’avons pu suivre les expositions comme nous l’aurions souhaité... A ce sujet, ce 28 février...S’inscrire pour co-voiturage...


(JPG)


2.3. Bilan, fréquentation... Intéressant notamment avec les expositions, les actions hors les murs, les temps forts et conviviaux. Un point culminant avec la présentation du travail de Jean Nicolas et Didier Tallagrand. Quasi embouteillage en EPN/Bib cet été avec les 2/5 ans... Mais très riche. Une belle implication des familles...

Au total des centaines de visites, des milliers avec les activités hors les murs ( forum des associations, salons du livre...etc)

vote : 44/44 unanimité

Bibliothèque  : En guise de bilan 2014, le rapport d’Eliane et Viviane : A noter, comme en EPN, un volume de travail accru avec une grosse période de pointe cette année et des réseaux qui dépassent les locaux, non seulement à cause des actions hors les murs en lieux publics mais par tout ce qui passe par le courrier électronique dont le temps de traitement a considérablement augmenté.

A noter, pour l’EPN, la vétusté du matériel. L’achat de deux portables et d’une tablette est nécessaire et non suffisant ainsi que la révision du matériel et du réseau par le Syndicat mixte. Ce d’autant plus que les usages ont changé. On ne vient plus tant pour des services techniques et/ou administratifs (par exemple, pour Pôle Emploi tout passe par courriel lisible sur téléphone) - que pour une aide à l’écriture, l’acquisition de savoir-faire ciblés liés à des projets personnels.

La création d’un fablab ou du moins l’utilisation d’une imprimante 3D serait souhaitable mais entraînera une présence plus longue en EPN, et formée... A cet égard un projet artistique en 3D avec Pablo Garcia, si les moyens s’en dégageaient... [4]

La communication souffre d’autant plus de l’augmentation de la charge de travail que l’évolution des services en matière de diffusion électronique ne s’est pas améliorée avec les nouveaux systèmes d’exploitation avec lesquels la maîtrise de la machine échappe de plus en plus à l’utilisateur... Peut-être faudra-t-il organiser un atelier de formation au langage html (permettant de programmer la machine et de comprendre qu’elle n’a rien de magique...)

En outre, le renforcement du secrétariat et d’une équipe de rédacteurs est prioritaire et urgent, ce travail s’effectuant parfois au dépend des animations à organiser.

EPN  toujours : fréquentation soutenue et suivie en aval de la résidence de Didier Tallagrand pour réalisation de masques ou lors d’ateliers d’écriture (exploitant notamment les mots de la Biennale) ou encore, avec les masques, avec les 2-5ans... De nombreuses activités hors les murs lors des salons du livre (Beauchastel et Chalencon,) du Forum des associations, de sorties au marché....Un beau travail d’Eliane à partir des tirages papier de brochures numériques.

Statistiques EPN & site Les statistiques montrent une hausse globale significative des consultations en 2014, avec 167136 visites sur l’année sur un total général de 738934 mais avec des disparités qui vont dans le sens de l’hypothèse émise l’an passé d’un ralentissement dans les domaines les plus sensibles à la communication par lettre d’information. En effet celle-ci n’est plus envoyée. Ceci a pu être lié à des problèmes conjoncturels qui ne sont plus. Par contre les facteurs techniques - disparition avec les nouveaux systèmes d’exploitation du logiciel permettant d’envoyer gratuitement et nous-mêmes, donc en personnalisant si nécessaire, 4000 lettres d’information, avec liens, en 2h - n’ont toujours pas trouvés de solution. Un phénomène auquel s’ajoute le renouvellement beaucoup plus fréquent des adresses courriel. Déjà une erreur bloquait l’envoi d’une liste et demandait des recherches plus ou moins longues. La disparition de services utiles sinon nécessaires à la vie associative...

La répartition donc des consultations :
-  1.Initiatives sur l’espace local de Saint-Apollinaire-de-Rias en site Villes-Internet : 60801 lectures en 2014 (dont certaines avaient pu échapper l’an passé ?) sur 93100.

-  2.Site communal (prestataire syndicat mixte des Inforoutes) : 58657 sur un total de 457320. Un secteur très sensible à la lettre d’information qui avait aussi une valeur formatrice en matière de navigation sur site et de lecture hypertextuelle.

-  3. Blogs divers accessibles à partir du portail du site : 26464, une croissance confirmée avec diversification des auteurs et des usages : 26464 visites en 2014 sur un total de 94709.

-  4. Calameo : 20657 sur un total de 79346, là aussi une sensibilité à la suspension de la lettre d’information qui, régulièrement, présentait les publications (image de couverture) avec lien pour accès direct.

-  5. Daily Motion : 557 visites sur 13899, la plupart des lectures de vidéos passant par le site ou ayant été mises en ligne sous Blogger. Donc accès très lié aussi aux lettres d’information...

Il va de soi que tout cela résulte d’un travail aux multiples auteurs, effectué en EPN ou lors de manifestations diverses mais aussi de chez soi pour des auteurs vite devenus indépendants, et via des échanges par courriel... Où des temps de présentation des blogs en fin d’édition -comme cela s’est fait pour le 1er blog de Jean-Marie Mengin, ou dans le cadre d’échanges, et suivant des objectifs plus ciblés, comme cela va se faire en Maison de retraite à Vernoux, pour ce même blog...
Quant à la vie de l’EPN, dans ou hors les murs, elle est liée aux activités en cours et à l’aide à l’écriture, les demandes de services ponctuels ayant beaucoup diminué depuis que les relations avec Pôle Emploi passent obligatoirement par téléphone. Par contre d’autres types de demande avec l’afflux estival des 2-5 ans et de leur famille... Et le retard dans la mise en forme des publications individuelles et/ou collectives liées aux diverses manifestations, qui demande un énorme travail de préparation (plus de 6 mois de retard). A noter également les groupes de travail par courriel qui fonctionnent en relative autonomie mais demandent néanmoins suivi et rencontres... Par ailleurs, s’impose la nécessité pour les travaux de week-ends ou samedis d’ateliers, d’augmentation du matériel, notamment en ordinateurs portables, mais aussi quant à l’entretien du réseau... Il parait notamment indispensable, bien que les habitués viennent souvent avec leurs appareils personnels, d’acheter trois portables ou deux portables et une tablette. Projet de l’équipe et proposition d’y consacrer, comme cela avait été envisagé, l’essentiel de deux années de budget. L’important bénévolat de l’équipe ne peut permettre de satisfaire la totalité d’incontournables besoins.

vote :44/44 unanimité


3. Projets 2015, synthèse  :

  Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia, volet 2, la question de l’identité à Saint-Apollinaire-de-Rias à finaliser par la clôture de la présentation du réel augmenté du parcours d’art, et donc d’abord par la finalisation de celui-ci. Les travaux prévus pour l’installation de Tallagrand ont pris du retard avec les intempéries...

Prévue, l’exposition de Pablo Garcia après son exposition à Angle, donc en mai-juin. Les conférences de Jacques Walter et Béatrice Fleury le 11 avril, salle Louis Nodon, qu’il faut nécessairement préparer par des ateliers d’écriture.

Des demandes de Delphine Forestier sur lesquelles il faut des précisions, notamment budgétaires et de calendrier...

Partenariat avec l’association de Mécénat du Crédit Agricole et l’hôpital, avant concert prévu du 12 avril, pour se connaître, présentation par Jean-Marie Mengin de pages d’un de ses blogs "Gr65.camino francès" avec faune et flore de divers lieux...

Aucun autre projet n’est proposé pour 2015, le temps étant nécessaire pour une bonne clôture de ces projets et pour organiser leurs exploitation et vie ultérieures et recueillir dits et écrits de la population à leur sujet.... Par contre, une des formes d’exploitation de "En attendant la mer" pourrait passer par de premiers échanges avec un village de pêcheurs au Sénégal...

A noter par ailleurs que les ressources accessibles par le biais de Villes-Internet et de Net Public sont loin d’être totalement exploitées notamment en matière de littéracie, déontologie, rapports sciences, arts et numérique...

vote : unanimité 44 pour, 0 contre, 0 abstention.

3. Compte administratif 2014 et budget prévisionnel 2015

Présentation par Geneviève Greco, trésorière. Peu d’écarts entre le compte administratif 2014 et le budget prévisionnel 2014(projetés côte à côte)

vote :44/44 adoption à l’unanimité.

Budget prévisionnel 2015 en équilibre. Ecarts minimes avec le compte administratif 2014 (projetés côte à côte). vote : pour 44/44, unanimité.

Des dépenses qui correspondent à ce que demandent région et conseil général.

NB. A faire rapidement les lettres de demande de subvention aux maires et à diverses instances -fait pour le Conseil Général. A faire début mars pour Culture région et CDDRA (demandes de versement de solde) Voir aussi sponsors privés.


-  Comptes et Budgets prévisionnels de la bibliothèque et de l’EPN pour 2015. Rapport d’Eliane Baud : dépenses :2841.71 Ce qui veut dire qu’outre le travail bénévole- qualifié- les Rias contribuent aussi au fonctionnement matériel de ces instances communales. Subventions : 1350€ au total. Or il faudrait investir en appareils -l’achat de deux portables et d’une tablette est indispensable. Un paper board serait utile. Des services à la population qui ont un coût mais qu’on nous demande de développer... L’accès à la visio-conférence est également souhaité, pour le développement culturel, les échanges, l’organisation du co-voiturage, et pour nombre de services nouveaux... Vote unanime.

Avis du commissaire aux comptes  : les comptes ont été validés.



4. Elections au CA.

L’année 2015 est une année électorale. Sont sortants dans le cadre du renouvellement par tiers tous les six ans : Mathieu Courtial, Régine Froment, Marceline Moulin et Magali Ruiz. Ont démissionné Cynthia Deloche et Cécile Risson. Alain Delarbre est décédé.

A été cooptée Viviane Bouquet. Cooptation validée par l’AG. Nous avons reçu le renouvellement de Régine Froment et une nouvelle candidature, celle de Didier Talagrand. Le nombre d’administrateurs passe donc de 22 à 22-7+3 soit 18. Il n’est pas nécessaire de modifier les statuts. Vote sur les candidatures de Régine Froment et Didier Tallagrand ? vote unanime : pour 44/44.

La séance est levée à 17h35




Réunion du nouveau CA pour pourvoir aux divers postes de travail.

-  Présidente : Jacqueline Cimaz
-  Vice-présidente : Sylvette Béraud-Williams
-  Vice-président : Robert Combe
-  Trésorière : Geneviève Greco
-  Trésorière-adjointe : Viviane Bouquet
-  Secrétariat : non pourvu
-  Secrétaire-adjointe : Nicole Bertholon Les autres membres du CA sont sans postes dédiés ou responsables de commissions. L’affectation dans les diverses commissions sera réactualisée au prochain CA.

NB. Pas de changements en ce qui concerne les responsables de la Bibliothèque (Eliane Baud) et de l’EPN (Jacqueline Cimaz)



_

[1] cf depuis l’AG, une réunion de travail et une très belle mise en blog - en cours - un gros travail réalisé par Jean-Marie Mengin.

[2] Après ces siècles de traite où ont été déportées et vendues en Amérique des dizaines de millions de personnes... Ce commerce triangulaire qui a fait la richesse des grands ports de l’atlantique...

[3] Allez faire un emprunt dans une banque si vous avez eu un cancer... etc...

[4] Et une des entrées possibles dans un éventuel travail avec un village du Sénégal ?

Préparation AG 2015. Un texte pour situer...

Bonjour,
Vous suivez avec intérêt ou curiosité les travaux des Rias, y participez plus ou moins suivant vos disponibilités. Si vous ne l’avez déjà fait, faites un pas de plus, rejoignez l’association en participant à ses activités et réflexions, de manière à mieux les connaître et à les enrichir. Si vous l’avez déjà fait, vous pouvez convier vos amis ; les apports de chacun sont importants - quels que soient âge, niveau d’études, intérêts...
Les commissions thématiques sont ouvertes à tous.
Par contre, il faut être adhérent pour voter à l’AG.

La richesse des Rias, ce sont ses adhérents, ses amis, toux ceux qui, dans leur diversité, apportent leurs idées, s’impliquent dans des activités créatrices, comme
-  la «  patrimonialisation », c’est-à-dire la création de biens communs à tous, à partir de la mémoire, des expériences de chacun, étayées par écrits, photos anciennes, documents, récits oraux... Des apports divers que le numérique en articulant texte, image, son, vidéo, permet de publier... Une mémoire collective qui vit, évolue, intergénérationnelle et interculturelle, et forge l’identité de ce plateau...

-  l’atelier « patois » et les activités festives traditionnelles qui chaque année depuis bientôt dix ans participent au maintien et à la vie d’un riche patrimoine immatériel...

-  des apprentissages et créations collectives qui bénéficient de l’apport des résidences diverses, notamment d’artistes, au travers de la découverte d’œuvres qui se créent, avec parfois intégration de la population à des phases de cette création, comme avec les photos de Camboulive (148 personnes d’ici photographiées, puis réunies en une seule photo), les masques de Tallagrand (près de 170 personnes masquées photographiées), ses images...
-   Un apport global et diversifié que les uns et les autres intègrent au patrimoine local.
Une identité de ce territoire qui s’inscrit dans un parcours d’art ouvert à tous, le nourrit et s’en nourrit...

Bref la richesse des Rias, c’est la vôtre, celle de toutes vos contributions, avec l’apport, aussi, des activités qui se déroulent en bibliothèque municipale et EPN (Espace Public Numérique, label Net Public) permettant une création culturelle continue de tous et de chacun et de l’ensemble des participants.
C’est cette création de richesses culturelles par la population qui a été validée et valorisée depuis cinq ans par le maximum d’ « arobases » possible attribué à ce territoire et ce qui y vit...

L’analyse de statistiques que nous allons très bientôt publier, met aussi en valeur les divers réseaux numériques qui se constituent, interagissent, vivent et/ou s’expriment dans ce processus de création -comme ces « finages » - communautés juridiques du Moyen Age... Comme elles aussi, vraisemblablement porteurs et/ou produits d’utopies diverses sans lesquelles il serait sans doute difficile de vivre, et sur lesquelles il est important de réfléchir ensemble...

Une occasion de réflexion qu’apportent et développent l’art contemporain et ses questionnements. cf exemple ci-dessous...

à suivre sur le site et sur les blogs et autres services figurant en portail du site. En Brèves toutes les nouvelles, avec liens, publiées depuis la dernière lettre d’information du site global.

Entre le «  Carrefour des Résistances » de Régine Raphoz (projet « Résistances »),
-  les Eoliens de Combier et la stèle à la source de la Dunière (projet «  Mouvances » pour ces deux réalisations, de Martine Diersé),

-  et avant d’arriver aux Baraques où « Visages » de Camboulive interroge l’identité de l’Ardéchois d’ici (superposition de 142 de vos photos),
-  où Tallagrand vous insérant, masqué, en étranges panoramas de jeu de cartes, vous invite ainsi à appréhender, au travers du jeu, les archétypes sous-jacents, se perpétuant ici, depuis, au moins, le temps des hommes et femmes artistes de la grotte Chauvet...

...dans les trous de ce parcours existant, déjà, à Chanallettes, en bord de D21, entre chemin vers la source de la Dunière et route de Monchal où furent, en 1944, cachés les Schlenker, un panneau de Pablo Garcia, comme ceux qui, sur autoroute, signalent les lieux remarquables, « Demain c’est loin »... A vous d’interpréter, comme vous voulez...

Et puis, en gestation près du creux de terrain où vit, avec ses roseaux, la station dépuration, totalement biologique et écologique de Saint-Apollinaire-de-Rias, va apparaître « En attendant la mer » de Didier Tallagrand. Un ponton pour imaginer les effets possibles du réchauffement climatique ? Pourquoi pas, quand vient d’être classé au patrimoine géologique mondial de l’UNESCO, par le biais de Géopark et du PNR des Monts d’Ardèche, le Bois du Four, de Vernoux, et ses sédiments - un bois où nous sommes allés, il y a peu, photographier des fossiles (et les remettre en place). « Les Rias » et tous ces lieux dits « rias ». « Rias », ces estuaires de petits fleuves côtiers que remontait la mer...

Si le Bois du Four était fond marin en ères lointaines, la mer devait bien atteindre les terres qui sont devenues celles de Saint-Apollinaire-de-Rias, commune au fort dénivelé... Patrimonialisation non plus de l’humain ici, mais d’ères géologiques lointaine s... Aller au musée de Soyons... Imaginer...

De plus, vertu subversive de l’art pouvant déboucher sur développements citoyens tels que réflexion et actions « pour tenter de réduire la part d’activités humaines susceptibles de contribuer au réchauffement climatique » ?

A noter volet pédagogique prévu et instance de pilotage, pour l’ensemble du parcours d’art, d’un réel augmenté accessible par téléphone, et pouvant être infiniment développé et évolutif... Un tel projet ne peut évidemment se passer de vos apports... Résistances/Mouvances/...
« Du recueil de mémoires à l’écriture transmedia (I et II)
...

Convergences ?


NB. Régine Raphoz est une artiste savoyarde, Camboulive, artiste utilisant la photo, et auteur des « Papillons verts, travaille à Clermont Ferrand, Martine Diersé, sculptrice, travaille en Fabras et autres jardins ardéchois, Pablo Garcia est un jeune artiste, diplômé des Beaux-Arts de Montpellier, Didier Tallagrand est artiste et enseignant de Design d’espace en école supérieure d’art... Tous ont travaillé ici au cours de résidences.(pour lesquelles nous bénéficions des aides de la Région, du département et de diverses autres collectivités locale




_

Assemblée générale 2014

L’Assemblée générale 2014 a eu lieu aux Baraques le 25 janvier.

Préambule

14H30 : Emargement des présents, mandants et mandataires sur la liste électorale

1. Approbation du compte-rendu de l’AG 2013 (unanimité)

2. Introduction ou rapport moral et d’activités

2.1. Etat de l’association :

L’année 2013 est en fait à cheval sur l’année 2012-2013 et l’année 2013-2014 puisque nous travaillons par année scolaire... Les gens adhèrent à tout moment de l’année... Des problèmes personnels -nouvelle maternité pour la trésorière, de vue pour la présidente, ont entraîné un certain retard en dépit du gros travail assumé par Geneviève Greco, Nicole Bertholon, Marceline Moulin et Robert Combe, et, d’autres, comme Nicolas Garousse, Christian Prost, pour l’information, et, pour les indispensables et conviviales « activités annexes », par Cynthia Deloche et Cécile Risson et bien d’autres. Là, de nouvelles adhésions et des réadhésions affluent depuis l’appel au renouvellement lancé avec près de 6 mois de retard... A ce jour, le seuil des 200 est dépassé. A noter par ailleurs que deux associations ou structures ont adhéré, en tant que telles, aux Rias, ce qui est une donnée nouvelle et importante.
A signaler aussi l’énorme travail d’Eliane Baud, bibliothécaire, qui a réussi à résorber l’essentiel des retards dans les rentrées de livres, à mettre en place un rangement attrayant et a su utiliser la richesse de la résidence de Didier Tallagrand pour promouvoir la lecture des livres documentaires ou de fiction portant sur les animaux ou les mettant en jeu, c’est-à-dire la lecture tout court...

2.2. Bilan des activités 2013 :

2.2.1. Elles ont essentiellement été structurées par le projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia. Ecritures numériques et question de l’identité- Volet 2 ».

Un rappel toujours utile Le projet « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia » ne s’est ni perdu ni clos avant cette année mais précisé en diverses phases qui se sont poursuivies comme des strates dont l’ordre s’est assoupli : a. d’abord un temps fort de patrimonialisation, création collective de connaissances à partir d’un patrimoine essentiellement immatériel faits de souvenirs d’autrefois, d’une histoire et de valeurs transmises de générations en générations, de savoir-faire et usages locaux, notamment festifs ou liés au travail rural, mais pas seulement...

Un rôle essentiel à cet égard du groupe « Patois », Les Rias adhérant depuis l’an passé à l’IEO (Institut d’Etudes Occitanes).

La parole à Paulette Vignal :

Les derniers vendredis de chaque mois nous avons la rencontre patois qui est fort appréciée de tous. Nous discutons ensemble en patois de tous les travaux qui se faisaient dans le temps à la campagne avec ces outils que l’on avait - par exemple le brabant - pour labourer les terres - il était tiré par les vaches liées sous un joug - et des « juscles » en cuir (brides). Ce que l’on mangeait à cette époque : la soupe midi et soir - un morceau de lard, du fromage, quelquefois des œufs, des fricassées de pommes de terre, des criques, et, au printemps, une salade de pissenlits (« laterou »). Nous étions contents et cela ne nous a pas empêchés de devenir vieux. Au revoir, à l’année prochaine et merci d’être venus...

Et à Marceline Moulin :

Les mois se suivent et se ressemblent par ce plaisir de se retrouver pour ces après-midi d’échanges et de partages. Les récits d’histoires vécues et d’anecdotes sont ressentis comme des moments privilégiés.
Nous apprécions beaucoup la présence de Gégé et Jojo animateurs à RDB. Les fleurs et plantes des champs de St Apollinaire- donc de l’herbier de Paulette - vont revivre ; elles sont identifiées et reconnues sous le nom qu’on leur donne à la campagne et leur utilité médicinale grâce aux apports de tous et l’aide précieuse de Christian Giroux. Ce travail de groupe va aboutir en un livre numérique afin de valoriser et de protéger notre patrimoine. Les dictons récoltés chaque jour par M Rey refont le mois écoulé. Merci pour ces moments chaleureux et ces chansons pleines de bonheur.
Nous pensons aussi à ceux qui ne peuvent plus se joindre à nous pour raisons de santé : Pierre Félix et Suzanne Reboul, Alain Besson et Edith Gachon.


(JPG)


Un rôle essentiel et fondateur en matière de patrimonialisation du groupe « patois ». Mais il y a aussi les Fêtes.

Les précisions de Jacqueline Cimaz :

Je voudrais revenir sur un rôle essentiel des rencontres festives - leur dimension culturelle, patrimoniale, de création de connaissances : - s’y parle de mémorables parties de pétanque, d’habilités et d’intelligence du jeu, mais aussi des naissances et des morts, des unions ou désunions, des pratiques, de la vie de tous les jours et du temps, des enfants qui grandissent, du travail et du chômage, des déplacements, du devenir de la commune - des communes - du besoin de services de proximité, de la vie de tous les jours du territoire, de réseaux, de lieux à géomètries diverses. Des petits livres en témoignent souvent, sans prétention autre que celle de leur enracinement local, petits « livres » largement consultés, comme au loto 2014 : « j’avais pas vu ! J’y étais l’an passé... Ah oui, et... ». Des recettes s’y échangent... Un exemple ? De vacances, s’est ramenée la découverte de la place du sel en caramel ou chocolat. Connaissances nouvelles, appropriation, essais, créations culinaires (les crêpes de Cynthia !), écrites ou autres, intégration au patrimoine local, ne serait-ce que par publication, qui, de plus, rejoint ce « réel enrichi par tous du parcours d’art » à voir sur tablette ou téléphone... Une identité du lieu & de chacun qui s’enrichit, stratifie, intègre, vit quoi... Où ces activités dites « annexes » dans le modèle de budget pour comptes, sont, certes, fondamentales en tant qu’elles participent à la reconstitution et au développement de ressources propres de l’association nécessaires aux apports culturels professionnels et qualifiés, par le biais de résidences d’artistes ou scientifiques, mais aussi par leur rôle irremplaçable dans la création patrimoniale et culturelle continue de la vie de ce territoire qui, d’ailleurs, intègre et réinterprète ces apports, s’en enrichit et les enrichit... (cf ainsi la richesse de l’après-midi du 11 novembre...). Des chances d’accès à l’université pour les jeunes ruraux qui peuvent ainsi approcher celles des milieux urbains.

Et le récapitulatif de Cécile Risson :

FETES ET MANIFESTATIONS
Comme chaque année, 2013 a débuté avec son traditionnel loto.
Ce fut une belle soirée et une belle réussite.

Le samedi 9 mars, nous étions réunis dans la salle communale où se jouait le premier concours de belote organisé par l’association.
Beaucoup de monde, la salle était pleine et il régnait une bonne ambiance !

Ensuite arrivait le 15 août et l’esplanade du temple se transformait en boulodrome pour accueillir les joueurs toujours plus nombreux.
Beaucoup de succès pour les diverses animations.
C’est un plaisir d’organiser ce rendez-vous et de retrouver des habitués.

Le dimanche 22 septembre, un repas était offert aux bénévoles pour les remercier de leur aide précieuse, lors de toutes les manifestations.
Cette attention a été fortement appréciée et est nécessaire afin de préserver ou de recréer du lien social.
Puis les festivités se sont terminées avec la castagnade. Les châtaignes ont été dégustées accompagnées de beaujolais nouveau autour du brasero.
Jacqueline a ensuite projeté sur grand écran, les cartes du jeu des neuf familles de Didier Tallagrand.
Cette soirée s’est poursuivie autour d’une bonne omelette et s’est terminée par des parties de belote.


(JPG)


On ne peut clore le chapitre « patrimonialisation » sans parler du beau travail de Sylvette Béraud-Williams, avec Fougeyrol et, avant, sur les ponts d’Ardèche... (Des livres qui sont en prêt en bibliothèque...)

La patrimonialisation se poursuit, mais a grandi, depuis l’an dernier :

b. le besoin d’affirmation d’une identité liée à une vie privée pouvant être mise en danger par Google Street et autres logiciels du même type (cf l’herbier de Paulette), mais surtout par l’interconnexion réalisée ou possible de divers services, comme médicaux et bancaires par exemple. Quand déjà certaines entreprises refusent des services alloués antérieurement aux plus de 70 ans ! Un retour à ces pratiques japonaises où les vieux partaient mourir dans la montagne, ou réthaises où, il n’y a pas si longtemps, devenant inutiles bouches à nourrir, les femmes allaient se noyer dans les chenaux alimentant en eau de mer les vasais - réservoirs pour marais salants - et que les hommes, eux, se pendaient dans les greniers ? Soleil Vert comme réponse au problème des retraites et à la croissance de la population planétaire ?
Par delà, la réponse symbolique par l’herbier, la nécessité de la vigilance citoyenne et de services de proximité. Un numérique qui s’enrichissant de la vie locale et l’enrichissant, permet la survie du rural, et non un numérique alibi de la désertification... Cf à cet égard l’interview que va publier Villes Internet dans le « Cités en réseaux » des 15 ans ou les initiatives de St-Apo dans l’Observatoire scientifique, mais surtout l’exemple emblématique du taxi de Paulette ou la qualité de la création de Geneviève dans « Ile aux faisans », une écriture visuelle des plus contemporaines - cf aussi le succès des cartes de vœux- ou « vacances exceptionnelles » ou la Fable d’Elicia...

c. puis la notion de « réel augmenté », transformé pour éviter toute confusion en « réel-enrichi-par-tous » Ou utiliser le numérique pour mieux connaître et faire connaître ce territoire et ses habitants. Plus pour soi-même et les jeunes et les autres que dans une visée touristico-économique qui nécessiterait d’autres infrastructures. Années 2012 & 2013 de recensement et d’exploration. D’où recours au scientifique (biologie, histoire, ethnologie, TIC...), à l’approche des investigations artistiques (par les visites, les ateliers, les résidences d’artistes), pour mieux connaître, saisir les évolutions en cours et agir sur elles. La création est moyen de connaissance précédant souvent la recherche scientifique et même la mise en mots des indices perçus et se mettant en relation. Ce n’est pas un hasard si l’art contemporain se définit au moins autant par l’activité - la démarche- de création - que par le ou les produit(s) de cette activité...

A cet égard nous avons suivi avec Robert Combe puis aussi Max Boyer deux journées inter-départementales de formation de « médiateurs artistiques » organisées par Arzel Marcinkowski...

Les impressions de Robert Combe...

"Rencontres Art Contemporain

Pour me familiariser à la découverte et connaissance de l’Art Contemporain, avec Mme Cimaz, j’ai eu la possibilité de participer à deux journées de formation Rencontre Art Contemporain les 29 janvier à Montélimar, Câteau des Adhémar" et le 16 avril 2013 à Privas, au théâtre.

La formation était surtout axée sur la découverte du rôle du médiateur d’art et son action dans un projet.( fonction qui est appelée à être de plus en plus professionnelle au sein des structures existantes en utilisant du personnel ayant un certain bagage dans le domaine des Arts) Ces deux jours ont permis de mieux appréhender la fonction de ce médiateur d’art, les difficultés auxquelles il doit faire face et l’importance de "transmetteur" entre l’oeuvre ou l’artiste et le public.

Les 10 et 11 septembre 2013, avec mesdames Cimaz et Bertholon, nous avons participé aux journées dédiées aux professionnels de la 12ème Biennale de Lyon. Nous avons pu découvrir les oeuvres d’une soixantaine d’artistes contemporains, jeunes pour la plupart, originaires des "quatre coins" de notre planète. _

(JPG)


La diversité des oeuvres et leur appréhension qui n’est pas toujours très aisée, surtout pour moi. Tout un chacun peut être un artiste en suivant son imagination en sortant un objet ou un outil de son rôle traditionnel et en le plaçant dans un tout autre cadre...

Journées intéressantes après réflexion ; même si parfois je pouvais avoir en tête la remarque "qu’est-ce que je fais là !" en ressentant un étrange sentiment devant telle ou telle oeuvre ou bien un vide."

A noter effectivement que la professionnalisation est visée en ce domaine [1]

A noter que Les Rias ayant eu l’habilitation professionnelle « Biennale de Lyon », nous avons pu participer, en avant-première, avec Robert Combe et Nicole Bertholon aux journées professionnelles de la Biennale... Y participait aussi Didier Tallagrand avec un groupe d’artistes d’Angle-art contemporain...

Nicole Bertholon souligne avec enthousiasme l’intérêt de la Biennale

Elle insiste sur sa richesse, sa diversité, ses complémentarités... Un temps fort de la vie culturelle régionale, riche d’enseignements pour tous...Une qualité plastique et de vidéos, pour certaines oeuvres, à souligner, et ces oeuvres systémiques associant installations, vidéos, sculptures, cinétique...


Il y a par ailleurs les résidences dont le bilan est à faire pour la clôture du second volet de « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia », projet aidé par la Région à hauteur de 6000€ dans le cadre du FIACRE. Peut s’y ajouter l’achat d’une borne à placer au Carrefour des résistances et, éventuellement d’une ou deux tablettes supplémentaires... A voir...

 [2]


img8072|center>


Les résidences :

-   Un travail théâtral de qualité, conduit par Christian Bontzolakis, continu et dense, dit Nicole Bertholon, pour interrogations du numérique, en coopération avec l’EPN. Des avancées significatives en matière d’ « avatars » et de « réseaux » même si le temps de répétition avec des techniciens gérant les projections n’a pas permis de déboucher sur la forme de restitution prévue. Objectifs numériques et théâtraux cependant atteints. De très riches apprentissages et une importante création de connaissances. Des questions de fond abordées et défrichées.


-  Sinon, une résidence artistique amorcée mais qui a été interrompue par l’artiste...

-  Celle de Didier Tallagrand, vue par Jacqueline Cimaz :

Sylvette Béraud-Williams ayant été retenue dans l’Ain par un autre travail c’est à un artiste, plasticien, rencontré téléphoniquement suite à un quiproquo (mais un de ces entretiens longs et denses qui s’avèrent décisifs), qu’a été demandé le travail de synthèse, de réflexion et construction d’ensemble - possible ou impossible - des divers matériaux et modalités d’approche susceptibles d’offrir un angle d’entrée dans les contenus, amassés par tous, du réel augmenté du parcours d’art. Une affaire complexe. Comme pour Sébastien Camboulive, l’appréhension d’une démarche artistique sans connaître la personne. Le feu vert d’Arzel Marcinkowski, chargé de mission Arts visuels au Conseil Général de l’Ardèche, qui, lui, connaissait Didier Tallagrand. De ces départs dans l’inconnu, loin de la synthèse ethnologique prévue, dont on sent qu’ils vont faire avancer vers un inédit de qualité.

Une démarche a priori incongrue à partir d’une histoire d’avatar, de temps anciens convoquant archétypes et mémoire... Un travail apparemment fort simple de construction de masques d’animaux suivant un protocole très strict, des photos des personnes -auteurs ou autres- avec ces masques puis le détourage et l’incrustation en panorama-familles, de ces êtres hybrides, chasse-gardée, totalement secrète dans ses appariements, de l’artiste... Où chacun se reconnait. Un jeu magnifique et étrange, déjà exposé au musée d’art contemporain de Sofia et commandé par le département de l’Ardèche pour l’Artothèque. Un jeu qui renvoie chacun à des interrogations sur soi, sur ce territoire, ses mythes, son « roman historique » et aussi à son devenir, à sa volonté de le construire. Et une appréhension sinon opacifiée du moins complexifiée de ces contenus d’un réel augmenté qui ne peut plus se réduire à une somme de documents. Des activités de médiation remarquables ; plusieurs centaines de personnes engagées à ce jour dans cette aventure, ne serait-ce qu’en osant tenter un jeu avec les cartes qui interpelle chacun, obligeant à un travail sur soi... Une grande générosité de l’artiste qui nous a fait le don non prévu d’un certain nombre de jeux au-delà de ce qui était à donner aux participants.
Un peu d’oxygène pour les fonds de l’association, certes, mais surtout des jeux pour faire jouer les visiteurs, pour faire qu’ils ne voient pas ce réel augmenté comme une simple somme de livrets, vidéos ou autres documents numériques. Qu’interpelés, ils s’engagent en profondeur dans toutes les transversalités possibles... La chèvre de Marie-Claude et son vécu d’enfant ? Le renvoi aux temps premiers de ces bords d’eau... La recherche d’une identité à travers ses masques...
Une expérience formatrice qui marquera à vie les jeunes qui y ont participé et sans doute aussi les moins jeunes. L’impression partagée de mieux comprendre le monde, les temps historiques ou non, de mieux appréhender les complexités, y compris les siennes... Une telle densité qu’elle ne peut que marquer le visiteur du parcours d’art avant sa visite - pour peu qu’on puisse le faire jouer... Où les objectifs de ceux qui ont aidé Les Rias dans cette aventure, et notamment la Région et le Département sont largement atteints.
A noter aussi un partenariat avec Angle-art contemporain, où il convient d’aller voir ou revoir « Océan Homme » le beau travail du très jeune et très diplômé Lionel Renck sur lequel nous reviendrons avant d’aller à Marseille voir... (A suivre...)

Lionel nous dit et redit que dans l’art contemporain, plus que le produit c’est la démarche qui compte, l’activité de l’artiste...
54 cartes pour interroger une démarche commune et diversifiée par chacun (à ne pas confondre avec la procédure...)

A noter ce 7 février la restitution croisée des résidences de Camboulive et Tallagrand. A ne pas manquer...


d. 2013 a été l’année des réalisations et collectes pour ce réel augmenté à partir de matériaux mis en forme et de créations. Ce avec les investigations théâtrales, visuelles, sonores, gestuelles, performatives...

La présentation du livre de J-P. Dubost n’a pu avoir lieu, le livre n’étant toujours pas édité.

En conclusion : on n’est toujours pas dans le spectaculaire, la diffusion de spectacles, mais dans

l’art contemporain, démarche et action pour comprendre le monde et agir sur lui.

Le besoin de structurer, conserver et transmettre, de plus dans un contexte de réduction budgétaire, a entrainé la multiplication des publications, notamment de très modestes mais nombreuses publications numériques bien accueillies et dans la réalisation desquelles la population s’est impliquée. Publications sous forme « livre », avec tirages papier, ou, à moindre degré, « vidéo »

L’ensemble des publications numériques - forme livre - dépasse les 160 et leur consultation s’est accrue de manière exponentielle, de 7460 à 36110 soit + 28650 en 2012. Une certaine confusion subsiste néanmoins entre « numérique » et « numérisé. » Des publications imprimées aussi, une collection créée.


(JPG)


La parole à Geneviève Gréco :

La crise actuelle a très certainement ralenti la vente de livres. Nous misons sur le beau temps afin de pouvoir exposer sur les marchés.

Notre bibliothécaire propose de s’installer devant son domicile cet été, une idée très appréciée.

Les petits livres captent l’attention des curieux, celui de Paulette sur la ruralité connait le succès.

Merci Paulette de nous remettre en mémoire l’utilisation du téléphone (passage obligé par le central)

Aujourd’hui le portable, de plus en plus sophistiqué...

On ne pense plus à écrire ; les jolies cartes de voeux ou d’anniversaire deviennent rares...
_______
A noter que ces publications fonctionnent aussi de manière transversale comme éléments structurants d’un réseau local charnière entre le territoire et les divers réseaux, sociaux ou autres domaines du Net, où ils sont à la fois, mémoire, références, repères et biens communs.

Si ces publications -et leur liste chronologique » font partie du réel augmenté du trajet du parcours d’art, en cours d’élaboration - les œuvres d’art elles mêmes en sont évidemment, aussi, des éléments constitutifs majeurs - numériques comme l’ « Ardèche » de Camboulive ou « Rêverie au travail », le blog de Jean-Pascal Dubost - ou à présenter numériquement pour les autres (publication ou vidéo ou sonothèque ou site ou blog... A voir... les projets d’ « habillage » numérique ne manquant pas... à concevoir en fonction des contenus et de nos moyens... ) (cf tableau Fête de l’Internet 2012).


Contribuent à ce grand chantier où s’enchaînent le réalisé, l’en-cours et l’à-venir :

-  des ateliers d’écriture numérique à poursuivre et approfondir ce qui suppose des acquisitions techniques, méthodologiques mais aussi culturelles, en EPN. Le travail de prise de photos...

-  la réalisation de la signalétique du parcours d’art et sa mise en place, nécessaires à toute appréhension de ce numérique qui augmente le réel. L’avis de François, Jean-Marie, Marceline, Régine, Robert, Michel...

- Les visites d’exposition Le relevé de Nicole Bertholon

-  Participation d’un groupe conséquent à St-Etienne, à la visite des expositions Toguo et Perriaud...

-  Lors de la participation de deux puis trois personnes aux journées bi-départementales de formation sur la médiation artistique, visite d’une exposition au Château des Adhémars, à Montélimar.

-  Participation des Rias au vernissage de l’exposition « Visages » de Camboulive à la galerie Les Douches à Paris (un petit groupe des Rias pour voir les 142 portraits génériques de l’Ardéchois du Plateau)
-  Participation au vernissage de Vidéoformes à Clermont Ferrand avec « Les papillons verts » de Sébastien Camboulive (une pleine voiturée des Rias)
-  Visite à Angle de l’exposition « l’histoire d’un œil » fin août après vaine recherche - pourtant en suivant Didier Tallagrand- du « 1 bis chemin de L’Ile des Faisans » par une douzaine de personnes des Rias.
-  Participation d’un groupe de trois personnes aux journées professionnelles de la Biennale de Lyon.
-  Participation directe de plus de 170 personnes aux activités de médiation liées à la Résidence de Didier Tallagrand, sans compter la simple participation au jeu...



Fête de la science
Après les ateliers d’écriture - un travail assidu- l’intervention de Garlann Nizon sur la philosophie d’Open Map Street et son intérêt pour suivi à venir du parcours d’art et de son réel augmenté par tous...
La très riche intervention de Pierre Morelli prenant appui sur des exemples locaux de patrimonialisation... Un public avisé.
Puis la sortie sur les lieux clés du parcours d’art pour tester la qualité de l’accès au téléphone et revenir sur les documents liés à chaque lieu...


L’avis de Nicole à découvrir au travers de son compte-rendu de l’AG...

A noter que de là est né le projet «  Mémoire de clandestinités », validé par le CDDRA. Une partie artistique avec Pablo Garcia et Didier Tallagrand, une partie scientifique avec Jacques Walter et Béatrice Fleury, une partie mixte avec Pierre Morelli et Delphine Forestier, doctorante de l’Université de Lorraine. Un volet DRAC patrimoine à monter...


2.3. Bilan, fréquentation...

Variable. Un public parfois moins vaste que l’année précédente pour ce qui était comparable - sauf pour la Fête de la Science - où jouait l’effet curiosité pour locaux neufs - mais beaucoup plus spécialisé dans l’ensemble... Et des records - dans et hors les murs- avec la résidence de Didier Tallagrand. Un total à préciser entre 1000 et 2000 ? Ou plus avec les activités hors les murs. >3000 ? (personnes différentes)

Bibliothèque : En guise de bilan 2013, le rapport d’Eliane Baud  : Cette année, la bibliothèque est dans ses locaux. Très fréquentée l’été, moins l’hiver sauf quand il y a des manifestations culturelles ou festives.
La quasi totalité des livres prêtés par la BDP qui manquaient encore l’an passé ont été récupérés après de multiples démarches.
De nouveaux lecteurs se sont inscrits, dans toutes les tranches d’âge.
En liaison avec le résidence de Didier Tallagrand, les livres animaliers sont beaucoup sortis.
Nous avons eu aussi des créations de petits livres mettant en jeu les animaux avec travail de la mise en page et de l’image sur l’ordinateur. Ou partant des trois expressions inductrices de la Biennale de Lyon...

Pour cette nouvelle année nous vous attendons encore plus nombreux et créatifs...

Une exposition sur l’eau exploitée hors les murs par Nicole Chaudier a suscité beaucoup d’intérêt, en liaison avec le livre sur les ponts de la Dunière de Marie des Ponts et avec l’exposition sur les ponts d’Ardèche présentée par Sylvette Béraud-Williams.

Nous avons eu aussi la présentation du livre ..... d’Yves Paganelli. Une soirée très enrichissante, entre mots chantés et dits. Un public très intéressé... La bibliothèque s’est aussi impliquée à toutes les manifestations associatives autour du livre...


EPN : le rapport de J.Cimaz. En ses locaux. Fréquentation soutenue et suivie lors de la résidence de Didier Tallagrand pour réalisation de masques ou lors des ateliers d’écriture (exploitant notamment les mots de la Biennale) De nombreuses activités hors les murs lors des salons du livre (Beauchastel et Chalencon,) du Forum des associations, de sorties au marché....

Les statistiques montrent une hausse globale en 2013, mais un net ralentissement en nombre de domaines. Site : 73663 visites d’adresses IP différentes en 2013 (sur près de 398663) - une baisse de 13,6% en valeur absolue annuelle par rapport à 2012 (85588 visites sur 325000 au total), ce qui, dans des conditions par ailleurs identiques, s’explique par l’espacement considérable des lettres d’information lié aux problèmes de vue de la webmastrice. Un phénomène qui devrait s’atténuer peu à peu avec l’assez bonne mais très récente récupération de la vision mais pose néanmoins avec une évidente acuité le problème de l’élargissement de l’équipe de rédaction. Les manifestations communales ont été aussi riches mais les comptes-rendus sur le site et surtout les lettres de diffusion n’ont pas toujours pu suivre.
Il est évident que si cette tendance n’était inversée les activités risqueraient d’en pâtir. Blogs : 24745 visites en 2013 (sur un total de 68245 au lieu de 26600 en 2012 sur 43500). Une progression en nombre absolu comme pour le site mais là aussi une baisse relative de 9,3% ce qui confirme le constat effectué.

Calaméo : 28500 lectures en 2012 (sur 36000) - 58692-36000 = 22692 en 2013 soit une baisse relative de 20.5%. Un constat qui semble amplifié pour les calaméos particulièrement accessibles par la lettre d’information...

La commune a eu le Label 5 arobases Villes Internet en 2013 et gère son espace sur le site de Villes-Internet. Initiatives Villes internet : 12700 lectures en 2012 sur 18400 Nous en comptons au minimum 13899 en 2013 soit là une augmentation de plus de 9% ce qui va à l’encontre des constats faits sur le site et irait bien dans le sens de l’hypothèse formulée, la lettre d’information du site n’étant pas diffusée sur Villes Internet...

Daily motion : 8700 lectures 2012 si le nombre de 900 est bien valable pour fin 2011. 12907 pour 2013, soit là aussi une augmentation très sensible. Or là aussi la publication de vidéos n’est pas annoncée sur les lettres d’information.

Donc il semble bien se confirmer que la diminution du taux de croissance de la consultation du site, des blogs et de calameo soit uniquement liée à la non diffusion de la lettre d’information laquelle ne dépend ni de la qualité de la vie communale ni de celle de la vie associative mais des gros problèmes de champ visuel de la webmatrice qui se sont accentués en cours d’année, limités par une 1ère intervention chirurgicale sur un œil le 21 octobre, puis sur le second le 21 novembre et enfin par de nouveaux et complexes verres de lunettes le 28 décembre.

Des statistiques troublantes... Un problème à peu près réglé...
Mais qui rend plus indispensable que jamais la nécessité que ce soit une équipe et non une personne qui assure le travail de rédaction et qu’une autre personne soit suffisamment formée pour pouvoir si nécessaire assurer au pied levé et avec l’aide du SIVU le travail d’administration du site.
Une demande que ces statistiques rendent impérative ; il en va aussi de la vie du milieu rural...
 [3]

Rapport du C.A. présenté par Jacqueline Cimaz (Présents ou réprésentés : tous votes unanimes )


(JPG)


3. Projets 2014, synthèse :

-  Mémoires de clandestinités donc - clandestinités historiques ou autres, notamment écologiques (cf publication Nicolas-Tallagrand)
-  Un travail sur le son avec Hélène Hoffmann et Brigitte Prévost dont contenu et modalités restent à préciser...
-  Fête de la science ?
-  Lancement du Parcours d’art avec sa signalétique et son volet « réel augmenté » ? [4]

-  Autres ?

-  Partenariat EPN/Bibliothèque/Les Rias transversal dans ces projets avec Angle-art contemporain pour le premier, éventuellement Folioles pour le second, OT peut-être pour le parcours, notamment volet Réel augmenté...

4. Rapports financiers Cahier de trésorerie informatisé qui reprend le colossal travail effectué par Geneviève Greco et son cahier papier de trésorerie, les comptes divers, notamment en ce qui concerne le festif, effectués par Cynthia et Cécile... Validé par les deux commissaires aux comptes, François Juston et Hervé Vignal...

4.1. Compte administratif 2013
A noter qu’il est très proche du budget prévisionnel 2013, y compris dans la gestion des stocks... VOTE unanime

4.2. Budget prévisionnel 2014
VOTE unanime

A noter que le projet de stand au marché l’été, pensé et proposé par Eliane devrait permettre de développer les ventes de livres, ateliers d’écriture numérique plein air et adhésions à l’association. Nécessité d’y être à deux ou trois...

Réfléchir à la tenue ou non d’une exposition au Temple à condition de connaître assez tôt ses dates de disponibilité...

5. L’année 2014 n’est pas une année électorale - du moins pour Les Rias. Des urgences moins urgentes, mais un travail collégial à renforcer, notamment pour le site, la question du secrétariat à régler. Des cooptations possibles.
A voir en CA du second trimestre après le Printemps des poètes et la Fête de l’Internet qui vont bien nous occuper en mars d’autant que le thème du Printemps des poètes noue poésie et arts et celui de la Fête de l’Internet Création et Internet...

Tous votes unanimes
Séance levée à 17h04



_

[1] et que le niveau d’études requis s’est considérablement accru.(Niveaux 3ème cycle de l’enseignement supérieur actuellement pour nombre de jeunes artistes...comme Lionel Renck

[2] (A cet égard, possibilité de consulter in situ, sans le déclasser, le dossier envoyé pour clôture du volet 1, 5000€ dont nous venons de toucher le solde de 2500€)

[3] Une solution s’est esquissée depuis l’AG, Eliane, la bibliothécaire, ayant fait un effort d’équipement personnel et surtout un énorme effort de formation personnelle, dépassant très largement le seul domaine technique. Si elle poursuit, penser d’ici deux ans à une validation des acquis de l’expérience, sous une forme ou une autre...

[4] prévu depuis pour la mi-juillet





_

Alain Delarbre nous a quittés


Après un long et courageux combat contre la maladie, Alain Delarbre s’est éteint cette semaine.

Fidèle administrateur des Rias depuis près de dix ans, depuis les débuts de l’association, Alain Delarbre était aussi un auteur et chercheur exigeant.

Il disparait au moment où ses publications sur 1851 et sur le patrimoine vernousain du 20ème siècle vont être exploitées à l’Université de Lorraine dans le cadre d’un travail sur la patrimonialisation, ce que nous aurions tant aimé avoir le temps de lui dire.

Tout le monde se souviendra de sa gentillesse, de son honnêteté intellectuelle - de ce travail des textes et images qu’il effectuait avec une rigueur exemplaire - et de sa disponibilité pour accroître et diffuser ce bien commun que constituent les connaissances et les moyens partagés de leur production et diffusion.

Jacqueline Cimaz





_

Une grande AG, chaleureuse et constructive

en salle municipale neuve...


Après le long temps du contrôle des mandats et des signatures pour mandants et mandataires, et autres présents, la séance est ouverte à 14h45.

Marceline Moulin, secrétaire, présente rapidement le compte-rendu de l’AG 2012 distribué à tous les participants. Un compte-rendu voté à l’unanimité des présents ou représentés, soit 62 voix. [1]

2. Modification éventuelle des statuts : inutile puisque le nombre global d’administrateurs reste constant. Donc pas de modification.


3.Introduction ou rapport moral

3.1. Etat de l’association :

L’année 2012 est en fait à cheval sur l’année 2011-2012 et l’année 2012-2013 puisque nous travaillons par année scolaire... Les gens adhèrent et parfois cotisent à tout moment de l’année avec pointe au 4ème trimestre mais aussi au 1er... Après un creux dû aux conséquences de l’emploi aidé - avec la surcharge administrative entraînée - puis à un accident et surtout aux travaux, la situation est entrain de se redresser, de nouvelles adhésions et des réadhésions de personnes qui nous avaient quittés depuis plusieurs années... A ce jour, le seuil des 200 est en passe d’être largement dépassé.

Bilan des activités 2012 :

3.2.1. Elles sont essentiellement structurées par le projet "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia".

Ce projet ne s’est pas clos mais spécifié en diverses phases qui se poursuivent comme strates s’empilant mais restant relativement actives :

-  a. d’abord la patrimonialisation, création collective de connaissances à partir d’un patrimoine essentiellement immatériel, fait de souvenirs d’autrefois, d’une histoire et de valeurs transmises de générations en générations, de savoir-faire et usages locaux, notamment festifs ou liés au travail dans le secteur, mais pas seulement... Un travail qui occupe une moindre place mais se poursuit, avec un rôle non exclusif mais important du groupe « Patois », adhérent depuis cette année à l’IEO.

La parole à Paulette Vignal

Les rencontres Patois se passent très bien -1 fois par mois. Cette année, nous avons étudié les plantes de notre région. Nous avons couru les chemins avec Christian Giroux qui nous a dit le nom des plantes et ce à quoi elles servaient dans le temps pour se soigner :
La ronce..... les maux de gorge
Le chou ..... les rhumatismes
Et bien d’autre mal encore. Si vous voulez savoir, venez nous rejoindre tous les derniers vendredi du mois. Merci à l’année prochaine.

Et à Marceline Moulin :

Les mois se suivent et se ressemblent par ce plaisir de se retrouver pour ces après-midi d’échanges et de partages.
Les récits d’histoires vécues et d’anecdotes sont ressentis comme des moments privilégiés.
Nous apprécions beaucoup la présence de Gégé et Jojo, animateurs à RDB. Les fleurs et plantes des champs de St Apollinaire donc de l’herbier de Paulette vont revivre ; elles sont identifiées et reconnues sous le nom qu’on leur donne à la campagne ainsi que leur utilité médicinale grâce aux apports de tous et à l’aide précieuse de Christian Giroux. Ce travail de groupe va aboutir en un livre numérique afin de valoriser et de protéger notre patrimoine. Les dictons récoltés chaque jour par Michel Rey refont le mois écoulé. Merci pour ces moments chaleureux et ces chansons pleines de bonheur.
Nous avons eu le décès de Mr Ranc Franck. Nous regrettons l’absence de Mme Ranc et Mr De St Jean, et pour raison de santé de Mrs Gounon, Pierre Félix et Suzanne Reboule, Georges Dumas...


On peut aussi entendre M.REY, l’auteur d’une collecte régulière des dictons du Dauphiné.

Un retour sur archives qui montre l’importance accordée depuis toujours à la langue...



Cette phase se poursuit, mais ont ensuite pris le pas :

-  b. le besoin d’affirmation d’une identité liée à la vie privée et qui est apparue comme mise en danger par Google Street et son futur successeur... La réponse symbolique par l’herbier, marqueur daté et précis du lieu. Travail en cours sur l’herbier numérique à partir des données recueillies lors des sorties et autre travail avec Christian Giroux. L’apport du groupe « patois » engagé dans la réalisation de l’herbier numérique bi ou trilingue, est important, contribuant fortement à l’identité de la population de ce territoire.

-  c. puis la notion de « réel augmenté ». Ou utiliser le numérique pour mieux connaître et faire connaître ce territoire et ses habitants. Plus pour soi-même et les jeunes que dans une visée touristico-économique. Année 2012 de recensement et d’exploration. D’où recours au scientifique (biologie, histoire, ethnologie, TIC...), à l’approche de la création artistique (par les visites, les ateliers, les résidences d’artistes pour mieux connaître, saisir les évolutions en cours et influer sur elles. On n’est donc pas dans le spectacle ou la diffusion de spectacles, mais dans l’utilisation de l’art contemporain, y compris "numérique" (utilisant et interrogeant le numérique), pour connaître et faire vivre son territoire à partir des apports de tous.

d. et 2013 doit être l’année des réalisations et structurations de ce réel augmenté à partir de ces matériaux - mises en forme et créations, organisation. Ce avec les investigations théâtrales, visuelles, sonores, gestuelles, performatives... la maîtrise accrue des écritures numériques, de la synthèse ethnologique. « Mon territoire j’l’transforme » - appel à projet offert aux jeunes, et projet artistique fouaillant l’articulation artistique/numérique et l’articulation - la charnière - territoire/réseaux, pour lequel le choix de l’artiste est en cours... Avec retour sur les projets qui se sont terminés - exposition Camboulive et présentation du livre de Jean-Pascal Dubost.

On n’est donc pas dans le spectacle - l’organisation, la diffusion de spectacles - à dire, redire et faire comprendre, mais dans l’art contemporain, moyen de compréhension du monde. Le besoin de structurer, conserver et transmettre, dans un contexte de réduction budgétaire a entrainé la multiplication des publications, notamment de modestes mais nombreuses publications numériques bien accueillies et dans la réalisation desquelles la population s’est impliquée, suivant diverses modalités. Publications sous forme « livre », avec tirages papier, ou, à moindre degré, « vidéo »

L’ensemble des publications numériques - forme livre - dépasse les 110 et leur consultation s’est accrue de manière exponentielle, de 7460 à 36110 soit + 28650 en 2012. Une certaine confusion subsiste néanmoins entre « numérique » (explorations pédagogiques de possibilités de composer textuel, images, sons, vidéos dans un "livre") et « numérisé.  » [2]
Des publications imprimées aussi, une collection créée.


La parole à Geneviève Gréco :

Bonjour ! Le livre « Vernoux que j’aime » de MM. Alain Delarbre et Maurice Reyne a eu beaucoup de succès ; à ce jour 403 exemplaires vendus. Il fait partie du patrimoine du « réel augmenté » du parcours d’art.
La réédition du livre de M. Alain Sabatier a pris un peu de retard sur la date prévue ; mais il ne saurait tarder à être publié.
De nouveaux petits livres ont été réalisés et publiés ; nos jeunes se débrouillent très bien, encourageons-les à poursuivre.

115 publications numériques dont tirages papier diffusés. 36715 lectures.

-  De « l’édition d’un livre à l’écriture » concernant la publication de M. A Delarbre : 2745 lectures
-  « Le jardinage tout un art » : 1936 lectures
-  « Daniel Andrieu expose aux Baraques » : 1738 lectures - « Salle du conseil travaux 2012, 2ème trimestre » : 1262 visites
Les publications font partie du fond numérique constituant le réel augmenté du Parcours d’Art.

A noter que si ces publications fonctionnent donc de manière transversale comme éléments structurants d’un réseau local charnière entre le territoire et les divers réseaux sociaux ou autres domaines du Net où ils sont à la fois, mémoire, références, repères et biens communs.
Si ces publications -et leur liste chronologique » font partie du réel augmenté du trajet du parcours d’art, en cours d’élaboration -
les œuvres d’art elles mêmes en sont évidemment, aussi, des éléments constitutifs majeurs - numériques comme l’ « Ardèche » de Camboulive ou « Rêverie au travail », le blog de Jean-Pascal Dubost - ou à présenter numériquement pour les autres (publication ou vidéo ou sonothèque ou site ou blog... A voir... les projets d’ « habillage » numérique ne manquant pas... à concevoir en fonction des contenus et de nos moyens... ) (cf tableau Fête de l’Internet 2012). Mais, outre des considérations de fond [3], le coût des tablettes dédiées paraitrait exclure le recours généralisé à de tels outils.


Contribuent à ce grand chantier où s’enchaînent le réalisé, l’en-cours et l’ à-venir :

-  le travail d’investigation théâtrale notamment en ce qui concerne identité et avatars (plus d’un an de travail avec la kinect).



Avatars contrainte ou espace de liberté ? Avatars respectés ou moins tolérés que ne l’étaient les pseudonymes des siècles passés ? L’objet d’un débat éducatif et citoyen à avoir...

Mendy et Mylène, nées à l’ère du numérique - sur l’intérêt de l’atelier théâtre, avec Christian Bontzolakis, de la réflexion sur la kinect, du travail sur les avatars et l’identité, et sur leur théâtralisation improvisée de la présentation du livre numérique réalisé en atelier. Enregistrement audio de l’interview où elles expliquent leur utilisation du Hip hop pour s’approprier la musique de Frédéric Acquaviva et la faire connaître.


MP3 - 1.3 Mo
La création expliquée à 10 ans...



-  la Fête de la science où l’écriture scientifique et la constitution d’une documentation scientifique (cf la conférence de Michel Schlenker ) sont socle indispensable à toute augmentation du réel, l’atelier d’écriture numérique montrant les premiers balbutiements d’une écriture composite articulant texte(s)/image(s)/son(s) en une autre unité complexe. (cf publications numériques). Est ainsi posée la nécessité de l’apprentissage d’une écriture numérique complexe ainsi que celle de la lecture de ces écritures numériques composites.

-  des ateliers d’écriture numérique (cf le travail avec Nicole Bertholon pour l’écriture, Régine Froment pour le son...) à poursuivre et approfondir ce qui suppose des acquisitions techniques, méthodologiques mais aussi culturelles en EPN. Le travail de prise de photos...

-  la réalisation de la signalétique du parcours d’art et sa mise en place, nécessaires à toute appréhension de ce numérique qui augmente le réel. [4]

La parole à Régine Froment sur le PARCOURS D’ART


Le projet avance lentement mais sûrement !!! Nous avions pris l’option de ne pas faire les choses dans la précipitation. Début Avril 2011 une reconnaissance du tracé du sentier au départ du Carrefour des Résistances a été organisé avec Monsieur Taconet. Au cours de cette année 2012 ; les panneaux gravés ont été vernis, les autres sont chez Michel Deloche qui doit les graver à la gouge. On espère qu’en Mars on pourra terminer le vernissage, préparer les poteaux,.... de manière à les poser en Avril-Mai.
Prochaine étape : Rencontre avec Mr le Maire pour les autorisations nécessaires. et une reconnaissance du parcours Nous réfléchissons sur l’installation d’une nouvelle œuvre vers la Station d’épuration


-  les expositions - Adine Duval puis Daniel Andrieu. Adine Duval - des activités de travail numérique de l’image et du son ; Daniel Andrieu, la réalisation et la diffusion de deux petites brochures numériques qui ont de suite battu des records de lecture (« Daniel Andrieu visité aux Baraques », 1474 lectures en moins de 4 mois, « Daniel Andrieu esposé aux Baraques », 1725 en 5 mois)

-  d’autres réalisations et démarches à traduire en livrets, à la lisière de l’artistique et du scientifique... Revenir sur des expériences passées comme les orgues de bambou ou d’autres, plus modestes... reprendre photos, vidéos pour construire....

-  les visites d’exposition - Pénone à la Fabrique du Pont d’Aleyrac - une publication globale sur la visite, 296 lectures, mais un album de Christophe et un d’Elicia avec, respectivement, 215 et 261 visites ; et Aitken en Arles - une publication numérique en blog - « irriguer le numérique par l’artistique  », 121 lectures. A noter le retard pris pour l’exposition « Les papillons verts » de Sébastien Camboulive, une fin de projet et un retard qui s’expliquent par celui des travaux... retard aussi en ce qui concerne la publication du livre de J-P.Dubost et donc d’interrogations sur productions et démarches d’écritures traversées par le numérique... Mais l’estampille de la Région et celle du Conseil général de l’Ardèche vont être lisibles en mars 2013 à Clermont Ferrand pour le Festival Vidéoformes. Et l’exposition Camboulive sera visible aux Baraques au plus tard, au printemps.



ardeche par sebastiencamboulive


-  L’appel à projet artistico-numérique et des réponses sur lesquelles nous reviendrons... Un classeur circule, réunions de travail pour choix définitif début février - ouvertes à tous...

-  les ateliers « patois »/occitan qui s’inscrivent essentiellement dans le volet patrimonial mais également - ce qu’a marqué l’adhésion cette année à l’IEO, socio-linguistique, notamment à partir d’un travail de traduction de dictons sélectionnés par Michel Rey, Ateliers ayant par ailleurs la charge de l’herbier. Des comptes-rendus réguliers sur le site municipal, domaine Les Rias, avec incrustation de photos et de vidéos. De très belles affiches de Marie des Ponts en parfaite harmonie avec ces contenus.

-  diverses manifestations conjuguant festif et création sociale (bal folk, concours de pétanque, rôtie de châtaignes, une grande première avec le retour du numérique en spectacle vivant... Des brochures numériques lues respectivement 431, 975 et 337 fois en un peu plus d’un mois pour la dernière) sans oublier les activités régulières de l’EPN et de la Bibliothèque, perturbées par les travaux, souvent « Hors les murs » cette année, très nomades donc, mais bien présentes...

3.3. Taux de fréquentation globaux effectifs et numériques Par tranches d’activités
Bibliothèque : en locaux provisoires, une bibliothécaire débutante -Eliane Baud- mise sous pression par la demande de livres manquants depuis cinq ans qui semblaient ne pas manquer six mois auparavant ! A presque en oublier que la Bibliothèque avait pour objectif premier le développement de la lecture sous toutes ses formes... [5]
EPN : EPN éclaté en mairie pour la Fête de l’Internet, en Salons de lecture, expositions au temple, ateliers d’écriture au sein d’ateliers théâtre ou écriture numérique en Grange du Vernat, Salle du Lac, et, depuis peu, en nouveaux locaux - salle dédiée et salle municipale ultra connectée ! Plus de 1000 personnes avec des degrés divers d’implication - sans compter le travail par le biais de l’Internet. Sous des formes très diverses et complémentaires ; par ailleurs, à la lisière artistique/numérique, le travail avec le collège, grâce à l’implication de Nathalie Véronèse, professeur-documentaliste... (3 classes de 4ème concernées)...

Beaucoup de rencontres, échanges, débats et le dynamisme suscité par les 5 arobases. La belle signalétique réalisée par Claude Simon dans la chair du tilleul de Combier.

Site : 85588 visites d’adresses IP différentes en 2012 (sur près de 325000) ce qui exclut, ce qui est regrettable, le travail sur le site ou avec le site qui est pourtant une donnée très intéressante. [6]
Blogs : 26600 visites en 2012 (sur plus de 43500 - 16900 il y un an)
Calaméo : 28500 lectures en 2012 (sur 36000)Label 5 arobases Villes Internet en 2012 et gère son espace sur le site de Villes-Internet qui apparait de plus en plus comme banque de données et base de réflexion dont on n’épuise pas la richesse...
Initiatives Villes internet : 12700 lectures en 2012 sur 18400
Daily motion : 8700 lectures 2012 si le nombre de 900 est bien valable pour fin 2011.

Soit un cumul de près de 432000 visites dont près de 165000 en 2012, ce qui est à prendre comme un élément d’analyse, non comme un bilan scientifique qui demanderait des critères beaucoup plus précis.
L’intérêt réside plutôt dans les hypothèses qui peuvent émerger des comparaisons plus ou moins riches d’enseignements sur les pratiques... Où les mises en relation peuvent participer d’un outil de veille et d’interrogations...


(JPG)
Total global des consultations 2012 : entre 162 & 165000 (nombres arrondis par le bas) Le total des totaux n’a aucun sens les divers sites n’ayant pas été ouverts à la même date. L’intéressant par contre, pour les publications sous calameo : 28500 cette année sur 36000 depuis octobre 2009. Et le fait qu’elles soient parfaitement lisibles & audibles sous Smartphone sans avoir besoin du moindre QRcode.


Ainsi le tableau semble confirmer le développement d’un usage des Calaméos fondé sur le sens que leur donne le projet d’ « augmentation du réel » du territoire. Outils à la fois maniables, proches des savoir-faire et peu onéreux en tant qu’outils de numérisation. En outre, cela renforce l’hypothèse de leur poids dans le fonctionnement, la mémoire et la structuration d’une sorte de réseau local numérique et physique, référence partagée, point d’appui, entre territoire et réseaux sociaux ou autres...
Un réseau mixte dont le contenu et le fonctionnement seraient (seront) à analyser par rapport à la classification faite des territoires...
Après le numérique, sinon intégré à celui-ci, l’ensemble disparate des vidéos. Des chiffres peu significatifs dans la mesure où il n’y a pas longtemps que les données statistiques de Daily Motion sont communiquées de manière globale. Cependant une tendance qui fait sens dans la mesure où les documents vidéos permettent comme le livre numérique structuration, conservation et communication... A suivre et vérifier l’an prochain, et mieux utiliser...Et travailler.( notamment avec ces logiciels d’augmentation ou détournement de la vidéo ouvrant un espace à la création plastique ? )
Initiatives Villes Internet, là aussi des chiffres sujets à caution dans la mesure où des initiatives plus anciennes ne sont plus prises en considération, où le nombre des initiatives varie... Elles sont sans doute moins denses cette année, mais plus proches des évolutions sur le terrain, l’espace Villes Internet ayant peut-être joué un rôle de repère stable et daté par rapport au provisoire des lieux durant les travaux et aux incertitudes quant à la fin de ceux-ci... Voir comment évoluera cette utilisation l’an prochain... Peut-être comme un réseau transversal de réflexion, à partir notamment des apports des projets reçus en réponse à l’appel à projet, de leur étude, évaluation, puis de la mise en oeuvre du projet retenu... ce qui serait très intéressant et le serait encore plus si des écoles ou collèges du réseau Villes Internet, ou le rejoignant, s’engageaient dans ce type de réflexion...
Les blogs, moins lus, car d’une lecture plus longue et difficile, avec une architecture spécifique, différente de celle du livre. Des rôles distincts suivant les blogs et l’importance prise par « Ecritures Numériques », fonctionnant un peu comme laboratoire de réflexion à partir duquel «  De Site en Ville I » établit des ponts vers Villes-Internet. « Les Rias » et « Au lieu de se souvenir » jouant un rôle de bases de connaissances sinon de banques de données ; un rôle assez proche pour « Rêverie au travail » assorti d’un côté performance... Quant au facebook ? Lieu d’appropriation rapide et d’échanges, de constitution de références plus ou moins pérennes ; une fenêtre aussi sur le monde... Ou une multiplicité de hublots...A manier avec précaution... Le site où se livre l’anecdotique, accumulation qui élude parfois le travail en profondeur... Une plaque tournante, un aiguillage, un réservoir de références passées que ne transforment guère les mises en archives...
Et puis il y a l’ensemble de la vie associative, riche d’enseignements, de convivialité, de participation. L’intersection de diverses approches comme l’a montrée la rôtie de châtaignes où à la demande de Cynthia et d’autres parents, trois jeunes ont présenté leur travail en atelier d’écriture numérique Fête de la Science. Du numérique de fabrication locale - ouvert sur un peu plus, avec la musique d’Acquaviva - au territoire avec ce spectacle vivant où s’est intégré un autre travail...


(JPG)


La parole à Cécile Risson sur ces « FETES ET MANIFESTATIONS »

Comme chaque année, 2012 a débuté avec son traditionnel loto. Cependant, pour des questions d’organisation, nous en avons modifié le jour en l’avançant au Samedi et ce fut une réussite de par la générosité des commerçants qui nous offrent un lot et le dévouement des bénévoles de l’association. Le 15 Août, nous nous sommes retrouvés devant le temple pour le concours de pétanque. Une belle journée nous attendait. L’esplanade élargie du temple ne suffisait pas à accueillir les 44 doublettes et des joueurs ont dû squatter les chemins alentours. Les animations proposées ont connu un véritable succès, notamment le casse bouteilles qui a bien fonctionné. Tout le monde se retrouvait autour de la buvette et du buffet pour se désaltérer et déguster des crêpes, des frites et des saucisses cuites au barbecue. L’ampleur du succès nous encourage pour les prochains, d’autant que de nouveaux bénévoles nous ont rejoint et nous les en remercions. Puis les festivités se sont terminées avec la castagnade. Là aussi avec du changement. La date a elle aussi changé pour les mêmes raisons d’organisation. Elle a eu lieu le Samedi précédant le 11 Novembre et dans la nouvelle salle communale. C’était la première manifestation dans ces murs !!Les filles de l’association nous ont présenté un spectacle du livre numérique réalisé lors des ateliers « Fête de la science » avant de passer à la dégustation des châtaignes cuites au feu de bois sous le préau, accompagnées de vin chaud, le tout très apprécié. L’après-midi s’est poursuivi par des jeux de société et des parties de belote, avant que Claude Simon n’offre l’arobase qu’il a sculptée et qui orne désormais l’entrée de la salle. Enfin, la journée a pris fin en partageant une omelette surprise. Ce fut un moment très convivial et plein de gaieté.


Le site ? Où tout se retrouve... Site-marqueur identitaire aussi et référence incontournable... D’ailleurs les statistiques le concernant sont riches d’enseignements... L’accès facile par la page Publications des Rias aux calaméos et à Daily Motion...
Un feuilleté de mémoire utile, identitaire, parfois un peu étouffant... Evolution ? A voir... Des mises en archives en cours, à poursuivre... Il est certain que son intérêt se relativise par rapport à celui d’un système évolutif, différencié mais structuré, et articulé à ce site par les brèves de la page d’accueil globale. Les comptes-rendus aussi de diverses réunions ou manifestations auxquelles nous représentons l’association... Et qui, en retour, alimentent notre réflexion, comme pour l’inauguration de la salle Louis Nodon...

Rapport du C.A. présenté par Jacqueline Cimaz (Présents ou réprésentés : 62. Adopté à l’unanimité) Mise en ligne le 23/01/2013. Quelques liens rajoutés ultérieurement pour faciliter les lectures réticulaires et non territoriales (03/02/2013)


Le compte administratif 2012, le Budget Prévisionnel du projet 2013 [7], le Budget prévisionnel 2013, présentés par Cynthia Deloche, trésorière, après communication du visa des commissaires aux comptes - Hervé Vignal et François Juston - ont été votés à l’unanimité.


Elections au Conseil d’administration. Anne-Marie Maria, administratrice que nous remercions, à laquelle nous souhaitons un rapide rétablissement, et que nous espérons revoir aux Baraques, se retirait pour raisons personnelles. Les autres se représentaient tous ainsi que les "cooptés" entre 2 AG électives ; un nouveau candidat, Jean-Marie Mangin. Tous les candidats ont été élus à l’unanimité. L’AG s’est transformée en CA pour l’élection du président ou de la présidente. Inchangée. Par contre la présidence est renforcée par l’élection d’un nouveau vice-président, Robert Combe [8]. La trésorerie reste inchangée [9]. Le secrétariat [10] reste à renforcer, un chantier en cours pour la prochaine réunion du CA. Par ailleurs, Eliane Baud est responsable de la Bibliothèque et Jacqueline Cimaz du PAPI/EPN et webmastrice du site. Des équipes à renforcer là aussi. Un certain optimisme avec un afflux d’adhésions (4 nouvelles depuis l’AG ! Le retour confirmé de personnes qui s’étaient éloignées de l’association depuis quelques années. Idem pour la Bibliothèque et l’EPN...)

J.Cimaz

NB. Article rédigé à partir du rapport moral et d’activités. Les PV seront mis en ligne dès que possible en même temps qu’envoi en sous-préfecture et aux organismes qui nous aident.

_

[1] A noter que des personnes n’habitant pas très loin ont été surprises par la fonte glissante de la neige le matin, et ne sont pas venues, sans avoir envoyé de mandat puisqu’elles pensaient venir...

[2] Simple mise en calaméo d’un livre qui a été imprimé, encollé, massicoté après travail de transcription... Seul travail numérique, celui de certaines images notamment par un jeune collégien...

[3] D’ailleurs le marché des liseuses vient de s’effondrer aux USA, largement dépassé par celui d’outils polyvalents offrant plus de ressources à l’initiative et la création...

[4] Et le beau travail de Michel Deloche !

[5] Autrement, visites de curiosité, de suivi des travaux, pour rendre des livres, accéder à l’Internet, vie au ralenti en locaux provisoires. 2 à 300 visites sur l’année en comptant les utilisateurs de l’EPN ? Y ajouter la participation extérieure aux salons du livre ou à divers ateliers proches des activités d’animation de bibliothèque qu’il s’agisse d’écriture ou de lecture, les relations avec le CDI du collège... Présentations publiques en salles ou dans les rues du livre édité d’Alain Delarbre et Maurice Reyne avec projections et explications, plusieurs centaines de personnes...

[6] Par contre sont prises en compte notre suivi d’images du site - donc aussi de l’image du site - et d’action par ce biais sur celle-ci - là où on trouve la prégnance de la Camargue, de l’intérêt pour les planches composites (dont on mesure l’évolution) et d’une stabilité déconcertante sauf pour le seul site que nous référençons, à la demande de son auteure (le nôtre n’étant pas référencé...). Y aurait-il un lien entre le fait d’être référencé par un site et la liberté quant au choix de ses images à afficher sur son propre site ? Cela parait peu probable mais reste à vérifier...

[7] "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia. Structuration et réalisation du réel augmenté du trajet du parcours d’art, à partir du travail de 2012 et avec l’aide de l’artiste à sélectionner parmi ceux qui ont répondu à l’appel à projet 2012"

[8] jacqueline Cimaz, Présidente, Sylvette Béraud-Williams et Robert Combe, vice-présidents.

[9] Cynthia Deloche, trésorière, Geneviève Greco et Cécile Risson, trésorières adjointes

[10] Marceline Moulin, secrétaire, et Nicole Bertholon, secrétaire-adjointe...





_

La création expliquée à 10 ans...

De CA en précisions, calendrier et dérives...


Ceci n’est pas un compte-rendu, juste des bribes et remarques et réponses à remarques...

Bientôt d’autres renseignements...


D’abord : un CA à l’étroit dans la mairie... Un manque de place pour étaler les papiers qui a conduit à l’oubli de quelques points divers...

Sans grande gravité...

Nous étions nombreux en effet...

Et c’est certainement le dernier CA avant mise à disposition des nouveaux locaux...


Situation financière tendue mais saine.

Des subventions conformes aux demandes, contractuelles pour la Région Rhône Alpes et le Conseil Général de l’Ardèche, pour les communes impliquées, et l’aide de sponsors privés dont Véolia Eau.


A quoi servent ces subventions et rentrées d’argent nécessaires ? (Une question qui nous a été posée par de nouveaux adhérents...

Ces subventions sont, bien sûr liées au travail effectué et à la conformité des réalisations avec les projets validés. Des subventions destinées à faire vivre les artistes intervenant et à permettre à la population de bénéficier de prestations de qualité, adaptées aux projets en cours et éclairées par ces projets...

Une contribution aussi aux avancées culturelles nécessaires au développement du territoire...


Le projet actuel, validé par les diverses instances :

" Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia ", un projet en cours depuis deux ans avec les temps forts

-  du portrait générique de l’Ardéchois du plateau de Sébastien Camboulive, [1]

-  de l’écriture de Jean-Pascal Dubost sur blog-brouillon public intermédiaire, [2]

-  du travail théâtral avec Christian Bontzolakisfinalisé en bonne part, déjà, par la question de l’identité : recherche du nom d’adresses courriel personnnelles, évocation du plus lointain souvenir, du souvenir le plus désagréable, construction de son avatar et pilotage corporel, à distance, de celui-ci... Essai d’avatars "de groupes " cf " Je suis le cheval qui danse. .." Distinction de ses diverses identités numériques"... Identité et rapport public/privé...

-  Transversalement, l’intervention de Sylvette Béraud-Williams pour aider l’émergent à advenir et devenir deréchef patrimoine. L’identité dans l’évolutif de la reconstruction de mémoire...

-  Et la prise en compte officielle et nouvelle du travail, toujours bénévole, effectué en matière de culture numérique, d’identité et suivi de projet, bien au-delà de ses seules dimensions associatives. Un inédit inattendu qui devrait faciliter les incursions en territoires nouveaux des arts numériques...


Bref, un gros travail et un travail où chacun trouve son domaine de compétence... Où chacun construit et s’enrichit du collectif... Et explore...

Le réel augmenté ? L’augmentation même ne change-t-elle pas l’identité ? Comme celle de ces centres villes ainsi dédiés au tourisme et que fuit la population locale "qui ne se reconnaite plus chez elle"...

Une démarche inverse choisie sur ce plateau où c’est la population même, dans toutes ses composantes qui construit le devenir de son ou ses identité(s) solidement ancrée(s) dans l’histoire et les plantes d’ici.


(JPG)


Autres nouvelles, bientôt complétées :

-  La réalisation des panneaux pour la signalétique du parcours d’art, avance, ils sont très beaux... Bientôt, d’autant que des autorisations de passage ont été accordées...

-  Jeudi 19 : signatures d’auteurs publiés par les Rias dont Alain Delarbre pour "Vernoux que j’aime" devant le Bureau de Tabac d’en bas...

-  Dimanche 22, 16h au Temple des Baraques : finissage de l’exposition d’Adine Duval augmentée de travaux numériques de Jacqueline Cimaz, Mendy Deloche, Christophe Gaillard, Renée Grüneweiser et peut-être d’autres, d’ici là...

-  Mercredi 25, 14h30, visite du chantier Mairie/Bibliothèque/EPN par Mme Lhuillier, responsable de la BDP et Patricia Zaccharie. Toute l’équipe, même occasionnelle, de la Bibliothèque est invitée à participer à cette rencontre...

-  Dimanche 29 : les Rias et nombre d’auteurs seront présents à la Fête du Livre de Chalencon...

-  Bal folk municipal du 30 juillet ; Les Rias tiendront la buvette et seront présents...

-  Concours de pétanque du 15 aôut : satisfaction partagée devant l’élargissement de l’esplanade sous le temple...

-  16 août : balade contée de l’OT aux Baraques...


Reste à fixer, en juillet, la re-venue de Christian Giroux...

Et déjà Fanny demande des dates pour le retour de Christian Bontzolakis en septembre...

J.Cimaz


(à suivre...)

_

[1] un travail qui a créé une certaine anxiété quant à une identité individuelle fondue dans le collectif.

[2] ce qui a sinon préparé, du moins, semble-t-il, anticipé par sa réflexion rejetant la notion d’"inspiration", l’introduction de celle de "livre de dettes" doublé d’un "hommagier" -cf "et leçons et coutures" publié par J-P.Dubost aux editions isabelle sauvage... Une autre façon d’aborder l’identité : "je ne suis pas loin de penser qu’on ne pense pas, mais qu’on nous pense, que nous = nos autorités d’auteurs = les auteurs de nos citations "...



_

Beau temps pour AG sereine


dans une mairie réaménagée à cet effet pour l’après-midi.

Retour attentif sur une année 2011 qui, avec la gestion d’un emploi aidé au premier semestre, a dû faire face à des problèmes administratifs complexes - une gestion coûteuse en temps.

Une situation que les nouvelles conditions d’aide n’ont pas permis de prolonger.


(JPG)


Parallèlement, la restructuration des écoles d’art a retardé la mise en oeuvre d’un pan important du projet "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia".

Néanmoins l’essentiel du travail a été effectué, avec notamment, la grande réussite de la résidence de J-P.Dubost, la seconde exposition Camboulive, la fête de la science avec Pierre Ménard...

Parallélement, l’exposition Diersé, puis celle des travaux de Jacqueline Devylder, se sont bien déroulées.

Les rencontres patois ont été riches. Les apports de Nanette Fert ont suscité bien des échanges - qui se poursuivent. Les voyages au Mézenc et à Paris ont été fructueux.

Une année qui, commencée avec les quatre arobases de Villes-Internet, a vu la montée de rencontres festives rajeunies et dynamiques, et la remontée - spectaculaire en fin d’année - du flux des adhésions et consultations du site, des blogs et sites annexes...


(JPG)


En outre, une équipe efficace, renouvelée et rajeunie, deux nouveaux administrateurs cooptés, et un projet dynamique qui se met en place sur la lancée du travail numérique de patrimonialisation, valorisant et démultipliant les apports de tous.

Et puis ET PUIS il y a ce déménagement, les travaux en cours. A côté de la salle du Conseil Municipal, un EPN [1]/Bibliothèque rénové qui va devenir aussi lieu d’exposition et de diffusion des arts numériques...

A côté, des projets festifs et conviviaux déjà amorcés, notamment avec le loto...

Jacqueline Cimaz

_

[1] Espace Public Numérique



_

Réunion fructueuse pour le CA

Après traditionnel point de l’état de l’association -adhésions et réadhésions - budget et trésorerie - courriers...

le suivi des activités :

-  patois, la richesse... et l’intérêt de la diversité des points de vue...

-  signalétique parcours d’art : deux séances de travail qui ont permis d’avancer avec toujours, en ligne de mire, la belle maquette de Michel Deloche...

-  EPN/bibliothèque / Un provisoire qui se précise...

-  Publications : des projets qui se bousculent... Le livre d’Alain Delarbre et Maurice Reyne : un retard dû aux nouvelles exigences légales en matière de publication d’images - des contraintes pour les auteurs, l’éditeur et aussi pour l’imprimeur. Un gros travail d’Alain Delarbre et un retard qui pourrait se traduire par un gain en matière de qualité et authenticité...

A.Sabatier : un gros travail de saisie a été fait dans le cadre de l’emploi aidé créé pour un an ; reste à finaliser ; il faudra encore plusieurs mois. Un petit livre numérique de Geneviève Greco devrait sortir avant, comme, peut-être de petis livrets de nos jeunes conçus à partir de leurs collages numériques... et autres projets plus patrimoniaux à dévoiler progressivement...

-  grands projets aidés :

* d’abord le très riche bilan d’une fête de la science qui n’en finit pas de ricocher...La richesse discrète de l’apport de Pierre Ménard et d’une implication intergénérationnelle...

* "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia" un bilan déjà très riche, les activités de médiation théâtrales bientôt en place, la montée en puissance du travail avec A.Chazard, retardé par la restructuration de l’ESAD... De nouveaux besoins de collecte et réflexion... L’achèvement imminent de la seconde partie du travail de Camboulive et de nouvelles activités de médiation à mettre en place... La poursuite du travail de Jean-Pascal Dubost - et son blog. Donc, plutôt qu’un nouveau projet, une nouvelle phase de ce projet à mettre en place ? S’ouvrant à un travail sur l’identité (dont la gestion des identités numériques ?)

* L’amorce d’un nouveau projet d’installation plastique avec appel à projet - et donc conception des activités de médiation avant - pendant -après... Réunion prévue début janvier -avant l’AG, avec Arzel Marcinkovski pour finaliser ce projet...

-  projets associatifs

* volet festif de la dernière rencontre "patois" de l’année civile,

* loto du 7 janvier : il faudra beaucoup de monde pour jouer les cartons vendus !!! Réflexion en cours sur quelques attractions en prime. Une belle participation des commerçants et artisans...


BIEN D’AUTRES POINTS ONT ETE ABORDES PLUS ADMINISTRATIFS OU ORGANISATIONNELS... DONT LA PREPARATION DE L’AG.

A cet égard, bien que l’année 2012 ne soit pas une année électorale, toutes les bonnes volontés pour renforcer le CA seront bien accueillies...

Nous appelons aussi nos amis internautes à renforcer l’association en y adhérant, en envoyant des contributions diverses - textes, images, sons, commentaires, en communiquant avis et propositions...

Jacqueline Cimaz





_

C.A. de septembre


(JPG)


Un CA bien préparé par le Bureau


(JPG)


et les diverses équipes -dont celles de la trésorerie, avec Cynthia, Cécile et Geneviève,


(JPG)


de la signalétique "Parcours d’art, avec ce beau travail de Michel Deloche...


(JPG)


Des lettres qui semblent avancer dans l’espace... Et bien sûr, au préalable, les repérages de Marie des Ponts, Régine Froment, Robert Taconet, la taille des piquets avec d’autres en plus - comme les Simon... La peinture, Geneviève et son tablier prévoyant, Fanny, Cécile, François, toujours présents... Du bel ouvrage...


Celle du dossier Villes-Internet... et de la signalétique 2011, un travail méticuleux de François Juston pour l’usinage des supports et la pose, avec Fanny et Cécile...


(JPG)


sans compter les papiers - abondants comme le montre l’étalage ci-dessous des réponses au questionnaire de septembre 2010... le travail de Jacqueline et Michel Cimaz, après multiplication des concertations...


(JPG)


Le contenu du journal du 4ème trimestre se précise et le travail d’écriture se partage, le calendrier étant préalablement revisité et précisé, ainsi que les mesures provisoires à prendre pour la période de travaux...

Côté projets, la Fête de la science bien sûr avec la venue de Pierre Ménard ; celle d’Alexis Chazard, pour "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia", la restitution de Dubost, le théâtre avec Bontzolkais... Et bien sûr une représentation théâtrale plus festive, avant, le 8 octobre, le 11 novembre et ses réjouissances autour de la castagnade, le loto de janvier...

Chaque mois, cela va de soi, le "patois"...


Ensuite Paulette Vignal offre à chacun un peu d’odeur de lavande de son jardin - et de fleurs enfermées dans de petits chapeaux aux couleurs satinées d’autrefois.


(JPG)


Puis Michel Cimaz sort les plans de la nouvelle construction...


(JPG)


Explique er répond aux questions.


(JPG)


Des solutions de substitution diversifiées sont envisagées pour la période des travaux... Et la magie opère - ce tracé sur papier de ces murs dans lesquels on oeuvrera ensuite. Du plan à l’imagination d’un espace vécu, fonctionnel, créatif et chaleureux...

J.CIMAZ





_

Un Bureau dynamique


pour préparer le CA de septembre...


(JPG)


Où la trésorerie s’expose et se détaille avec une grande lisibilité et toujours plus de précision.

Un rajeunissement apprécié de tous.



_

Changements à la direction des Rias


ou


Anne-Marie Bedoucha a dû renoncer, pour raisons de santé, au poste de trésorière qu’elle assumait depuis des années aux Rias.

Nous la remercions pour le travail effectué avec compétence et exigence et espérons la revoir bientôt pour d’autres activités, notamment celles d’une commission théâtre dans laquelle sa rigueur, sons sens de la mise en scène et en espace, de l’écriture théâtrale, ont été particulièrement appréciés.

Le travail qui devrait se mettre en place à l’automne avec Christian Bontzolakis, comme prévu dans le cadre du projet "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia", ne pourrait qu’y gagner...


Restait à résoudre le problème de la trésorerie.

Une analyse des tâches permet de distinguer trois secteurs essentiels dans ce domaine :

-  la gestion courante fondée sur la tenue d’un cahier de trésorerie numérique, "bidouillé" au fil des ans en fonction des besoins, mémoire et reflet des activités de l’association, synthèse communicable et surtout outil qui, en fin d’année, permet la naissance très rapide du compte administratif de l’année qui se termine et le socle pour l’élaboration du budget prévisionnel de l’année à venir...

-  l’élaboration du budget prévisionnel des diverses actions ou opérations, sa régulation en cours d’activité puis le bilan, l’analyse comparative et l’évaluation terminale.

-  les comptes immédiats et précis des recettes et dépenses de chaque action ponctuelle, type loto ou concours de boules... [1]


L’idée d’un travail d’équipe, différencié en fonction de ces axes (à affiner, modifier, enrichir... chemin faisant), s’est peu à peu imposée.


Ont été élues :

-  Cynthia Deloche, trésorière,

-  Cécile Risson, 1ère trésorière adjointe,

-  Geneviève Greco, 2ème trésorière adjointe,

Cynthia et Cécile intègrent donc le Bureau dont Geneviève faisait déjà partie.

Le Bureau comprend donc le Secrétariat formé de Jacqueline Cimaz, présidente, Marceline Moulin, secrétaire, Cynthia Deloche, trésorière, auquel s’ajoutent Sylvette Béraud-Williams, vice-présidente, Nicole Bertholon, secrétaire adjointe, Cécile Risson et Geneviève Greco, trésorières adjointes, ainsi qu’Anne-Marie Bedoucha, responsable de la Commission théâtre, Paulette Vignal, responsable de la commission Fêtes, Mathieu Courtial et Magali Ruiz, pour la communication numérique, Marie-Thérèse Louis et Régine Froment -pour la signalétique du parcours d’art, un chantier conduit avec Marceline...


Un rajeunissement et une dynamisation dont les effets se sont déjà fait sentir avec des projets de Cynthia de simplication/appropriation/standardisation du cahier de trésorerie électronique.

Par ailleurs, rendez-vous est pris pour le samedi matin prochain pour les changements et dépôts de signatures à la poste à 9h et au Crédit Agricole à 9h30. [2].

Jacqueline Cimaz


(JPG)
Derniers échanges autour du verre de l’amitié...


L’article de Nicole Bertholon

L’ordre du jour comporte un point important, la possibilité ou non de reconduire l’emploi de Fatima Mana pour une période de six mois.

Avant toute chose il convient de dire que cet emploi est important pour le fonctionnement de l’association mais que cette reconduction dépend cependant de ses capacités de financement.


Il est donc procédé à l’inventaire des projets en cours et des subventions accordées et attendues à réception des factures fournies, des manifestations programmées et des ventes de livres qui procurent quelques rentrées d’argent, des nouvelles adhésions qui s’annoncent bien.

A l’issue de cet état des lieux et compte-tenu des possibilités de financement propre de cet emploi il est décidé de le reconduire pour 12h par semaine en cas d’une aide de 60% ou de 15h par semaine en cas d’aide de 70%, pour les 6 mois à venir. [3] Cette résolution est adoptée à l’unanimité.


Le 2ème point important est la nécessité de remplacer Anne-Marie Bédoucha, démissionnaire pour raison de santé au poste de trésorière.

Après explications données par Jacqueline Cimaz sur le poste et la gestion des comptes, Cynthia Deloche accepte le poste de trésorière. Elle sera assistée par Cécile Risson et Geneviève Gréco. Cette résolution est adoptée à l’unanimité.


Le 3ème point concerne le calendrier de l’été qui est étudié et précisé en tenant compte des incertitudes sur la possibilité de maintenir les dates prévues, notamment pour les publications.

Les projets en cours sont en bonne voie, d’autres se dessinent, des réponses sont attendues pour fixer des dates définitives.

Ce CA particulièrement long en raison des débats très ouverts nécessités par la reconduction de l’emploi s’achève à 20h30 autour du verre de l’amitié.



_

[1] A noter qu’au titre de son emploi, Fatima Mana se propose de tenir à jour un regitre publications/librairie. Premiers pas vers une autonomisation de ce secteur avec création d’un emploi pérenne ? comme évoqué avec Pôle Emploi ? Etude à poursuivre et approfondir...

[2] avec carte d’identité et justificatif de domicile

[3] soit pour 250€ - maximum mensuel paraissant payable par l’association.

Débattue à la parole de chacun


Proposée, abandonnée, à suivre, développée, l’idée battue à la parole commune est comblée par la suivante, roulée en boule sur l’attention de chacun, tâtée de possible, elle habite l’immédiat disponible avant de rejoindre la réalité circulant à l’air libre du calendrier.

A l’autre extrémité, un groupe soudé cultive les blés de l’avenir associatif mûris à la chaleur de l’été.

A venir, les actions amoncelées s’écoulent tranquilles, abolissant les petits bruits de peut-être épinglés parfois sur la marche à suivre.

Un pot de bienvenue pour nos nouvelles administratrices clot la réunion et retient encore un peu à l’intérieur, la particularité d’un monde qui se construit pour le monde.

Fatima Mana


(JPG)
Le CA nouveau, rajeuni... et dynamisé... Et ses deux très jeunes spectatrices qui s’en donneront à coeur joie sur l’ordi... (Jacqueline Cimaz)





































(JPG)
Aux marges du CA, un PAPI très actif et un jeune public autonome et averti.... (planche Jacqueline Cimaz)




































_

Et le temps devient matière


Prendre les contours du calendrier en exerçant sur son temps des arrêts fréquents. Champ labouré de sillons frais, patauger dans ses heures pour y trouver un horaire approprié, tranchez le au prorata de l’action envisagée.

Coincée entre les dates prélevées, l’objet devenu matière à discuter est travaillée à l’expression commune avant d’être figée et inscrite dans le processus temporel.

C’est l’un des nombreux exercices auquel s’est prêté le bureau des Rias, prélevant son temps pour y inscrire l’avenir immédiat de la structure associative.

Ses forces vives ont exercés par petites touches de précision, au travers d’un temporel dense parfois, la mise en place de nombreuses actions.

De sa confrontation avec l’objet direct, le temps, installé dans une programmation trimestrielle, le bureau a pris pied au vu des perspectives à concrétiser.

D’autres points précis brodés par l’équipe au travail solidifient au fil du faire ensemble sa toile.

Fatima Mana


(JPG)
Un Bureau constructif et responsable qui n’a pas éludé le complexe.






















_

Premiers pas sur une VAE


Informer, repérer, orienter, contacter... principale inclinaison verbale pour cerner la direction d’une VAE (validation des acquis et de l’expérience).

(JPG) Des étapes chronologiques sont à franchir : réunion et entretien individuel, ciblant les critères opportuns de la démarche en adéquation entre expérience et certification.

Se déposséder de son parcours professionnel ou bénévole en évoluant dans l’espace de l’entretien, exposer dans un relater confronté au temps à partie (parce que d’autres derrière vous attendent), les éléments qui entrent de plein pied dans le cadre d’une formation, suivi de près par l’appréhension de ne pas correspondre aux critères de sélection.

Etaler bien à plat devant soi la direction envisagée, entreprendre son ascension, soucieux de restituer la réalité. S’accumulent alors des petits tas émotions brèves sur l’horizon convoité. Prendre sa mesure, y suspendre ce que l’on est à hauteur de son souhait.

une validation des acquis, c’est l’équivalence d’un diplôme national, une reconnaissance des capacités attestant de contenants contenus et accumulés d’antériorité et la possibilité de les faire évoluer. C’’est revendiquer un espace ouvert confronté et conforté par l’entreprendre.

Fatima Mana





_

Les cartes postales.

Les Rias se développent au prix d’un travail important de l’équipe de bénévoles. Ce développement a un coût en matière de charges diverses, et ce dans un contexte de plus en plus difficile pour associations et collectivités.

Nous vivons d’abord des cotisations des adhérents, capitales pour nous et remercions tous ceux qui conscients du volume de travail effectué et des besoins associatifs s’emparent du bulletin d’adhésion qui est sur le site des Rias [1] pour envoyer une adhésion de soutien.

Nous vivons aussi de subventions et de dons de sponsors privés, parfois relativement importants en volume, toujours généreux et souvent émouvants.

Nous vivons également de la vente de livres imprimés, la plupart du temps à prix coûtants. Nos ateliers sont gratuits.

La proposition ci-dessous est une proposition militante, émanant d’un petit groupe. Elle allie aux besoins de l’association, une connaissance des demandes du public - et aussi, la volonté, toujours, de patrimonialiser le territoire [2].

Ces militants vont arpenter le territoire avec leur APN... Si vous avez envie de vous joindre à cette démarche, votre participation sera appréciée. [3]

Jacqueline Cimaz




Pour les personnes intéressées, il s’agirait de faire des photos de sites typiquement ardéchois ( pierres - constructions - végétation... etc ).

Dans un second temps, les photos pourront être travaillées et tirées dans le cadre d’ateliers.

Un premier travail avait déjà était amorcé à partir d’un lot de photos sélectionnées lors des deux balades des 6 et 27 mai 2009. [4]

Au niveau du support papier, spécifique, nous disposons de quelques paquets en bibliothèque, ce qui limiterait le coût de production.

Pour expérience, cartes postales et sets de table (proposition de Marie des Ponts) rencontrent régulièrement un franc succès lors des salons et marchés qui se déroulent en période touristique.

Si ce projet voyait le jour, nous pourrions le tester au salon du livre de Beauchastel en mai.

Fatima Mana



_

[1] domaine identifié du site communal http//www.jes rias.fr

[2] c’est-à-dire de choisir, vous, ce dont vous voulez faire patrimoine

[3] juste, si possible, envoyer des photos qui fassent dans les 300-400ko

[4] Et avant, les très belles photos de Geneviève Greco suivant les choix de patrimonialisation de Paulette Vignal.

Gilbert Bedoucha nous a quittés.


Un homme discret, averti, cultivé, rigoureux et responsable, affable.

Un retraité de l’Education nationale, un instituteur puis directeur d’école profondément attaché aux valeurs laïques, à celles du savoir, de sa transmission et de l’Education, un pédagogue.

Un père et un grand-père apprécié.

Un adhérent très fidèle des Rias

Quand il est venu cet été été, avec sa fille et sa petite fille voir l’exposition Dali, nous ignorions que nous n’aurions plus l’occasion d’échanger. Le regret de n’avoir pu dire ce que nous aurions tant aimé lui dire.

A Anne-Marie, sa fille, à laquelle il a transmis l’héritage professionnel qu’elle fait si bien fructifier, à Alice et à Jean qui perpétuent son goût pour l’étude, nous adressons nos pensées et toute notre amitié en ces moments si douloureux.

Jacqueline Cimaz





_

Un succès confortant l’avenir


A retenir de cette Assemblée Générale 2011, les couleurs du familier et la rigueur omniprésente, répandue sur les divers rapports présentés à plusieurs voix, remontant l’année écoulée. Induisant dans la foulée, un regard tout neuf sur les perspectives proposées.

Des actions en préparation suscitant déjà un certain intérêt. Pour exemple, les deux sorties envisagées, l’une à Paris, l’autre au Mézenc ; ou l’écriture « transmédia » invitant à rentrer de plein pied dans le numérique. Un projet relatif au virtuel qui va s’emparer d’un infini fluctuant avec la sensation de défricher un pays inconnu pour y semer de l’inédit.

Le dissipé s’est même délesté de l’intérêt superficiel accompagnant régulièrement le bilan financier. Présenté par Nicole Bertholon, secrétaire adjointe, remplaçant la trésorière attitrée, absente pour raison de santé familiale, un silence soutenu par la clarté de son exposé se coloria de quelques réflexions spontanées fusant du public, admiratif de la présentation et tenue des comptes. Un succès délayant le rébarbatif récurrent de l’instant d’une douce onctuosité.

Confère à cette Assemblée Générale, votante cette année, une vague de jeunesse recourant à l’envie de s’impliquer dans la vie associative. Trois nouvelles recrues au Conseil d’Administration, en conséquence, de quoi envisager de travailler les pans de l’avenir sereinement dans une mutualisation stimulante.

A noter la participation votante importante : cent une voix exprimées. Un nombre aux rondeurs confortantes, qui permet d’extraire de ce participatif le doux bruit du sens qui va dans le bon sens. De quoi aussi, en ce tout début d’année, recouvrir la prospective de regain créatif.

Si à l’approche de chaque Assemblée Générale, le principal aléatoire se pose sur le temps qu’il fait, l’AG 2011, certes baignée sous des hampes de froidures, masse recouvrant l’ardoise du ciel d’une minéralité figée, pas de quoi cependant se dessaisir d’un certain nombre de choses. Du presque rien imprégné d’évidence qui vu de loin, constitue une réalité construite par chaque élément indispensable au cheminement du faire ensemble.

Fatima Mana


(JPG)
Une forte implication du groupe "patois"


Quelques données administratives


Le compte-rendu de l’AG 2010, le rapport moral et d’activité, le compte administratif 2010 et le budget prévisionnel 2011 ont tous été votés à l’unanimité.

Le cahier de trésorerie 2010 avait été préalablement vérifié et visé par les deux commissaires aux Comptes.


Conseil d’administration : la liste des candidats a été votée à l’unanimité dans sa totalité.

Deux départs, suite au décès de Pierrot Plassiard et à l’emploi de Fatima Mana (on ne peut être employé et administrateur d’une association)

Les "tirés au sort" qui se représentaient ont tous été réélus.

Trois nouvelles administratrices ont été élues, donc un nombre accru d’administrateurs et un rajeunissement du Conseil d’administration.

Les nouvelles administratrices sont Isabelle Beuffre, Cynthia Deloche et Cécile Risson.

Elles n’ont pas souhaité, du moins dans un premier temps, être membres du Bureau.

Sont donc :

-  présidente : Jacqueline Cimaz,
-  vice-présidente : Sylvette Béraud-Williams,
-  trésorière : Anne-Marie Bedoucha,
-  secrétaire : Marceline Moulin
-  secrétaire-adjointe : Nicole Bertholon

Autres membres du Bureau : Mathieu Courtial, Régine Froment, Geneviève Greco, Magali Ruiz, Paulette Vignal


(JPG)
Quelques visites de pages du site, aux marges ou pour illustrer les rapports des commissions et surtout une projection très appréciée des documents budgétaires et de graphiques détaillés et lisibles comme ceux comparant recettes et dépenses du compte administratif 2010 et du budget prévisionnel 2011.



Une fois n’est pas coutume : le ressenti de...


"Quand j’ai parlé du PAPI, lors des rapports de commission à plusieurs voix, j’ai été frappée de cette sorte d’attention/tension/implication qui s’est instaurée... Quelque chose de très fort, d’une extraordinaire densité... L’impression que l’histoire planétaire depuis les origines, avec l’apparition de l’homme, et la perspective d’un univers en devenir, inconnu et inexploré, s’étaient imposées dans la salle avec une évidence : on vivait avec la numérisation un bouleversement [1] plus important pour l’humanité que ne l’a été l’invention de l’écriture...

Le monde, ces flux et réseaux, qui furent présents dès la première séance de travail de l’expérimentation B2i, avant qu’on ait entendu parler de l’entrée dans la réflexion par les arts et la culture numériques... [2]


On peut se demander comment des considérations, somme toute philosophiques, peuvent avoir une telle assise populaire. Des réponses à chercher sans doute dans la culture et les valeurs d’ici, ces luttes "pour la liberté de conscience" dont parle Jean Nicolas ? Il y a bien sûr aussi les activités de médiation, cette chance offerte à la population [3] chance dont elle s’est saisie, de rencontrer des artistes et avec le travail de Camboulive, Diersé et autre Bontzolakis de même participer un tant soit peu au travail artistique - assez pour en percevoir plus ou moins la nature, le rôle et les enjeux... Enfin l’habitude a été prise de s’engager dans des processus de patrimonialisation, comme pour le spectacle théâtral, l’écriture, ou avec ces rencontres patois où par delà les recherches mémorielles, l’émotion et la convivialité, s’associent les approches linguistique, ethnologique, historique... Patrimonialisation et valorisation du patrimoine... Et la sensibilité à la qualité...

Le partenariat développé entre l’association -culturelle -Les Rias et la Bibliothèque/PAPI est à cet égard exemplaire. Ainsi le projet "Mouvances" [4] a enrichi l’écriture -textuelle et numérique- travaillée au PAPI en fonction des objectifs assignés aux EPN [5] de réduction de la fracture numérique et de développement de la culture numérique, en fournissant du contenu avec les recherches sur l’eau, eau dans les bois, eau, neige et reflets, cycle de l’eau ou autres formes de mouvances [6]. "Mouvances" : l’eau [7] comme entrée dans les flux et réseaux, moyen d’apprendre ensemble à lire le monde d’aujourd’hui...

Le projet "Mouvances" a aussi irrigué l’animation de la Bibliothèque avec ces écritures et lectures à plusieurs voix pour les Journées du patrimoine, l’atelier réalisation de livres d’artiste (/pendant de l’animation Bibliothèque sur le livre d’artiste, organisée à partir de la malle de la BDP), avec la réalisation de marque-pages -projet OT comme la balade contée incluant l’arrêt aux Eoliens... Le stage d’Arles a également retenti sur la qualité des formations au travail de l’image en PAPI... On pourrait multiplier les exemples et évoquer d’autres projets -comme Résistance... Là aussi, ces circuits courts entre création/écritures/lectures et leur fécondité...

Mais il y a aussi, en retour, l’apport des activités en Bibliothèque et PAPI aux projets culturels et, notamment à leur volet "médiation", du choix et des expositions thématiques de livres aux séances d’écriture textuelle, iconique ou cinématographique, qui donnent sens et densité à l’implication dans les projets artistiques, débouchant sur lectures à plusieurs voix et éditions imprimées et/ou numériques.

Enfin, l’action avec les scolaires, comme celle effectuée au collège de Vernoux pour "Media en quête d’identité" : qui associait dans le projet Fête de la Science, Bibliothèque et Association Les Rias, en partenariat, sous l’égide de l’Arche des métiers-CCSTI...

Autre coopération féconde pour la Bibliothèque-PAPI, celle engagée deux années de suite avec l’association culturelle "Ecran Village", de concert avec les autres bibliothèques du plateau, et même d’un peu plus loin... Deux très riches week-ends Roman/Cinéma...

L’année 2011 devrait être nourrie par le projet "Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia", un projet FIACRE, associatif, déjà aidé par la région qui aura des retombées sur le PAPI en termes d’élargissement et développement de la culture numérique dont bénéficieront également les divers réseaux départemental ou régionaux auxquels nous participons au titre de la Biblitohèque/PAPI municipale (EPN de l’Ardèche, FORMAVIA...), interrogera et valorisera le patrimoine local (image de l’Ardéchois d’ici, de paysages d’ici, Camisard/Maquisard, rêveries au travail...), et débouchera sur des réalisations numériques qui devraient aussi faire boule de neige. Et puis, en clôture, ce nouveau travail théâtral avec Christian Bontzolakis... A noter que le projet Bibliothèque-PAPI "Ecritures et lectures du 21ème siècle", ancré sur le Printemps des Poètes et la Fête de l’Internet, s’il bénéficie de retombées devrait apporter en retour un concret riche de l’implication et des réalisations des participants.

Des interventions des Bibliothécaires (bénévoles) sont d’ailleurs prévues en milieu scolaire (école élémentaire dans un premier temps) qui seront alimentées par les activités de médiation conduites, notamment à partir du travail de Camboulive et des ateliers déjà réalisés au PAPI.

Le contenu des initiatives publiées sur le site de Villes-Internet pour lesquelles - avec les réponses au questionnaire, le jury - scientifique et expert- a attribué ces quatre arobases... Un choix municipal apparu comme conséquent au service du public, de la qualité de l’offre et des médiations, de l’éducation et de l’implication populaires. Un choix citoyen qui demande la conjonction de tous les efforts pour qu’une relative culture numérique permette à chacun de se forger et de donner son opinion sur le contenu et les orientations des bouleversements en cours et de - peut-être - influer sur leur cours...

Jacqueline Cimaz, [8]

(JPG)
Un temps convivial et festif après la réunion du CA ; l’illustration de ces dons en nature que constituent les gâteaux faits et offerts... Du budget au gustatif...



_

[1] en cours, encore à ses débuts, mais qui va très vite - voir sur le livre ce qui paraissait impossible il y a un an et advient

[2] On sait qu’à toute époque ce sont d’abord par les arts qu’ont émergé et pris forme les problèmes en gestation - cf ce qu’on a dit du côté prémonitoire de l’expressionisme allemand par rapport au fascisme. Plutôt que prémonition, perception d’indices, de signes non traductibles encore dans le discours mais dont l’appréhension et le travail artistiques dégagent/construisent le sens qui sera ensuite, plus tard, précisé dans un exposé scientifique.

[3] grâce notamment aux aides régionale, départementale, de proximité - parfois nationales

[4] qui a bénéficié de l’aide de la Région, du CDRA-ValDAC, du Département, de diverses communes proches, de Véolia Eau-environnement et d’autres sponsors et donateurs privés...

[5] Espaces Publics Numériques

[6] de la force de l’eau aussi au travail des ouvrières de la soie évoqué par Sabatier...

[7] Cf le beau travail de Marie des Ponts, son livre numérique incluant le diaporama fait après travail de photographie et d’écriture sur tous les ponts, de la source de la Dunière à son confluent avec l’Eyrieux... Travail personnel et travail en Bibliothèque/PAPI. (4230 lectures sur Calaméo en cette avant-dernière semaine de janvier.)

[8] en tant que Présidente de l’Association les Rias, Bibliothécaire-référente Internet bénévole, webmastrice du site municipal dans le cadre de conventions signées entre la Municipalité de Saint-Apollinaire-de-Rias, l’Association Les Rias et le SIVU des Inforoutes de l’Ardèche, Formatrice bénévole au PAPI de la Bibliothèque Municipale...



_

Ultime CA d’avant AG


Un CA d’avant AG se différencie par la masse de documents soumis aux votes des administrateurs présents, délogeant les ultimes procédures à valider et corroborant des plans d’action pour l’année à venir.

Et c’est ainsi que l’entité déplace le rapport aux choses, officialisant la mise en place de l’avenir associatif. L’expérience des années précédentes permet d’appliquer à la lettre actes et procédures obligés.

C’est dans l’échange et la communication permanente que ce CA (comme les autres d’ailleurs), a préparé son AG annuelle.

Le seul aléatoire récurrent, est le temps suspendu au ciel et à son humeur, tous l’espérant radieuse pour le jour J.

Fatima Mana

_

(JPG)



_

Compétence et transparence chiffrées


C’est un exercice où le bon vouloir n’est pas suffisant. En effet, sont requis affinité, compétence et rigueur, indispensables à une armada de chiffres, alignés en rangs serrés et récapitulés à la dépense près en prévision de l’AG.

Mot à mot du nombre épelé dans un langage spécifique, au visuel régulièrement hermétique pour le néophyte, Présidente et Trésorière assèchent la marée chiffrée, saisissant même ses montants enfouis sous le temps. Tous sont pelletés à la racine, localisés, attribués, ils réintègrent le rang à même la réalité, mâtés par la haute précision d’une perfection incontestable.

On dit que les plus grands poètes sont mathématiciens ; Evidence énigmatique recouvrant le vers au pied de sa rime d’un septicisme septique quant à l’esthétisme du chiffre... Déceler dans ses formes, les rondeurs poétiques d’une inconnue fait émerger un lieu difficile d’accès où colonnes arpentées creusent la distance des nombres, insaisissables et pourtant si communs.

Localisables à vue, ils sont le point précis d’un coût, une prévision budgétisée à la valeur de l’action proposée, l’incontournable d’une transparence de l’information.

Administratif ou prévisionnel, ils ne seront validés qu’après avoir été dûment analysés par les deux commissaires aux comptes.

Ce passage obligé, criblé de chiffres -tenue de cahier de trésorerie/comptabilité- détient à lui seul l’expression d’un travail bien fait.

Fatima Mana


(JPG)





_

Des nombres qui parlent


-  Adhérents en fin d’exercice : 248

-  Visites du site : plus de 181000 au total, de 59000 en 2010.


(JPG)


-  Lectures de nos publications sur Calaméo, un format qui plait : bientôt les 4000 !





_

Des repères surprenants


S’appuyer sur le nombre disponible de petites mains pour venir à bout de l’amas de documents à mettre sous enveloppes, installe une réalité proche de son sens premier qui consiste à dire qu’à plusieurs.....

Et si la veille, secrétaire et présidente, en étaient de concert, à recomposer les appartenances familiales en arrosant l’atmosphère de leurs rires, déduisant, supputant, jusqu’à les associer correctement quitte à se servir de repères physiques comme dans le livre-jeu où l’enfant recompose un visage à partir d’éléments éparpillés au fil des pages ; la matinée à regroupé un trio d’une efficacité redoutable qui s’attaque à la constellation de papiers jonchant la table.

La petite ruche en effervescence coupe au couteau de l’entreprendre le travail et déploie bien visible autour de lui le sentiment d’avancer.

Chaque mise sous enveloppe est criblée d’ultime vérification au prorata du nombre de documents à y insérer (convocation, mandat et autre).

Nous balayons du regard les piles édifiées et semons autour d’elles la satisfaction d’un travail presque achevé autour d’un café.

En effet, une dernière étape et pas des moindre consistera à assiéger la poste le temps de les timbrer.

Fatima Mana


(JPG)





_

Un point de vue frigorifié

Tétanisées par le froid rencontré au marché de Lamastre - moins 11° - secrétaire et bibliothécaire, dans l’incohérence du dehors frigorifié, font un arrêt à la bibliothèque municipale, histoire de se caler sur le travail à entreprendre.

Entre le retard immanquablement installé et l’avance souhaitée, l’urgence est de combler la distance en parant au plus pressé. Notamment une concentration de faire en constante évolution en cette fin d’année.

La nouvelle secrétaire de l’association Les Rias, découvre le point de vue imprenable d’un paysage à traverser avant l’AG.

A commencer par la documentation à envoyer aux adhérents et pour se faire, actualiser la dernière liste, dressée avec logique par nom alphabétique.

Rien de plus facile me direz-vous, nonobstant le nombre évoluant régulièrement de nos adhérents. Seulement voilà le rapport aux gens s’articule autour du dépistage systématique d’un qui est avec qui, parce que la relation au sujet n’étant pas forcément visualisée d’emblée, le temps s’immobilise un laps de temps avant de cibler et d’attribuer correctement son chacun à sa chacune.

Fatima Mana





_

D’une commune à l’autre, un lieu-dit commun


(JPG)

Quel que soit l’endroit où elle est installée, l’annexe est continuité, prolongement, partie d’une structure servant à palier la nécessité pétrie au constant d’un manque.

D’ici ou d’ailleurs, c’est habiter une lacune au large d’un besoin installé à contre-jour et fabriquer un autre centre de gravité au centre duquel s’élance un rayonnement, principalement accès sur la structure porteuse.

Vêtue de reflets identiques, elle propose à portée géographique de plier la distance, empêcheuse de tourner en rond, des plages-temps le jour du marché hebdomadaire, pour tous ceux qui veulent partager l’odeur du café chaud autour d’un renseignement, d’un renouvellement d’adhésion, d’une nouvelle publication et ainsi d’étaler bien à plat sur le monde, la justification évidente de son existence.

Bien sûr, il faut un peu de temps pour rentrer dans les habitudes ! Mais désormais inscrite dans le paysage vernousain, l’annexe associative est de plein pied à l’entrée de la ville. Et si on la regarde de loin, encore exposée à l’étonnement, c’est aussi pour des Fanny, revenant de leur tennis, engouffrant quatre à quatre leur jeunesse à la barbe du temps qu’elle existe..

Fatima Mana





_

Un bureau en route vers son AG


(JPG)


En bout d’année s’intensifie le travail des forces vives de l’association Les Rias, à savoir bureau et conseil d’administration.

Là, en l’occurrence, son bureau, se focalisant principalement sur la préparation de l’Assemblée Générale qui aura lieu le 22 janvier 2011 à 15H.

Une multiplication d’étapes jalonne les procédures officielles à mettre en place, notamment des dates à trouver pour les passages obligés telles que les CA préparatoires, accompagnant cette action incontournable de début d’année

Traqué par les membres du bureau, le calendrier subit des transformations et en deviendrait presque élastique tant il est étudié de près pour insérer la programmation inhérente à cette rencontre.

Finalement l’horloge du temps est mâtée, chronologie et planning ayant de quoi corroborer l’idée d’une belle efficacité liée au faire ensemble.

Fatima Mana



_

Le temps d’un petit tour...


Cet après-midi là, l’antan a débarqué, restituant ses veillées comme si on y était. Il pèse de tout son poids sur les souvenirs, ramène par vagues successives les images d’autrefois où un rien rassemblait autour de la cheminée, dès que l’hiver pointait le bout de son nez.

Les anciens avaient dans leurs mains du travail, histoire de ne pas perdre son temps. Ils détachaient de leur quotidien du temps pour entretenir le lien.

Mercredi donc, veille de la castagnade du 11 novembre désormais traditionnelle aux Rias, a eu lieu chez Paulette, le marquage des châtaignes, procédé indispensable précédent la rôtie, avant que le boulanger Sébastien Courtial ne les retourne de son savoir-faire.

Le fruit emblématique de l’Ardèche subit mille attentions entre paroles inépuisables et gestes efficaces. « enduregelées - croyes - vermatées » sont éliminées, jetées dans les flammes du fourneau qui les lèches avec avidité avant de les éparpiller dans sa fournaise infernale.

Entière autour de la table, la bonne humeur où vient se greffer plusieurs arrivées, qui une fois installées, puisent dans le monticule de châtaignes et la convivialité.

Fatima Mana


(JPG)





_

CA de rentrée 2010


Le conseil d’administration des Rias...

Lui aussi a fait sa rentrée, survolant au pas de course l’été.

Emerge de son assemblée, l’étendue tout neuve de l’année à travailler dans la continuité ou le commencement d’un projet- trait d’union renouvelé dont l’objectif est d’animer son territoire, tributaire aussi des moyens.

Force vive, conforté par l’afflux d’adhésions nouvelles, l’ampleur des renouvellements, en nombre et montant des versements à la mesure des possibilités de chacun, le conseil d’administration opte pour des projets qui correspondent au plus près à la démarche associative et à ses exigences de qualité et médiation. Il évolue dans un espace où souffle la volonté de créer et de vivre avec tout ce qui peut rassembler et se partager.

D’ailleurs, sur le calendrier adopté à l’unanimité, les actions et les dates jouent à la marelle avec le temps. A proximité, s’étale le faire ensemble sur paysage foisonnant d’idées.

Fatima Mana





_

Création d’emploi aux Rias


C’est effectif depuis le 3 août.

(JPG) Un travail intense a été fait avec le site de proximité CEDRE pour préciser un profil et mettre au point un questionnaire précis - en 50 items- pour les entretiens.

Cinq candidates se sont manifestées, dont une hors délai. Quatre ont été entendues en entretien par les cinq membres de la commission.

A l’issue de cette procédure, chacun a fait le calcul de ses cotations par candidat. La mise en commun ultérieure a montré de grandes convergences entre les évaluations des divers membres de la commission, les différences de performances entre les candidats renvoyant surtout à la connaissance de l’association, aux références en histoire de l’art, notamment contemporain, aux formations en matière de TIC et surtout, à la disponibilité.

C’est Fatima Mana qui a été retenue pour l’emploi créé.

Au vu du niveau de ses réponses, la commission a décidé de lui proposer un plan de validation des acquis de l’expérience et de formation.

Une proposition qui a été validée lors de la signature du contrat avec Pôle-Emploi et devrait déboucher sur une certification de niveau Bac+2.


(JPG) A l’issue du mois d’essai, Fatima Mana, respectueuse de la déontologie en matière d’association 1901 [1] a donc remis au Bureau sa lettre de démission du Conseil d’administration des Rias, donc du Bureau et de son poste de secrétaire de l’association.


Elle demeure par contre Bibliothécaire et poursuivra son travail de rédactrice pour le site Internet, comme son activité bénévole dans diverses commissions des Rias.

Elle sera à la disposition du public, en tant qu’animatrice culturelle salariée de l’association, le mardi de 13 à 16h en Bibliothèque pour ce qui relève du travail de bibliothécaire [2] et le jeudi matin de 9h à 12h à Vernoux, à l’annexe des Rias, au 1er étage, 18 avenue de Privas, pour ce qui concerne l’association, notamment les publications (Editions et diffusion).

Jacqueline Cimaz





_

[1] qui veut qu’un dirigeant ne puisse être salarié de l’association

[2] et bien sûr aux horaires habituels de permanence le mardi de 16 à 19h30 et le jeudi de 17h30 à 20h

D’un bout à l’autre de l’année


A travers elles, le soutien et la reconnaissances des actions proposées, menées d’un bout à l’autre de l’année.

S’écoulant à un rythme régulier, densifiées à la rentrée, les adhésions, terreau associatif aèrent et meublent la direction prise.

Cette année, hors celles attenantes au renouvellement systématisé, plus locales et nombreuses, les nouvelles se superposent au nombre déjà très important puisque nous avons 250 adhérents pour 160 habitants, de quoi étonner à chaque fois que ces chiffres sont cités.

Elles s’inscrivent dans un lieu où il se passe des choses. Solidaires, prêtes à insuffler ou conforter l’avenir de l’association par une dynamique « du faire ensemble ».


(JPG)


Dans ses permanences en bibliothèque/PAPI, au marché ou salon du livre, dans son annexe vernousaine nouvellement créée, chaque endroit démultiplie les occasions de rencontre et de participation.

Et si les dates de réadhésion ou d’adhésion n’adhèrent plus à la logique calendrière de la F.O.L. À laquelle nous sommes affiliée, c’est tout simplement pour permettre aux uns et aux autres une plus grande liberté.

Elles sont parfois spontanées comme au milieu d’une permanence BIB/PAPI et d’un fil Eternet réveillant et récidivant l’idée apparente de magie à presque la toucher tant la facilité de se connecter devient aisée.

Si l’on remonte en courant l’été, les services, tous gratuits, proposés par la Bibliothèque/PAPI, gérée par convention avec ’Association Les Rias ont bien rempli leur fonction. Ils ont mis à portée du monde étranger ou du pays le nécessaire tisseur de liens réels ou virtuels.

Fatima Mana





_

Décisions importantes aussi au CA de juin


-  la décision de tenir régulièrement une permanence associative sur Vernoux dans le petit bureau dédié à cet effet au 18 avenue de Privas (1er étage)

En effet, avec ses plus de 70 adhérents aux Rias, Vernoux est, après Saint-Apollinaire (>80), le lieu de résidence du plus grand nombre de nos adhérents ; et un point de rencontre, une boite aux lettres sur Vernoux, étaient souhaités. Voilà qui est chose faite.

Nos publications sont aussi présentes sur Vernoux. Et nos publications numériques, elles-mêmes, y sont consultables.

La permanence sera généralement ouverte le jeudi matin de 9 à 12H.

Enfin, ce Bureau étant assuré par l’association, les activités organisées à partir de là bénéficieront de l’assurance activités des Rias. [1]

(JPG)



-  la décision de créer un emploi associatif de type CUI pour l’association (17h/semaine minimum) et la bibliothèque de Saint-Apollinaire de Rias (9h/semaine). Cet emploi devrait permettre d’alléger un travail des bénévoles qui s’accroit de manière significative avec le développement de l’association, des activités, et, notamment, du secteur Editions. La personne oeuvrerait aux Baraques en Bibliothèque et PAPI, à la permanence de Vernoux, et lors des diverses manifestations -animations Bibliothèque ou expositions et ateliers associatifs.


Jacqueline Cimaz



_

[1] Ce bureau sera loué gracieusement à l’association, ou, si nécessaire, pour l’euro symbolique.



_

Un CA important en avril 2010


Après un point sur les aides reçues ou promises, un bilan est fait quant aux projets réalisables ou non et à leurs conditions de mise en œuvre. Des questions restent ouvertes.

On va devoir cette année terminer un projet et demander le solde des subventions octroyées avant de pouvoir en terminer un second, ce qui prive de la richesse des chevauchements, recherches et créations aux marges.

Quant aux nouveaux projets - face à des propositions à l’arrière-goût d’art officiel qui nous semblent de moindre qualité que le projet associatif construit - après renseignements, échanges divers, dialogue et mûre réflexion, le CA, unanime, a décidé du maintien de notre choix initial.

A cet égard, il s’est parlé de « résidence » : en quoi le travail d’un artiste, essentiellement centré sur ses propres recherches, peut-il, paradoxalement, offrir à la population le moyen privilégié d’accès à l’art contemporain  ? Du TEMPS, la DUREE et des contacts...

L’art contemporain - non pas un luxe réservé à une élite - mais un moyen offert à tous pour comprendre ce monde de flux et de systèmes liés et mouvants dans lequel nous vivons. [1]

(JPG)


Nos résidences sont rendues possibles par un mécénat local offrant l’hébergement en attendant que la réfection de la salle Louis Naudon puisse répondre à ce besoin [2] (à noter que nous avons dû, faute de possibilités d’accueil suffisantes, refuser une double demande ; les artistes ont trouvé une solution dans les Pyrénées. Un manque à gagner artistique et culturel pour l’Ardèche, un manque à gagner aussi pour le commerce local !)

Les problèmes de transport ont également été abordés et l’organisation de deux expositions a été proposée et retenue.

Jacqueline Cimaz




Au sens de l’action.


Le CA de l’association « Les Rias » a eu lieu ce mardi 13 avril. Un par trimestre, c’est à peu près le rythme des rencontres. D’un temps à l’autre, des projets paysages ont vécu ou s’installent dans de nouvelles perspectives, supports contribuant au développement de nos actions.

Un Conseil d’Administration c’est la force vive et visible d’une entité. Celui-ci à l’image des autres a travaillé les densités, lignes d’orientation insécables et spécifiques à la vie associative.

Tracé à la présence, traversé à l’idée incontournable de la réflexion, accentué par l’inter échange, ce fut un CA dense ; construisant ce qui aura cours, échafaudant ce qui est, achevant la dernière ligne droite d’un projet dans l’impatience de ce qu’il sera.

Fatima Mana



_

[1] dimensions systémiques et inter-systémiques, interdépendances, réseaux, flux, immédiateté et temps réel, ces « systèmes tapissés de processus temporels » dont parlait Morin... Ce que l’éruption d’un volcan islandais et ses conséquences immédiates viennent à brûle pourpoint de révéler à tous.

[2] cf le projet présenté lors d’une réunion communautaire à Châteauneuf par M.Chèze, architecte, beau projet avec la récupération de containers de marine, projet ménageant l’avenir, répondant aux besoins et susceptible de contribuer à un essor inédit de l’économie du Plateau. _


_

Basculement statistique


suite au basculement de serveur des Inforoutes, donc une brutale fluctuation des références statistiques non expliquée à ce jour.

Ce qui est certain :

des anomalies dans les décomptes :

-  heures fluctuantes des changements de jour. On est passé du lundi au mardi non plus à 24h mais à 22h avec non prise en compte des visites jusu’à... D’où un jour de moins, puis à plus de 3h du matin le jour suivant et, ce, apparemment sans prise en compte des visites de 22h du jour à près de 4h le lendemain...

-  théoriquement étaient comptabilisées chaque jour les visites venant d’une adresse IP différente. Serait-on passé d’une adresse IP différente par jour à une adresse IP différente par mois ? Mais dans ce cas on aurait dû avoir un pic de consultations début avril qu’on n’a pas eu. A une adresse IP différente par an ?

(JPG)


Bref, les statistiques de mars traduisent une moyenne avec un départ en flèche puis, brutalement, une baisse importante en cours de mois, celles d’avril sont en baisse vertigineuse alors que rien ne l’explique et que les retours qu’on reçoit des lecteurs vont dans un autre sens.

Par ailleurs SPIP nous indique un coefficient de popularité jamais atteint, multiplié par 4.

Donc des données contradictoires auxquelles personne ne comprend rien. Voici un tableau déjà peu fiable puisque les anomalies sont apparues et perdurent depuis le 5 mars.


Par contre on a maintenant des renseignements intéressants sur le classement des articles par popularité...

Donc ci-dessus un graphique déjà peu significatif au regard des graphiques des 4 années passées, d’autant que les anomalies sont apparues et perdurent depuis le 5 mars.

Nous avons demandé une explication aux Inforoutes qui cherchent une cause qui ne parait pas évidente à trouver.


Nous aimerions avoir un indicateur fiable et constant, et si possible, aussi par article...


Nous vous tiendrons donc au courant.


Jacqueline Cimaz





_

D’où l’idée d’une certaine efficacité


Passage obligé de décisions proposées, exposées, discutées, entérinées lors du prochain CA, le bureau de l’association « Les Rias », magma incandescent actif, installe le concret de ses actions entre des échanges qui échangent, engagent des idées, les développent.

De la volonté à la détermination, convergent dans la même direction, des projets portés par les forces vives de l’association : une réalité en marche.

(JPG)


Ce n’est qu’une question d’espace-temps dans un calendrier où surfent qualité des actions, mise en œuvre et force de propositions délimitées simplement à l’envie du faire ensemble avec l’implication de tous pour leur donner du sens.

Fatima Mana

NB. Ce bureau a mis au point le contenu du petit journal du second trimestre 2010 : calendrier, contenu et partage des articles à faire.





_

Vie associative


Quelques nouvelles :

-  Avec le petit journal d’avril, vous allez recevoir les cartes 2009-2010 et les attestations de cotisations et dons pour les impôts.

Nous vous remercions de votre aide.

A un moment où les subventions se raréfient et s’amenuisent, vos dons sont indispensables au maintien de la gratuité des ateliers et autres formations et à la vie de l’association.

Les adhésions constituent également une aide essentielle. Et l’adhésion de "soutien" est aussi appréciée.

 [1]


Nous vous rappelons que notre adhésion à la FOL et assurance par son intermédiaire, nous contraignent à fonctionner par années scolaires et non civiles.


Quant à l’association, elle propose des activités tout au long de l’année. Celles-ci comportent essentiellement un volet de proximité ; elles comportent également des activités "à ditance" -recherches, contributions écrites ou par images... Des formules diversifiées que permet notamment Internet.


Bientôt deux temps très forts

-  le samedi 29 mai : fin avec le spectacle théâtral et la présentation de « Mouvances » à la source de la Dunière et de nouvelles orgues éoliennes.

En août, date à préciser, présentation de Résonnances [2], et du sentier d’art auquel ses échos donnent une identité.





_

[1] à utiliser au choix suivant la date et le montant versé

[2] orthographe du Littré

Réunion d’un Bureau élargi des Rias


ce 26 février qui a validé le volet 3, « Ecritures de lumière » du projet « Résonnance », avec, notamment,

-  I. la Résidence de Sébastien Camboulive,
-  I.1. la réalisation de portraits génériques de groupes
-  I.2. un traitement du paysage en fonction d’axes débouchant sur la réalisation de séries de quatre images...

Les scolaires pourraient être concernés
-  dans les établissements par la réalisation de portraits génériques,
-  sur le sentier, pour un groupe d’ados à partir d’un travail sur le paysage en fonction d’axes repérés.


-  II. le projet d’intervention-résidence de Laura Monnier
-  II.1. la photo comme moyen d’appropriation de l’art contemporain, de l’art entrain de se faire ou de s’exposer, avec intégration du public, des scolaires, et exposition,
-  II.2. le Marathon photo numérique, performance photographique avec contraintes,
-  II.3. la réflexion sur l’image, sa place dans notre société, avec :
-  les jeunes fréquentant la Bibliothèque et les autres bibliothèques du secteur,
-  de jeunes scolaires dans leurs établissements (écoles à partir du CM, collèges, lycées)
-  des jeunes des Centres de loisirs
-  les jeunes visiteurs du sentier d’art
-  II.4. Une phase de réinvestissement : photographier ce qui nous entoure, capter le présent, regarder les choses du quotidien sous un autre angle...



-  III. le projet d’intervention-résidence d’Aurélie Ranc, III.1. Instantanés à partir de récits de vie III.2. Interrogation de la présence d’oeuvres d’art en pleine campagne, III.3. exposition de photos sous plexiglass sur le sentier d’art.
-  Les scolaires seraient associés aux trois phases.


et les demandes d’aide correspondantes à la DRAC, au Conseil Général et à divers sponsors privés.






Une information de dernière minute envoyée au Bureau par Nicole Bertholon :


Dernières nouvelles de la bambouseraie En ce moment, ils procèdent au nettoyage des bambous et nous proposent : en 4 m ;
-  diamètre 40/60 = 12,80 euros
-  diamètre 80/100 = 34 euros
-  diamètre 100/120 = 50 euros

pdt le nettoyage, des tiges en 80/100 à 4,50 le m sur des longueurs de 1m à 5/6m pour téléphoner : 04 66 61 70 47 (ou 96 17) de préférence aux heures d’ouverture ou juste avant fermeture car sinon ils sont dans la bambouseraie. Il faut demander Bruno de préférence (ou Serge, ou Priscilia)

les renseignements par internet sur www.bambouseraie.fr et ventes.plantes@bambouseraie.fr

Voilà, on pourrait y aller à mon retour de Poitiers, en faisant mettre de côté peut-être ( à voir avec Martine aussi ?)

A+ au téléphone pour échange et résultats





_

Statistiques de consultation du site - février 2010


(JPG)





_

Statistiques de janvier 2010


Hausse confirmée du nombre des consultations et diversification des lieux de consultation.

(JPG)

Semaine qui fera date aux Rias


avec trois grandes nouvelles :

-  la lettre de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, M.Luc Chatel, offrant, en concertation avec le Rectorat de Grenoble, une solution quant à la certification officielle B2i Adultes pour les quatre participantes à l’expérimentation.

Un soulagement pour l’association gestionnaire par convention de la Bibliothèque Municipale.


(JPG)


-  la réception de la brochure "Arts plastiques 07 - Un réseau de structures de diffusion en Ardèche " - avec la double page consacrée aux Rias, une très belle mise en page conçue par Arzel Marcinkowski qui valorise le Carrefour des Résistances, le travail de médiation et celui de la photo...


-  l’annonce, suite à la réception de la lettre officielle de sa famille, de la réédition par Les Editions Les Rias de "Religion et politique au 19ème siècle. Le canton de Vernoux-en-Vivarais", la très riche étude d’Alain Sabatier.





_

Une Assemblée Générale 2010, studieuse et efficace


Un contenu dense, la richesse de voix multiples et la mise en circulation de 4 publications qui témoignent de l’importance du travail effectué et du chemin parcouru :

-  la brochure "Arts plastiques 07. Un réseau de structures de diffusion en Ardèche", du Conseil Général de l’Ardèche, où l’on retrouve 4 années de travail des Rias,

-  "Entre silence et oubli", retour sur le beau livre, fort et émouvant, de Sylvette Béraud-Williams, né à l’issue d’un travail de cinq années,

-  une version imprimée de la maquette provisoire du livre numérique "CDI en traque chez Desmarteau", des élèves de 6ème du collège Pierre Delarbre. Richesse d’un partenariat qui, pour nous, repose sur des années de travail en Bibliothèque,

-  et l’annonce de la réédition par les Rias en 2010 de "Religion et politique au XIX siècle. Le canton de Vernoux en Vivarais", l’étude d’Alain Sabatier. Une demande faite il y a plusieurs années et la longue acquisition d’un savoir-faire qui nous permet de nous engager dans cette tâche...

Création actuelle, recherche-action, patrimoine, lien social et culture numérique.


(JPG)



L’article de Fatima Mana


Dans le calendrier annuel associatif, le début de l’année est marqué par une date incontournable pour chaque association, c’est l’Assemblée Générale.

Celle-ci officialise par ses votes le passé de l’an écoulé avec sa cohorte de bilans et son avenir, soutenu par les projets déclinés et installés temporellement sur la traversée de la nouvelle année.

(JPG)
Rapport moral et d’activité. Panneau 1.


Dès l’entrée, mandats, mandants et mandataires sont happés, listés, éventuellement attribués et toujours vérifiés avant d’intégrer l’Assemblée Générale. Les listes sont signées. Ce passage obligé a été exécuté avec sérieux et compétence par Michèle Dormont parfois assiégée par les arrivées sporadiques mais intenses.

Une Assemblée Générale, c’est favoriser la proximité et l’occasion de participer à la vie de la structure associative.

(JPG)
Rapport moral et d’activité, panneau 2


Lors de cette rencontre annuelle, développée sur un mode opératoire toujours très apprécié, la présentation à plusieurs voix du rapport d’activité par les administrateurs responsables ou membres des différentes commissions de l’association [1].

(JPG)
Site Internet. Une évolution qui ne tient pas compte des blogs, de la participation à d’autres sites et à divers réseaux....


Avant le vote, englobant le rapport moral et la présentation d’ensemble de la Présidente et l’ensemble de ces rapports d’activité, c’est un espace temps aménagé qui récapitule les actions qui ont jalonné l’année écoulée et les perspectives envisagées.

(JPG)
Rapport moral et d’activité, panneau 3.


Puis vient la trésorerie et son amoncellement de chiffres. Si il y a bien un poste dans chaque structure qui requiert une compétence spécifique c’est celui-là. Nerf de la guerre soumis au subventionné et aux idées pour ses rentrées, il est présenté par Anne Marie Bédoucha, rompue à cet exercice au fil des années.

Il ressort de cette bataille de chiffres alignés une bonne santé de la trésorerie de l’association, préalablement visée par les contôleurs aux Comptes.

Tous les rapports sont votés à l’unanimité. [2]


La Présidente de l’association « Les Rias » et le conseil d’administration invitent les participants au verre de l’amitié : un autre temps où les échanges clôturent l’après midi studieuse dans la convivialité. 





_

[1] Texte téléchargeable ci-dessous

[2] 88 votants, les moins de 18 ans ne participant pas au vote.

Rapport d’activité à plusieurs voix des commissions

Un CA à la couleur de l’efficacité


L’approche à grands pas de l’assemblée générale de l’association justifiait la réunion de ce conseil d’administration. Racine importante d’une entité où propositions et décisions deviennent force de propositions. C’est l’occasion de vivre un échange de paroles dans le principe de la collégialité qui prend tout son sens lorsqu’elle est appliquée.

Cette réunion, comme certainement d’autres sur notre canton, a essuyé les foudres neigeuses du ciel provoquant report et cessation de toute activité programmée face à la frénésie hivernale.

(JPG)


Pour que date et quorum soient atteints, c’est une bataille rangée de dates à trouver sur un calendrier surchargé qui correspondent à chacun et c’est le nombre d’une moitié plus un qui doit être présent pour disperser l’éventualité d’un autre temps à arrêter.

Pour ce qui est de ce CA très important puisqu’il s’agissait de valider les documents présentés lors de notre assemblée générale qui aura lieu le samedi 23 janvier à la salle communale, tous les paramètres y étaient : présents et chiffre correspondant.

Une portion de temps fut même aménagée dans la convivialité par les administrateurs se rassemblant autour du champagne et de la galette des rois.

Fatima Mana





_

Un CA à la couleur de l’efficacité


L’approche à grands pas de l’assemblée générale de l’association justifiait la réunion de ce conseil d’administration. Racine importante d’une entité où propositions et décisions deviennent force de propositions. C’est l’occasion de vivre un échange de paroles dans le principe de la collégialité qui prend tout son sens lorsqu’elle est appliquée.

Cette réunion, comme certainement d’autres sur notre canton, a essuyé les foudres neigeuses du ciel provoquant report et cessation de toute activité programmée face à la frénésie hivernale.

Pour que date et quorum soient atteints, c’est une bataille rangée de dates à trouver sur un calendrier surchargé qui correspondent à chacun et c’est le nombre d’une moitié plus un qui doit être présent pour disperser l’éventualité d’un autre temps à arrêter.

Pour ce qui est de ce CA très important puisqu’il s’agissait de valider les documents présentés lors de notre assemblée générale qui aura lieu le samedi 23 janvier à la salle communale, tous les paramètres y étaient : présents et chiffre correspondant.

Une portion de temps fut même aménagée dans la convivialité par les administrateurs se rassemblant autour du champagne et de la galette des rois.

Fatima Mana





_

Statistiques de décembre


Un résultat sans surprise : baisse normale par rapport à octobre et novembre mais niveau nettement supérieur à tous les mois de 2008...

Pas de surprise non plus quant aux lieux de consultation...

(JPG)

NB. Les 124000 visites dépassées.




_

Un CA détrempé.


C’est certainement la toute première fois depuis que l’association les Rias existe, qu’un conseil d’administration est reporté pour cause d’intempéries.

Il y a d’abord eu le matin même tergiversation, supputation, spéculation sur une météo des plus versatiles ; jusqu’à l’expectative quant à la décision à prendre, finalement opter pour le renvoi.


Après concertation intense, le report décidé n’a laissé aucun regret puisque si accalmie il y a eu en début d’après-midi, la reprise floconneuse sporadiquement dense ne laissait rien envisager de bon.


Comme pour la rencontre patois qui devait avoir lieu le même jour, le point critique de l’indécision puis de la décision d’annuler saisi un instant s’est révélé judicieux.

(JPG)


Depuis l’assemblée générale de janvier 2006 où certains membres de l’association, au péril de l’équilibre, sont venus en raquettes ou se sont retrouvés dans une voiture aménagée pour Setters Anglais, une date de repli accompagne désormais les réunions au cas où...

Donc, le C.A. reporté a eu lieu comme prévu, ce mardi 22 décembre à 18h.

Rétrospective et perspectives sont passées au peigne fin de l’efficacité avec des intervalles installés sur chaque point abordé, comme un arrêt sur image que l’on décortique pour mieux se l’approprier.

Activités, préparation de l’AG 2010, loto etc... sont épluchés et installés dans le calendrier...

Un CA studieux, efficace, où chacun a pu exposer son mot à dire dans une réelle concertation et prise en compte : de quoi faire vivre et poursuivre la démarche des Rias et son objectif d’implication.

Fatima Mana





_

Statistiques de novembre


Maintien des consultations à un haut niveau en dépit de la baisse des vacances...

(JPG)

Les 120000 visites en passe d’être atteintes...





_

Un administrateur nous a quittés


Pierrot Plassiard, sa gouaille et sa chaleur humaine, un administrateur et un ami, apprécié de tous...

Pierrot Plassiard, toujours gai et disponible, nous a quittés discrètement et très vite. Avant incinération à Lyon, une cérémonie civile a eu lieu ce vendredi matin à Vernoux. Une large délégation des Rias était présente, et des roses rouges.

Fatima Mana et Jacqueline Cimaz ont lu avec beaucoup d’émotion, deux textes écrits pour la circonstance, à la demande de Paulette Plassiard.

Nous adressons toutes nos condoléances, notre amitié et notre sympathie à Paulette et à sa fille Sandrine.

Il y avait beaucoup de monde pour cet hommage qui a conjugué poésie et émotion.

Jacqueline Cimaz


Les textes lus sur la liseuse de Calameo. http://fr.calameo.com/read/00010222351dc91d38470





_

Octobre


Maintien global d’un niveau maximum malgré la baisse des consultations sensible pendant les vacances de Toussaint

(JPG)





_

Septembre, consultations en hausse...

et même en hausse très sensible...

Une hausse qui interroge...

Le travail sur le numérique ? Les effets d’Arles ? La qualité de certaines interventions ? L’appel à projet artistique ?

(JPG)

Nous savons qu’au niveau local le site est très regardé, que nombreux sont aussi les habitants intermittents à l’utiliser...

Il y a aussi ce travail en réseau qui s’enrichit sans cesse...

Et des réseaux sur place qui se développent - au niveau des Bibliothèques notamment, des relations avec l’école...

Une fonction de service de proximité, d’outil partagé - avec en même temps certaines exigences de qualité ?

Comment améliorer encore ?

Nous attendons un certain nombre de pistes de la journée du 10 avec Pierre Ménard et de cette idée d’articulations Blog(s)/site...

Et puis il y a tout le travail du projet sciences, sur le livre numérique -et non numérisé - "Media en quête d’identité"...

Il semble qu’il y ait à la fois des inquiétudes vis-à-vis des évolutions technologiques actuelles mais en même temps des attentes nouvelles, des aspirations, sans trop d’utopies...

Beaucoup de travail et de responsabilité...

Besoin de réfléchir ensemble.

Les nouvelles formes d’écriture collaborative que va nous proposer Dominique Wojylac ?

Toutes les contributions seront bienvenues...





_

Un poumon bâtisseur

(titre sans allusions aucune aux Plombs de Patrik Maury)

Conseil d’Administration du 25 septembre.


Un CA c’est quoi ?

Un CA comme celui de l’association « Les Rias », c’est 19 personnes qui ensemble sont un poumon associatif qui bâtit son avenir.

Les séances sont à un rythme trimestriel et ont lieu dans la salle communale. Le conseil d’administration travaille en commission, une dizaine de thèmes permettant d’impliquer chacun de ses membres selon ses affinités et compétences.

(JPG)


C’est une pratique qui adhère au plus près à la démarche associative où décisions, bilans et projets sont adoptés régulièrement à l’unanimité.

Chaque opinion prise en compte construit un faire ensemble appelé aussi démocratie participative.


Fatima Mana





_

Réunion de bureau ou lieu névralgique à même son lieu de vie.


Les membres du bureau de l’association « Les Rias » se sont réunis ce jeudi dans la salle municipale, espace intimement associé à la vie communale pour élaborer réflexions, projets et réalisations.

Un bilan de l’été avec la sensation de l’avoir traversé au pas de course, tant il fut riche d’actions, est dressé. Un passage en revue permettant de poursuivre, construire et développer des projets s’attelle au temps.

(JPG)

L’ordre du jour ou route à suivre, propose un itinéraire qui bâtit la discussion et avance dans la concertation. L’échange fait cercle, écoute, reprend, étale une impression maçonnée au faire ensemble.

De la même façon qu’œuvrer laisse du concret, une sensation d’unité portée par le groupe réuni, argumente la réalité de l’action.

Fatima Mana

NB. Des interactions, des complémentarités, des effets boules de neige jalonnent le chemin parcouru et tracé.





_

Statistiques d’août 2009


Redémarrage très sensible après le gros du creux des vacances

(JPG)





_

Statistiques de juillet 2009

Normales pour une période de vacances d’autant que les consultations de début juillet ont été très pertubées par les 15 jours de non mises à jour de juin.

(JPG)





_

Statistiques de juin 2009

Baisse relativement plus sensible que les mois de juin précédents, qui s’accentue début juillet et s’explique par la non mise à jour et l’absence de lettre d’information pendant deux semaines dûes à un départ en vacances au sein de l’équipe.

(JPG)


Il nous a d’ailleurs été confirmé par plusieurs personnes que la lettre d’information était indispensable pour entrer dans le site et s’y repérer.

Celui-ci devant être remanié à l’occasion de la 100000ème visite et transféré sur une version de SPIP plus récente [1], tous avis et propositions nous intéressent [2].



_

[1] celle-ci était une des toutes premières versions expérimentales, non réactualisables

[2] Nous souhaiterions déjà un archivage par année et rubrique, la refonte de certains domaines si elle est possible (ainsi la séparation Bibliothèque/PAPi est un non-sens et un anachronisme... Nous devrions aussi avoir la possibilité d’intégrer des diaporamas...



_

Statistiques de mai

Les 92000 visites très largement dépassées à ce jour.

Bon niveau en mai mais baisse en fin de mois (et début juin) dû au retard pris dans les mises à jour pour cause de vacances et surtout de difficultés de se connecter avec un bon débit par la wifi, à l’étranger...

(JPG)

-  
-  
-  
-  
-  

Statistiques d’avril


Hausse globale confirmée...


Et les 87000 visites très largement dépassées.





_

De dons en inscription ou adhésions, quel afflux cette semaine !


Deux beaux dons de livres en bon état, à la Bibliothèque,

"Apportés par des donateurs, soucieux de leur prolongements, dans une structure où chacun pourra en bénéficier, leur générosité se noue au monde des lecteurs de la bibliothèque municipale.

Puis il y a ce regard indicible, penché sur le livre, ce qu’il représente, le souvenir qu’il porte, une transmission, un morceau de vie.

Impensable, inimaginable que de le jeter dans l’oubli ! Inexplicablement du regret autour du geste.

Alors le savoir là, au milieu d’autres richesses, finalement une petite goutte d’éternité...

Les bibliothécaires remercient Madame Alice Jarjat de Vernoux et Madame Bois Ghislaine de Châteauneuf de Vernoux pour leur don de livres", écrit Fatima Mana.




Par ailleurs, nous avons enregistré une inscription nouvelle à la Bibliothèque, motivée par la qualité de notre fond de livres...




Quant à l’association les Rias qui gère et fait fonctionner la Bibliothèque et organise de nombreuses autres activités, ce sont 6 nouvelles adhésions ou réadhésions qu’elle enregistre cette semaine - un flux tout à fait inhabituel hors période de renouvellement, et qui, toutes générations confondues, renforcent l’ancrage local et le rajeunissement enregistré...





_

Statistiques de mars

Tous les records de consultation battus en ce mois de mars 2009 : en hauteur de pic, en niveau de la moyenne, en durée du maintien à ce haut niveau.


La cause ? Spip nous l’indique : la Fête de l’Internet, ou l’internet pourquoi faire ?.

(JPG)


A partir de là, toutes les interprétations sont possibles :

-  l’intérêt pour notre démarche : demander à chacun de montrer ses pratiques, d’exposer ses utilisations pour traquer les niches d’utilisation grand public ?

-  et/ou l’intérêt pour l’incroyable diversité des réponses, la part de créativité qu’elles manifestent chez tout un chacun... Un pouvoir que donne Internet sur le monde, son milieu, pouvoir qui stimule l’inventivité et ce quel que soit le niveau scolaire ou même - le QI ?

-  ou tout bêtement, il faut être modeste, le nombre de mots clés, d’occurrences qui étaient dans le vent cette semaine là ? Le fait que des liens soient faits de sites nationaux ou du SIVU ?

La réponse la plus probable réside dans un mélange des trois (ou autres ?)... Le dosage ?


Si vous lisez cet article et que vous soyez allé sur nos articles concernant notre semaine de l’Internet, envoyez-nous votre propre réponse, elle nous intéresse.

Et si on avait quelques centaines de réponses avec les âges, le sexe, le niveau d’études, les pratiques personnelles sur Internet - un échantillon représentatif [1] quoi, nous serions ravis de pouvoir l’exploiter et de vous communiquer les résultats...




Avec nos remerciements.


J.Cimaz



_

[1] de quoi ? du lecteur averti, curieux, participatif ?...



_

Un conseil d’administration efficace.


Le CA de l’association « Les Rias », a eu lieu ce vendredi 27 mars, juste après le succès de l’atelier patoisant.

L’un des sujets porteur de cette rencontre, concernait l’organisation et la mise en place des commissions. Tout au long de l’année, leurs membres travaillent autour de 15 thèmes répertoriés, étayant ainsi les actions proposées par l’association.

(JPG)


En effet, compétence, attrait, disponibilité sont mis en oeuvre pour accompagner les projets. C’est aussi, une façon de vivre au plus près la démocratie participative avec l’impulsion de tous qui fait la force de l’association.

Une rétrospective des actions menées, achevées ou à poursuivre, divers points abordés tels que la trésorerie et l’administration, la préparation du petit journal du second trimestre ; tous confortent la dynamique de travail qui contribue à la réussite de l’association « Les Rias ».

Fatima Mana


NB. Par ailleurs le CA s’est étoffé avec la cooptation - à l’unanimité - de Michèle Dormont, ce qui nous amène à 20 administrateurs...





_

Bureau du 12 mars


Le bureau de l’association « Les Rias » s’est réuni le jeudi 12 mars.

Le point a été fait sur l’avancée des projets, notamment Démocratie participative -pauvreté/précarité - et « Mouvances ».

Deux projets qui prévoient un certain nombre d’animations autour d’une programmation-résidence, jalonnant ainsi un itinéraire d’actions ponctuelles.

Une trésorerie saine, des publications imminentes avec le livre de Sylvette Béraud-Williams « Entre silence et oubli », ou celui du Printemps des Poètes 2008...

Un temps fort aussi pour faire le point sur le travail de la Bibliothèque, de la commission, de la préparation de la Fête de l’Internet - avec Nicole Chazel, 1ère adjointe, de la liaison association/bibliothèque/mairie, de l’articulation des divers domaines du site et de sa gestion...

(JPG)


L’organisation en commissions a été renforcée et étoffée avant le CA de la fin mars...

Démarches rétropective et prospective, pour étayer, préciser ou enrichir l’activité des prochains mois.

Un temps de travail et d’échanges essentiel pour réguler et impulser la vie associative.


Fatima Mana





_

Statistiques de février


sans surprise, conformes à un mois court et comportant de plus des vacances - et une neige abondante...





_

Consultation de janvier 2009



Belle remontée après décembre sans atteindre toutefois les taux de consultation du 1er trimestre, ni tout à fait celui d’octobre 2008.

Période différente ? Certainement, mais aussi, très vraisemblablement, nouvelles pratiques induites par l’attente et l’utilisation de Rias-Infos... (cf analyse)


les 75000 visites très largement dépassées cette semaine...





_

Une assemblée générale 2009 sereine, conviviale et fertile


Telle aura été cette incontournable étape annuelle. L’assemblée s’est prêtée avec beaucoup d’intérêt à la présentation des différents rapports (moral - d’activités - financier) et à l’exposé présentant le renouvellement d’une partie du Conseil d’Administration -statutairement renouvelable par tiers tous les 2 ans.

(JPG)


Le rapport moral, présenté par Jacqueline Cimaz, Présidente de l’association, dresse un constat positif fondé sur l’analyse de différents éléments de la vie associative, notamment les réadhésions et les nouvelles adhésions qui confirment non seulement la stabilité, mais aussi la consolidation et le développement de l’association [1]. Il présente les projets, perspectives et évolutions 2009...


Le rapport d’activités, dit et explicité à plusieurs voix, reste un moment fort dans le déroulement de l’assemblée générale. Il permet un descriptif détaillé des animations écoulées, de leur résonance vécue, et des divers projets, soulignant ainsi la démarche de l’association - à savoir l’implication de toutes les composantes de la population soutenue par la qualité des actions proposées et la qualité des intervenants.


Le rapport financier, exposé et commenté par la trésorière Anne- Marie Bédoucha, souligne la bonne santé de la trésorerie de l’association [2], approuvée par les deux contrôleurs aux comptes - Robert Combe et Hervé Vignal. L’importance du travail de Laetitia Chevailler, trésorière adjointe, est rappelée.

Anne-Marie Bedoucha présente également les comptes de la Bibliothèque-LAPI.

(JPG)


Le Compte administratif 2008 et le Budget Prévisionnel 2009 , explicités, reflètent le travail effectué et permettent d’envisager la mise en oeuvre du projet « Mouvances », projet 2009, programmation-résidence débouchant sur une installation plastique en pleine nature, aux sources de la Dunière, et comportant différentes étapes nécessaires à l’implication de la population tout au long de l’année et à la richesse de la réalisation.


Les rapports "Moral et d’Activités" et financiers sont votés à l’unanimité [3]



Renouvellement du Conseil d’Administration

Le tiers du Conseil d’Administration des Rias était renouvelable statutairement pour cette assemblée votante 2009. Il y avait 7 sortants [4]. 7 entrants [5] ont été proposés.

Un vote à l’unanimité les a confirmés dans leurs fonctions d’administrateur, nouvelles ou renouvelées.

Le Conseil d’administration de l’association « Les Rias » est donc inchangé en nombre - avec 19 membres.

Il reste organisé en Bureau et commissions.

(JPG)


A l’issue de l’Assemblée Générale, un Bureau se réunira rapidement pour élire les membres du Bureau et du Secrétariat. Une grande continuité qui pérennise une équipe investie et qui travaille.

Bureau

-  Présidente : Jacqueline Cimaz
-  Vice présidente : Sylvette Béraud Williams
-  Secrétaire : Fatima Mana
-  Secrétaires adjointes : Nicole Bertholon et Marceline Moulin
-  Trésorière : Anne-Marie Bédoucha
-  Trésorière adjointe : Laetitia Chevailler

-  Relations extérieures, fêtes : Paulette Vignal et Geneviève Gréco.
-  Communication : Magali Ruiz et Mathieu Courtial.

Marie-Thérèse Louis, en fonction de ses disponibilités et des tâches sera membre associé du Bureau.


Une réactualisation de la liste des commissions et de leur composition est à faire ; et diverses consultations doivent être effectuées dans ce cadre.

C’est une tâche prioritaire, toujours confiée par délégation au Secrétariat, et qui sera effectuée après la mise au point et l’envoi des documents officiels en sous-préfecture.


Bibliothèque-LAPI et son site :

Les permanences et mises à jour sont assurées par deux bibliothécaires, éventuellement secondées par divers autres membres du Conseil d’Administration [6]



Le pot de l’amitié s’est attardé autour d’échanges sympathiques, notamment en prolongeant la discussion sur le projet, les perspectives et réalisations qui jalonneront cette année 2009.

(JPG)


Quelques points particulièrement intéressants :

-  Claire Sonier de la Boissière nous fournira quelques renseignements sur le commerce du sel, à extraire de documents en sa possession,sur les droits féodaux, de péage...

-  Simone Foray transmettra des renseignements sur des fouilles archéologiques concernant des fours à sel où on faisait des pains de sel à partir de sel de diverses provenances...

-  François Dorne a des photos et documents et une mine de renseignements sur l’eau. Il pourrait piloter une sortie découverte des sources de Châteauneuf et de leur bâti...

-  Jean-Jacques Villaret, nouveau Président de la société de pêche, nous fournira également un certain nombre de renseignements. Une enquête sur les ressources et traditions piscicoles dans la Dunière et ses affluents pourrait être intéressante pour le projet "Mouvances". Et un reportage photo ?




Sérénité, convivialité, fertilité... Un titre bien choisi par Fatima Mana.


Fatima Mana et Jacqueline Cimaz



_

[1] 8 adhérents de plus qu’à l’AG 2008, à la même date, un rajeunissement, une diversification et une augmentation de la représentation de la population locale...

[2] et l’intérêt d’une gestion facilitée par le bon rodage de l’informatisation du cahier de trésorerie

[3] 82 votants, mandats compris

[4] dont deux tirés au sort

[5] dont les trois personnes cooptées en 2008 et les deux tirés au sort

[6] la gestion de ce service municipal incombe par convention à l’association.


_

Rencontre entre Les Rias et le CIAS du canton de Vernoux


Ce 22 janvier a eu lieu la première rencontre officielle entre le CIAS du canton de Vernoux et les Rias.

Nous avions reçu un courrier du Président du CIAS sollicitant cette rencontre dans le cadre d’un diagnostic à élaborer sur la place des jeunes sur le territoire, point de départ d’une vaste réflexion à laquelle la population sera associée, sur les modalités d’actions à mettre en place dans le cadre du Contrat Enfance-Jeunesse.


(JPG) Rendez-vous a donc été pris avec Colin Charvet, Coordonnateur enfance jeunesse du CIAS Canton de Vernoux.


Une rencontre intéressante...

Il nous a rapidement exposé la démarche du CIAS, une démarche qui, comme celle mise en œuvre il y a quelques années pour élaborer une politique d’accueil de la Petite Enfance et de l’enfance , s’inscrit dans la volonté de promouvoir une réelle démocratie participative sur le territoire.

Une démarche avec laquelle nous nous sentons bien sûr en phase.


Jacqueline Cimaz et Fatima Mana lui ont alors présenté Les Rias - l’historique de l’association, ses objectifs statutaires, les points forts et les problèmes.


Les points forts :

-  la réussite en ce qui concerne le maintien et même le renforcement d’exigences de qualité dans les domaines artistiques, littéraires et scientifiques, avec la reconnaissance institutionnelle en tant que structure Arts Plastiques, pour l’organisation de manifestations et ateliers poétiques...

-  doublée d’une réussite dans le domaine de la médiation, avec la diversification de la représentation sociale -d’artistes et universitaires prestigieux à personnes vivant dans la plus grande précarité ce qui débouche, même si cela a pu paraître paradoxal, sur un indéniable enrichissement qualitatif.


L’association les Rias est souvent citée en exemple dans diverses instances territoriales, pour sa réussite concernant la création de lien social.


On pourrait également évoquer la Bibliothèque-LAPI et son site, gérée par l’association, creuset d’innovations et réflexions collectives et où se dessinent des avancées tout à fait intéressantes...


Enfin notre secteur Edition/Publication, à la fois reflet, synthèse et moteur de l’ensemble - et qui fait lire la population... un formidable terreau pour le lien social...


Les problèmes :

-  dans un contexte de croissance globale, la participation d’actifs, d’enfants et jeunes adultes progresse nettement même si elle est encore à bien améliorer. Par contre, nous voyons peu d’adolescents.

(JPG) Certes ils ont souvent l’ordinateur et l’Internet à la maison ou chez un copain...au CDI - où ils ont aussi des livres... Les lycéens sont en internat toute la semaine... Mais quand même... Et puis nous savons qu’il y a nombre de jeunes en grande précarité qui n’ont accès à rien...


Comment leur faire savoir qu’on peut offrir des services ? Comment mieux adapter ces services à leurs besoins ? Quelle utilisation de la fête de l’Internet ? Des ateliers d’arts plastiques ? D’écriture ? Nos ressources en matière de possibilités d’aide à l’écriture, de publication -papier- ou numériques peuvent-elles leur ouvrir des perspectives ?

La rencontre avec le CIAS nous intéresse d’autant plus que ce problème nous préoccupe...

Colin Charvet a retenu l’intergénérationnel dans notre démarche, intergénérationnel et interculturel [1]... Et le CIAS, s’intéresse d’autant plus aux rencontres qu’un diagnostic précis est important pour le développement de la réflexion collective...


Bref une rencontre enrichissante pour tous, avec déjà quelques points d’appui évoqués : publications de jeunes [2], l’opération « Choisis ton auteur », la préparation de la Fête de l’Internet, quelques projets aussi au niveau des arts vivants de nature à les intéresser... Et puis il y a la photo - avec un appareil numérique en prêt gratuit à la Bibliothèque et l’accueil - intéressé et à mieux annoncer - de toute production innovante réalisée avec un téléphone portable...



_

[1] la richesse des "sans voix", pour peu qu’on leur offre la possibilité de l’exprimer...

[2] ils seront déjà bien représentés dans le livre de poèmes « Eloge de l’autre » qui devrait sortir en mars après stage sur le livre d’artiste)



_

Ultime Réunion du Conseil d’administration avant l’AG


Pour cette rencontre, les membres du conseil d’administration de l’association Les Rias sont venus peaufiner la préparation des documents qui seront présentés lors de l’assemblée générale annuelle, les discuter et voter.

Il décide, dans la logique de la dynamique du travail effectué, de ne pas présenter de candidatures individuelles mais une liste de sept noms.

Les forces vives riassoises ont accueilli avec un réel plaisir, en invitées, deux nouvelles administratrices qui devraient intégrer le conseil d’administration après le rituel passage du vote d’adoption de leur candidature par l’assemblée générale.

(JPG)


Cette rencontre s’est déroulée dans la convivialité, s’appuyant sur le plaisir d’entreprendre, de réaliser, de partager du faire ensemble. Toutes ces choses qui tissent et bâtissent le lien social, de l’intégration à l’appartenance.

Quant au projet de sentier de découverte/sentier d’art à choix et entrées multiples, il est plébiscité, comme le projet "Mouvances", travail sur la Dunière, de Cluac à la mer, sur le sel, et travail de la photo...





_

Statistiques de décembre 2008


(JPG)


Elles montrent une baisse sensible - et atypique- des taux de consultation de décembre dont nous avons pu suivre l’évolution presque au jour le jour [1] :

-  effondrement dû aux intempéries et aux longs jours de privation d’électricité et/ou téléphone, ce qui renseigne sur l’origine géographique d’une partie significative de notre lectorat : l’ouest de l’Ardèche - la montagne - la Haute-Loire...mais aussi la Drôme...

-  intempéries qui ont entrainé la non mise à jour du site la 3 ème semaine de décembre ce qui a accentué la chute brutale des consultations car maintenant nos lecteurs attendent la réception de Rias-Infos pour aller sur le site plus commodément quand la mise à jour est totalement terminée et en cliquant directement sur les liens dans le message (d’où un pic significatif des consultations aussitôt après l’envoi avec des répliques qui s’atténuent progressivement jusqu’à l’envoi suivant.)

On n’y retourne ensuite que" pour des articles dont on a besoin", dont on partage la consultation ou qui intéressent particulièrement...

D’où, c’est le cas de le dire, un effet "boule de neige"...

-  un 3ème facteur peut-être [2] : la précocité de la neige a entrainé une avance de la baisse dûe chaque année aux sports d’hiver, soit pour des vacances, soit pour une simple week-end, soit pour une seule journée... Ceci est d’autant plus plausible que nombre d’adhérents proches ont assidument fréquenté les Estables où le paysage était magnifique et la neige agréable, dès que la route a été praticable avec chaînes ou chaussettes...



_

[1] grâce au portable et à la clé 3G, le réseau téléphonie portable ayant été moins touche par ici que le fixe ou l’électricité...

[2] hypothèse non vérifiée et qui n’aurait dans tous les cas qu’une plus faible amplitude



_

C.A. : réunion fructueuse le 20 décembre


une réunion qui a permis d’effectuer des bilans financiers et d’activités, positifs et lisibles, des synthèses 2008 et prospectives 2009...

Se sont ainsi mis au point les demandes de subvention à expédier et la partie officielle des documents à soumettre à l’Assemblée Générale du 24 janvier.

(JPG)


Les documents à envoyer pour l’organisation de l’AG ont aussi été toilettés... [1]

Enfin, la préparation du loto du 11 janvier a clôturé la séance...





_

[1] et envoyés depuis

Préparation d’avant loto du 11 janvier


Nous n’en sommes pas encore au trop plein bouillonnant des préparatifs d’avant la rencontre festive, mais déjà les cartons du Loto 2009 sont proposés à la vente.

Ils le seront notamment lors de l’après-midi festive prévue le 11 novembre aux Baraques.

De nombreux lots seront à gagner, reconnus les 2 années précédentes comme des lots d’importance fort appréciée.

L’équipe Riassoise met tout en oeuvre pour qu’il en soit de même lors de cette animation qui se profile à l’horizon 2009 avec une rapidité déconcertante.

Fatima Mana




_

Statistiques de novembre 2008


Remontée confirmée des consultations après les vacances, élargissement accru des lieux de consultation...





_

Dynamique réunion du C.A. ce 20 septembre...


Une bonne participation à la réunion du C.A. en dépit de l’absence de quelques administrateurs pour raisons de santé.

Nous leur souhaitons un prompt rétablissement.

La cooptation d’une nouvelle administratrice, Laetitia Chevallier, au CA et au Bureau, sur un des postes de trésorière adjointe a ete votée à l’unanimité.

Une trésorerie saine, des effectifs conséquents avec 231 adhérents pour 2007-2008 et un flux d’adhésions et réadhésions pour 2008-2009 nettement plus rapide et nombreux que les années précédentes...

L’adhésion à la FOL est reconduite...

Les publications constituent une des activités de l’association qui permettent un apport intéressant, y compris au niveau des ressources propres. Mathieu Courtial et Magali Ruiz sont chargés d’étudier les possibilités et modalités de vente par Internet.

Bilan des projets :

-  DP 2006 : projet terminé, solde perçu, une publication encore à toiletter...
-  FIACRE 2007, Carrefour des Résistances : terminé. Un solde doit être versé par la Région.
-  2008 :
-  1. Projet Livre : il sera terminé en décembre, après stage prévu pour réalisation de livres d’artiste les 6 et 7 décembre avec M Diersé. Subvention touchée du Conseil Général.
-  2. Projet DP-précarité, subvention attribués par la région. Le projet se poursuivra début 2009. Il est en cours, avec un calendrier serré (cf petit journal du 1er octobre)
-  Projet 2009 : "Mouvances", projet "Arts plastiques" cf descriptif sur le site... Il soulève un large enthousiasme et reçoit de nouveaux apports. Votes unanimes pour le descriptif et le budget prévisionnel...

(JPG)


-  Rééditions : Geneviève Gréco
-  Editions : Les mémoires de Marcel Bélingard, le journal de Simone Foray, La maison Péatier de Fatima Mana, Les 140 poèmes du printemps des poètes, Le livre d’artiste, Le livre sur « Les résistances sur le plateau de Vernoux de Sylvette Béraud-Williams (lancement de la soucription en octobre, à 25€...) 

-  Divers : une administratrice ne pouvant plus assurer ses tâches pour raisons de santé, celles-ci sont réparties.





_

Venues, rencontres et partage dominical


Les Rias avaient invité leurs adhérents et amis à se retrouver autour d’un pique-nique, le dimanche 31 août à midi, sous l’esplanade du temple.


Un concours de boules reporté lié aux impondérables météorologiques, proposition d’un pique-nique lancée et voilà un beau dimanche à la campagne où chacun apporte dans son panier, la convivialité.


Après l’heure apéritive, les tables installées sous le marronnier séculaire de l’esplanade du temple Baraquéen sont prises d’assaut par l’appétit confronté au grand air.

Des discussions tranquilles s’envolent sous le vent parfois impétueux, une sérénité impressionniste pose ses touches pastelines sur la dimension partagée du plaisir d’être ensemble.

L’après midi ponctue et absorbe l’écoulement d’une douce quiétude.

(JPG)


Pendant que les uns siestent sous l’arbre flagellé par une tempête digne d’être retenue dans les esprits, mais dispensant encore une ombre généreuse, d’autres dentellent leurs paroles au temps.

Inter-générationnel, le monde coupe sa partie de cartes pagnolesque sur une table, des jeunes à côté sortent leurs rires frais autour d’un jeu de société.

En contre-bas, le parking a changé de fonctionnalité et se transforme en terrain de boules, prêtant au jeu tout son espace.

L’après midi, traversée de choses simples prépare déjà l’instant où le langage commun se souviendra d’une douce musique.


Fatima Mana

NB. Une mention toute particulière pour le pâté de Robert et le caviar d’aubergines de Laetitia. Du grand art culinaire...





_

Vie du site en septembre


Amorce de reprise en septembre, d’avant rentrée universitaire et alors que de nombreux retraités voyagent en septembre.


On approche des 61000 visites.

(JPG)





_

Bureau d’août...


Plus de la moitié des membres du bureau Riassois étaient présents ce mardi 19 août lors de sa réunion estivale.

Un petit air de rentrée encore en vacances prépara avec une application toute écolière, la route des projets à finir ou à venir.

L’association poursuit sa démarche en accrochant à son fil rouge, des temps forts qui la caractérisent comme la présentation au public du Carrefour des Résistances le 5 septembre à partir de 17h30 [1] ou la préparation des rencontres de « lire en fête » du mois d’octobre [2]. [3]

D’autres actions ponctuelles ou nouvelles seront annoncées par les voies habituelles [4]

Des jalons petits ou grands qui corroborent la vie des Rias tout au long de l’année.


Fatima Mana


NB. Dès mise au point définitive du compte-rendu, des précisions en ligne...



_

[1] diaporama...prévu à 18h

[2] Fête des Arts et de la poésie pour les 30 ans d’Obsidiane

[3] Et, sans compter le pique-nique festif et convivial, avec jeux de boules ou autres, du 31 août

[4] site- courriels- courrier



_

Erratum et subventions 2008...



Nos adhérents et amis nous ont signalé, entre autres remarques, l’oubli des Rias dans l’article du Dauphiné Libéré du 31 juillet donnant la liste des subventions votées par le Conseil Général de l’Ardèche au titre de l’année 2008 pour ce qui concerne le territoire du canton de Vernoux [1]...

-  1000€ nous ont été attribués pour la réalisation du projet global « D’écrire l’autre à l’autre du livre en moi. » (11 ou 12 ème article dans la page) [2]


-  Nous avons en outre reçu l’arrêté attributif d’une subvention de 9000€ de la Région Rhône-Alpes, toujours au titre de l’année 2008, pour l’organisation de groupes de travail sur la précarité - avec des personnes en situation de précarité  [3] - et l’organisation d’ateliers d’écriture et artistiques pour développer la capacité d’expression de ces personnes (cf projet en ligne).


-  La réception des subventions communales est en cours.


-  Par ailleurs nous renouvelons notre appel au partenariat et/ou au mécénat tant à l’égard d’entreprises que de particuliers, d’autant que notre association a été reconnue d’intérêt général en juin [4].



_

[1] Depuis un nouvel article a donné le relevé complet des subventions octroyées par le Conseil Général

[2] la notification officielle nous est récemment parvenue

[3] plusieurs artistes en situation de précarité, nous ont déjà joints pour témoigner, notamment de leurs difficultés de déplacement, (et un co-voiturage s’organise déjà pour la participation à certaines des Lectures sous l’Arbre, à Cheyne, en août) et s’impliquer dans ce projet par le biais des ateliers d’écriture... De jeunes lycéennes et lycéens qui ont une formation artistique conséquente nous ont dit leurs aspirations et leurs craintes pour l’avenir, et leur envie de participer, notamment aux ateliers théâtre...

[4] d’où des réductions d’impôts significatives pour les donateurs -cotisants compris- auxquels nous enverrons donc une attestation au plus tard fin 2008



_

Association : de nouveaux liens...




En réponse à une sollicitation de la MAPRA (MAISON DES ARTS PLASTIQUES RHONE-ALPES), nous avons demandé notre inscription sur l’annuaire de l’association (texte fourni en document joint)


Suivant le conseil de Jean-Gabriel Cosculluela, nous avons sollicité, en tant qu’association gestionnaire de la Bibliothèque Municipale, notre adhésion à l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation)


Nous avons également renouvelé notre adhésion à l’Office du Tourisme du Pays de Vernoux...


A noter aussi que plusieurs d’entre nous sont adhérents, à titre individuel, à Remue-net, l’association recevant régulièrement la lettre de Remue-net (littérature contemporaine...) et que notre site propose en permanence des liens vers d’autres sites littéraires ou culturels, et, tout particulièrement, vers Poezibao, le site de Florence Trocmé...



Rappel : notre association participe, en tant que telle, au CLD ValDAC et au Réseau Régional Démocratie Participative...





_

Présence militante pour la Brocante du 13 juillet




A pied d’oeuvre dès le tôt matinal, l’association Les Rias était présente lors de la brocante annuelle organisée par « l’Agrevou » et la « FNATH ».

Un jour particulier fait de rencontres aux contours curieux dont le principal est de flâner entre les étals quêtant l’usuel ou la rareté en déambulant sur le temps endimanché.


Installés aux abords de la fontaine, entre boulangerie et clocher, le stand Riassois profita de cette journée pour faire découvrir ses activités, notamment au travers de sa table de publications.

(JPG)


De riches échanges s’attardèrent sous un soleil chaleureux perdant subitement le nord à deux reprises avec des pluies au quart d’heure diluvien.

Propice aux rencontres, l’étal souleva l’intérêt et emprunta le chemin des questions et des réponses pour découvrir la démarche associative.

D’ors et déjà, rendez vous est pris pour la prochaine manifestation qui aura lieu au même endroit début août.


Fatima Mana





_

De bonnes nouvelles


Notre association vendant nos livres et cartes postales ... - pour valorisation et travail de médiation - mais aussi, pour développement de ressources propres particulièrement importantes

-  pour la poursuite de nos activités en cette période de baisse des subventions,

-  le maintien de la gratuité des formations et ateliers et de

-  la qualité des prestations,

nous nous sommes adressés aux impôts pour mieux connaître notre statut.


Après étude par ces services d’un dossier très complet portant sur les statuts, la vie et les comptes de l’association depuis trois ans, nous apprenons que nous sommes exonérés de TVA, d’impôt sur les sociétés de droit commun et de taxe professionnelle.


De plus

" Aux termes des articles 200 et 238 bis du code général des impôts, ouvrent droit à une réduction d’impôt sur de le revenu ou d’impôt sur les sociétés, les sommes qui correspondent à des dons et versements effectués au profit d’oeuvres ou d’organismes d’intérêt général, ayant un caractère philantropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, notamment à la défense de l’environnement naturel ou de la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises."


..." Eu égard à ses statuts et aux modalités de son organisation et de son fonctionnement, l’Association LES RIAS peut être regardée comme étant d’intérêt général.

Par suite, les dons qui lui sont consentis, à condition d’être affectés exclusivement aux activités mentionnées à l’article 2 des statuts [1] pourront ouvrir droit à réduction d’impôt [2]."




Dons et cotisations ouvrant droit à réducation d’impôt nous vous adresserons donc un reçu dès réception des cotisations et dons.



Par ailleurs, nous allons renouveler nos demandes, pour notre projet 2009, vis-à-vis d’entreprises éventuellement intéressées par le développement culturel et le mécénat [3]





_

[1] Elle a pour but le développement de la vie culturelle en milieu rural et des valeurs laïques - dont l’égalité homme-femme, sous toutes formes possibles, traditionnelles ou inédites (expositions, veillées, spectacles...créations orales et écrites, audiovisuelles, multimediae, Internet... et tout autre mode d’expression)

[2] 66% dans la limite de 20% du revenu imposable du donateur pour les particuliers, 60% du montant des sommes versées dans la limite de 5/00 du chiffre d’affaires pour les entreprises...

[3] essentiellement dans les domaines de l’art contemporain, des arts visuels, de la littérature et particulièrement, de la poésie... Possibilité de se faire connaître par courrier ou courriel adressé aux Rias


_

Association


Huit nouvelles adhésions ou ré-adhésions en mai...

Démarches spontanées, hors période de renouvellement...

Et notamment de jeunes et d’actifs...

Nos activités les intéressent. Nous attendons aussi leurs propositions...





_

Vie du site


L’évolution des visites et les lieux de consultation


Qui explique les dents de scie de ce semestre ?

-  Les 51000 visites dépassées en juin...

NB. Ces statistiques concernent les visites sur l’ensemble des domaines du site communal (par ordre de consultation : les Rias, la mairie...)









Comptes-rendus des réunions des commissions :

Publications :

Tableau des publications, pour tenir compte de la sortie récente de diverses publications.

A noter depuis cette réunion la sortie de "Souvenirs d’Enfance et de village" de Paulette Vignal, de "Notes de voyage en Rajhastan" de Nicole Bertholon, de "Aujourd’hui je mesure le danger", écrits de Geneviève Greco, Collection Mémoire, de "Voies de feu", texte poétique de Fatima Mana, mis en espace et images par Jacqueline Cimaz, et de "mémoire d’ateliers", ouvrage collectif, introduit par Jean-Pascal Dubost.


Les services

Rappels : Accueil à la Bibliothèque Municipale et au P.A.P.I. (Point d’Accès Public à Internet), tous les mardi de 16 à 19h30 et jeudi de 17h30 à 20h. (courriel à lesrias.association@orange.fr ou tel aux heures de bibliothèque au 0475580957, sinon, teléphoner le matin de préférence, au 0475874725 où il y a possibilité de laisser un message)

Prêts de livres, recherches sur Internet, utilisations de la messagerie électronique, et même formations au traitement du texte ou de l’image ou à l’usage du tableur, à la réalisation de diaporamas, toujours totalement gratuites pour les habitants de la commune ou adhérents d’associations y ayant leur siège. Par contre, il est fortement conseillé de prendre rendez-vous pour l’utilisation des appareils et les formations, les nombres d’appareils et de formateurs étant limités.


Autres nouvelles

Création d’une rubrique "Archives" pour alléger cette page...


Informations

Les quatre journaux 2007 et les deux premiers journaux 2008 sont téléchargeables en page "Communication" page d’où vous pouvez aussi télécharger les cartes postales proposées par Alain Delarbre.


__


Une date qui a marqué

-  le mercredi 20 juin 2007 : le voyage à Paris (TGV) pour voir l’exposition Kiefer au Grand Palais.

Le compte-rendu de cette très riche journée :
-  l’importance de cette exposition... Divers liens dans le compte-rendu, et plus bas dans la page renseignements et revue de presse... pour appréhender cette visite...

Un dossier riche et dense :
-  extraits d’un interview d’Anselm Kiefer, d’articles et liens pour en savoir plus...
-  de textes et poèmes, de Paul Celan et Ingeborg Bachmann, poètes allemands auxquels Kiefer a dédié cette exposition, poèmes de Jean-Gabriel Cosculluela écrits à partir de "mots" de Celan...





NB. Double-cliquez sur l’icone -logo des Rias- en haut à gauche, pour accéder au site communal qui héberge celui des Rias.







INFORMATIONS SUR LA VIE DE L’ASSOCIATION

Conseil d’administration du 9 mars 2007, des décisions importantes :

De très riches discussions, mise au point des grandes lignes du calendrier du printemps et de l’été, création de deux nouvelles commissions, décision de passer de 2 à 4 pages pour notre petit journal trimestriel, liste des commissionset de réorganiser le site en créant une rubrique "archives", de l’animer -si c’est possible- avec un forum...

_

( Liste des commissions, plus bas dans cette même page)




Rappel :

Une délibération a été prise à l’unanimité au sujet du projet "Carrefour des Résistances"






_

CA du 26 avril 2008



La plupart des membres du conseil d’administration des Rias se sont retrouvés pour leur réunion trimestrielle.

Votes, bilans et projets ont jalonné ce temps de rencontre indispensable pour la vie de l’association.

Le projet Démocratie Participative a donné lieu à une discussion large et approfondie qui a permis d’en enrichir le descriptif.

(JPG)

Ces réunions permettent aussi de vivre pleinement au travers des concertations, discussions et votes la démarche fondamentale des Rias qui s’appuie sur l’apport de tous.

Le verre de l’amitié a ensuite permis d’accueillir les nouveaux venus.

Fatima Mana

NB. Toutes les décisions ont été prises à l’unanimité.





_

Composition du CA




Il reste organisé en bureau et commissions.


au (26 avril 2008) :

Bureau :

-  Présidente : Jacqueline Cimaz Vice-présidente : Sylvette Béraud-Williams
-  Secrétaire : Fatima Mana Secrétaires-adjointes : Nicole Bertholon, Anne-Marie Maria
-  Trésorière : Anne-Marie Bedoucha Trésorière-adjointe : Nicole Chaudier
-  Relations extérieures : Geneviève Gréco, Paulette VignalCommunication : Magali Ruiz

Secteurs :
-  1. Collecte (ethnologique) : Sylvette Béraud-Williams, Geneviève Gréco,

-  2. Histoire : Alain Delarbre, Fatima Mana,

-  3. et 4. Ecriture, édition, publication, diffusion : Fatima Mana, Anne-Marie Bedoucha, Nicole Chaudier, Jacqueline Cimaz, Geneviève Gréco,

-  5. Théâtre, mise en voix et en espace : Anne-Marie Bedoucha, Nicole Chaudier,

-  6. Occitan (« patois ») : Paulette Vignal, Marceline Moulin

-  7. Arts plastiques et visuels : Nicole Bertholon , Magali Ruiz, Anne-Marie Maria.

- Vidéo, installations : Jacqueline Cimaz, Mathieu Courtial,

-  8. Animation lieux de mémoire : Michel Cimaz, Fatima Mana,

-  9. Faune, flore, sentier de découvertes :
-  Michel Cimaz, Geneviève Gréco, Nicole Chaudier,
-   Signalétique : Alain Fluchaire, Marceline Moulin
-   Liaison avec le Conseil Municipal : Robert Taconet

-  10. Fêtes et spectacles, et autres manifestations : Paulette Vignal, Alain Fluchaire, Hélène Rochier (loto, boules...), Pierrot Plassiard, Robert Taconet,

-  11. Citoyenneté : Jacqueline Cimaz, Nicole Chaudier, Pierrot Plassiard , Geneviève Greco

-  12. Communication : Jacqueline Cimaz, Geneviève Gréco, Magali Ruiz, M.Courtial

En outre des membres du CA animent les services municipaux dont la gestion incombe à l’association par convention :

-  13. Bibliothèque - LAPI - 2 bibliothécaires généralistes : Jeannie Chapus, Nicole Chaudier, - 2 bibliothécaires-référentes-Internet : Jacqueline Cimaz, Fatima Mana, chargées aussi du site Internet - Animations : les 4 bibliothécaires ayant bénéficié de la formation de base + Geneviève Greco, A-M.Maria, Mathieu Courtial, Magali Ruiz, M.Cimaz, Nicole Bertholon, A-M.Bedoucha, S.Beraud-Williams...


Remarques :

1. Tous les membres du CA peuvent participer aux différentes commissions,

2. Plusieurs adhérents non membres du CA sont associés à l’équipe de pilotage des commissions :

-  Histoire : Simone Foray

-  Collecte et théâtre : Carlos Lojo,

-  Citoyenneté et

-  Arts plastiques : Eliane André, Marc Chouteau.

NB. Contrôleurs aux comptes : Robert Combe et Hervé Vignal.






_

Une Assemblée générale 2008 dense, paisible et chaleureuse...



De l’avis général une très bonne ambiance !

Atmosphère détendue, amicale en dépit de la densité du travail évoqué !

(JPG)


Dans son analyse de cette journée qui marque un temps fort pour Les Rias, Marc Chouteau notait :

-  le "foisonnement des directions de travail", mais un foisonnement "cohérent" où les diverses actions ou opérations "se croisent", fonctionnent "en réseau"...

-  il soulignait "l’état d’avancement conséquent de pas mal de ces tâches"...

-  le fait que chaque projet "soit mené à son terme, abouti"...

-  il faisait l’hypothèse que cela "dépendait autant des personnes" - ce collectif fort de ses apprentissages communs et de son expérience, un groupe de pilotage impliqué et responsable - que des "soutiens institutionnels très importants" dont bénéficient les Rias...

Ces soutiens tiennent à la "qualité des projets" et celle-ci à ce pilotage... les deux sont intimement liés...

Bref une assemblée riche, paisible, consensuelle qui s’est ensuite prolongée par une réflexion fertile et constructive sur le fonctionnement même de l’association...

(JPG) 78 votants avec les mandats, tous votes à l’unanimité :

-  le rapport moral et d’activités, élaboré collectivement, présenté à plusieurs voix, et incluant les projets,

-  le compte administratif 2007 et le budget prévisionnel 2008, approuvés par les contrôleurs aux comptes, Robert Combe et Hervé Vignal qui ont félicité la trésorière...

Un solde légèrement positif, une dotation raisonnable aux amortissements et provisions, bref une situation saine...



Le Conseil d’Administration n’était pas renouvelable cette année. L’assemblée a approuvé la cooptation proposée de deux administrateurs supplémentaires...


A noter qu’il s’est beaucoup parlé du site Internet, outil indispensable de structuration, avec ses bilans hebdomadaires obligés, écrits et en images, de communication externe mais d’abord interne, de banques de données et pour la constitution de références communes, à toutes échelles... Complémentaire des contacts directs et conviviaux, des échanges par courrier ou courriels, des rencontres, le site est garant, catalyseur et condition nécessaire du fonctionnement en réseau de l’association...

(JPG)


Après le pot de l’amitié, les discussions sur les projets artistiques, la soirée s’est poursuivie très tard dans la convivialité...


NB. A noter qu’après l’A.G. plusieurs nouvelles adhésions sont arrivées à l’association...



_

Conseil d’administration du 17 janvier 2008



Un CA dense qui, entre autres décisions, a

-  fait le point sur l’état d’organisation de l’association : 0 adhérent au 1er octobre puisqu’on fonctionne par année scolaire et non civile, une stabilisation des effectifs aux alentours de 200 au 31 décembre - 204 cette année, et de 250 au 31 septembre (251 en 2007)- fait le point sur les divers documents pour l’AG, et précisé les procédures de contrôle des mandats,

-  toiletté le rapport d’activités et élaboré les conclusions du rapport moral et d’activités, précisé des fonctionnements et projets...

-  validé le principe de cooptation de nouveaux administrateurs,

-  et la nouvelle organisation du Bureau, Fatima Mana assurant le secrétariat, avec Nicole Bertholon et Anne-Marie Maria, secrétaire-adjointes et Hélène Rochier pour le secrétariat du loto...


Un temps a aussi été consacré à la préparation du « rallye de Monte Carlo », cela va de soi...





_

Conseil d’administration des Rias du 15 décembre


Une réunion dense, conviviale et dynamique qui a abattu un gros travail :

-  point sur la rentrée des cotisations (les 150 dépassés, comme l’an passé à la même date...) et les comptes,

-  sur les activités 2007 en cours et fin de réalisation,

-  sur les projets 2008, avec les demandes d’aide, faites et à faire, une belle cohérence et de riches perspectives, bien étalées sur toute l’année 2008,

(JPG)


-  une première mise au point du calendrier du 1er trimestre 2008, avec un mois de janvier très dense (appel pour le Printemps des poètes, loto, rencontres avec quatre artistes pour le Carrefour des Résistances, AG, Rallye de Monte-Carlo...), un mois de février qui se promet de l’être aussi (Printemps des poètes), un projet qui, avec divers ateliers d’avril à juin, devrait déboucher sur deux publications liées en juillet...

Le second semestre est également bien structuré...

-  la préparation de l’AG du 19 janvier,

-  et celle du Loto, des stands au Rallye...

Des projets inédits aussi, qui se dévoileront dans les prochains petits journaux...





_

Assemblée générale 2007

L’assemblée générale 2007 des Rias a eu lieu ce 20 janvier comme prévu, avec cette année, un temps printanier.

Après réajustements des statuts, le rapport moral et d’activités proposé par le CA a été présenté à plusieurs voix, par Jacqueline Cimaz, Hélène Rochier, Geneviève Gréco, Alain Delarbre, Fatima Mana, Anne-Marie Bedoucha, Paulette Vignal, Nicole Bertholon, Michel Cimaz, Eliane André, Marc Chouteau, Jeannie Chapus.

(JPG)

La discussion a été riche. Chacun a aussi pu mesurer combien la participation aux réunions de réflexion mises en place par la région avait des retombées positives pour le travail même de l’association. L’apport de l’expérience de l’association dans ces instances a aussi été souligné.

Le rapport d’activités a été voté à l’unanimité, comme le compte administratif 2006 qui dégage un léger excédent et le budget prévisionnel 2007. (72 votants)

En conclusion, la bonne santé de l’association est apparue :

-  nombre croissant d’adhérents, 280 au 30 septembre 2006, 50 de plus que l’année précédente à la même date.

-  implication croissante dans les activités,

-  situation financière saine...

Comme l’a souligné la présidente, c’est l’implication de tous en fonction des disponibilités de chacun qui fait la force des Rias.

(JPG)

Le nouveau CA s’est immédiatement réuni pour désigner le Bureau. Il comprend : Anne-Marie Bedoucha (trésorière), Sylvette Béraud-Williams (vice-présidente), Nicole Bertholon (secrétaire-adjointe), Jeannie Chapus, Nicole Chaudier (trésorière adjointe), Jacqueline Cimaz (présidente), Michel Cimaz, Mathieu Courtial, Alain Delarbre, Louise Ferrer, Alain Fluchaire, Geneviève Greco, Fatima Mana (vice-présidente), Anne-Marie Maria (secrétaire-adjointe), Hélène Rochier (secrétaire), Henri Rouveyrol, Magali Ruiz, Robert Taconet, Paulette Vignal.

Les responsabilités des diverses commissions seront précisées à la prochaine réunion. Une nouvelle commission - « communication » apparaît.


Pour mémoire :

Activités, projets 2006

L’association : structure du CA 2007

"Sa richesse vient des adhérents et du mode de fonctionnement instauré", écrivait-on il y a plus d’un an. Depuis ce fonctionnement s’est encore développé, d’où le renforcement des commissions existantes et la création d’une nouvelle commission -"communication".

Renouvellement du CA du 20 janvier 2007 : la démocratie participative, poursuite...

Bureau : le choix d’un fonctionnement collégial à tous les postes.

Présidente : Jacqueline Cimaz

Vices-présidentes : Sylvette Béraud-Williams, Fatima Mana-Courtial

Secrétaire : Hélène Rochier

Secrétaires-adjointes : Nicole Bertholon, Anne-Marie Maria

Trésorière : Anne-Marie Bedoucha

Trésorière-adjointe : Nicole Chaudier

Commissions :

1. Collecte (ethnologique) : Sylvette Béraud-Williams, Geneviève Gréco,

2. Histoire : Alain Delarbre, Fatima Mana,

3. Ecriture, édition, publication, diffusion : Anne-Marie Bedoucha, Nicole Chaudier, Jacqueline Cimaz, Geneviève Gréco, Fatima Mana,

5. Théâtre, mise en voix et en espace : Anne-Marie Bedoucha, Nicole Chaudier,

6. Occitan (« patois ») : Louise Ferrer, Paulette Vignal,

7. Arts plastiques et visuels : Nicole Bertholon , Magali Ruiz, Vidéo, installations : Jacqueline Cimaz, Mathieu Courtial,

8. Animation lieux artistiques et de mémoire : Michel Cimaz, Fatima Mana,

9. Faune, flore, sentier de découvertes :
-   Michel Cimaz, Geneviève Gréco, Henri Rouveyrol,
-   Signalétique : Nicole Chaudier, Alain Fluchaire,
-   Liaison avec le Conseil Municipal : Robert Taconet

10. Fêtes et spectacles, et autres manifestations : Alain Fluchaire, Geneviève Greco, Hélène Rochier, Henri Rouveyrol, Robert Taconet, Paulette Vignal.

11. Citoyenneté : Nicole Chaudier, Jacqueline Cimaz, Geneviève Greco, Fatima Mana.

12. Communication : Jacqueline Cimaz, Geneviève Gréco, Magali Ruiz,

13. Chant : Mathieu Courtial, Anne-Marie Bedoucha, Fatima Mana, Hélène Rochier,

En outre des membres du CA animent les services municipaux dont la gestion incombe à l’association par convention :

13. Bibliothèque : - prêt et animations : Jeannie Chapus, Nicole Chaudier, Geneviève Gréco, Fatima Mana,

14. P.AP.I. et Pôle multi media : Jacqueline Cimaz, Nicole Chaudier, Anne-Marie Maria, Fatima Mana

15. Site Internet : Jacqueline Cimaz , Mathieu Courtial, Magali Ruiz, Fatima Mana

Remarques :

1. En gras, les responsables de commission. Tous les membres du CA, comme tous les adhérents, peuvent participer aux différentes commissions,

2. Plusieurs adhérents non membres du CA sont associés à l’équipe de pilotage des commissions : Collecte et théâtre : Carlos Lojo, Citoyenneté et arts plastiques : Eliane André, Marc Chouteau.

D’année en année le nombre d’adhérents augmente et les structures s’adaptent pour faciliter la participation du plus grand nombre.


_


Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --